Santé

Continuer la dialyse et partir en croisière? Bientôt possible pour l'Outre-mer


Voyager dans l'océan Indien malgré une insuffisance rénale... Pas évident pour les patients qui doivent avoir recours à une séance de dialyse de quatre heures, trois fois par semaine.

Mais cela sera peut-être possible dès l'année prochaine, grâce à un projet qui allie dialyses et croisières. C'est à l'occasion du colloque sur le tourisme organisé au Sénat par la Délégation sénatoriale à l’outre-mer et la FEDOM (Fédération des entreprises d’outre-mer), le 30 septembre dernier, que le projet a été présenté, en présence de la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin.

A sa tête, Jeanne Loyher, directrice régionale des Sociétés de dialyse Réunion/Mayotte. "Pouvoir partir en vacances comme les autres permet de préserver un peu d'autonomie, affirme-t-elle, et la liberté est indispensable à la stabilité psychologique des patients". Or selon une étude du CREDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) de 2010, une personne sur dix déclare ne pas pouvoir voyager pour des raisons de santé et les personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique sont les premiers concernés.

Dans la séquence "diversification de l'offre touristique" du colloque, elle a présenté son projet de croisières pour les personnes atteintes d'insuffisance rénale, une première pour l'Outre-mer.

Des générateurs et le personnel nécessaires seraient à bord des bateaux de croisière et permettraient aux patients réunionnais de faire plusieurs escales aux Seychelles, à Maurice, à Rodrigues... Un prix groupé pour 16 patients d'environ 1.600 euros chacun, dépendant du nombre d'escales. Un prix qui ne diffère pas de la norme, précise Jeanne Loyher.

Cinq générateurs (quatre et un générateur de sécurité) pour 16 personnes et trois séances de dialyse par semaine. C'est ce qu'elle propose aux compagnies de croisière, comme Costa qu'elle a déjà rencontrée.

"Le projet a été bien reçu et nous sommes optimistes, annonce-t-elle. On espère pouvoir le réaliser en février ou mars 2016. J'ai préféré ne pas voir trop grand pour être sûre que cela se concrétise, mais il serait possible d'étendre le projet à la Chine, également, qui s'intéresse de plus en plus à La Réunion".

Jeanne Loyher repart vers la métropole dans deux semaines pour discuter du projet avec le conseiller spécial de la ministre des Outre-mer.
Lundi 5 Octobre 2015 - 17:44
SH
Lu 1812 fois




1.Posté par noe le 05/10/2015 19:45
Le soucis pour plus tard , c'est de ne pas consommer trop de sucre dans les sodas , les cafés ... les gâteaux ...quand on est encore "jeune" !
Je me demande si ce n'est pas les mamans qui poussent les enfants à manger "sucré" ... Au lieu de donner à leur bébé , leur lait maternel , elles lui donnent le lait de vache bourré de sucre !

2.Posté par jo le 05/10/2015 20:41 (depuis mobile)
Pour repondre a noe : il est plus simple de donner du lait en poudre aux bebes, les grands freres ou les grandes soeurs .......

3.Posté par GB le 05/10/2015 20:51
et la dialyse péritonéale alors????

4.Posté par observateur le 06/10/2015 04:00
La Jeanne n est pas très créative
Y a déjà un opérateur historique réunionnais qui a lancer la dialyse vacance !!

5.Posté par Jacques BOVIS le 06/10/2015 09:01
une croisiere de mort vivant c'est chic ca donne envie......

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales