Faits-divers

Crash de Yemenia Airways : 36 familles des victimes obtiennent des provisions


Crash de Yemenia Airways : 36 familles des victimes obtiennent des provisions
Une partie des familles des 153 victimes du crash d'un Airbus A-310 de la compagnie Yemenia Airways au mois de juin 2009 a obtenu des provisions à hauteur de 10.000 à 24.000 euros.

La décision exécutoire a été prise hier par le juge des référés du tribunal de Moroni. Yemenia Airways va devoir verser des provisions à 36 familles dont les montants seront fixés en fonction du lien de parenté. Quinze autres familles ont vu leurs demandes rejetées faute d'avoir produit les actes de naissance exigés par le tribunal.

Cela fait maintenant 15 mois que les familles attendent que la justice reconnaisse leur préjudice moral suite à la perte d'un des membres de leurs familles.

Pour Me Bahassani, membre et avocat du collectif des familles victimes du crash de la Yemenia qui témoigne dans le Quotidien, "c'est une très grande victoire du droit et de la justice comorienne".
Mercredi 1 Septembre 2010 - 11:49
Karine Maillot
Lu 1893 fois




1.Posté par citoyen le 01/09/2010 18:43
La vraie question est de savoir ce qui s'est réellement passé.... Extrait d'une article du Point.fr du 6 juin 2010 qui paraît très intéressant(http://www.lepoint.fr/societe/crash-de-la-yemenia-un-an-de-chape-de-plomb-sur-l-accident-aux-comores-29-06-2010-471501_23.php):

"Dans la nuit du 29 au 30 juin 2009, l'Airbus A310 de la compagnie Yemenia reliant Paris-Sanaa-Moroni s'abîmait au large des Comores, faisant 152 victimes, la majorité de nationalité française, souvent résidents en région parisienne ou à Marseille. Seule une adolescente avait survécu. Un an plus tard, l'enquête est toujours au point mort.

Fin août, les enregistreurs de vol avaient été repêchés puis analysés, contrairement à l'accident de l'AF 447 survenu au large du Brésil un mois plus tôt et dont on recherche encore les boîtes noires. Concernant l'AF 447, on ne sait rien (ou presque) et on dit tout (et n'importe quoi), alors que pour le crash des Comores, on sait tout sur les circonstances mais on ne dit rien. En fait, la pression politique entrave gravement le déroulement des enquêtes technique et judiciaire, et surtout interdit la publication officielle des résultats.

La lecture des enregistreurs de vol effectuée par le BEA au Bourget avait montré que l'Airbus A310 n'avait pas rencontré de problème technique, ni d'explosion ou d'incendie, ce qui sous-entend clairement que la cause de l'accident est liée à une perte de contrôle de l'appareil par l'équipage.
"

Même si l'A310 reliant Sanaa-Moroni avait 19 ans... et que la maintenance de Yemenia Airlines pour les avions hors Europe est montrée du doigt.. Voir par exemple, article du Monde:

]url:http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/06/30/les-pratiques-de-yemenia-airways-en-accusation_1213365_3212.html[

Mais en ne disant pas que c'est la faute du pilotage, et donc la responsabilité directe de la compagnie, ça permet de laisser croire que ce serait un problème d'avionique (Airbus) ou de maintenance (peut-être une autre société)?

Au fait, Yemenia Airlines = 49 % actions détenues par l'Arabie Saoudite, et 51 % par le Yémen...

2.Posté par Anonyme le 18/09/2010 19:58
Oui à la vérité, j'ai jamais vu une compagnie aérienne avoir une telle attitude après une catastrophe aérienne. C'est vraiment une honte, que les familles soit traités ainsi, Yemenia devrait avoir honte depuis le début, c'est vraiment une compagnie irresponsable. Nous voulons tous avoir la vérité sur ce qui s'est passé. C'est vraiment pour moi l'une des pires catastrophes aériennes au monde vu les circonstances quelles sont.


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales