Faits-divers

Correctionnelle Sud: Le boutiquier de Cilaos vendait des saucisses gâtées: Interdiction d’exercer!


Olivier Joseph Dijoux est boutiquier de proximité au lieu-dit L’Ilet, à Cilaos. Sa fonction consiste donc à vendre des marchandises dites de première nécessité : huile, allumettes, sel, eau en bouteille, bougies, essence Pompéia, médailles pieuses…

Prenant ses fonctions comme une mission de service public, M. Dijoux est allé bien au-delà et un jour maudit de juin 2014 (maudit par lui), voilà qu’un contrôle de la Direction de l’alimentation lui tombe sur le rab’. Sans crier gare, ce qui est la coutume et se comprend.

Dans la boutique, les contrôleurs trouvent de la morue séchée installée sur une poubelle pleine à ras bord de détritus divers et malodorants. Dans un frigo, il y a des saucisses couvertes de moisissures diverses et variées. Bien exposées sur les étagères afin que nul n’en ignore, plusieurs bouteilles de vin, bourbognac, et autres rhum charrette, ce qui est sa définition à lui de la première nécessité, alors qu’il n’a pas licence pour vendre de l’alcool.

Dans un coin, loin de toute aération, au fond de cartons humides, des légumes variés et avariés. Bref, une conception de l’hygiène surprenante qui tend à dire que pour ce commerçant,… ça n’est pas une nécessité première. Si jusqu’ici aucune intoxication n’a été connue, c’est soit que les malades ne se sont pas fait connaître, soit que Notre-Dame-des-Neiges est vraiment très bienveillante pour les pêcheurs qui ne pensent pas à mal.

Car le seul système de défense trouvé par l’indélicat personnage est qu’il ne savait pas que c’était interdit de vendre de la marchandise pourrie !

"Mi sava déménager in d’ces quat’ !"

Mais sa persévérance dans le délit s’inscrit en faux contre ses assertions. Car malgré toutes ses promesses, il n’a rien fait pour changer cet état de fait et plusieurs contrôles successifs prouveront que la seule qualité de bonhomme est la persévérance… dans la vente de produits très peu hygiéniques.

Pour sa défense, il prétend "que mi sava déménager in d’ces quatre !" Mais il y a des lustres qu’il le répète et qu’il est toujours là.

La substitut Tanguy s’est demandée si cet apprenti empoisonneur attendait un ou plusieurs cas d’intoxication pour procéder à des remises en ordre dans son taudis alimentaire ?

Deux mois de prison, affichage de la condamnation aux portes de sa petite-boutique-des-horreurs et interdiction de gérer quelque commerce d’alimentation que ce soit.

Ne reste plus aux contrôleurs qu’à s’assurer que les injonctions ont été suivies ou si le chargeur d’l’eau continue de faire comm’ si lu comprend pas. On prend un pari là-dessus ?
Vendredi 10 Juillet 2015 - 12:01
Jules Bénard
Lu 3323 fois




1.Posté par noe le 10/07/2015 13:36
Comment reconnaître que les saucisses vendues dans ces endroits sont fraîches ?
C'est écrit nulle part ...

2.Posté par moin la di le 10/07/2015 13:40
Mon cher Jules tu termines ton reportage On prend un pari là-dessus ?(sic) malheureusement je te donne gagnant sur cette affaire et les autres .......

3.Posté par maçonnerie le 10/07/2015 14:30
1.
si les saucisses crient "planquez vous, vlà noé"..c'est qu'elles ne sont plus fraîches..

4.Posté par Koraly le 11/07/2015 00:55 (depuis mobile)
Étant sa fille je trouve ça dégueulasse de rapporter des choses comme ça vous avez manger les saucisses? A t''''il eu intoxication alimentaire? Montrez moi vos certificat. il n''''a pas fait les choses droites mais il n''''est certainement pas un empoisonneur

5.Posté par anonyme mouse le 11/07/2015 02:11
noe, arrete de déconner lol. si y a vraiment de la moisissure sur des saucisses c'est super grave!!!
mais non sérieux faut etre super con pour vendre de la came pas fraiche alors qu'un frigo vaut kedal!!!
"Mi sava déménager in d’ces quat’ !" .... heu... oui et stp très loin du système de la restauration et des produits frais!!!! et contente toi de vendre des chips connard!!!

6.Posté par Didi le 11/07/2015 16:38 (depuis mobile)
Moi je ne pas juger les gens kan on ne connais pas leurs histoires.

7.Posté par Joseph le 11/07/2015 18:59
Une saucisse même pourrie ne rend pas malade, il suffit de la faire bouillir plusieurs fois à plus de 100°!

C'est pour ça qu'il n'a pas eu de plaintes le goret!

8.Posté par Choupette le 11/07/2015 19:09
Sauf qu'ici il s'agit des "pécheurs" (péché) au lieu de " ... les pêcheurs ... " (pêche)

Hélas, il n'est pas le seul dans la profession à jouer à la roulette russe avec la santé des consommateurs.

Les services d'hygiène devraient aller voir du côté des frigos ouverts des moyennes et petites surfaces.

Pour gagner du temps et ne pas s'embêter à revenir, le gars arrive et charge l'appareil jusqu'à la gueule.

Sans tenir compte du trait rouge qui marque la limite de dépôt de la marchandise.

Alors qu'au-delà, il y a risque de décongélation et donc d'intoxication.

Les sachets ayant subi ce genre de traitement sont remplis d'air mais restent là.

S'il n'en mettait pas autant, les clients auraient du mal de bouleverser les aliments.

Ayant subi ce genre d'intoxication, je peux en parler.

9.Posté par Choupette le 11/07/2015 19:14
4.Posté par Koraly

Votre paternel est passé en Correctionnel, quand même.

Ce n'est pas pour rien s'il a été condamné.

S'il est nickel, il n'a qu'à faire appel de la sentence.

Ce ne sont pas des inventions de l'auteur de l'article.

10.Posté par Choupette le 11/07/2015 19:14
6.Posté par Didi

Allez dire ça au Juge de la Correctionnelle ... .

11.Posté par Marie le 15/07/2015 10:47
ce commerce est situé à l'entrée de la ville de Cilaos et non à Îlet a corde pour ne pas faire de mauvaise pub pour notre petit village tranquille ! C'est le commerce de la honte vraiment c'est insalubre!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales