Faits-divers

Cour d'appel : Ces fillettes souillées


Cour d'appel : Ces fillettes souillées
Quel pervers a défloré la petite Isabelle* ? Car l'enfant, alors âgée de 4 ans, a bien perdu sa virginité, en mai 2010, à la suite d'un viol, par pénétration digitale. Les examens médicaux qu'elles a subis confirment cette blessure. De retour d'une nuit passée chez ses grand-parents paternels, pendant les vacances, la petite Isabelle se plaint de douleurs vaginales. Sa maman, séparée du papa, la fait examiner par trois médecins dont les diagnostics sont formels et identiques: il y a bien eu défloration. Interrogée, Isabelle ne cessera d'accuser son grand-père, un sexagénaire demeurant à Trois-Bassins. Ses déclarations seront constantes tout au long de l'enquête, les explications et détails qu'elle fournira aux médecins, aux enquêteurs et au magistrat instructeur, ne varieront jamais. Le frère, son aîné de 2 ans, relatera les mêmes faits d'une agression commise par le grand-père, qui s'était isolé avec Isabelle, dans la salle de bains de la modeste case.
 
Le gramoune mis en cause, n'a jamais cessé de nier toute implication dans cette agression. Il accuse l'ex-compagne de son fils et mère de l'enfant d'avoir monté un complot contre lui, "pour prendre ses biens". La cour comprend d'autant moins cette version que, selon le prévenu, elle lui a été suggérée par le juge d'instruction qui l'entendait.
 
L'avocat général Bruno Charve a appuyé son accusation sur la constance des déclarations de la fillette victime. Il a demandé aux conseillers de la cour d'infirmer le jugement de relaxe prononcé par les juges de Saint-Pierre. Et requis une peine de 3 ans de prison, dont un an ferme.
Le gramoune a déploré l'absence de son avocate et nié, une ultime fois, avoir agressé sa petite-fille.
Décision le 31 octobre.
 
* Prénom d'emprunt. Le code pénal interdit la publication de toute information et de tout indice permettant l'identification d'une victime d'infractions sexuelles.

Mandat d'arrêt pour le pédophile
 
Christian Jolipré est désormais un homme recherché les gendarmes et policiers, pour être conduit directement en prison, où il devra purger une peine de prison ferme. Pour des agressions sexuelles, commises pendant 3 ans,  sur une fillette de 8 ans, de son entourage, le tribunal de Saint-Pierre l'avait condamné à une peine de prison avec sursis. La jeune victime manquait singulièrement de soutien familial, puisque  sa mère s'était rangée du côté de l'agresseur.
 
Hier, en l'absence du prévenu, la cour d'appel a rendu une décision plus sévère qu'en première instance. Christian Jolipré a été condamné à 4 ans de prison, dont deux ferme. Dans le cadre du sursis qui complète la peine, Jolipré devra soigner son alcoolisme chronique et ses penchants pervers. Les magistrats de la cour avaient prévu un mandat de dépôt à l'audience. Puisque Christian Jolipré était absent, il fait désormais l'objet d'un mandat d'arrêt.

Jeudi 17 Octobre 2013 - 17:54
Jean-Noël Fortier
Lu 1364 fois




1.Posté par collet le 18/10/2013 08:38
le mieux serait de laisser en prison ce vilain pervers jolipré en prison le plus longtemps possible
et lui faire une cure, afin qu'il soit bien dans sa tête et dans son corps,il faut arrêter de violer des
enfants, quel avenir pour eux!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales