Social

Contrats aidés à Saint-Denis : De l'environnement à la cantine


Contrats aidés à Saint-Denis : De l'environnement à la cantine
Si la rentrée se fait sur le chef-lieu ce jeudi, "c'est parce que 70% du personnel de nos écoles est pérenne" nous répond Joël Perigaud, directeur de cabinet du maire de Saint-Denis, qui ajoute que "les contrats aidés sont utilisés en appoint". Pour ce qui est des maternelles, il ne manquerait pas d'assistantes maternelles à Saint-Denis.

Pour les quelques écoles qui seraient en manque d'agents d'entretiens ou d'aides cantinières, qu'elle est en train de recenser, la commune a décidé de jongler avec les emplois disponibles du côté de l'environnement. Une dizaine de personnes en contrats aidés dans le secteur de l'environnement va être déployée vers l'entretien des écoles. "Nous ne sommes pas en période de sécheresse et les agents sont moins sollicités. On a décidé de reclasser dix agents d'entretien affectés à l'environnement vers les écoles" assure le directeur de cabinet. "Ces contrats aidés sont nécessaires en période de pluie mais là, une partie d'entre eux fera l'appoint dans l'éducation".

Une partie des agents d'entretien ira donc aider en cuisine. "Les cantinières sont formées tout au long de l'année" assure Joël Perigaud, qui ajoute que la commune met en place un plan nutritionnel pour les écoles.
Mardi 14 Août 2012 - 12:08
Lu 1625 fois




1.Posté par L''esprit de Canne le 14/08/2012 12:52
A bien comprendre un emploi vert peut faire la cantine et le nettoyage des toilettes des écoles. Enfin de compte ces agents sont polyvalents or les contrats aidés par définition doivent permettre la formation pour l'insertion de la personne dans un métier pérenne. Le métier de ces agents est donc polyvalent c'est à dire nervis.

2.Posté par Christian de Beaufond le 14/08/2012 14:33
Enfin un maire qui gère sa commune comme une entreprise ! Quel plaisir de lire ces quelques lignes qui tendent à prouver une vraie gestion des Ressources Humaines de la collectivité concernée. Et c'est aussi une exemple à suivre pour les autres ... À méditer sérieusement en période de rigueur.

3.Posté par Au nom de la Rose le 14/08/2012 14:46
C'est étonnant : article lu 530 fois et pas un seul commentaire. C'est plus facile de critiquer gratuitement que de reconnaître que la ville de Saint Denis a les pieds sur terre et est gérée avec cohérence par rapport à son projet politique. Et, ca mérite d'être souligné une fois encore, sans avoir augmenté ses impôts depuis 4 ans (engagement sur la durée du mandat).
Que tous ceux qui tapent à longueur d'année, par anti socialisme primaire, sur l'équipe qui dirige la 19ème ville de France, fassent le tour des communes réunionnaises et étudient la gestion des uns et des autres et on en reparlera.

4.Posté par Simplet le 14/08/2012 14:55
Cela s'appelle une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) ... il est dommage que toutes les mairies de l'île n'aient pas eu la même approche ... en planifiant la titularisation du personnel communal des écoles ... c'est ainsi que nos maires devraient nous montrer que leur priorité N° 1 est bien l'éducation de nos enfants ...

J'ai du mal à comprendre que seule la mairie de Saint-Denis ait pu travailler de la sorte ...
A se demander ce que font les élus des autres communes ??? De droite et de gauche ...

5.Posté par William le 14/08/2012 16:29
Après la tonte des gazons on doit pouvoir faire des épinards à la cantine !

6.Posté par Bravo saint denis le 14/08/2012 17:20
Decision courageuse que la municipalité à prise , les enfants ne peuvent pas être pris en otage ! Une rentrée cela se prépare , on anticipe les problèmes et on gèrent avec ce que l'on a !
Bonne rentrée à tous

7.Posté par SHEITAN le 14/08/2012 17:51
Effectivement, face à ces explications les fielleux et les aigris n'ont pas grand chose à dire. C'est clair et cohérent. Ce n'est pas non plus la panacée, mais une collectivité qui fait face à une situation prévisible. Depuis les campagnes électorales tout le monde savait que les quotas de contrats aidés avaient été fort entamées... Ce n'est donc pas deux semaines avant la rentrée qu'il faut nous prendre pour des cons en faisant semblant de découvrir la situation. On accuse Zilbert de faire de la politique politicienne en ne montant pas au front contre son camp...Il aurait été encore plus critiqué (par les mêmes) s'il était du mouvement.
Je le répète : quand on ne peut pas faire face à une situation : on DEMISSIONNE plutôt que prendre les familles en otages.

8.Posté par roca le 15/08/2012 09:04
Les communes qui sont incapables (soi - disant) de faire du prévisionnel, sont parfaitement capables de faire du chantage à l'emploi contre bulletin de vote au détriment de l'éducation des enfants
On saura s'en souvenir le moment venu.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales