Politique

Décès de Jacques Vergès: Le maire de Saint-André se souvient

Eric Fruteau, maire de Saint-André, adresse ses condoléances à la famille de Maître Jacques Vergès :


Décès de Jacques Vergès: Le maire de Saint-André se souvient
J’apprends le décès de l’avocat Maître Jacques Vergès. J’adresse mes sincères condoléances à sa famille et à l’ensemble de ses proches.

Le concernant, j’ai en mémoire cet extrait du livre « De la mauvaise conscience en général et de l’Afrique en particulier » dans lequel Bernard Debré et Jacques Vergès sont interrogés par Eric Branca, journaliste : « …Voici Jacques Vergès tonnant la dérive ethnocentrique  de certains « apparatchiks tiers-mondistes » et Bernard Debré refusant pour l’Afrique le destin d’une succursale attardée du modèle européen».  

 
Eric Fruteau
Maire et Conseiller Général de Saint André
Samedi 17 Août 2013 - 08:15
.
Lu 1048 fois




1.Posté par pascal le 17/08/2013 20:46 (depuis mobile)
Et tu n''as plus en mémoire la caution à la poseuse de bombes qu''''il a sorti de prison pour devenir son épouse? Et sa disparition obscure pendant que les attentats employaient le monde? Pov boug ...

2.Posté par Bayoune le 17/08/2013 22:40
"qu''''il a sorti de prison pour devenir son épouse? " qu'il a abandonné ensuite, et ou 75 ans Djamila est obligée de faire appel à la charité publique pour avoir les soins que nécessite son état de santé. Ils ne sont pas radin les vergès, i mérite minm pa in gran V

3.Posté par Bayoune le 18/08/2013 05:26
Pour compléter ce que je disais hier soir, voici la lettre de Djamila qui relate sa situation, et le vergès à qui est rendu tant de hommage, tous les coups de lèche, certains qui n'ont jamais connu le bonhomme, uniquement pour s'exposer vis à vis du Paul, lé vré zélèksiyon i yarive, çà peut les aider. Si Djamila reste une héroïne, le Jacques n'a pas grand chose du mérite, comme son père et son frère, il a exploité une situation pour se faire une IMAGE :

Lettre publique de Djamila Bouhired
A Monsieur le Président d’une Algérie que j’ai voulue indépendante

Monsieur,
Je me permets d’attirer votre attention sur ma situation critique. Ma retraite et la petite pension de guerre que je perçois ne me permettent pas de vivre convenablement. D’ailleurs, mon épicier, mon boucher, ma supérette pourront témoigner des crédits qu’ils m’accordent. Il ne m’est jamais venu à l’esprit de compléter mes revenus par des apports frauduleux qui, malheureusement, sont très fréquents dans mon pays. Je sais que certains authentiques moudjahidine et moudjahidate sont dans la même situation, probablement plus critique. Je n’ai pas la prétention de les représenter ici, mais au poste où vous êtes, vous ne pouvez ni ne voulez connaître leur dénuement. Ces frères et soeurs, dont l’intégrité est connue, n’ont bénéficié d’aucun avantage. La somme qui leur serait allouée ne pourrait dépasser les honoraires généreux attribués aux députés et sénateurs, ainsi qu’à vous-même et à tous les alimentaires qui vous entourent. Ainsi, je vous demanderais de ne plus nous humilier et de revaloriser notre dérisoire pension de guerre afin de vivre dans un minimum de dignité le peu de temps qui nous reste à vivre. Avec mes sentiment patriotiques.

Djamila Bouhired
Le 9 décembre 2009
http://www.lesinfluences.fr/Djamila-Bouhired-l-icone-oubliee.html

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 16:57 Jean-Hugues Ratenon présente sa candidature

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales