Société

Crèches Tampon : Colère et incompréhension des parents

Remontage de bretelles en règle hier pour Paulet Payet qui recevait les parents pour faire le point sur la situation de l’AGCME. Les parents n’ont pas apprécié les explications du maire du Tampon et sont repartis la mine perplexe. Il faut dire que les nouvelles n’étaient pas très rassurantes pour eux alors qu’ils découvrent, un peu plus chaque jour, une situation administrativement absurde et beaucoup d’incertitudes. Le tout étant mêlé à un contexte et des enjeux politiques extrêmement compliqués.
Tentons de résumer le sac de nœud : Selon Paulet Payet, la crèche ne peut pas faire partie du plan de reprise car elle ne bénéficie pas de l’agrément légal. Parallèlement, le département refuserait de valider l’agrément au motif que rien ne garantit la pérennité des emplois. C'est l'histoire du chien qui se mort la queue.


Crèches Tampon : Colère et incompréhension des parents
Il faudra attendre le délibéré du tribunal, le 24 avril,  pour y voir plus clair. Pour l’heure, ce n’était pas la satisfaction générale du côté des parents, venus hier rencontrer le maire du Tampon, Paulet Payet, pour une franche explication alors qu’ils apprenaient, stupéfaits, que l’une des crèches n’avait pas d’agrément et n'était pas incluse dans le plan de reprise.
 
"Quatre repreneurs potentiels ont fait des offres partielles, qui cumulées, couvrent l’ensemble du périmètre de reprise possible", explique le maire qui poursuit : "Devraient donc être reprises la crèche collective de 60 places, la crèche familiale de 54 places. (…) La situation de la crèche Nid Joli est différente. Depuis fin janvier, cette crèche qui acceuillerait 38 enfants, ne justifie d’aucun agrément et n’est donc pas officiellement reconnue comme crèche tant par la PMI, le conseil Général, que par la Caf. Elle ne peut donc être incluse dans le périmêtre de reprise. En revanche, en ce qui concerne les enfants qui s’y trouvent, et selon la décision qui sera prise après l'audience du 24 avril, la ville s’évertue à trouver des solutions qui n’entrainent aucune rupture dans leur prise en charge. Certains d'entre eux pourraient être accueillis, de façon temporaire, par la crèche "Les p’tits marmailles" et d’autres, par la crèche collective de 60 places de la Croix-Rouge, si elle est retenue comme repreneur. Dernier cas de figure envisageable, l’accueil de certains enfants sur la base des 41 places d'accueil disponibles chez des assistantes maternelles agréées dont dispose la ville. Dans tous les cas de figure, la ville met tout en œuvre pour répondre au mieux aux problématiques d’accueil de la petite enfance à laquelle sont confrontées les parents", précise le maire.

Un dossier d’agrément bloqué au département

Cette situation ne satisfaisait pas du tout les parents qui souhaitaient conserver le même environnement pour la garde de leurs enfants. Certains étaient révoltés d'apprendre que la structure n'avait pas d'agrément. "Que se passerait-il si ma fille se blesse ?" s'interroge un père de famille. Paulet Payet semblait un peu dépassé par les questions et les interventions qui s'enchaînaient.

La situation est d'autant plus confuse que les parents tentent de comprendre le déroulement de la procédure et qu'ils obtiennent des informations contradictoires. C'est notamment le cas d'une des maman qui a contacté le conseil général pour savoir pourquoi la structure n'était pas agréée. Selon elle, un des vice-présidents du Conseil général, qui pourrait être un opposant au maire..., aurait affirmé que le dossier d'agrément serait bloqué car l'avenir de l'association et les emplois des salariés ne seraient pas garantis. Cet élu se serait engagé à ce que le dossier soit validé favorablement si le maire, de son côté, s'engageait à reprendre la crèche par le CCAS.

Quelques salariés pourraient ne pas être repris

"En ce qui concerne le personnel d’intervention, la ville demeure sur sa logique de reprise du personnel d’intervention auprès des enfants dans le périmètre de reprise où se situe son offre. Mais, en tout état de cause, ces situations ne pourront être étudiées qu'au cas par cas et les différentes hypothèses mises en œuvre seulement lorsque sera connu le délibéré du tribunal dont personne ne peut, pour l’heure, préjuger", souligne Paulet Payet. Là encore, la position du maire ne satisfait pas les parents qui souhaitent que le personnel soit conservé intégralement et que personne ne reste sur la touche.

La situation est donc particulièrement compliquée. Hier, le maire était clairement et ouvertement mis en cause pour sa présumée gestion de fait dans cette association. Comme nous l'avions déjà évoqué, le conseil d'administration de l'association a longtemps été composé d'une majorité d'élus puisque 83 % des administrés étaient des élus du conseil municipal du Tampon, jusqu'au mois de novembre et leur "courageuse" démission collective.

Paulet Payet s'était plu à évoquer dernièrement l'union sacrée du conseil municipal autour de la petite enfance. Ce qui était frappant hier soir au Tampon, c'était la situation du maire, seul élu face aux parents... C'était davantage la sacrée solitude hier dans la salle du conseil municipal.
Vendredi 20 Avril 2012 - 07:48
Lilian Cornu
Lu 1149 fois




1.Posté par tigazel du sud le 20/04/2012 08:43
"Un dossier d’agrément bloqué au département "

waooooooooooooooooouuuuuuuuuuuuuuuu

mais qui sont nos conseillés généraux.
VOLDY et TAK .

je vous laisse a vos réflexions.

2.Posté par tamponnaise le 20/04/2012 08:51
bizar on a oublier que la gestion de cette assos est faite par un directeur qui touche 2 fois plus qu'un directeur normale et que la CRC a rendu un rapport qui mais en cause une gestion de la direction assez catastrophique. alors arrêté de tapez sur le maire.

autre chose ma copine a rencontré VOLDY après en mairie. et il a bien précisé que il n'aura pas d’agrément . ( bizar qu'il ne soit pas venu à la réunion )

et ou il est TAK.


3.Posté par Sylvain le 20/04/2012 09:33
Paulet n'est pas à la hauteur!
La preuve

4.Posté par Zinfos Mardi 27 Mars 2012 - 17:37 le 20/04/2012 10:25
http://www.zinfos974.com/Creches-du-Tampon-Paulet-payet-s-engage-a-prendre-en-charge-les-marmailles

" le maire s'est engagé à ne laisser personne sur le carreau "

5.Posté par LESUD le 20/04/2012 10:30
sylvain j'adore tes commentaires.......Paulet ceci Paulet cela..... tu me fais marrer!!!! mais c'est bien tu persiste encore et encore telle est ta mission......par contre essaye de développer un peu ca serait bien plus interessant à lire!

6.Posté par John Galt le 20/04/2012 10:43
3.Posté par Sylvain le 20/04/2012 09:33
Paulet n'est pas à la hauteur!
La preuve

pauvre nul ces parents n'ont qu'à faire garder leur merdeux ailleurs il est beau l’assistanat français qu'un ramassis de profiteurs gauchistes

7.Posté par Anormal le 20/04/2012 12:14
Le problème est bien plus simple : des familles dont les deux parents travaillent, qui donc ont des revenus, veulent une crèche gratuite, payée par les impôts.

8.Posté par nicole du 11eme km le 20/04/2012 20:31
oui vous avez raison post 3 le maire ne c est pas géré sa commune Robert ou la fait un erreur
depuis 2010 cette commune s enfonce de plus en plus

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales