Economie

Crise économique: 'halte à la morosité!'

Le rachat à La Réunion de la franchise "Alain Afflelou", grande marque nationale, pourrait laisser perplexe dans un contexte de crise économique tel que nous le vivons aujourd'hui. Les entrepreneurs locaux concernés ont décidé d’évoquer lors d’une conférence de presse la nécessité pour l’économie réunionnaise de réagir face à la crise.


Crise économique: 'halte à la morosité!'
Comment croire à une relance de la consommation? Comment rassurer les consommateurs alors même que les chefs d’entreprise sont préoccupés? Les entrepreneurs redoutent les effets néfastes liés à la crise financière.
Du côté de la société Optic Développement, les décideurs ont préféré prendre le taureau par les cornes en "refusant de subir le climat morose. Nous avons un réel désir de réussite, notre mot d’ordre c’est l’optimisme", explique Olivier Heutte, actionnaire d’Optic Développement et Président de VisionII.
La conférence de presse qui a eu lieu cet après-midi à la CCIR de Saint-Pierre a permis au président de la CCIR, Eric Magamootoo, de dépeindre un tableau du climat économique actuel.
Par la suite, et en présence de Laurent Afflelou, directeur du développement de la marque Alain Afflelou, les représentants d’Optic Développement ont expliqué pourquoi ils ont pris la décision de racheter quatre magasins Afflelou en cette période de crise. "Si nous restons passifs, nous subirons. Il faut prendre les choses à bras-le-corps", explique Olivier Heutte.
Opinion partagée par Laurent Afflelou, directeur de la marque, qui affirme que "malgré la période de crise, les acteurs réunionnais croient au potentiel de leur île et investissent".
Si tous les entrepreneurs réunionnais ne peuvent pas suivre cette ligne de conduite, voici un exemple qui apporte une note positive et un signal optimiste au cœur d’une actualité financière mondiale bien morose.

Mardi 21 Octobre 2008 - 15:49
Melanie Roddier
Lu 2106 fois




1.Posté par Bill Vesée le 22/10/2008 08:27
Vécu : Je dois changer une pièce sur ma voiture. Mon épouse est allée chez le constructeur hier en métropole : prix de la pièce : 158€ TTC, mais 8 jours de délai, donc pas possible car ils veulent nous l'envoyer par la poste, même si nous payons tout.

Je suis allé chez le concessionnaire réunionais : prix de la pièce : 235.60€. Après discussion j'ai obtenu un rabais : prix final 210.31€. Je l'ai commandé.

2.Posté par nicolas de launay de la perrière le 22/10/2008 10:28
bill, pour info, une piece achetée par un concessionnaire local, doit payer un coeff de 0,5 si la piece arrive par avion, et 0,2 si elle arrive par bateau sur le prix que lui fait son fournisseur. ce coeff = coût du frêt et octroi de mer + diverses taxes locales.
ensuite, il doit couvrir sa marge, le coeff de marge est en moyenne de 0,25.

3.Posté par Bill Vesée le 22/10/2008 10:38
Correction : il fallait lire : donc pas possible car ils ne veulent pas nous l'envoyer....

Autre précision : La pièce n'est pas disponibleà la Réunion, il faut que le concessionnaire la commande = 15 jours de délai. Il faut payer cash (ou carte de crédit) bien sur.

4.Posté par Bill Vesée le 22/10/2008 11:26
Nicolas : C'était une info, et à chacun de faire son opinion et votre contribution n'est certainement pas à négliger: c'est l'info débattue qui permet d'avoir une opinion moins tranchée.

N'oublions pas de dire que le concessionnaire achète Hors Taxes départ métropole avec à une remise constructeur variable selon les produits sur le hors taxes (tarif concessionnaire différent du tarif client final).

Arrivé à la Réunion, il faut effectivement ajouter les frais de transports + l'octroi de mer au produit.

La marge du concessionnaire Réunion est-elle appliquée sur le prix Hors Taxes d'achat départ métropole ou sur le prix Hors Taxes d'achat départ + octroi + frais de transport?

Le prix de vente inclus octroi et frais de transports.

Cela doit compliquer la gestion car comment est répercutée l'octroi de mer et les frais de transport pour la TVA.

Le concessionnaire récupère-t-il la TVA sur les frais de transports au cas il les répercuterait sur le prix TTC client final ?

Le concessionnaire récupère-t-il la TVA sur l’octroi au cas il les répercuterait sur le prix TTC client final ?

Le concessionnaire récupère la TVA à la vente. Le produit est acheté TTC par le client final qui lui supporte toute la TVA.

Voilà mes interrogations.

5.Posté par Bill Vesée le 22/10/2008 11:45
Loi Pons : La TVA et l’octroi de mer à la Réunion

La TVA s'applique à la Réunion dans les mêmes conditions qu'en métropole, mais à un taux réduit de 8,50%, et sachant que certaines exonérations sont prévues.

Pour l'application de la TVA, les quatre départements d'outre-mer sont considérés comme des territoires d'exportation par rapport à la France métropolitaine et par rapport aux autres États membres de la Communauté Européenne.

Les départements de la Guyane et de la Réunion constituent des territoires d'exportation l'un par rapport à l'autre et par rapport aux départements de la Guadeloupe et de la Martinique (ces deux derniers départements constituent, en revanche, un marché unique).

L'expédition ou le transport d'un bien de la métropole à destination d'un DOM bénéficie de l'exonération prévue en matière d'exportation de biens avec maintien du droit à déduction et possibilité d'utiliser la procédure spéciale de restitution du commerce extérieur (dite TVA Non Perçue Récupérable).

Les produits importés ou de fabrications locales analogues exonérées ouvrent aussi droit à déduction comme si la TVA avait été effectivement payée. Il s’agit donc d’une véritable subvention de 8.5%..

Le taux de TVA métropolitain ou domien applicable aux services rendus entre la métropole et les DOM dépend des règles suivantes :

Les prestations matérielles (article 259 A du CGI) sont indépendante du lieu d'établissement du prestataire ou de son client :

- imposables aux taux métropolitains si le lieu de la prestation se situe en métropole ;
- imposables aux taux de 8,5% si le lieu de la prestation se situe à la Réunion ;


Les prestations immatérielles (y inclus location de biens mobiliers autres que des moyens de transport, article 259 B) sont imposées selon le régime d'imposition du preneur.

II. La Taxe d’Octroi de Mer à la Réunion

A la Réunion, l’introduction de marchandises et les livraisons à titre onéreux sont soumises à une taxe locale perçue au profit des communes, départements et régions, et dénommée Octroi de Mer, telle qu’introduite par la loi du 17 juillet 1992.

La base d’imposition est constituée par la valeur en douane des marchandises au lieu d’introduction ou par le prix hors taxes des marchandises lorsqu’il s’agit de livraison à titre onéreux.

Les taux de l’octroi de mer sont fixés par délibération du conseil régional. Le taux normal est de 8%.

Certaines opérations de livraison à titre onéreux peuvent bénéficier, sur délibération du conseil régional, d’exonérations totales ou partielles.

Les conseils régionaux ont également institué un Droit Additionnel à l’Octroi de Mer de 1,50%.

A noter que l’octroi de mer n’est pas compris dans la base d’imposition de la TVA.


6.Posté par JeanPhi le 22/10/2008 12:25
Bonjour,
Il me semble qu'un peu plus de précision apporterait un autre éclairage sur cette opération. Là, on nous ressort le dossier de presse de la CCIR.
Les acheteurs ne sont pas n'importe qui; les garanties de l'actionnaire principal sont plutôt solides; la marque a un chiffre d'affaire consolidé (plus de quinze ans de bilan positif); l'opération a été lancée avant la médiatisation de la "crise"; l'Etat a garanti par avance les risques éventuels... Bref, la morosité dans ces conditions n'aurait pas d'objet.
Pas facile pour autant d'accéder aux bonnes affaires de l'immobilier pour le Pékin moyen.
A remarquer, la Banque postale ne dit rien (un fond propre sûr et important) mais propose en ce moment des meillerues conditions aux acheteurs.
Bref, la crise oui, mais pas pour tout le monde?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales