Economie

Crise : Alternatives au licenciement pour les PME

Plusieurs "mesures" peuvent être déployées pour parer la crise économique actuelle et les entreprises disposent de plusieurs leviers d'action pour préserver l'emploi de leurs salariés. La formation peut, par exemple, devenir un "outil anti-crise" pour les entreprises. La Chambre de Commerce et d'Industrie de la Réunion propose des formations durant le chômage partiel des employés.


Crise : Alternatives au licenciement pour les PME
Face à une conjoncture économique "dégradée", les entreprises réunionnaises confrontées à une baisse d’activité disposent de différents champs d'action pour préserver le travail de leur personnel.

La formation

La Chambre d'Industrie et de Commerce de la Réunion propose par exemple de faire coïncider les périodes de chômage partiel avec des périodes de formation.
Le principal avantage : l'employé suit sa formation quand son entreprise a moins besoin de ses services.
Le chômage partiel est indemnisé et la formation est prise en charge par les "Organismes Paritaires Collecteurs Agrées" (OPCA).
Le numéro de "Réuccir " du mois de mai de la CCIR publie un article avec les propos du Directeur de la branche Formation de la CCIR, Pierre Chatelet : "La crise est une vague qui touche la Réunion, mais l'activité devrait repartir. Dans le BTP, les gros chantiers sont signés, nous aurons besoin de salariés qualifiés pour la nouvelle route du littoral et le tram-train par exemple. Dans l'hôtellerie aussi les choses devraient bouger après la crise. Plutôt que de se séparer de cette main-d'œuvre, profitons de la baisse d'activité pour la former".
L’idée en résumé : optimiser les heures non travaillées en renforçant les compétences des salariés et, ainsi, la performance de l’entreprise au moment de la reprise.

Non-renouvellement des CDD et recours l’intérim

Une variable d’ajustement à la crise : l’emploi précaire. Les entreprises peuvent s’abstenir de renouveler les CDD, et supprimer le recours à l’intérim. Mais cette solution n’est pas forcément d’efficacité immédiate : un CDD ne saurait en effet être interrompu pour motif économique. Il faudra donc attendre son terme. Pour l’intérim, c’est plus simple : les contrats de mise à disposition sont, en règle générale, plus courts.

Jouer sur la prise des jours de congés

Une autre solution consiste à inviter les salariés à prendre leurs congés payés, et à solder le maximum de RTT et de jours accumulés sur leur compte épargne temps (CET). Objectif : repousser la mise au chômage partiel, et ainsi maintenir la rémunération des salariés.

Adapter le temps de travail

Autre idée : adapter le temps de travail. La loi du 20 août 2008 sur la réforme du temps de travail permet  de définir une période de décompte des heures supplémentaires. L’avantage du dispositif réside dans sa souplesse, puisqu’il peut être mis en place par accord au sein de l'entreprise. Dans le même ordre d’idée, il est possible de réduire la durée du travail dans les entreprises où elle excède la durée légale.
Vendredi 5 Juin 2009 - 10:09
Magali Payet
Lu 541 fois




1.Posté par William le 06/06/2009 08:11
Mouais.... par convaincu par la pertinence de ces alternatives !

Quand la tempête approche, il faut réduire la voilure et/ou changer de cap ... La tempête n'est pas encore arrivée à la Réunion ! Nous avons juste essuyé quelques grains et un peu de houle !
Le pire est à venir ...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales