Social

Contrats aidés non payés : le Préfet met les points sur les "i"


Contrats aidés non payés : le Préfet met les points sur les "i"
Il n'est pas courant de voir un Préfet règler ses comptes sur la place publique avec une présidente de Conseil général, surtout le jour du réveillon du Nouvel an.
L'affaire a dû sembler suffisamment grave pour que la Préfecture se fende d'un communiqué, en cet après-midi de 31 décembre, histoire de bien préciser les responsabilités de chacun dans l'affaire révélée par la presse de ce matin de plusieurs dizaines de contrats précaires relevant du lycée hôtelier de Saint-Paul qui n'ont pas reçu leurs payes de décembre.
Dans son communiqué, le Préfet constate que "plusieurs dizaines de personnels en CUI-TOS gérés par le
lycée hôtelier de Saint-Paul n’ont pas perçu leur salaire de décembre.  
Le Préfet déplore cette situation, qui ne relève pas de la responsabilité de l’État.
Il faut en effet rappeler que ces contrats ont été accordés à la suite d’une dérogation qu’avait obtenue le Haut Commissaire aux solidarités actives Martin HIRSCH alors en visite à la Réunion en février dernier, sur demande expresse et réitérée de la Présidente du Conseil Général. Il s’agissait en effet, de maintenir notamment, des agents alors en contrats d’avenir ou contrats d’accompagnement dans l’emploi et
parvenus au terme de leur contrat, en leur accordant des contrats uniques d’insertion de manière dérogatoire.
En contrepartie de cet accord, engageant des crédits d’État versés au Département, le Département s’était engagé à financer la part résiduelle.
A ce titre, deux courriers du Préfet en date du 10 mars et du 30 avril 2008 adressés à la Présidente du Conseil Général ont confirmé ce dispositif. 
Si l’État a bien versé sa part, force est de constater que le Département n’a pas encore versé la sienne, mettant ainsi plusieurs dizaines de CUI/TOS et leurs familles en difficultés financières.
Le Préfet, ayant été informé incidemment, le 18 décembre, de cette décision contraire aux engagements, a adressé, le 19 décembre, un courrier à la Présidente du Conseil Général lui demandant de revenir sur sa position.
Par courrier en réponse du 26 décembre 2008, la Présidente du Conseil Général a indiqué au Préfet qu’elle proposerait à sa commission permanente lors de sa prochaine réunion d’abonder les crédits attribués au lycée hôtelier de Saint-Paul afin de couvrir intégralement la part résiduelle due au titre de l’exercice 2008.
Cette affaire devrait donc trouver une issue favorable dans les prochaines semaines.
Le Préfet ne peut cependant que regretter ces retards qui ne sont imputables ni au lycée hôtelier de Saint-Paul, ni aux services de l’État".
Voilà qui a au moins le mérite d'être clair...
Mercredi 31 Décembre 2008 - 16:57
Pierrot Dupuy
Lu 1045 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 31/12/2008 18:28
et oui, ça doit bien buller au service financier du conseil général...alors que la décision est prise en Février, aucune décision modificative présentée avant un an ??? aucune délibération pour valider les transferts inter crédits sur le compte concerné ..?

certains et certaines méritent des baffes... quand on vous dit sur ce blog, que l'incompétence est la chose la mieux répartie dans les collectivités réunionnaises...

2.Posté par papapio le 31/12/2008 18:57
Pauvres Gens, c'est lamentable en pleine période de Fêtes, on rejoint les confirmations d'expropriation Régionnales du tram Train le 24... M. Le Préfet, ne reste plus qu'à dénoncer l'utilisation de l'Argent Public pour les seuls droits des Femmes au département et aux TGIs, l'éffacement du seul Colloque sur la Place du Père, ...etc... et si tout va bien, vous pourriez même sur cette lancée, l'année prochaine, ouvrir enfin un service préfectorale aux Droits des Enfants et des Hommes, histoire de compenser un peut ce que nous subissons... Rassurez vous, nous ne vous demandons pas de retourner dans les établissements scolaires démentir auprés des Enfants.... Bonne Année 2009, de remise en Cause Monsieur, Papa ?

3.Posté par Zorro masqué? Missié lo Préfet le 31/12/2008 19:24
Décidément, ce Préfet est un vrai défenseur de l'Etat, et du gouvernement. En fait il serait presque Gouverneur.
Règlement de compte encore une fois, certainement à raison, et si cela continue peut-être même un combat de coq dans un rond de coqs. Les choses seraient ainsi plus claires.
Mais attention ! Nos coqs locaux sont appelés coqs l'espèce. Espèces? Mais personne ne parle d'argent ici...
Mais le moment n'est plus au moucatage, mais aux voeux :
Bonne année 2009 ,

4.Posté par Josette Brosse le 31/12/2008 20:11
Il me sembler avoir entendu que Nassimah devait parler de ce problème à la prochaine commission permanente. Elle se réunit quand cette commission ? Les frais de représentation et de festivité n'ont-ils pas augmentés pour 2009 ?
L'on m'a toujours appris que le personnel était prioritaire avant toutes autres dépenses.

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 31/12/2008 22:14
effectivement josette, quand on est un établissement ou une collectivité publique "intelligente", "on" fait le nécessaire en tant qu'ordonnateur de cette structure, pour que salaires, cotisations sociales et prélèvements pour compte soient prioritaires en terme de paiement...n'en déplaise aux fournisseurs.. force est de constater qu'il doit y avoir quelques "billes" au conseil général..

6.Posté par Albert Ebasque le 31/12/2008 22:18
N' oublions pas que notre préfet est corse....(?) et que les corses (je les connais bien, j'ai de la famille corse) ne supportent pas les injustices......ou les mascarades tendant à vouloir leur faire porter le chapeau pour des lenteurs dues à des incompétences...qui ne sont pas les leurs....mais qu'on aime toujours leur attribuer....à tort, bien évidement...et, comme chacun sait....... le tort tue....surtout en corse!!
Décidément, il fait bien bouger la région notre préfet....

7.Posté par boyer le 01/01/2009 09:54
3. Posté par Zorro masqué? Missié lo Préfet le 31/12/2008 19:24
=> complètement hors sujet puisque encore une fois l'etat a ete reglo alors que les collectivités territoriales comme le patronat en general se croient toujours avant la departemenalisation.

8.Posté par Basile le 01/01/2009 10:18
En attendant, qui sont les dindar de la farce ?

9.Posté par Trouillomètre au maximum le 01/01/2009 10:38
Le préfet prépare le terrain pour "Nassimah Mangrolia Juan Dindar et autres" car sans pédigrée, carte de visite, CV puants il n'est pas possible de faire de la politique ni être élu.
Le plus haut personnage de l'Etat pourra ainsi choisir parmi ses semblables une secrétaire d'Etat à la hauteur de ses espérances.
Bonne année Nassimah et Nicolas !!! Les français ont besoin de vous. La preuve : Ils vous élisent.

10.Posté par Titang le 01/01/2009 16:26
Vous voulez mon avis ?

La décentralisation, qui consacre les petits roitelets (intéressés ou obligés) locaux et leur donne trop de pouvoirs et de responsabilités qui dépassent leurs "capacités", est une erreur. D'une façon générale, ils attrapent tous la grosse tête, finissent par la perdre tout en ne s'occupant plus que de leurs "petits" intérêts personnels ou de ceux de leurs clans.

Il est plus facile de combattre un monarque - et là je pense au petit agité, à l'idéologie et au comportement indignes d'un président de la République, qui va continuer à taper sur les plus pauvres au profit des plus riches, d'après les vœux qu'ils nous a présentés hier soir - qu'une foule de petits roitelets.



11.Posté par Trouillomètre au maximum le 01/01/2009 17:41
Puisque Titang parle du Sarko alors que j'en ai parlé juste avant :
Je précise que je ne fait pas de politique idéologique droite/gauche (du moins le poins possible) sur ce blog.
Si je tape sur le Sarko c'est uniquement parce que j'estime que c'est un personnage malhonnête qui ne mérite pas sa fonction de Président de la République. La Ségohyènne est encore pire, elle qui échappe à l'ISF qu'elle a inventée ou du moins approuvée en faisant une déclaration de valeur sous estimée ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales