Faits-divers

Crise requins : Une lettre ouverte réquisitoire contre la mairie de St-Paul et la préfecture


Suite à la mise en ligne d'une note interne à la mairie de Saint-Paul rédigée par un directeur général adjoint des services, adressée en copie aux élus et au DGS, et répondant aux maîtres nageurs postés sur les plages qui avaient signalé une recrudescence de requins à proximité des plages (cliquer ici pour lire l'article ) et décidant sciemment de ne pas prendre des mesures permanentes d’information du public face au risque requin, les commentaires vont bon train sur Facebook.

C'est ainsi qu'un internaute signant "Un citoyen lanceur d’alerte" a publié un dossier, argumenté juridiquement, dressant un véritable réquisitoire contre la mairie de Saint-Paul et l'Etat, les accusant d'avoir volontairement et en toute connaissance de cause fait prendre des risques énormes à des baigneurs ou surfeurs, avec les résultats que l'on sait, pour ne pas créer de psychose dans la population.

Nous vous proposons intégralement ce dossier ci-dessous...

Crise requins : Une lettre ouverte réquisitoire contre la mairie de St-Paul et la préfecture
Mes chers concitoyens de la Réunion,

Comme moi, en votre qualité d’usager habituel domaine public maritime (DPM) de la Réunion, vous vous interrogez sur le fait de savoir si les récentes attaques de requin intervenues sur des usagers ne sont pas la résultante de l’imprudence et de la négligence des personnes en charge de la gestion de ce domaine public alors qu’une étude de l’IFREMER de 1997 pointait clairement le risque requin auquel nous sommes aujourd’hui tous confrontés.

Comme moi, vous vous étonnez de voir qu’il ait fallu attendre les attaques répétées de 2011, 2012 et 2013 et une décision de justice rendue à l’encontre de l’Etat pour que des mesures de prévention et de protection appropriées soient enfin annoncées en vue d’une mise en œuvre "rapide" par les personnes responsables de la sécurité des usagers du domaine public maritime.

Aujourd’hui, je dois malheureusement constater que ces morts ne sont que les fruits indigestes d’une absence volontaire de prévention suffisante selon un plan funeste imposé par les représentants de l’Etat, au plus tard en décembre 2008, et avec la collaboration zélée de la Ville de Saint-Paul.

En effet, on vient de m’adresser la copie d’une note interne de la Mairie de Saint-Paul du 22 décembre 2008 à destination des maitres-nageurs sauveteurs des plages de la ville portant sur le "Risque Requins", dont il ressort que selon le Directeur Général des Services qui en est le signataire : "Que par courrier du 22 septembre 2008, vos coordonnateurs ont attiré notre attention sur le risque de présence ou d’attaque de requins dans les  zones de baignades surveillées…" ; "Que nous avons [la commune], à cette occasion, saisi de cette question Monsieur le sous-préfet de Saint-Paul qui nous a répondu que la mise en œuvre d’un plan d’alerte départemental serait susceptible d’alimenter la psychose du danger requin alors que le risque demeure faible et qu’il   appartient au Maire de prendre les mesures adéquates de police des baignades dans sa zone de responsabilité". "Compte tenu de ce qui précède, nous vous informons que nous n’envisageons pas de prendre des mesures permanentes d’information du public face au risque requin". "C’est ainsi qu’en l’absence d’information sur la présence de requin aux abords ou dans une zone de baignade surveillé à un moment donné, votre responsabilité ne saurait être engagée si la  flamme verte est hissée..." "Enfin, l’information au public dans ces situations doit rester particulièrement mesurée et en aucun cas alarmiste"…

A mon sens, si le directeur général de la ville de Saint-Paul a bien rapporté la volonté expresse du Sous-préfet de Saint-Paul à laquelle s’est manifestement rangée Madame Bello, il devient incontestable que c’est en toute connaissance de cause que l’on aura refusé d’informer les Réunionnais sur les risques encourus et qu’on se sera abstenu d’ordonner les mesures propres à prévenir, même par la simple information du public, de ce risque requin.

L’Etat et le  maire de Saint-Paul ont donc bien fait sciemment un arbitrage entre la sécurité des citoyens et des intérêts particuliers qui restent à découvrir.

Ce choix de l'état, relayé sans révolte par la ville de Saint-Paul, tendait ainsi dès 2008 à minimiser l'information des usagers et à prendre des mesures uniquement destinées à limiter l'éventuelle responsabilité du Maire. Rien n’était donc prévu dans le but de préserver la sécurité des usagers. Bien au contraire !

En effet, la ville de Saint-Paul, en venant indiquer qu’en "l’absence d’information sur la présence de requin aux abords ou dans une zone de baignade surveillée" cherche délibérément le moyen de s’exonérer, par abstention volontaire, de toute responsabilité en cas d’attaque mortelle  survenant  lorsque  la  flamme  verte  est  hissée : "C’est ainsi qu’en l’absence d’information sur la présence de requin aux abords ou dans une zone de baignade surveillée à un moment donné, votre responsabilité ne saurait être engagée si  la flamme verte est hissée..." On croit rêver ! Véritablement  on croit rêver sur le sens de l’action administrative à la Réunion !

C'est donc froidement que le Maire de Saint-Paul a collaboré avec l'Etat dans une démarche mensongère à l'égard de la population de la Réunion consistant à prétendre que les surfeurs sont exclusivement fautifs et que les baigneurs ne risquent rien. Circulez, il n'y a rien à voir! Ce ne sont que des imprudents !!! Un ou deux morts par an ne justifient donc pas pour l'Etat, main dans la main avec Saint-Paul, la mise en œuvre d'un plan administratif de prévention des risques en ce que cela pourrait être préjudiciable à certains intérêts particuliers.

Ce choix de désinformation de la population au regard du risque requin qui était parfaitement connu et à tout le moins hautement prévisible a entrainé des morts inutiles.

Ce choix, c’est celui des blessés aux terribles mutilations, celui de familles entières dans un chagrin aussi effroyable qu'injuste.

Ce choix, c'est aussi celui de la mise à mort de la filière surf à l'ile de la Réunion en venant considérer que la montagne se suffit à elle-même et que le surf est un aspect négligeable dans notre image touristique.

Ce choix a induit le résultat inverse à celui qui a sans doute été projeté : le déclin progressif de l'ensemble de notre filière touristique est en cours et ce ne sont pas les millions dépensés, notamment en communication, par la Région qui parviennent à arrêter cette spirale dangereuse pour notre économie.

Ce choix impliquait à moyen terme une accélération de la décomposition des lagons de la Réunion dont les objectifs de protection ont été subitement abandonnés par l’administration pour les voir transformés en parc à baigneurs qui seraient entièrement protégés par la barrière de corail.

Ce choix funeste, c'est celui d'une administration qui a considéré qu'un acte simplement réglementaire (la réserve marine) devait s'imposer tel un dogme sacré jusqu'à la violation de la loi fondamentale sur le droit à la vie!

Ce choix fautif justifie que l'on recherche les responsabilités encourues par ceux qui ont pris ces décisions contre la population de la Réunion et son intérêt général. La population doit connaitre les causes d'un tel dysfonctionnement de l'Etat et d'une collectivité territoriale à la Réunion et être informée sans délai sur les mesures de nature à éviter toutes formes de récidives liberticides de ces autorités déviantes.

Se pose en outre pour l’établissement des responsabilités la question de savoir à qui aurait pu nuire la prétendue "psychose de la population" si un plan de prévention des risques avait été mis en place dès 2008,  comme l’Etat ne manque pourtant pas de l’imposer en matière d’inondation à la Réunion. Est-ce la filière touristique que  l’on voulait protéger alors qu’elle se relevait à peine de la crise "chikungunya"?

A ce jour le résultat obtenu par ce choix désastreux du mensonge est catastrophique. Le développement touristique est au point mort et ses acteurs subissent de plein fouet une véritable crise "requin" synonyme de chômage pour nos jeunes.

L'Etat a donc commis une faute d’une exceptionnelle gravité dans ce choix très clairement exprimé en 2008 et qui aura finalement conduit, après de trop nombreuses victimes, à ce que le gouvernement annonce, sous l’injonction du juge des libertés fondamentales, la mise en œuvre sans délai de mesures qui seraient de nature à nous assurer une prévention effective cette fois !

Cela ne fait qu’au moins trois années de retard sur le dos des familles que tous ces morts ont endeuillées ! Justice doit leur être rendue !

Les procureurs locaux de l’autorité de poursuite devraient me semble t-il se saisir immédiatement d’office de cette problématique qui a causé un trouble exceptionnel à l’ordre  public et dont la cause se trouve bien au de la simple négligence administrative. En effet, il est manifeste que des fautes pourraient être caractérisées au regard de la loi pénale qui réprime le délit de mise en danger délibérée de la personne d'autrui par manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi (article 121-3 du code pénal). La loi réprime également "le fait d’exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures" (article 223-1 du code pénal). Ainsi les personnes physiques qui n'ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s'il est établi qu'elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d'une particulière gravité qu'elles ne pouvaient ignorer.

Ici, à la Réunion, tel est manifestement le cas. Justice doit être rendue !

Un citoyen lanceur d’alerte
Mardi 23 Juillet 2013 - 16:50
.
Lu 3380 fois




1.Posté par Logique le 23/07/2013 17:27
Certes, mais:
- Qui à La Réunion (touristes exceptés, mais c'est une très notable exception!) peut prétendre qu'il ne sait pas que la baie de Saint Paul n'est pas un endroit où se baigner, ni qu'il y a des requins dans l'océan, y compris près de Boucan et des Roches noires?
- Qui ignore qu'il y a chaque année ou presque depuis des décennies des surfeurs attaqués et malheureusement régulièrement des morts?
- Qui ignore qu'il y a eu une recrudescence d'attaques ces dernières années?

A mon avis personne, ou seulement les ermites qui auraient vécu dans une grotte les 30 dernières années.

Dans ces circonstances, prêter à cette note interne la responsabilité des morts survenues ces dernières années est pour le moins exagéré, dans la mesure où la grande majorité d'entre eux habitaient ici depuis un certain temps et connaissaient la nature du risque.

Ca n'enlève rien à l'aspect dramatique de ces morts, mais je ne suis pas sûr qu'un panneau posé sur chaque m2 de sable aurait changé grand chose: les surfeurs auraient quand même surfé.

La question se pose pour les touristes, qui peuvent facilement se faire surprendre par manque d'information, et là c'est potentiellement condamnable de ne pas les informer mieux pour ne pas paniquer le chaland.

Polémiquer pour polémiquer discrédite les vrais reproches qui pourraient être faits aux décideurs.
Il est toujours facile a posteriori de crucifier les uns ou les autres: Pierrot n'est-il pas le premier à reprocher aux décideurs d'ouvrir le parapluie au détriment de l'économie réunionnaise, par exemple dans la crise du Chick?
Les entrepreneurs du surf n'auraient-ils pas été outrés d'une information générale sur les risques du surf à La Réunion, faisant fuir les potentiels clients extérieurs vers d'autres destinations moins bien informées?

Je ne dis pas que cette note était pertinente, et je ne l'aurais probablement pas écrite si j'avais été en poste, mais c'est assez hypocrite de se ruer dessus et de tout lui mettre sur le dos: ça ne règle rien et ça exacerbe les haines.

2.Posté par et? le 23/07/2013 17:57
L'attaque sur des baigneur sont très rare, en 2008 rien ne laissez paraitre un tel drame aurait il valu crier au loup?surement! les gens auraient ils écoutaient j'en doute.... les personne morte par attaque ou mutiler n'ont respecter aucune des consigne(eau trouble,tard le soir,trop tôt le matin...)il est regrettable de perdre un être de sa famille mais peut on rejeter la faute sur l’état??aller vous demandez des dommage et intérêt?(attention des personne que seul l'argent motive pourrais vous induire en erreur,et ainsi faire de votre combat le leur,pour des raison bien différente...)

En Afrique si un homme s'aventure la ou il ne devrait pas et qu'un lion le tue personne ne va chasser tout les lion de la savane par pur soucis de vengeance ou de "pseudo"protection!!! combien de fois devrait ton le répéter l'eau n'est pas le milieu naturel de l'homme.

Mon avis il devrait être créer 2 a 3 plage protéger pas plus le reste devrait servir de sanctuaire au requin et développer le tourisme autour de ces sanctuaire(descendre sous l'eau dans des cages ect...) et pour finir créer un centre de recherche et d’étude visant a mieux connaitre et comprendre le requin qui pourrais servir de musée océanique dédiée a ces roi des mers.

Pour terminer après la création et la mise en sureté des 2 a 3 plage j’interdirai toute activité de mer dans les endroit autre que les plage ci dessus préciser et en cas d'accident aucune personne ne pourra être tenue responsable excepter la personne concerné par la dite attaque. cela serait le seul moyen d'en finir une bonne fois pour toute avec ce problème "requin" qui en fait n'est rien d'autre qu'un problème "humain"!!!!

3.Posté par JANUS le 23/07/2013 18:06
Ce n'est pas vraiment un lanceur d'alerte qui a écrit ce courrier ... il y a trop d'interprétations subjectives pour cela ... Cela sent la récupération politique à plein nez, à l'approche des municipales ...

Prenons quelques morceaux choisis de ce courrier :

* "Comme moi, vous vous étonnez de voir qu’il ait fallu attendre les attaques répétées de 2011, 2012 et 2013 et une décision de justice rendue à l’encontre de l’Etat pour que des mesures de prévention et de protection appropriées soient enfin annoncées en vue d’une mise en œuvre "rapide"
Cette phrase montre bien qu'en 2008, personne ne pouvait prévoir ces attaques répétées qui ont commencé en 2011 ... et qu'il n'y avait aucune raison à ce moment-là d'affoler la population.

* " il devient incontestable que c’est en toute connaissance de cause que l’on aura refusé d’informer les Réunionnais sur les risques encourus et qu’on se sera abstenu d’ordonner les mesures propres à prévenir, même par la simple information du public, de ce risque requin".
Qui, à La Réunion, ne sait pas qu'il y a des requins qui rôdent autour de l'île ???
Qui, à La Réunion, ne sait pas qu'il y a des requins dans la baie de Saint-Paul ???
Faut-il informer le public de cela ??? Dans ce cas il fallait le faire depuis quarante ans au moins ...

Il faut rester sérieux si on veut être crédible ...

* " Ce choix de l'état, relayé sans révolte par la ville de Saint-Paul, tendait ainsi dès 2008 à minimiser l'information des usagers et à prendre des mesures uniquement destinées à limiter l'éventuelle responsabilité du Maire.".
Le courrier a pour but de limiter la responsabilité des maîtres-nageurs, pas celle du maire ...

Visiblement nous sommes dans une démarche politique ... et dans ce cas il faut aller jusqu'au bout de la démarche ...
La note de la mairie date de septembre 2008 (et non pas décembre 2008) ... Madame BELLO est élue en mars 2008 ... six mois avant la rédaction de cette note ...

Il y a eu des attaques de requins avant 2008, on peut se demander ce qu'ont fait les équipes municipales précédentes contre le risque requin ... Visiblement rien ...

Je crois que le sujet est trop grave pour qu'il y ait ce genre de récupération politique qui ne grandit pas son auteur ...

4.Posté par Et? Toi meme le 23/07/2013 16:18
800000 personnes sur 2 ou 3 plages!!!? Faut avoir envie de s'entasser avec des gogos comme toi!! Tant qu'à faire autant interdir toute baignade dans l'île et toute activité nautique ça réglera le pb de protection du littoral et persévéra aussi le lagon!

5.Posté par roberttolo le 23/07/2013 18:23
en clair c'est Nativel d'OPR qui a écrit la lettre . Il arrête pas de dire que c'est un lanceur d'alerte.

6.Posté par roberttolo le 23/07/2013 18:25
Pourquoi la rédaction de zinfos ne nous dit qui est l'auteur de cette lettre. Une lettre ouverte est toujours signé sinon c'est un corbeau !
C'est bien aussi de faire un peu d'investigation et de nous dire d'où vient la lettre. Qui est l'auteur ? quel est son but ? qu'elle est cette association ?

7.Posté par ndldlp le 23/07/2013 19:11
la mairie est plus prompte à interdire l'accès, avec raison, mais avec l'efficacité que l'on connaît, des 3 bassins de st gilles..

allez comprendre..

8.Posté par citoyen lanceur d''''algue vertes le 23/07/2013 19:12
c'est tout ? 3 paraphrases, une sur-interprétation et 2 articles du code pénal ? zinfos n'a pas de conseiller juridique.
quid de la réciprocité ? quid de l'environnement socio-politique en 2008 sur la côte ouest ? quid de l'ordre public ? quid du rapport qui enfonce les portes ouvertes de l'IFREMER en 1998 ? quid de l'interprétation du risque par l'administration ? quid de l'intervention de l'état entre 1997 et 2010-première attaque ? quid de la présence déplacé d'une lettre anonyme par zinfos en une de couv sur un sujet polémique et douloureux ?
vous l'aurez compris, que le lanceur lance son ti commentaire d'arrêt, c'est son problème. mais zinfos doit citer ses sources si il prend position politique.

9.Posté par un imbécile lanceur d''''alerte le 23/07/2013 20:54
le requin fait partie , et est indispensable à l'écosystème réunionnais . De tout les temps il y a eu des imprudents qui se sont fait bouffer, et il y en aura toujours .C'est la nature et c'est bien ainsi ... Mais aujourd'hui la risque requin est un slogan politicien à la mode . Laissons ces abrutis baver ( comme celui qui a écrit cette fable ou narration ) ...mais celui qui en viendra à bout et supprimera ce risque , n'est pas encore né !

10.Posté par Le corps beau c'est moi ! le 23/07/2013 21:09
Mon dié séééééégniiieur faites moi l'aile comme j'ai la cuisse !!!!!!

11.Posté par breizhatoll le 23/07/2013 22:01
perso ce qui me gêne plus c'est moins la réponse de la préfecture ( il est vrai que le risque requin était minime en 2008) que la raison qui a valu cette réponse ? craignait on quelque chose a la mairie de st paul alors que pourtant a l'époque les signalements restaient rares et que nous n'avions encore connu aucune attaque . les gens de la mairie semblaient jouir d'un don de prescience troublant.

12.Posté par Christian le nageur le 23/07/2013 22:56
Il faudra que l'Etat et la Commune de St Paul rendent des comptes suite aux plaintes déposées. Et la justice tranchera. Peut importe qu'il y ait ou pas une élection en mars 2014. Le sujet c'est de savoir si les pouvoirs publics ont fait ce qu'il fallait ou pas. En général pourtant le fameux "principe de précaution" est rapidement mis en avant. Affaire à suivre. Merci aux médias qui suivent de prêt ce délicat dossier.

13.Posté par Ludo Michel le 24/07/2013 02:39
Twitter
Le problème n'est pas de savoir si en en 2008 on savait, le problème est de réaliser que depuis 2008, rien n'a été fait.
En 2010, il ne savait pas non plus ?
En 2011, il ne savait pas non plus ?
En 2012, il ne savait pas non plus ?
En 2013, il ne savait pas non plus ?

Que l'Etat et la mairie de Saint Paul nous sortent alors les notes qui montrent les mesures efficaces prisent pour régler cette crise requin. On attend.

14.Posté par Il dit la Vérité... le 24/07/2013 09:33
Il faut l’exécuter !

15.Posté par alerte à Malibu le 24/07/2013 12:23
Ca vient de facebook, donc c'est possible de trouver la source...

Si c'est pas signé et c'est anonyme alors il faut .... jeter!

On reçoit des tas de lettres anonymes... quel intérêt de colporter si c'est pas assumé?

Plus on s'approche de MARS , plus on risque de perdre en objecti..vité:

Attention

16.Posté par Feelgood le 24/07/2013 11:00
Manque de réactivité scientifico-écolo-politico au début de la crise mais également PENDANT la crise. Si des anonymes osent le dénoncer, d'autres plus connus l'ont également fait.

http://www.zinfos974.com/Requin-Fred-Buyle-consterne-par-le-manque-de-reactivite-preventive_a57152.html

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales