Politique

Contrats aidés: "Une commission pas si transparente" selon Monique Orphé


Quatre mois après son cri d’alarme au sujet des 17.000 contrats aidés qui n’avaient pas encore été consommés en octobre dernier, Monique Orphé a assisté cet après-midi à la "commission de la transparence sur les dispositifs d’aide à l’insertion et à l’emploi" qui s’est tenue ce jeudi 19 février 2015 à la préfecture de Saint-Denis. 

"Aujourd’hui, j’estime que le bilan est positif, estime la députée, puisque 95% des contrats ont été consommés. Mais j’espère maintenant qu’on fonctionnera différemment, sans attendre le dernier moment pour le faire". Environ 14.000 des 17.000 contrats n'ont en effet trouvé preneurs qu'en novembre et décembre. Si elle s’en félicite, la députée déplore désormais que seuls 7.500 contrats soient alloués dans l’enveloppe du 1er semestre 2015 contre 9.500 l’année dernière :" Il faut savoir démontrer que l’on est capable d’utiliser ces contrats, l’Etat est très vigilant sur ce point".

"Mitigée", c’est également le sentiment de la parlementaire à l’issue de la commission. "Nous avons obtenu des éléments sur la consommation de ces contrats,  poursuit la députée, parfois par territoire, mais certains éléments de la part des collectivités manquaient: C’est assez gênant de ne pas savoir comment ils sont répartis." Pourquoi les contrats n'ont-ils pas été utilisés? Quels sont les freins? Les collectivités ont-elles joué le jeu? La députée assure ne pas avoir eu tous les éléments de réponse sur le sujet.

La députée se demande notamment pourquoi les 90.000 bénéficiaires du RSA de l’île rencontrent des difficultés à être embauchés "alors qu’il existe aujourd’hui une déclinaison de dispositifs adaptés à chaque profil". Elle a ainsi réclamé une étude plus approfondie de ces profils pour déterminer si une formation ou un accompagnement plus soutenus sont nécessaires, rejoignant ainsi le plan Rebsamen.

"Faire baisser le nombre de demandeurs d’emploi doit être la première priorité à la Réunion", ajoute-elle. Et pour y parvenir, la députée invite les entreprises à "prendre le problème à bras le corps": "Les entreprises ont aussi un rôle à jouer dans le traitement social du chômage, et ont les moyens de maintenir et créer de l’emploi"

La députée propose d’ailleurs que les élus locaux et les acteurs économiques participent aux prochaines tables rondes. 
Jeudi 19 Février 2015 - 17:41
GG
Lu 1021 fois




1.Posté par fou le feu le 19/02/2015 20:17
13 millions de pénalités.. et le patron de la CCIR dit qu'il faut étendre les contrats d'avenir au secteur du commerce?? mais de qui se fiche t on ??

vous n'êtes pas présentes aux réunions du SPER madame la député..pourquoi cela ??

2.Posté par R I P O S T E le 19/02/2015 21:50
Monique Orphé rentre à ta kaz

3.Posté par amandine le 19/02/2015 22:01
Combien contrats Monique l'a trouve pou son dalon Christian ANNETTE ???

4.Posté par sacha974 le 20/02/2015 08:21
Même si tout cela ne réglera pas le chômage de manière définitive à la réunion je suis contente de voir qu'il y a encore des députés qui se battent contre le chômage.

selon moi un contrat aidés c'est mieux que rien.

Monique Orphé fait parti de ceux la, un combat long, laborieux, bravo pour votre détermination.

5.Posté par St Denis REPRÉSENTANT le 20/02/2015 13:47
Monique Orphé une député qui se bat sur les vrai problème de fond.

c'est d’ailleurs pour sa que c'est dure car elle ne s’arrête pas juste à la surface mais va au fond des choses.

Bravo Madame Orphé.

6.Posté par POLLUX Mireille le 21/02/2015 13:37
Les politiciens de la Réunion ont détourné le budget des contrats aidés et ils font semblant de dire qu'il en reste dix sept mille qui n'ont pas été distribués!!!!! C'est se moquer de nous!!!!! NOUS VOUS EXPULSERONS AUX PROCHAINES ELECTIONS!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales