Politique

DOM : Tous autonomes... sauf La Réunion ?

Une fois l'euphorie et la tension de la crise de l'Outre-mer du début d'année retombée, collectivités et gouvernement discutent des solutions d'avenir pour les différents départements. Guadeloupe, Guyane, Nouvelle-Calédonie et sûrement Martinique se dirigent toutes vers plus d'autonomie. Seule La Réunion prend un autre chemin.


DOM : Tous autonomes... sauf La Réunion ?
La Guadeloupe vers plus de préférence locale

La synthèse des États généraux pour la Guadeloupe a été rendue publique aujourd'hui. L'information principale concerne sans surprise l'atelier "Gouvernance" qui recommande "le renforcement de l'autonomie de la Guadeloupe". Le président et ses rapporteurs s'appuient pour ce faire sur l'article 74 de la Constitution : "L’idée d’un modèle de régime parlementaire local régi par l’article 74 de la Constitution mais adoptant le principe de l’identité législative apparaît comme le reflet de la volonté citoyenne qui s’est exprimée".
L'atelier met en avant quatre éléments ressortis de cette consultation : "Une fusion du conseil général et du conseil régional, l’extension de l’offre de la décision publique locale, un attachement au droit constitutionnel local de droit commun, une méfiance à l’endroit de la concentration des pouvoirs et la mise à l’épreuve de la responsabilité locale".
Assemblée unique, plus d'autonomie, des propositions qui ont le mérite d'être claires. Pour illustrer cette envie d'une plus grande préférence locale, on peut ressortir cette proposition contenue dans la conclusion : "Éducation : une plus grande compétence en matière de contenu des programmes scolaires ; recrutement des autochtones sur les emplois locaux".

La Guyane vers un référendum

Présente en Guyane le 18 juillet, Marie-Luce Penchard, Secrétaire d'État chargée de l'Outre-mer, ne s'est pas opposée à un référendum concernant l'évolution du statut du département : "Si les élus de la Guyane saisissent officiellement le gouvernement, la Constitution prévoit que la population est amenée à être consultée sur ce projet d'évolution statutaire. (…) Il ne faut pas avoir peur du verdict populaire, les Guyanais vont se prononcer et je pense que cela va permettre de dépassionner le sujet, car au moins il sera tranché", a-t-elle déclaré à l'AFP.
Là encore, c'est l'article 74 de la Constitution qui serait utilisé. Le Président du Conseil général, Alain Tien-Liong, a précisé, toujours à l'AFP, avoir "fait le choix de cet article car il ouvre de nombreuses perspectives en terme d'organisation".

La Nouvelle-Calédonie  vers toujours plus d'autonomie

Dans le Pacifique, le chemin de l'autonomie a été pris depuis déjà un bon moment. Marie-Luce Penchard, actuellement en Nouvelle-Calédonie, n'a pas du tout remis en cause cette voie tout en rappelant que l'État resterait présent tout au long du processus : "Il va y avoir des transferts de compétences importants et l’Etat sera aux côtés de la Nouvelle-Calédonie pour l’accompagner dans cette démarche. (…) Il n'y a pas de désengagement de l’Etat", a-t-elle précisé à l'AFP.
La veille, le parlement avait adopté le texte apportant les garanties financières nécessaires au transfert en Nouvelle-Calédonie de nouvelles compétences, notamment concernant l'enseignement secondaire. "Ces dispositions, exceptionnelles au regard de la situation financière de notre pays, confirment la position singulière et avantageuse de la Nouvelle-Calédonie par rapport aux autres collectivités territoriales", a déclaré à l'AFP la Secrétaire d'État.

La Réunion vers le statu quo

A La Réunion, sans tirer de plan sur la comète, il semblerait qu'il ne soit pas question de plus d'autonomie ni d'assemblée unique, du moins dans un premier temps. C'est ce qui se murmure et qui devrait être confirmé par la synthèse des Etats généraux. Pour preuve, quand un ministre où le président lui-même se rend en Guadeloupe, Guyane, Martinique ou Nouvelle-Calédonie, il parle d'autonomie et de spécificité locale. François Fillon, lors de son passage à La Réunion, avait affirmé avoir entendu le souci des Réunionnais de rester dans le droit commun et il leur avait promis l'intégration à l'espace Schengen...
Mardi 28 Juillet 2009 - 18:28
Benjamin Postaire
Lu 4123 fois




1.Posté par Jeff le 28/07/2009 22:05
Cela fait trembler d'imaginer l'autonomie avec un Vergès à la tête. Vaut mieux rester comme nous sommes, au moins il y a un contrôle de l'Etat sur les "écarts" et le copinage.

Où en sont compte sur les 8 millions pour la continuité?

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 29/07/2009 00:06
pour la Réunion, le statu quo..pour les autres départements, l'aventure..?
frileux, le réunionnais ?

3.Posté par Tonton le 29/07/2009 07:31
On devra demander d'etre annexé par les Ricains...
Dans leurs Etats et Territoires Outre mer ils n'y a pas le chaos social comme dans les dom français..
Hawaii, 5000 km de la metropole: 7.4% de chomage, Puerto Rico, povre "TOM" à coté des Antilles française affiche un taux de chomage de la moitie - à 14.5% en juin.
(source : http://www.bls.gov/lau/ )

Et tous ça avec des superavits commercials, et sans défisc, sans primes fonctionaires, sans Octroi de Mer, etc !
Pareil aux iles espagnoles, ou les iles neerlandaises de la caraibe.

Si la France (et nos élus) sont trop c**ns (ou pas assez interessés) pour trouver des solution, il faudra reflechir de la chercher d'AILLEURS !

4.Posté par Lorant le 29/07/2009 08:16
Eh oui, le statu quo qui a démontré qu'il ne marche pas (illettrisme, chômage, record de rmi, etc.) va donc être décidé par les quelques privilégiés qui tiennent la maison. Et ensuite, on va découvrir avec stupéfaction que ce qu'on a appelé les "lois pays" (possiblité d'adapter certaines règles) marche finalement bien ailleurs, on va découvrir que la possibilité des élus (par le peuple) de décider certraines mesures (en quelque sorte l'autonomie) apporte un mieux, mais comme on a décidé de ne rien faire...
Et pourtant, par rapport aux Antilles, on est considéré comme les bons élèves, par la Fra,nce et l'Europe, en matière d'utilisation de crédits. Il faudrait juste qu'un peu moins de règles communautaires (dénoncées dans toute l'Europe) et administratives françaises soient appliquées pour que ça marche encore mieux. Evidemment, l'autonomie risquerait de décider de globaliser les crédits et donc, de ne plus donner aux nantis, pardon aux fonctionnaires, une surprime qui n'a plus de raison d'être. Alors, surtout, on ne change rien, on continue à donner aux riches (vous savez, ceux qui possèdent 3 ou 4 maisons et qui les louent à leurs compatriotes à des prix exhorbitants) et les auvres continuent de pleurer pour le plafon de la CMU ou les "petites retraires".
Nou lé misère et nou va rest misère.

5.Posté par maronaz le 29/07/2009 08:32
in zour la néz va komans tonbé ta konét ton doulér , ta konét ton soufrans kan nout péyi sra kosté sanm la frans, o la frans , o la frans,...mon péyi bato fou ousa banna i ral a nou...aléwé

6.Posté par Ulysse le 29/07/2009 08:56
Autonomie ça veut dire quoi ? On peut mettre tout et n'importe quoi derrière ce mot.
Il sera intéressant de voir ce que les habitants de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Guyane, Nouvelle Calédonie vont avoir réellement à gagner ou perdre s'ils changent de statut.

Pour Lorant, je crains fort qu'avec plus d'autonomie (ce qui reste à définir) ce sera toujours les mêmes, les plus riches, qui en profiteront et vous faites une grossière erreur en assimilant riches et fonctionnaires, ouvrez vos yeux et regardez autour de vous qui sont les grosses fortunes et ceux qui détiennent réellement les pouvoirs.

7.Posté par azalee le 29/07/2009 09:09
Le statu quo n'implique pas le refus de l'aventure, ni le refus du changement.
Ne confondons pas non plus "statu quo" et "statut".
Le statut actuel n'est pas encore pleinement vécu. Il porte en lui de nombreuses possibilités d'évolution. Pour qu'elles soient réalisées, il faudrait que les élus, tous les élus, se préoccupent un peu moins de politique politicienne et un peu plus d'efficacité réelle, travaillent dans le même sens, soient réellement, ensemble, une vraie force de proposition, de vrais interlocuteurs pour le gouvernement, à l'écoute bien sûr de la population mais capables aussi d'un vrai courage politique pour oser et défendre les mesures qui ne font pas plaisir mais qui sont nécessaires.
La Réunion est capable de beaucoup, beaucoup de choses. Croit-elle assez en elle ?

8.Posté par ratane le 29/07/2009 09:17
et la décence bordel!!!!!

enfin un espoir de voir la lumiére; d'arreter la perfusion européenne qui modifie "l'adn typique" de notre jolie petite ile..
et la ben non on s'assoie enfin on reste assis le bras tendu et la perfusion continue....du coup on continue dans ce monde qui n' a rien d'une vie insulaire ou on se prend pour un bout d'europe, ou la modernité depasse les capacités de l'ile.... "il faut pas faire le riche quand on a point le sou" ( brel)....
ma pa pér lotonie....ni l'indépendens

9.Posté par flashbenet le 29/07/2009 10:28
Le meilleur exemple que l'on ait d'autonomie à la réunion est "l'île soeur" Maurice.

Cette ancienne colonie Britanique est indépendante et a les mêmes contraintes que la réunion.

Alors effectivement cette république fonctionne. Mais est on prêt à vivre comme un Mauricien.

Les plages privés ? la réunion a fait le parc national des haut, et les plages sont publiques, mais il reste beaucoup à faire pour réabiliter le litoral.

Les fonds marins - Essayé de voir un poisson dans le lagon de maurice... A la réunion on tente de le sauvegarder.

Les salaires - Demander à un mauricien s'il a espoir de voyager un jour.

Est on prêt à travailler pour 300 € par mois, la jeunesse mauricienne n'est plus prêt à ça non plus.

Nous critiquons beaucoup, et c'est un bien, mais les exemples des îles à coté de la réunion laisse perplexe :

- Madagascar - Avec TGV l'avenir de l'île est assuré !!
- Les comores - 160000 reconduite à la frontière. Pas d'électricité pendant 3 mois le pays le plus pauvre d'affrique.
- Les seychelles - Connais pas



10.Posté par thierry le 29/07/2009 10:34
Bon moyen pour l état de faire des économies que d'abandonner ses prérogatives aux régions et aux départements sans que ça suive financiérement, la tendance est engagée depuis un moment que ce soit sous prétexte de décentralisation ou d'autonomie.

Ca n'arrangera en rien notre sort, flattera quelques chauvins, donnera plus de pouvoirs à nos roitelets pei dont nul n'ignore que leur incurie est grandement responsable de la situation actuelle...et au final Sarko pourra s'en laver les mains puisque autonomie implique évidemment responsabilité, donc ce ne sera plus son problème !

Très habile politiquement...mais pas sur que les Domiens tombent dans ce piège s'ils doivent voter, ils sauront garder la tête froide.

11.Posté par flashbenet le 29/07/2009 10:34
Ou sa bana y ral à nou ;)

Ou la vi Zilbert ! Li la mi un pé do dan son Rhum ;)

Li march akou de subvention !

12.Posté par chabouc le 29/07/2009 12:11
Je pense que la meilleure des positions serait de réaliser une consultation des Réunionais. Ce qui est certain par contre c'est que lestatu quo ne peut nous mener que dans un mur.

13.Posté par ratane le 29/07/2009 13:02
bon comparons ce qui est comparable...
comment comparer maurice qui a eu son independance 1968... et la réunion departementalisé en 1946...on ne fera pas les meme erreurs...
arretez d'avoir peur un peu...

14.Posté par Marc Julien le 29/07/2009 14:17
Mais j'espère bien que La Réunion ne fera pas l'erreur de " plus d'autonomie " !!! Plus d'autonomie par rapport à quoi ? à Qui ?? Soyons Sérieux... nous sommes bien heureux d'être proche de la France...
La Réunion doit se séparer plutot de certains de ses hommes politiques vieillot plutot que de s s'éloigner de la France !!!

15.Posté par maronaz le 29/07/2009 14:28
pou flashbenet

ben néna sét i van léspri, lokor ék lékér, ou parle moris par isi par laba, mi préfér viv en kréol digne é mizér ke kontinié ék lafrans... a ou, ou préfér gard toute lasistans ét voi inta domoun isi pa forsé, mi préfér modél morisien; an pasan gilbert la sant "péyi bato fou" mé la pa li la ékri lo téks...

16.Posté par flashbenet le 29/07/2009 14:46
Pour Maronaz

En fait mi pense aux futures générations. Not système je suis d'accord avec ou peut être améliorer.

Moi personellement mi préfèr pas la misèr. Je pense que nous peut garder notre fierté créôle quand même.

Mais je ne fais pas confiance à nos hommes politiques actuels pour réaliser un système plus juste et plus égalitaire qu'à l'heure actuelle.

C'est vrai que notre système de pousse pas certain à l'initiative, mais on laisse personne au bord du chemin. Les plus faibles sont bien traités.




17.Posté par Pierre Dupuy Junior le 29/07/2009 14:46
9: inexact: Maurice n'a pas les mêmes contraintes, ils sont même carrément avantagés: la géographie mauricienne est infiniment plus favorable que la nôtre, du fait de la présence de par chez nous de très hautes montagnes ne laissant d'utilisables (en simplifiant vachement, parce que l'intérieur des terres peut l'être dans une certaine mesure si on respecte certaines contraintes) que la côte littorale.

18.Posté par fej_971 le 29/07/2009 17:28
Difficile de ne pas bouger après les évènements de début d'années ... Il me parait évident que nous allons vers plus d'autonomies en Guadeloupe, Martinique et Guyane ! Et le premier des 3 qui aura évolué servira probablement de modèle aux deux autres ...


19.Posté par Lorant le 29/07/2009 19:33
Les fonctionnaires ne sont évidemment pas les plus riches. Mais c'est à cause de leur pouvoir d'achat en général que les prix sont élevés. Les plus riches s'en fichent un peu des prix, eux

Quant à flashbenet, oser dire que les plus faibles sont bien traités et que personne n'est au bord du chemin, c'est fort quand même !

Thierry propose un référendum d'initiative populaire: super, Vira va revenir au premier plan en sortant ses niaiseries habituelles (du genre il faut un passeport pour aller du département du nord au département du sud) et ça va encore marcher. Ce sont pas les élus qui sont bétas, ce sont ceux qui les élisent. CQFD

20.Posté par In moun. le 29/07/2009 21:24
Lotonomi-la i fé bat la lang domoun bonpé minm, isi LaRényon. Désèrtin la pèr la mizèr. Bé, kosa i lé la mizèr po banna ? Bord loto, "Carrefour", "MacDo" ? Arpran sarèt, boutik kartyé, armanz mayi ? Mi wa li plis konm in manir viv.

Mi rokoné nout bann politikèr lé fout pa kab aminn lo bato. I aspèr riyink larzan déor. Romarké ! Dopi LaFrans la komans donn mwins larzan nout bann désidèr, zot la ni plis an grinn. Zot i anfou pa mal tout sat lo pèp i tas manir di azot toulézour. Zot promyé traka : kosa mi sar fé ? Gouvèrnman anvoy pi mwin asé larzan.

Lé rogrétan po nou, tousala. Kilé nout dinité ? Kansa nou wa giny bord la pèr, la ont, po nou giny di : mwin lé kréol, mi viv an kréol !!! Domoun i pé moukat amwin, mi anfou !!! Mwin lé fyèr mon kalité !!! Mwin in zanfan maronèr !!! Mwin in batar Lérop, Lafrik, Linn, Mada !!!

21.Posté par azalee le 29/07/2009 22:21
Mais ça n'est pas qu'une question de niveau de vie ! Je me sens Réunionnaise ô combien ! mais je me sens aussi tout à fait Française et je n'ai pas envie de cesser de l'être ! Je voudrais seulement qu'on m'accepte tout entière comme je suis. Quant à la culpabilisation sur le mode "on est des assistés et en plus on veut le rester", je récuse complètement.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales