Santé

Dans le Sud, 42 personnes sont concernées par l'explantation de prothèses PIP


Dans le Sud, 42 personnes sont concernées par l'explantation de prothèses PIP
 
Alors que le fondateur des prothèses PIP, Jean-Claude Mas, a été placé en garde à vue aujourd'hui, l'hôpital Sud Réunion a déjà effectué cinq explantations pour des personnes qui avait subi des reconstitutions post-cancer. Au total, dans le Sud, elles seraient 42 a être directement concernées par ces prothèses, explique le docteur Barau, le chef du service gynécologique de l'hopital Sud Réunion: "A l'hôpital de Saint-Pierre, on a 42 patientes à qui on avait mis des prothèses PIP. On les a recensées. Ce qu'on propose c'est l'explantation des prothèses et le changement si elles le souhaitent".

"Les patientes à qui ont a implanté des prothèses, ce sont uniquement pour des reconstructions post-cancer, car on ne fait pas de chirurgie esthétique à l'hôpital, c'est de la chirurgie reconstructrice", précise le docteur.

Aucune prothèse rompue parmi celles explantées mais le spectre d'un nouveau cancer

Pour l'heure, le chirurgien n'a constaté aucune rupture de prothèse lors des cinq explantations déjà réalisées, mais certaines femmes pourraient être concernées par des ruptures. Pour le chef du services gynécologique, la rupture des prothèses n'est pas le plus grave. Le plus problématique, c'est surtout que les femmes concernées sont des patientes qui se sont fait poser des prothèses dans le cas de chirurgie post-cancer. Il s'agit donc de femmes ayant été malades et à qui on a dû retirer un sein. Ainsi, après avoir déjà été concernées par le cancer, ces patientes se trouvent à nouveau confronté au spectre de la maladie. A priori, toutes les porteuses de prothèses devraient se les faire retirer mais selon le docteur Barau, "toutes ne procéderont pas à la pose de nouvelles prothèses".

Même si le lien entre les prothèses PIP et les cas de cancer constatés n'est pas scientifiquement établi, c'est donc le principe de précaution qui incite les services de santé à procéder aux explantations de ces prothèses.

Jeudi 26 Janvier 2012 - 16:59
Lilian Cornu
Lu 1525 fois




1.Posté par DURANDAL le 27/01/2012 05:38
la sécurité sociale est en faillite, on ne rembourse plus rien, mais que les personnes ayant eu à se faire poser des implants pour raisons médicales de chirurgie réparatrice soient remboursée OK mais les autres qui ont voulu avoir des beaux nénés qu'ils se démerdent.

2.Posté par corde à sauter hé hé le 27/01/2012 07:17
Merci Mr J.C. MAS pour cette excellente publicité

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales