Faits-divers

Correctionnelle: Un restaurant "sale comme un peigne"


Correctionnelle: Un restaurant "sale comme un peigne"
François T…, aujourd’hui sans emploi, dirigeait il n’y a guère un restaurant saint-pierrois où l’on mangeait très bien. Mais la rue a été mise en travaux plusieurs mois durant, le chiffre d’affaires a rétréci comme peau de chagrin, les difficultés financières suivant la courbe inverse.
 
Le gérant s’est retrouvé dans l’obligation d’employer, à moindres frais, des stagiaires ne connaissant pas l’ABC des impératifs, notamment en ce qui concerne l’hygiène la plus élémentaire.
 
En 2013, à 10 heures du matin, débarquent les limiers des services vétérinaires. Leur effarement va aller croissant : mauvais entretien général, produits d’entretien rangés auprès des bacs à légumes, crasse imprimée dans les murs, "excréments de petites bêtes" partout, frigos sales et encrassés, fromages corrompus ou douteux, vinaigrettes dans des bouteilles en plastique, sauces conservées à des températures variables, accumulations de caisses et de cartons douteux, murs dégradés, eaux stagnantes, débris alimentaires, cafards dans des marmites, quelques boues nauséabondes, denrées congelées dans des emballages ne comportant pas les étiquetages réglementaires, lave-mains du personnel hors-service, sauces préparées à l’avance et mal conservées plus quelques légumes dans des récipients sales. Ouf !
 
Cet état lamentable, le prévenu ne songe nullement à le nier, et s’explique par les raisons données ci-dessus : "J’étais au bout du rouleau !".
 
Ce qu’il y a de curieux, que la Cour a relevé, c’est que l’arrêté préfectoral de fermeture immédiate est arrivé alors que les inspecteurs de la DSV bouclaient à peine leur rapport. Alors même que ce professionnel exerçait son métier depuis plusieurs années et qu’il n’a jamais été condamné malgré une kyrielle de contrôles.
 
Aucune intoxication n’a été à déplorer, ce qui explique l’indulgence de la Cour : 22 amendes de 200 euros chacune, en fonction du nombre d’infractions relevées.
 
Une question persiste : pourquoi lui, alors que la vétusté et l’insalubrité des locaux commerciaux (y compris certains restaurants) du centre-ville sont notoires ?
Jeudi 27 Février 2014 - 15:55
Jules Bénard
Lu 3373 fois




1.Posté par bonne question le 27/02/2014 16:21
oui, beaucoup de commerçants de st pierre ne sont jamais inquiétés. Alcool , hygiene, nuisance sonores

Pourquoi?

2.Posté par Et pour le client, comment savoir si un établissement est correct ? le 27/02/2014 16:45
Le truc infaillible : visitez immédiatement les toilettes !

Il y a toute les "chances" que leur état reflète celui des cuisines !

Selon le cas, restez ou fuyez...

3.Posté par pas de bol! le 27/02/2014 16:59
Aurait-il fallu attendre que le resto devienne encore plus sale et que les intoxications se multiplient ...
Oui , bien sur , pourquoi lui et pas les autres?
Parce qu'il n'avait pas le bras assez long!
J'ai souvenir d'un restaurateur de l'Est qui , autrefois s'est fait épinglé par ces mêmes inspecteurs ..mais il faisait de la politique donc , le dossier a été enterré et il a pu continuer à tromper son monde...

4.Posté par noe le 27/02/2014 17:14
De temps en temps il faut savoir faire le top chef soi-même , c'est plus sain et plus prudent !
On sait ce qu'on mange !
On sait ce qui est cuit !
"Le goût oté !"

Le tangue , pour le préparer il vaut mieux faire confiance à un connaisseur en cuisine de tangue sur feu de bois de filaos !

5.Posté par La vox populi.com le 27/02/2014 18:07
Post 2:
Au départ partout, toutes les toilettes sont propres. Elles deviennent sales seulement après le passage de cochons qui pissent de travers qui crottent idem etc......Si la Reunion est sale c'est la faute des cochonneurs.....

6.Posté par A mon avis le 27/02/2014 19:53
"Le gérant s’est retrouvé dans l’obligation d’employer, à moindres frais, des stagiaires ..."

Eh bien voilà des stagiaires qui ont reçu une belle formation ! ...
Comment l'établissement de formation qui a placé ces stagiaires dans ce restaurant a-t-il pu accepter de voir travailler ces jeunes dans de telles conditions ??
Ces organismes ou établissements de formation n'ont pas assuré leur mission de suivi de leurs stagiaires. Ni de repérage des lieux de stage. C'est grave.
Le journaliste qui a traité cette affaire, s'il est un peu curieux, serait bien avisé d'approfondir la question du côté des formateurs !

7.Posté par Plat c bo le 27/02/2014 20:12
Je rêve , pourquoi tant de haine vers ce restaurateur , alors que 90% des restaurants de st pierre sont hors lois
Vive la République et vice les pro de la DSV

8.Posté par A post 7 le 27/02/2014 23:23
Merci de nous avoir donné l'identité du restaurant concerné dans votre identifiant mdrrrr ! Pauvre Sarko, et dire qu'il y était allé manger ! Mdrrrrrrr

9.Posté par Antipode le 28/02/2014 07:16
"dirigeait il n’y a guère (de temps) un restaurant saint-pierrois"ou "dirigeait naguère un restaurant..."

10.Posté par Dimitri ALAIN le 28/02/2014 07:35
et les autres restaurants la justice en fait quoi restaurant goût et qualité ?????????????????????

11.Posté par Môvélang le 28/02/2014 08:24
""""2.Posté par Et pour le client, comment savoir si un établissement est correct """"
merci de ton aide mon ami, à partir de maintenant, je veillerais à ce que mes employés gardent toujours les chiottes propres et comme çà, lors d'un contrôle, les agents de la DSV n'iront pas plus loin

12.Posté par Jules Bénard le 28/02/2014 09:12
Il s'est trouvé un goujat pour donner le nom du restaurant ; à la suite de quoi il est facile de deviner celui du gérant accusé. C'est à dessein que j'avais précisément omis de le mentionner, pour trois raisons. La 1è est que cet homme, qui a tout perdu, y compris sa famille, tente avec peine de se reconstruire. La 2nde est que ce restaurant est le seul, à cette période, à avoir pâti du zèle des fonctionnaires de la DSV alors que nombre d'autres seraient dans le même état. La 3è enfin, il n'est pas interdit, alors qu'il n'y a eu aucune intoxication, d'empêcher cette structure de se relever. On n'appuie pas sur la tête d'une personne (même pas d'un animal) qui se débat pour ne pas sombrer, voilà !

13.Posté par beurk le 28/02/2014 10:58
bien d'accord avec Jules Bénard pour une fois , surtout que , comme il le souligne , beaucoup de restos et pas seulement à St Pierre , sont exactement dans le même cas...
Un ancien inspecteur m'a même dit un jour que si on respectait les lois il faudrait fermer 80% des troquets...
bon appétit!

14.Posté par @11 le 28/02/2014 11:06
Le top de la réponse débile !

15.Posté par A mon avis le 28/02/2014 19:07
@ post 12 Jules Bénard : Au vu de la description de l'hygiène de ce "restaurant" faite dans l'article, c'est un devoir de citoyen que de rendre public le nom de cet établissement.

Son gérant, vraiment peu scupuleux, n'est pas plus excusable. Faut-il des morts pour rendre des personnes responsables de tels manquements aux plus élémentaires règles d'hygiène ?

Le fait que d'autres établissements ne soient pas plus propres (aux dires des commentateurs) n'excuse en rien celui décrit dans cet article.

Par ailleurs, je m'étonne que personne ne réagissent sur la formation des stagiaires, et le sérieux de leurs responsables pédagogiques !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:56 Un homme chute en bas de la Rivière des Remparts

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales