Faits-divers

Crash au Maïdo: Le pilote avait plus de 600 heures de vol sur ce type d'appareil

Dominque Bueno est sous le choc. Propriétaire de l'appareil de type Skyranger qui s'est écrasé au Maïdo, il avait loué un peu plus tôt dans la matinée son avion à un pilote expérimenté.


Photo illustration : Avion Skyranger du même type qui s'est écrasé ce matin au Maïdo
Photo illustration : Avion Skyranger du même type qui s'est écrasé ce matin au Maïdo
Ce matin aux alentours de 9H30, un avion de type Skyranger s'est écrasé au niveau de la Glacière au Maïdo. A son bord, deux passagers ont été légèrement blessés. Quant à l'appareil, il a été entièrement détruit par les flammes. Loué un peu plus tôt dans la matinée chez Bueno Z'air ULM basé à Pierrefonds, l'appareil était récent, il avait moins de 6 mois et totalisait 180 heures de vol.

"J'ai eu le pilote au téléphone. C'était son deuxième vol de la journée. Il a eu un problème et a été obligé de se poser en catastrophe", explique Dominique Bueno, directeur de la société Bueno Z'air ULM. "On est formé à ce type de situation de crise", souligne-t-il. "C'est un pilote confirmé. Il avait plus de 600 heures de vol sur Skyranger et totalisait 20 heures de vol sur cet appareil", précise Dominique Bueno.

Ce dernier se dit "soulagé" que le pilote et son passager soient sortis indemnes de l'accident. Reste que l'appareil a complètement brûlé dans l'accident. "Je n'avais qu'un seul appareil. Pour moi cela signifie une cessation d'activité. Après, j'avais toutes les assurances en règle. Mais c'est une perte sèche de 45.000 euros pour le moment", explique-t-il.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l'accident. Mais selon les premiers éléments recueillis auprès du pilote, le mauvais temps pourrait en être à l'origine.
Samedi 10 Août 2013 - 15:56
Lu 4986 fois




1.Posté par bruno le 10/08/2013 17:47
de nombreuses personnes peuvent en témoigner, des ULM coupent leur moteur au-dessus du maido, s'amusent à faire du rase mottes parfois au belvedere, et font du vol 'libre" en fonçant vers les falaises du cirque de mafate pour les éviter au dernier moment.
A jouer ce petit jeu, que ces pilotes le fassent seuls et assument les risques mais en emmenant des passagers ignorants, là ça devient un petit jeu dangereux
qu'on arrete de dire la faute au vent, à trop jouer avec le feu, on peut se bruler
C'est pas l'an dernier qu'un pilote d'avion "confirmé" s'est crashé avec graves blessures pour les passagères de son avion. Etrange, toujours le vent mais jamais le pilote est responsable? qui couvre tout ça?

2.Posté par cacatoess le 10/08/2013 17:56
Couper le moteur ca m'étonnerai mais ralentir le moteur serait le mieux a dire.

3.Posté par bruno a bien résumé la chose le 10/08/2013 18:23
Par contre ce matin au maido (j'y était a 9h pour une session de vtt descente) => énorme brouillard et crachin. + vent + froid.. bref des conditions pas terrible pour un vol...

4.Posté par PECPEC le 10/08/2013 20:29
C'est beau de commenter quand on ne sait rien sur l'accident...Ca me laissera toujours rêveur, rien que pour les termes employés on a vite compris qu'il faut en prendre et surtout en laisser. Je vais encore une fois encore sortir ma formule aéronautique de référence : Il y a des vieux pilotes, il y a des pilotes téméraires, il n'y a pas de vieux pilotes téméraires, je suis vivant.b[

5.Posté par Claude Bouyer le 10/08/2013 23:10
Soyons sérieux. J'ai survolé le Maïdo de nombreuses fois et il ne me serait pas venu à l'esprit de couper les gaz. Au Taïbit en plongeant sur Mafate, oui peut être et encore... Dans cette zone l'aérologie est très particulière, il convient d'être prudent.

6.Posté par Kaiinoa888 le 11/08/2013 20:21
MDRRRRRRR!!!! Heureusement le ridicule ne tue tue pas, quoique parfois...

600/24 soit grosso modo 25 jours de vols complet.

Conclusion: Avec 25 jours de pratique ou devient un EXPERT!

Que penser des "experts scientifiques" de la crise requins quand ou voit sa?

7.Posté par papangue le 12/08/2013 12:55
Il serait souhaitable que ceux qui ne soient pas pilotes ne donnent pas d'avis tranchés sur l'incident. Attendons le résultat de l'enquête qui a été ouverte et ne condamnons pas le pilote. Il y a des énergumènes partout, ce qui ne signifie pas qu'il faille jeter le discrédit sur tous les pilotes. Piloter exige un 6ème sens et la formation est très exigeante. Les "fous" du manche, on les connait dans le" métier "et on évite de voler avec eux.
Même si dans la plupart des cas on conclut à une faute de pilotage, le pilote a eu de bons réflexes pour sauver deux vies. C'est sûr que piloter en métropole et piloter à la Réunion n'est pas la même chose, le relief et l'aérologie étant différentes.
Et pour la photo, le skyranger n'est pas l'appareil que vous avez publié. La photo représente plutôt un FK9.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales