Economie

Déclarations d'impôt sur le revenu 2013 : Les gagnants et les perdants...

Les déclarations d'impôt sur le revenu 2013 commencent à arriver dans les boîtes aux lettres. Cette année, les mauvaises surprises seront nombreuses pour certaines catégories de contribuables, se traduisant par des hausses d'impôt.


Déclarations d'impôt sur le revenu 2013 : Les gagnants et les perdants...
Les services de l'administration fiscale ont commencé à envoyer les déclarations d'impôts sur le revenu pour l'année 2013. Depuis mercredi, les contribuables reçoivent leur déclaration. Si la version papier est privilégiée, la date limite de déclaration est fixée au 20 mai. Pour les contribuables qui préfèrent la version dématérialisée sur internet, la date limite est fixée au 10 juin.

Cette année, plusieurs mauvaises surprises sont attendues, avec des hausses d'impôts pour une certaine catégorie de la population. Parmi les contribuables touchés par ces hausses d'impôt, les salariés bénéficiant d'une complémentaire santé obligatoire perdent un avantage fiscal. Autre perdant, les retraités avec plus de trois enfants vont devoir mettre la main au porte-monnaie. Leur majoration de pension de 10% (3 enfants) sera désormais intégrée au calcul de l'impôt sur le revenu. Une majoration jusque là défiscalisée. Ce changement pourrait se traduire par une forte hausse d'impôt de l'ordre de 30% en moyenne.

Les familles nombreuses et aisées sont également touchées par cette hausse. L'application du quotient familial passe de 2000 à 1500 euros par demi-part supplémentaire. Côté défiscalisation, la réduction du plafond de ces dispositifs (18.000 à 10.0000 euros par contribuable) va porter un sacré coup sur les fiches de ces contribuables.

132.785 foyers imposables à la Réunion

Enfin, les épargnants devront intégrer le montant des intérêts de leur livret dans le barème de l'impôt sur le revenu.

Mais cette cuvée 2013 des impôts sur le revenu profitera à certains contribuables. Ces derniers bénéficieront du dégel du barème. Réévalué à 0,8%, il tient compte de l'évolution de l'inflation. Dans les faits, ceux dont les revenus seront égaux à l'année précédente, paieront moins d'impôts. Ceux dont les revenus auront augmenté en 2013, paieront la même somme. Un dégel qui profite à tous les contribuables.

Les ménages les plus modestes vont pouvoir profiter d'une bonification de la décote. Un système permettant de faire baisser les impôts, voir de ne pas en payer du tout.

A la Réunion, 132.785 foyers sont imposables sur les 458.078 foyers fiscaux. Une proportion inférieure à la métropole où plus de 50% des foyers fiscaux sont imposables contre moins de 30% dans notre île.
Vendredi 11 Avril 2014 - 14:43
JD
Lu 8875 fois




1.Posté par noe le 11/04/2014 16:37
Il vaut mieux en rire que pleurer car ça ne servira à rien , il faut faire passer tout le monde à la caisse !

Ceux et celles qui paient les impôts doivent être heureux car par rapport aux autres , ils ont des moyens !!!!!
Par solidarité , payons bien nos impôts car la France compte sur nous !
Il faut éponger nos dettes pour mieux démarrer l'avenir !

2.Posté par anonyme le 11/04/2014 17:32
Ceux qui paient des impôts sont aussi ceux qui ne peuvent pas défiscaliser.

3.Posté par Pour Les Réunionnais le 11/04/2014 17:41 (depuis mobile)
Vive l'exil fiscal

4.Posté par oui le 11/04/2014 19:20
C'est clair que beaucoup de concitoyens aimeraient ne pas payer d'impôts ? mais qui payerait ?

5.Posté par David Asmodee le 11/04/2014 19:24
A la Réunion, 132.785 foyers sont imposables sur les 458.078 foyers fiscaux.


Et souvent, il y a 458.078 foyers qui trouvent l'impôt sur le revenu pas assez élevé.

6.Posté par observateur le 11/04/2014 19:25
Depuis toujours, je paie plein pot ma complémentaire santé et je n'ai aucune aide mon employeur et cette cotisation n'est pas déduite des revenus soumis à l’impôt - alors ceux qui sont aidés par les employeurs , c'est logique que ce soit considéré comme des revenus et donc soumis à l'impôt

7.Posté par véridik le 11/04/2014 19:30
"Enfin, les épargnants devront intégrer le montant des intérêts de leur livret dans le barème de l'impôt sur le revenu."

C'est de la pure arnaque puisque un impôt a déjà été payé sur l'argent épargné.

8.Posté par V.O. Impôts le 11/04/2014 20:04
V.O. impôts est un mensuel qui sort tous les mois en kiosque. Il faut acheter celui du mois de janvier. Et là, vous aurez beaucoup de renseignements pour faire baisser vos impôts. Mais cela nécessite de faire des calculs. Faites vous aider. Et puis, le personnel des impôts bien sympathique vous aidera aussi :-)

9.Posté par ALLEZALLAIS le 11/04/2014 21:03
Ces mesures, à la va comme je te pousse, sont la marque de l'arbitraire absolu qui règne depuis deux siècles en matière d’impôts. Il manque, ici, non pas de l’imagination qui est grande mais de science qui n’a pas encore établi ses principes comme la physique, la chimie, la biologie.

J’explique. L'impôt devrait être, non pas un conflit sans cesse renouvelé entre les particuliers qui tentent d’échapper aux contributions et l'Etat qui ne cesse d’en ajouter comme dans un tonneau percé des Danaïdes, mais les moyens totalement scientifiques accordés à l'ETAT par les particuliers afin de lui donner les moyens de la gestion des richesses naturelles du pays.

Dans l'Ancien Régime, le Tiers-Etat était excédé, ruiné, épuisé, en raison du nombre inouï des taxes, charges, dîmes, péages, droits d’entrée, dans une quantité et une variété extravagantes que le TIERS-ETAT portait seul sans l’aide des deux autres Ordres : NOBLESSE et CLERGE. Alexis de Tocqueville en donne une liste complète et fort amusante tant la créativité des fermiers généraux et des ministres était gigantesque (L’ANCIEN REGIME ET LA REVOLUTION).

En 1786, LE ROI, n’ayant pas écouté les conseils de ANNE TURGOT, se désolait sans solution de ne pouvoir réduire le déficit du pays et de l'augmentation de la dette avec l'aide de ses conseillers financiers, et de plus de 80.000 agents des fermiers généraux avec leurs taxes multiples et leurs contributions indirectes.

En effet en augmenter le nombre ou en rehausser le pourcentage aboutissait à une chute de la consommation, au ralentissement de la circulation des marchandises, au frein mis à la production avec l’aide du capital circulant et à la chute de la recette. C’est en quelque sorte une loi de LAFFER qui se produisait. Les hausses de % des taxes induisaient une baisse de la récolte fiscale.

Excédé de rester ainsi sans véritable solution, LE ROI finit par être convaincu par CALONNE de demander au peuple son avis pour résoudre les questions.

Le ROI convoqua, par une lettre de NECKER, le 24 Décembre 1788, les deux premiers dimanches de mars 1789, les trois Ordres à rédiger des solutions dans des cahiers de doléances.

Plus jamais par la suite en deux siècles, il ne fut demandé au peuple la solution de son problème.

J'ai lu une douzaine de ces cahiers de doléances. Ils aboutissent à la solution d'un abandon complet de toutes les taxes et contributions indirectes qui ruinent la circulation et la production par le capital circulant, et à l’instauration d’un impôt unique sur le seul capital fixe pour les trois ORDRES.

L’impôt unique se dénommait le vingtième. Mirabeau était le premier admiratif de cette inventivité des cahiers de doléance. Ensuite les pères fondateurs des Etats-Unis d’Amérique écoutèrent les conseils de CONDORCET et créèrent dans leur pays l’impôt sur le capital dénommé PROPERTY TAX ; ils devinrent en deux siècles la plus forte puissance économique.

Bonaparte puis les ROIS et EMPEREURS reprirent les contributions indirectes multiples.

Cet impôt sur le capital fixe en remplacement de toutes les contributions indirectes et sur le capital circulant devint la réflexion de MENIER (Les chocolats MEUNIER) puis de MAURICE ALLAIS.

PRINCIPES DE MAURICE ALLAIS : MISE EN PLACE D’UN IMPOT UNIQUE SUR LE CAPITAL FIXE : LA TAXE DECLARATIVE SUR LES BIENS INSCRITS AU CADASTRE

LA COLLECTIVITE N’A AUCUN INTERET D’IMPOSER LE TRAVAIL OU LA PRODUCTION ; TOUT AU CONTRAIRE SON INTERËT EST DE DISPENSER CHACUN DE TOUT IMPOT SUR LE REVENU OU SUR LE CAPITAL CIRCULANT POUR INCITER CHACUN A TRAVAILLER

L'appropriation par le travailleur de la totalité des revenus de son travail lorsqu’elle est la conséquence d'une bonne gestion des entreprises comprenant la prise en charge des risques comme l’appropriation des gains correspondant à la recherche et à la mise en œuvre de nouvelles techniques reste le principe le plus avantageux pour la collectivité. Par conséquent, les revenus du travail de la production de biens sont légitimes. Il est souhaitable qu'ils restassent totalement libres d'impôts : pas d’IRPP, pas de CSG, pas d’IS, pas de CRDS. Pas de contributions indirectes qui écrasent les plus pauvres.

LE CONSENTEMENT A L’IMPOT NE PEUT ÊTRE ACQUIS QU’EN ECHANGE DE LA SECURITE DES BIENS ET PAR CONSEQUENT EGALEMENT DES PERSONNES

L'impôt sur les biens ne peut être librement consenti qu’en échange d’une sérieuse garantie sur la sécurité que les personnes se procurent auprès de l’ETAT seul fournisseur de la protection policière et frontalière des biens et des personnes. Personne n’ignore que tel n’est plus le cas de nos jours, sans pour autant que ce principe ne perde, pour autant, sa valeur. Les fraudes sur l’imposition, profitant de la complexité fiscale, sont malheureusement bien vues du public justement parce que plus personne ne parvient à donner son libre consentement à l’impôt, qui reste sans contrepartie.

10.Posté par Dimitri ALAIN le 12/04/2014 07:24
et l 'arnaque continu je me demande si faire comme ceux qui sont aux rsa ne serait pas mieux ???????

11.Posté par Raleur le 12/04/2014 09:59
Ils vont reussir a l'avoir leur nation de pauvres. Avant seul les riches avaient l'intention de partir, maintenant meme les classes moyennes dont je fait parti, envisagent de partir dans des contrés plus verte et propices à l'investissement.
Fini d'investir en france, marre d'etre considérer comme une simple vache a lait. Ma prochaine boite aura son siege social a l'etranger et je ferme celle que j'ai ici laissant 2 employés sur le carreau,c'est triste mais je n'ai plus le choix.

12.Posté par jlr le 12/04/2014 11:38
Tous ceux qui se plaignent devraient se souvenir que TOUS les Réunionnais bénéficient d'un dégrèvement de 30 % sur leurs impôts !

13.Posté par ahah le 12/04/2014 13:59
Vraiment dégueulasse d'imposer la complémentaire santé sachant qu'elle est obligatoire.

14.Posté par ahah le 12/04/2014 14:00
@Jir
Encore heureux qu'on aie les - 30 % !!! je me demande comment ils font en métropole !?!!

15.Posté par jlr le 12/04/2014 14:26
@ahah
Il y a 30 ans , j'étais fonctionnaire en métropole , et j'étais pauvre ( j'ai eu droit à un logement social en HLM ! ) .
Et tous les fonctionnaires ont toujours payé leur complémentaire santé à 100 % sans aucune aide , et imposable sur ces versements .

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales