Politique

Daniel Gonthier : “Mme Dindar, vous avez réussi le casse du millénaire”

Si Cyrille Melchior s'est retenu lors de ses critiques “d'un budget primitif qui n'est ni audacieux, ni ambitieux”, Daniel Gonthier n'a pas mâché ses mots, ni envers le budget, ni envers de la présidente du Département. Le conseiller général de Bras-Panon a fustigé les orientations budgétaires du Conseil général.


Daniel Gonthier : “Mme Dindar, vous avez réussi le casse du millénaire”
“La liquidation judiciaire de l'ARAST, c'est 14 emplois supprimés sur Bras-Panon. 1.200 emplois perdus, c'est la pire des choses qui pouvait arriver”. Daniel Gonthier a enfoncé le clou sur l'ARAST, avec émotion et quelques larmes, ce qui lui a valu les applaudissements des ex-salariés de l'ARAST assis à l'extérieur, et les rires de certains élus de la majorité départementale.

C'est Alain Zanéguy qui a répondu pour la majorité du Conseil général, aussi bien à Cyrille Melchior qu'à Daniel Gonthier. Alain Zanéguy a sollicité Cyrille Melchior pour “qu'il demande à son gouvernement de rembourser les 328 millions d'euros qu'il doit au Département de La Réunion”. Auparavant, l'élu a ironisé sur l'émotion de Daniel Gonthier. “Il ne manque plus que les mouchoirs”.

Eric Fruteau, lui, a souhaité répondre à l'opposition sur la casse sociale. “Le premier responsable de cette casse sociale, c'est votre gouvernement, qui est le plus destructeur. C'est le cas avec La Poste et l'Education nationale”, a dit le conseiller général de Saint-André.

Eric Fruteau, pour la majorité, a aussi fustigé le désengagement de l'État. “Qui décide des orientations libérales ? Ce n'est pas la présidente du Conseil général, ni vous, ni moi. C'est vrai que nous avons la compétence sociale. Nous avons des missions obligatoires, pour cela nous ponctionnons actuellement sur nos réserves et sur nos missions volontaristes, nous devons faire des choix. Nous sommes obligés de le faire”.
Mercredi 16 Décembre 2009 - 10:28
Jismy Ramoudou
Lu 1466 fois




1.Posté par Bayoune le 16/12/2009 13:53
Oté Eric, si navé pwin otan de magouye konm zot la fé pou garde tifanm konm sèf, zot noré pétèt été dan la merde zot ilé zordi. Kisa lé drwate kisa lé agos, zot la fé in zanbrokal koson, personn i trouve pi zot bann. Nassimah lé biyin a drwate kosa zot i fé koté èl, poukwé dé boug de goss konm ou i soutiyin, la plass lé bon minm, mi krwayé i pouvé faire konfianss in zinn boug konm ou, mé élas, mi krwa zot lé konm Dartagnan - Tous pou Inn, Tous pouri, napi aryin a fère pou sov zot ame de komunis, on pouvait s'attendre à ce que tu suives le chemin de ton papa, sof bèz la rak biyinsir -zot toute lé gangréné. Avec zot politik de cokinaz é de kopinaz zot lé antrin tiyé lidéal kominis ki voulé une société plus juste sans exploitation de l'homme par l'homme. C'est sans doute avec des gens comme vous que tout l'espoir d'un peuplen du peuple de l'URSS est tombé en ruine dans le sang et le crime...

"Eric Fruteau, lui, a souhaité répondre à l'opposition sur la casse sociale. “Le premier responsable de cette casse sociale, c'est votre gouvernement, qui est le plus destructeur. C'est le cas avec La Poste et l'Education nationale”, a dit le conseiller général de Saint-André. "

Là ouna tord, les premières casses sociales ont commencé sous le gouvernement socialo-communiste, pour la Poste avec Quilès, justement celui qui voulait coupé les têtes, oulé tro zinn pou konèt sà. L'Education nationale, kisa té i vé dégrèss lo mamouth, sinon C. Allègre un autre dirigeant socialiste - Kisa la démantèle la SNCF, sinon Fiterman le ministre communsites transports, et c'est encore un ministre du travail, communiste qui a créé les premiers emplois précaires, les fameux TUC - payés à 600F/mois - kan sa la lé été fé dans les années 80, mi sipoz ou té i tète ankor out pouss. Konm ou woa dé krapule néna a goss osi. Oulé zinn, ésèye évité krapularize à coté de ces pourris qui ne pensent qu'à leur porte feuilles, amis, copains et maîtresses.... Silé ankor tan pou ou!!!!

2.Posté par kayamb le 16/12/2009 18:33
Personnellement , je suis étonné que "LANGUE DE OUATE", c'est le petit nom gaté de Gonthier ,,
soit encore Président du Parc. Il a encore du endormir par ses palabres le Conseil Général et ses
élus.
Il faut s'en méfier. Il est capable d'endormir n'importe qui!
Les commerçants de Bras Panon s'en souviennent encore.
SI VOUS NE LE VIRE PAS TOUT DE SUITE IL EST CAPABLE D'EMBAUCHER TOUTE SA FAMILLE
AU SENS LARGE AU SEIN DU PARC.

3.Posté par Barcator le 16/12/2009 18:40
Et voilà comment un magistrat, indigne de ce nom, récupère de l'électorat en détresse. Le Gonthier n'a vraiment pas peur du ridicule et nous en avons encore la preuve aujourd'hui. Mais laissez moi vous dire exactement ce qu'il a derrière la tête ce filou là. Evincer du Conseil Général, là où ce monsieur pouvait encore avoir un soupçon de pouvoir, le voilà opposant ... vis à vis de la même présidente qu'il n'a pas arrêter de vanter depuis son élection. Totor n'a pas eu sa part de gateau, alors il crache dans la soupe, quand vient même il faudra qu'il la mange, d'ailleurs, je me demande même si ce crachat politique n'est pas à l'image du jeune pour la pub Yop. Eh oui, car en fin de compte, quel bonheur de se retrouver dans les bottes et le costume de pompier, quand c'est pas lui qui paye. Ce monsieur prend vraiment les réunionnais pour des couillons. Il faudra pas bien que ça s'arrête un jour.

4.Posté par Fabros le 16/12/2009 19:15
La honte au bout du chemin!

Pris la main dans le sac pour avoir chapardé quelques plantes vertes sur une propriété privée, Alain Zaneguy, conseiller général du deuxième canton de Saint-Denis a sans doute la mémoire courte. Rappel des faits avérés par une minutieuse enquête policière qui lui ont valu un simple rappel à la loi il y a tout juste quelques mois.
Notre élu jardinier s'était attelé à subtiliser de magnifiques Duranta, vanilliers marron, pour orner, comme il se doit, ses quatre somptueuses villas nouvellement sorties de terre. Valeur marchande du butin, 80 euros sonnants et trébuchants.
Déjà échaudé par la perte frauduleuse de quelques pieds de ces fameux arbustes d'ornement, l'agriculteur lésé interpellait diplomatiquement l'inconnu qui rôdait aux alentours de son champ, au volant d'une Toyota. L'homme pris en tenaille prétextait une malencontreuse panne d'essence pour se dédouaner comme il peut. Mais l'agriculteur, droit sans ses bottes, ne fut pas convaincu de la réponse approximative du supposé coupable. La victime remarquait de plus les objets du délit dans le coffre entrouvert. Débusqué, une patrouille de police appréhendait manu militari le contrevenant élu, et l'emmènait sirène hurlante au commissariat Malartic. La suite, on la connaît tous: branle-bas de combat. Procureur général, préfet, présidente du Conseil Général étaient mis au courant. En tout état de cause, Alain Zanéguy devrait méditer cet acte honteux...

5.Posté par coco le 17/12/2009 01:10
Post 4 - Faut pas oublier aussi l'élue du CG, ce doit être la benjamine qui avait volé son employeur, 'une agence de voyages.

6.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/12/2009 23:33
gonthier...on a rien à reprocher à l'office du parc national des hauts...?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales