Economie

Dans une boucherie-charcuterie pour montrer "l'économie qui marche"


Dans une boucherie-charcuterie pour montrer "l'économie qui marche"
La filière boucherie-charcuterie ne connait pas la crise ! C'est le message qu'a voulu faire passer la Chambre des métiers et de l'artisanat ce matin, en organisant une visite à la charcuterie Viracaoundin à Saint-Denis. Une visite effectuée en présence du préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, venu déguster les produits locaux mais également rappeler que les filières porteuses d'emplois existent à la Réunion.

"A l'heure actuelle, avec l'actualité, la Chambre des métiers voulait montrer une entreprise qui marche", explique fièrement Yoland Viracaoundin. La charcuterie du même nom existe maintenant depuis plus de 65 ans, transmise de père en fils. "Ça fait 27 ans que nous sommes ici. Mais 35 ans que j'exerce personnellement. La boucherie existe maintenant depuis 65 ans", précise-t-il.

Avec une équipe de 13 personnes, la boucherie-charcuterie marche bien. "Ça marche, car nous mettons en avant la qualité des produits, nos compétences et notre savoir-faire", explique-t-il.

Pourtant la filière boucherie-charcuterie à la Réunion ne semble pas attirer les jeunes. "On est victime de la non-actualité sur notre métier. Les jeunes ont tendance à penser que ça n'a pas évolué. On ne fait pas que de la charcuterie. On s'occupe de la traçabilité des produits ou encore de mettre en place des procédés de fabrication", souligne Yoland Viracaoundin. Pour lui, la boucherie-charcuterie est une filière porteuse. "Il y a encore de la place pour l'installation de bouchers-charcutiers à la Réunion", précise-t-il.

La visite de ce matin n'est pas innocente et arrive dans un contexte de crise économique renforcée à la Réunion par les récents événements sociaux. "On veut montrer qu'il y a à la Réunion une économie qui marche même en temps de crise. Et il y a de l'emploi. Cette visite est un message", explique le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx.

Outre le contexte économique, l'Europe a été durement touchée par la crise "sanitaire" et l'affaire de la viande de cheval. Même si ce scandale ne nous concerne par directement, la visite de ce matin aura permis de montrer que les entreprises réunionnaises sont à la page en matière d'hygiène et de traçabilité des produits. "Le scandale du moment ne nous concerne pas à la Réunion. Mais il faut l'avoir en toile de fonds. De gros efforts ont été faits ici en terme de traçabilité et d'hygiène. La chaine du froid est respectée, l'hygiène est respectés c'est une garantie de bon produit pour le consommateur", conclut le préfet.

Dans une boucherie-charcuterie pour montrer "l'économie qui marche"
Jeudi 28 Février 2013 - 11:05
Lu 2031 fois




1.Posté par Thierry le 28/02/2013 10:17
Adieu Veaux, Vaches, Cochons ... grâce au "connait pas la crise" ... et à nos estomacs vides à remplir ...

Que dire de la maltraitance des animaux dans certains élevages ou dans les transports spécialisés (JUSTE pour le mot) et le long des trajets, dans les virages ... chez nous ça passe encore ... mais sur les autres continents les conditions de transport sont insoutenables ... même si les voyageurs y sont voués à une mort certaine ... au terminus.

BON APPETIT !!!

2.Posté par Questions précises le 28/02/2013 10:35
Est-ce que, en boucheries et charcuteries artisanales, le consommateur peut avoir la garantie absolue :
- de traçabilité ?
- des conditions de transport et d'abatage (par exemple certifié non-halal) ?
- de trouver des viandes d'élevages en plein air, non concentrationnaire en batterie ?
- de bio ?
- de traçabilité et de composition exacte et détaillée des produits transformés ou cuisinés ?
- des œufs de catégories 0 ou 1 (c'est à dire bio et plein air, pas en batterie) ?

J'aimerais bien que des professionnels répondent très précisément.

Et même genre de questions pour les filières fruits et légumes.

Les réponses à ces questions très précises, le consommateurs ne les obtient jamais en grandes surfaces.

Peut-il les avoir chez les commerçants-artisans ?

3.Posté par Zarin le 28/02/2013 10:47
Végétalisme

Le végétalisme, ou végétarisme strict, est une pratique alimentaire qui, comme tout régime végétarien, exclut toute chair animale (viande, poissons, crustacés, mollusques, etc.) ainsi que les produits dérivés des animaux (gélatine, etc.), et qui rejette, de surcroît, la consommation de ce qu'ils produisent (œufs, lait, miel, etc.).

Un grand nombre de végétaliens motivent leur rejet de toute alimentation d'origine animale par le refus de tuer ou de faire tuer des animaux pour leur chair et de les faire souffrir, citant les exemples des conditions d'élevage des poules en batterie, des poussins mâles des races pondeuses broyés sans anesthésie, de la production du lait qui entraîne la séparation du veau de sa mère quelques heures après sa naissance et sa claustration ; et, généralement, par le refus de cautionner moralement l'exploitation des animaux (voir Vegan et antispécisme).

Les raisons peuvent également être religieuses, certaines religions préconisant la non-violence face aux êtres vivants. Par exemple, l'hindouisme a le concept d'ahimsâ, un mot sanskrit signifiant « non-violence », soit le fait de s'abstenir de violence en actes, en paroles ou même en pensées, en la commettant directement, en la commandant à d'autres, ou en la consentant. Le régime ital des rastafariens interprète dans le sens d'une abstention de viande, voire de tout aliment d'origine animale, l'interdiction biblique de consommation de sang.

Wikipédia

4.Posté par galimatias le 28/02/2013 11:11
La filière boucherie-charcuterie ne connait pas la crise!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Combien d'emploi demain, la semaine prochaine, le mois prochain, l'année prochaine????????????????
Dans l'affaire du boeuf , il y avait du cheval.........................................dans le "message de la CM" , il y a de la bourrique!

5.Posté par L''''Ardéchoise le 28/02/2013 11:44
C'est marrant, on semble avoir oublié le boucherie de Saint Paul, avec ses kilos de viande avariée...
Le choix de cette boucherie-charcuterie de Saint Denis n'est pas anodin.
Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, je vais bien, tout va bien .
Foutaises !
Oui, il y a des commerces où l'hygiène est respectée, mais d'autres non, même à Zoreilland .
La législation concernant la traçabilité, de la naissance de l'animal à sa présentation sur l'étal, en passant par ses conditions d'élevage, de transport et d'abattage est loin d'être une constante (parfois en métropole aussi, mais les contrôles sont plus stricts).
Donc, mettre en avant la filière boucherie-charcuterie, créatrice d'emploi et également la filière contrôle de qualité ... mais les formations existent-elles à La Réunion ?

6.Posté par Zarin le 28/02/2013 12:53
Le coup de gueule d’un vétérinaire : viande de cheval et viande halal !

Monsieur Hollande trouve ça très grave !

Et toute l’Europe est en émois !

Je suis d’accord qu’il y a tromperie.

Beaucoup de gens n’ont plus envie de manger de cheval parce qu’ils sont cavaliers, parce que c’est un animal de compagnie ou simplement parce que c’est un animal « noble ».
Mais le lapin, la chèvre, l’agneau, le veau et sa maman sont très mignons aussi…….
Il y a quelques dizaines d’années il y avait des boucheries chevalines dans toutes les villes et les villages et beaucoup de gens mangeaient du cheval…..
Il y a tromperie, certes, mais les gens n’ont couru aucun risque sanitaire et la qualité de la viande de cheval n’a rien à envier à celle du bovin.
Je me fais un peu l’avocat du diable, car je trouve scandaleux que les médias et les politiques fassent une telle histoire de la substitution de viande bovine par de la viande chevaline, alors qu’ils passent sous silence, voire même favorisent la commercialisation tout azimut de la viande halal dans notre pays.
Alors que nous sommes un pays laïque et normalement chrétien, civilisé, pour des principes purement commerciaux pour les uns et politiques pour les autres, nous permettons l’abattage cruel de nos animaux pour des raisons religieuses, alors que nous nous étions efforcés depuis des années d’établir un protocole d’abattage limitant au maximum le stress et la souffrance animale.
Non seulement cette pratique est cruelle, mais en plus elle est contraire aux normes sanitaires. L’animal a la trachée et l’oesophage tranchés, sans être préalablement estourbi et peut donc vomir et souiller la carcasse.
En plus de cette méthode contraire à nos principes du respect de l’animal dans notre pays, par commodité commerciale, les distributeurs nous font manger de la viande halal sans que nous le sachions.
En quoi, nous qui ne sommes pas musulmans, devons-nous manger de la viande halal, contraire à tous nos principes…… il a même été question d’en servir à nos enfants dans les cantines.
Là il y a tromperie, une énorme tromperie….. On mange la viande d’un animal qui a stressé, souffert; une viande qui a pu être contaminée et qui a été abattue selon un rite d’une religion qui n’est pas la notre.

Alors, messieurs les politiques et messieurs les journalistes, faîtes votre métier, donnez à chaque problème l’importance qu’il mérite et ayez un peu de courage. Ca vous changera, et les français vous en seront reconnaissants.

Docteur Philippe Travadon
Vétérinaire

ACTION
Copier/coller ce texte dans votre traitement de texte, imprimez-le et envoyez-le à votre député et au président de la République (dispensé d’affranchissement)

7.Posté par @2 le 28/02/2013 13:55
Vous avez oublié : la garantie d'hygiène, même, et surtout, dans l'arrière-boutique, de respect de la chaîne du froid, des dates limites...

Mais hélas je suis sûre que vous n'aurez aucune réponse précise.

8.Posté par tounkara le 18/03/2013 22:38
bijout s'est bien
i'love you

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales