Economie

De la production de lait aux fromages: "La filière laitière se porte bien"

Jeudi 5 Janvier 2017 - 16:29

Avec 18,7 millions de litres de lait produits en 2015 et 350 tonnes de fromages fabriqués par an, la filière lait se porte bien. C’est en tout cas ce que voulaient prouver la Sicalait et la Cilam en organisant ce mercredi matin à la veille du lancement de Miel Vert, une matinée découverte de la filière, en partant de la production de lait à celle des fromages.

L’opération a commencé par la visite d’une exploitation laitière dans les hauts de l’Etang-Salé. Alexandre Grondin, 34 ans, s’est lancé depuis deux ans après s’être essayé au maraîchage et à la canne. "J’ai fait ce choix par amour, j’ai toujours voulu faire du lait " . Après près de 10 ans d’attente, il exauce son souhait "grâce à l’aide de la Sicalait qui m’a conseillé d’investir progressivement, même si personnellement j’ai pris un peu plus de temps que prévu", précise-t-il. 

Aujourd’hui, le jeune agriculteur, dans le cadre du programme DEFI "installations programmées" qui permet de bénéficier d’aides financières et techniques à condition de respecter un cahier des charges précis, possède 28 vaches laitières et 20 génisses pour une production de lait d’environ 220 000 litres en 2016 soit en augmentation de plus de 50 % par rapport à l’année précédente. De bons chiffres appuyés par le directeur général de la Sicalait, Eric Varet. "L’enjeu étant dans l’avenir de notamment consolider et développer ce type d’exploitation de taille familial".

"La leucose bovine n'est pas un problème"
 

Photo Pierre Marchal/Anakaopress.
Photo Pierre Marchal/Anakaopress.
Le marché semble ouvert mais la question de la leucose bovine se pose tout de même. 70 à 80 % du cheptel réunionnais serait atteint par cette maladie virale dont l’un des symptômes est pourtant la baisse de production et qui a causé la perte de nombreux éleveurs laitiers. Mais pour cet éleveur et les représentants de la Sicalait , "il n’y a aucune conséquence pour la santé humaine". "Vous voyez ici, les vaches ne sont pas malades" et "les mesures prises en métropole* ont été mises en place simplement pour une question de protection intra communautaire", avance Martha Mussard, présidente de la coopérative. "Il n’y a aucune conséquence économique sur nos exploitations, d’ailleurs les éleveurs ne connaissent pas leur taux de leucose parce que cela ne les intéressent pas".

Un problème qui n’en est donc pas un pour la Sicalait qui n’importe plus de génisse depuis 2004. "Si des éleveurs rencontrent des difficultés, elles sont davantage liées à des problèmes de trésorerie", répond-elle. La coopérative met également en avant les contrôles opérés par l‘Association Réunionnaise Interprofessionelle d’analyse du lait (ARIAL) à chaque livraison. 

Photo Pierre Marchal/Anakaopress.
Photo Pierre Marchal/Anakaopress.
"Le procédé peut interpeller car il est mal compris"

Une traçabilité du lait qui nous conduit jusqu’aux Fromageries de Bourbon, la société fondée par la Cilam et la Sicalait en 1997. 3,2 millions de litres de lait arrivent par an en grande majorité d’ exploitation de la Plaine des Cafres. Dans les deux cuves de 2500 litres chacune, sous la houlette de 3 fromagers, une partie de ce lait sert à la fabrication de 25 types de fromages. Les biens connus Piton Maïdo, Ti’Frais, ou Délice de la Sicalait mais aussi quelques nouveautés comme le Ti’tamarin. Un marché dynamique à La Réunion qui représente 10% de l’offre. 

L’autre partie sert à la fabrication de lait essentiellement demi-écrémé auquel est ajouté de la poudre de lait écrémé provenant de l’Hexagone "en raison du déficit de lactose" du lait produit localement, explique Nathalie De Jesus, directrice marketing et recherche à la Cilam. "Le procédé peut interpeller car il est mal compris mais ce n’est ni plus ni moins que se que fait une maman quand elle prépare le biberon de son enfant". "Le lait local est d’une composition nutritionnelle et qualitative équivalent voire bien meilleure que celui qui a voyagé en container", termine-t-elle. 

------
*L'arrêté ministériel du 31 décembre 1990 prévoit que la prophylaxie de la leucose bovine enzootique est "obligatoire sur l'ensemble du territoire national à l'égard de tous les cheptels bovins et s'applique dans tous les lieux de séjour, de rassemblement ou d'accès fréquentés par les animaux de l'espèce bovine". L' article 15, ordonne qu'il soit procédé à "l'abattage" dans un "délai maximum d'un mois" des animaux déclarés porteurs de la maladie.

prisca.bigot@zinfos974.com
Lu 2689 fois



1.Posté par miro le 05/01/2017 17:31

par simple précaution, je ne consomme ni le lait, ni le fromage produit dans notre île, suspicion de maladie oblige. Chacun fait ce qu'il veut et est libre de le faire. Pour moi c'est : NIET !

2.Posté par ti le 05/01/2017 14:58

Dd

3.Posté par quelqu'un le 05/01/2017 15:01

Comment une vache produit du lait ? ... beaucoup de gens arrête les produits laitiers ça ce comprends ... par dépit ... quand vois le procéder et que le risque de cancer augmente de trente pour cent si on consomme du lait ....

4.Posté par GIRONDIN le 05/01/2017 19:12

Mi lait rassuré.


5.Posté par petit éleveur le 05/01/2017 17:42

Si elle se porte si bien, pourquoi autant d'articles dans la presse de ces derniers mois ?
La leucose est un problème dans les élevages !! Il faut arrêter de se voiler la face !!

6.Posté par Nicolas le 05/01/2017 21:35 (depuis mobile)

L'Etat se fout de qui???? Sérieux..

7.Posté par une réunionnaise97410 le 06/01/2017 00:27

c'est dingue le prix des yaourts sur notre ile.En métropole, le pack de 12 yaourts de marque moins de 2euros.Le fromage est assez cher aussi sur notre ile.

8.Posté par Quelle arnaque.... le 06/01/2017 03:29

On nous dis que ça ce passe bien, vu le prix des produits laitiers pratiqués sur l'île, une honte, on nous prends vraiment pour des vaches à lait. Que fait le COSPAR, il est ou lui d'ailleurs ?

9.Posté par môvélang le 06/01/2017 07:04

"La leucose bovine est un problème" en Europe la consommation de lait et de viande d'animaux malade sont interdites, les animaux malades sont abattus, et incinérés

10.Posté par môvélang le 06/01/2017 07:08

------
"""""*L'arrêté ministériel du 31 décembre 1990 prévoit que la prophylaxie de la leucose bovine enzootique est "obligatoire sur l'ensemble du territoire national à l'égard de tous les cheptels bovins et s'applique dans tous les lieux de séjour, de rassemblement ou d'accès fréquentés par les animaux de l'espèce bovine". L' article 15, ordonne qu'il soit procédé à "l'abattage" dans un "délai maximum d'un mois" des animaux déclarés porteurs de la maladie. """""


"""""LEUCOSE BOVINE ENZOOTIQUE
LA MALADIE
La leucose bovine enzootique (LBE) est une maladie des bovins provoquée par un
virus.
Une forte majorité de bovins infectés ne présente aucun signe clinique. L’affection
évolue le plus souvent de manière généralisée, les ganglions pouvant augmenter
considérablement de volume. Cette maladie peut s’accompagner de lésions viscérales,
hépatiques, cardiaques et gastriques.
- La leucose généralisée de l’adulte, ou leucose bovine enzootique, qui affecte
les animaux de plus de deux ans, et qui est inscrite sur la liste des maladies réputées
contagieuses depuis mai 1981. Elle conduit à la mort en quelques semaines ou
quelques mois.
L’affection débute par l’apparition de plaques urticariennes de 3 à 4 cm de diamètre
situées le plus souvent au niveau du cou, des épaules et du dos. En 8 à 10 jours, la
quasi-totalité de la surface du corps est atteinte, puis apparaissent des lésions
verruqueuses et croûteuses qui deviennent nodulaires, pouvant atteindre la taille d’une
mandarine. Elles saignent facilement. Parallèlement aux lésions cutanées, apparaît
une hypertrophie ganglionnaire et l’animal s’amaigrit. """""


il y en a , on leur donnerait de la merde, ils la boufferont

11.Posté par LOD le 06/01/2017 07:13

Consommer des produits laitiers n'est pas supporté physiologiquement par plus de la moitié de la population ; faut-il rappeler qu'il n'est pas nécessaire pour aucun animal une fois la phase de sevrage terminée et que ça n'est pas faute de l'avoir indiqué culturellement en parlant des "dents de lait" ; pour fournir les quantités industrielles de ces fluides corporelles, les animaux sont entassés dans des camps de concentration et les conditions n'ont rien à envier de celles de l'holocauste passé de la seconde guerre mondiale ; c'est enfin la 1ère cause d'émission des gaz à effet de serre et de la famine dans le monde en s'accaparant +70% des terres cultivées uniquement destinées à nourrir les animaux d'élevage ; c'est entre 60 et 100 milliards d'animaux tués chaque année et 99% des mâles qui sont considéré un sous-produit puisqu'ils ne pourront pas être violés pour produire du lait à leur tour ; idem pour les œufs et les Poules/poussins...
Si vous ne savez retenir cette pulsion de charognard (manger les cadavres d'animaux tués par autrui) alors mangez nos morts, vous serez enfin éco-logique en ne détruisant plus l'autre et en ne pillant plus dans sa chaîne alimentaire ; oh et puis qu'il y a encore des croyants de nos jours, vous serez enfin en conformité avec le concept "tu ne tueras point" ;)

12.Posté par Crikotte le 06/01/2017 07:22

pffffffffffff quand on voit les prix sur les produits locaux on a juste envie de voir ailleurs! pour ce qui est de la qualité le yaourt local c'est de la flotte ! le produit arrivé de l'extérieur avec tous les frais et au même prix voir souvent moins cher malgré les nombreuses taxes régionales alors......!

13.Posté par Zarin le 06/01/2017 11:20

L’intolérance au lactose est un ensemble de symptômes gênants provoqués par la difficulté ou l'incapacité à digérer le lactose (« sucre de lait ») à cause de l’absence ou de la diminution de la production par l'organisme d’une enzyme digestive, la lactase.

Wikipédia

14.Posté par cmoin le 06/01/2017 11:45

Alors qu'on arrête de leurs donner des millions de subventions!

15.Posté par Zarin le 06/01/2017 11:49

@8.Posté par LOD le 06/01/2017

"...alors mangez nos morts..."

non ! préférez le soja et les lentilles...

Un petit rappel :

Le film tourne autour d'un policier "intègre" justement, qui va découvrir comment est fabriqué le "Soylent Green." Car les masses qui ne connaissent ni "viande" ni légumes se nourrisent d'aliments produits par la compagnie "Soylent". "Soylent" est la contraction de "soybean-lentil" ("Soja - Lentilles").

16.Posté par Antipode le 06/01/2017 13:12

Zarin, évidemment que je déconseille tous types de cadavres à la consommation ;) Soylent Green, très bon film !

17.Posté par Question bête le 06/01/2017 20:45

Qui pour porter plainte contre l'Etat ? que font les associations de consammateurs ?
Jean Alain Cadet, élu régional, pourrait il communiquer sa position et celle de son groupe ??

18.Posté par Zarin le 06/01/2017 22:32

La "beauté cachée"
Des laits des laits
Se voit sans
Délai délai...

GAINSBOURG "Des laids, des laids" - paroles modifiées

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter