Economie

Crise de la restauration : la fermeture du Labourdonnais est un symbole

"La fermeture du restaurant La Bourdonnais prouve bien le malaise actuel dans le secteur de la restauration sur l’île". Selon Philippe Doki-Thonon, président de l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie), les remontées de ses 200 adhérents sont unanimes: depuis que la crise est officielle, les gens resserrent en premier le budget du restaurant. Pour y faire face, le restaurateur conseille aux professionnels d’avoir une gestion comptable sur le long terme, de proposer des produits de qualité, et surtout de miser sur l’accueil largement perfectible, afin de fidéliser le client.


Cette année, la situation de la restauration est manifestement moins bonne qu'en 2007. Et les dires des prévisionnistes n’arrangent pas les choses, quand ils parlent de récession. Conséquence, la psychose s’installe dans l’esprit du consommateur. "On sent la crise d’abord à travers la morosité des gens. Sacrifier le restaurant est une économie facile, et c’est d’ailleurs le loisir que l’on supprime en premier", déplore le restaurateur Philippe Doki-Thonon.
Ce qui complique ensuite le problème, ce sont les prix des matières premières qui ont augmenté de 15 à 20% en moyenne. "Quand on voit qu’aujourd’hui le kilo de tomate monte jusqu’à 1,20€ et que le prix des légumes a doublé, ce sont surtout les petites entreprises qui ont du mal à survivre". 
Le prix des produits importés connaît également une hausse sans précédent, surtout les viandes. "A l’époque, le kilo de filet de bœuf était à 100 frs. Aujourd’hui, il est à 26 €, c’est-à-dire que le prix a presque doublé".
Les établissement les plus touchés sont notamment les restaurants gastronomiques. "Ceux qui offrent des « mono produits » à une clientèle ciblée et dont le prix moyen est élevé, subissent la crise de plein fouet car la clientèle se dirige vers la catégorie inférieure". Pour y remédier, le restaurateur leur conseille de faire des formules plus adaptées pour le midi, avec un tarif plus abordable. "i[Aujourd’hui, les gens regardent bien sûr le prix, mais surtout le temps. Il faut que se soit plus rapide]i".
De plus, Philippe Doki-Thonon met le doigt sur un accueil qui laisse encore à désirer. "i[Il est vrai qu’en France, l’accueil n’est pas suffisant, et c’est le détail qui fâche. Même quand on est débordé, le client doit être accompagné jusqu’à sa table. Lui dire de se mettre là-bas à la table du fond, n’est jamais très agréable]i". 
 D’autre part, le savoir-faire n’est pas toujours là de la part des professionnels. "Ce sont souvent les entreprises individuelles qui ont cette lacune. Les entrepreneurs se lancent souvent dans la restauration par passion, mais n’ont pas les bonnes notions en matière de gestion d’entreprise. Il ne suffit pas d’être un bon cuisinier, mais il faut aussi tenir un tableau de bord, et ne pas attendre le bilan de fin d’année pour voir si l’on a gagné ou perdu de l’argent".

Pour faire face à la situation de crise, l’UMIH est en train de mettre en place une formation, pour apprendre aux restaurateurs à mieux "i[voir le coup venir]i", afin de moins subir la crise. "Au Rolland Garros, nous avons créé un poste de contrôleur de gestion. La gestion comptable est primordiale. Il faut calculer sur le long terme. Si le voisin met son menu à 10€, j’espère qu’il a bien fait son calcul. C’est peut-être le cas, mais ça ne veut pas dire qu’on a les moyens de le faire nous aussi! . Et c’est en ce sens que notre syndicat a décidé de mettre en place une formation pragmatique en partenariat avec l’Opcalia (l'Organisme Paritaire Collecteur Agréé) pour améliorer la gestion d’entreprise de nos adhérents, et que chacun ait un tableau de bord qui soit tenu chaque jour".

.
Lundi 29 Décembre 2008 - 15:28
Karine Maillot
Lu 2545 fois




1.Posté par Albert Ebasque le 29/12/2008 16:36
Cette soit disant crise me fait bien rire.....vu les prix pratiqués par la majorité des restaurateurs, c'est à dire; des prix prohibitifs, et vu la qualité médiocre des assiettes en générale et le manque d'imagination des restaurateurs, pas étonnants que les clients aillent se faire..."plumer " ailleurs.....aujourd'hui, si on aime cuisiner, on mange mieux chez soi que chez eux......Adieu donc...et bonne soupe à la grimace.....le client est Roi, mais il est loin d'être le Roi des cons.........

2.Posté par anonyme le 29/12/2008 18:08
Vendredi 26 à midi, aucun restaurant d'ouvert à Cilaos. Sandwichs au repas. Vous parlez de crise ?

3.Posté par jean le 29/12/2008 19:11
les restaurants sont trop chére il faut être riche pour manger a 4 dans restaurant avec un bon vin l'addition dépasse plus de 100 euro alors si vous faisait un effort sur les tarifs une formule à 15 euro pour le réveillon de la Saint-Sylvestre le menu à 75 euro si on est à 4 personne ça fait 300 euro alors la c'est de l'abus c'est pour cela qu'il na pas de clients.

4.Posté par Yann le 29/12/2008 22:27
Le prix des matières premières qui flambe ?? À lire urgemment, numéro 3122 du magazine hebdomadaire L'Usine Nouvelle, semaine du 6 au 12 novembre 2008. On y parle entre autres de la chute des cours mondiaux des matières premières... Un petit truc bête, les coopératives agricoles ça existe.

5.Posté par RIVIERE le 29/12/2008 22:51
Arrêtez de nous casser les...pieds avec votre crise. Le mot crise nous est servi à toutes les sauces - le mot qui convient le mieux à cet article sur la restauration - pour justifier les erreurs de gestion, les malversations et jusqu'aux mesures anti-sociales prises par nos gouvernants. Dans cette affaire, les médias n'ont pas, non plus, le beau rôle et contribuent largement, sous prétexte d'information, à lamorosité grandissante.
Pour ce qui est de la "crise" dans la restauration, je suis tout à fait d'accord avec ceux qui pointent la qualité de l'accueil. Dans certains restaurants, l'accueil n'est pas mauvais, il est inexistant.

6.Posté par alysée le 30/12/2008 03:09
Depuis toujours les menus proposés pour la St-Sylvestre sont prohibitifs quelque soit le restau et le lieu, en Métropole ou ailleurs, si vous voulez bien manger rester chez vous, vous pouvez vous concocter un menu de roi pour peu de deniers, il faut evidemment mettre la main à la pâte, si vous voulez par contre un "esprit festif" ds une ambiance "fin d'année" ect....c'est à vous de choisir....

7.Posté par Creole vilain ...... pas couillon le 30/12/2008 04:46
Mais de qui se fiche-t-on dans ce pays ? Un service souvent misérable, une qualité locale sous indexée à 35% minimum , oui "une", et non pas LA qualité, ..... Il y a une semaine, à Saint Pierre, un idi, 78 euros pour 3 personnes à la ZAC Canabady, sur une terasse. 3 limonades, une bouteille d'eau, 3 plats du jour, 3 cafés, 75 euros soit 500 francs .... créole vilain na encore, couillon na pu.
J'oubliai, il y avait une petite salade offerte ....

8.Posté par André974 le 30/12/2008 05:30
combien de patrons de restaurants à la Réunion seraient ils capables d'afficher un diplôme attestant qu'ils sont du métier de l'hôtellerie/ restauration,? combien peuvent il afficher des références professionnelles? et de plus un diplôme ne fait pas tout,mais si on n'a même pas ça,pauvres clients!
quand aux prix c'est du vol le plus souvent au regard la qualité de la marchandise :espadon surgelé du Viet Nam,porc surgeléde Chine ,langouste surgelée de Cuba,extrait de vanille de synthèse au sirop de betterave etc la liste ferait plusieurs pages on n'en voudrait pas dans une cantine pour SDF tant la qualité est médiocre quand à la propreté des cuisine nettoyage ...sur le pouce ..comprenne qui pourra ou qui habite Saint Denis

9.Posté par boyer le 30/12/2008 06:47
mort de rire en lisant les commentaires: la baisse des salaires ne fait pas baisser les prix

10.Posté par André974 le 30/12/2008 07:36
combien de patrons de restaurants à la Réunion seraient ils capables d'afficher un diplôme attestant qu'ils sont du métier de l'hôtellerie/ restauration,? combien peuvent il afficher des références professionnelles? et de plus un diplôme ne fait pas tout,mais si on n'a même pas ça,pauvres clients!
quand aux prix c'est du vol le plus souvent au regard la qualité de la marchandise :espadon surgelé du Viet Nam,porc surgelé de Chine ,langouste surgelée de Cuba,extrait de vanille de synthèse au sirop de betterave etc la liste ferait plusieurs pages on n'en voudrait pas dans une cantine pour SDF tant la qualité est médiocre quand à la propreté des cuisine nettoyage ...sur le pouce ..comprenne qui pourra ou qui habite Saint Denis

11.Posté par Coo2gle le 30/12/2008 09:33
Dans un restaurant réputé de Saint Denis, on vous impose une table, sans vous laisser le choix, et même en vous refusant tel emplacement !

Bye bye...

12.Posté par Albert Ebasque le 30/12/2008 09:33
Et bien dites donc, pas beaucoup de volontaire pour soutenir les Pôôôôôvres restaurateurs.....

Ne cherchez pas plus loin messieurs les voleurs...... ils sont là vos pigeons de clients......envolés par vos notes trop salées...les seules à être bien relevées....
Celà prouve bien qu'ils faudrait savoir vous remettres en cause.....
Un exemple de comportement débile:
Nous avons commandé une terrine de fois gras de 250gr chez un restaurateur à st gilles...celui avec la petite fourmis en métal devant son entrée.....
Non seulement il n'y avait pas le poids, (220gr au lieu de 250 selon lui), et il nous fait croire à un "cadeau" en baissant la note royalement de deux euros, il croit que je ne sais pas compter..mais bon...j'accepte tout de même pour ne pas le mettre dans l'embarras...je connais sa cuisine, qui est bonne....arrivé chez moi, je le fait tout de même peser par mon patissier...210gr.... et pas de terrine, mais un vulgaire papier d'alu.....je suis retourné le voir pour tout de même lui dire qu'il n'avait pas respecté la commande...il l' a très mal pris..et est devenu très agréssif...il devait surement manquer d'oxygène...à force de s'étouffer avec ses euros....je connais du monde dans tous les milieux, il a perdu, lui aussi plein de clients.....l'année va être dur dur ....

13.Posté par André974 le 30/12/2008 17:16
à Albert Ebasque
pour le foie gras une solution faites vous même c'est pas sorcier:
http://209.85.229.132/search?q=cache:GnbsVBuCYSgJ:www.bocuse.fr/recettes/ficherecette.asp%3Fid%3D185+bocuse+foie+gras&hl=fr&ct=clnk&cd=1&gl=my

14.Posté par franck974 le 30/12/2008 20:00
alors là je suis bien d'accord avec de nombreux posts
les journalistes aiment bien relayer les plaintes, mais que les restaurateurs balaient devant leurs portes et pratiquent des prix abordables, avec de la nourriture de qualité et surtout du service réel et compétent. Sur ce point, cela laisse à désirer.

et pour cilaos, je confirme...

assez aussi de mettre le mot crise à toutes les sauces

15.Posté par Albert Ebasque le 30/12/2008 22:17
merci pour l'adresse de Bocuse Mr andré974.....
le fois gras mi-cuit est pour moi le meilleur que l'on puisse faire....et le plus délicat reste la cuisson....c'est pour cette raison que je ne me suis jamais lancé dans cet exercice....mais j'en était déjà arrivé à cette conclusion....on n'est jamais mieux servit que par soi-même.....

C'est tout de même bien triste pour ce si noble métier que celui de cuisinier......(je parle d'art culinaire...)
J'ai eu la chance de côtoyer de grands maîtres en la matière....et je sais de quoi je parle quand je dis que certains gougnafiers prennent les gens pour des demeurés...
Ils on tort.....la preuve, la profession coule...( à la réunion).et vous faisiez remarquer plus haut, et ce à juste titre, que beaucoup de sois disant "restaurateur" qui ont ouvert des tables, vendaient auparavant des frigidaires ou des vélos....

Donc, messieurs....rajuster vos toques et rabaissez vos prix, et, peut être alors, daignerons nous revenir dépenser ces fameux euros qui vous font tant saliver....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales