Politique

Conseil général : Une assemblée plénière sans remous

Dès 9 heures, suivez en direct les débats de la deuxième assemblée plénière de l'année au Conseil général. Au menu des discussions, les orientations budgétaires 2013.


L'ensemble du Conseil général rend hommage à Laurence Vergès
L'ensemble du Conseil général rend hommage à Laurence Vergès
14h20: Tous les rapports sont adoptés. L'assemblée plénière prend fin.

13h50: Les discussions se portent sur la SPLAR (créée en novembre 2011) qui doit devenir guichet unique d'accueil dans sa mission de lutte contre l'habitat indigne. D'un côté Nassimah Dindar explique que la SPLAR (Société publique locale avenir Réunion) a pour but de "mettre en oeuvre des programmes structurants". Mais les critiques sont nombreuses. "Je m'abstiendrai de voter. Un an que la SPLAR est créée et 8.000 dossier sont toujours en souffrance", lâche le conseiller général Harry Mussard.

13h30: Le premier rapport est adopté. Les discussions s'éternisent sur le nouveau règlement départemental des aides à l'amélioration de l'habitat.

12h45 : Reprise de l'ordre du jour. Les élus se penchent sur le nouveau cadre d'intervention d'aide départementale aux projets collectifs d'action sociale et d'insertion.

12h30: Les conseillers généraux votent une décision modificative (DM) portant sur l’interconnexion en eau entre Salazie et le Bras de la Plaine. La DM porte sur un montant de 11 millions d'euros. Les conseillers généraux de l'opposition n'ont pas pris par au vote.

11h30: Les conseillers généraux débattent toujours du premier point à l'ordre du jour des orientations budgétaires. André Thien-Ah-Koon a pris longuement la parole pour débattre des perspectives budgétaires du Département. Le conseiller général se "demande toujours" si Nicolas Sarkozy est toujours au pouvoir... De son côté Bruno Mamindy-Pajany pointe "l'explosion budgétaire" imminente. "On aborde les orientations budgétaires, elles permettent de parler de l'avenir. Mais on ne peut plus travailler comme avant. On va devoir changer certaines procédures", explique-t-il. "La population n'attend pas de la philosophie mais que des décisions soient prises et que l'on règle les problèmes quotidiens", ajoute-t-il.

11h: Ibrahim Dindar, vice-président du Département, est plus virulent : "On gèle les dotations quand les collectivités sont au bord de la faillite. Après on les réunit à l'Elysée pour leur donner un "ti monnaie". On parle d'une compensation de 170 millions d'euros alors que le déficit lié au gel des dotations de l'Etat se chiffre à 480 millions d'euros. On est en train de se faire 'pouaker' ".

10h50: Sur le budget 2013, Daniel Gonthier, conseiller général de l'opposition, exprime son inquiétude: "On frise la mise sous tutelle. Le budget est catastrophique", lâche-t-il.

10h30: Le conseiller général, Bachil Valy, a présenté les perspectives budgétaires pour l'année 2013 au Département. "On nous demande un retour à l'équilibre budgétaire", explique en introduction le conseiller général de l'Entre-Deux. Un constat est soulevé, les charges transférées vers le Département sont plus lourdes du fait de la dégradation économique locale. "Les allocations sociales vont augmenter de 10% par rapport à 2012, ce qui représente 50 millions d'euros de plus", souligne-t-il. Les conseillers généraux craignent une explosion du RSA alors que les recettes du Département sont gelées.

10h15: Roland Robert est arrivé en retard. Après la lecture des motions, la présidente du Conseil général a fait son discours précédent l'ouverture des débats. "C'est un moment de démocratie avec à l'ordre du jour les orientations budgétaires de 2013. La population demande aux élus de tenir la barre malgré la tempête économique et sociale que traverse le monde. Le débat de ce matin engage les responsabilité de chacun d'entre nous. C'est le rôle du politique de fixer le cap. On vit aujourd'hui une transformation de la Réunion, des Réunionnais. On perd nos valeurs. L'esprit de responsabilité laisse place au tout est de la faute des autres (…). Je voulais rendre hommage aux travailleurs sociaux qui sont aux premières loges de ces changements", explique-t-elle.

Nassimah Dindar a interpellé les élus du Département. "Dans cet esprit nous avons scellé un pacte de gouvernance jusqu'en 2014. Dans cet esprit nous avons voté ensemble les différents plans départementaux. La population n'attend pas une querelle stérile. Je ne doute pas que le débat de ce matin apportera des réponses utiles à la population", ajoute-t-elle.

9h50: L'opposition a lu une motion demandant la poursuite du RSTA après le 1er janvier 2013. "On demande la prolongation de ce dispositif après le 1er janvier prochain", souligne Cyrille Melchior. La présidente du Conseil général indique que l'ensemble des motions lues seront examinées en commission spécialisée avant d'être présentées en commission permanente.

9h40: Plusieurs motions sont lues tour à tour par les conseillers généraux. Robert Nativel (PCR) a lu une motion de demande "urgente" au gouvernement pour compenser les dépenses sociales et éducatives prises en charge par le Département. Henri Hipollyte (PCR) s'est attardé sur les emplois d'avenir. Joseph Sinimalé (Modéré) a lu une motion sur le minimum vieillesse. Jacqueline Silottia (Modéré) a interpellé le gouvernement sur les produits solidaires. "Il faut établir au plus vite la liste des 100 produits de consommation courante de la loi Lurel. Mais il faut également préserver la liste des produits solidaires et l'inclure dans le bouclier qualité prix", explique-t-elle.

9h30: L'ensemble des vice-présidents de la majorité de Nassimah Dindar sont présents, à l'exception de Roland Robert. Le quorum est atteint. Le Conseil général a tenu à rendre un hommage après le décès de Laurence Vergès. Une minute de silence a été observée.

Conseil général : Une assemblée plénière sans remous
9h20 : La présidente du Conseil général, Nassimah Dindar, ouvre cette deuxième assemblée plénière de l'année. Au menu des discussions, les orientations budgétaires 2013. L'attitude du Parti socialiste va être scrutée avec attention ce matin. Hier, les élus PS ont boycotté la conférence de presse de présentation des orientations budgétaires suite à "l'oubli" des autres élus de la majorité composite du Département d'inclure le "Pack Jeunes Citoyen".
Mercredi 7 Novembre 2012 - 09:30
Lu 1913 fois




1.Posté par noe le 07/11/2012 08:41
Les élus absents ne doivent pas être payés !

2.Posté par jason bourne le 07/11/2012 10:55
On est en train de se faire 'pouaker'...

2 remarques

1 / cet éclair de lucidité ,tardif Monsieur Dindar, me ravit !!! le changement c'est maintenant

2 / un homme public ne DOIT pas mélanger créole et français dans ses discours c'est l'un ou l'autre

c'est typiquement le phénomène qui amène nos enfants à ne parler ni correctement le français ni le créole

Allez en corse ou au pays basque , on parle la langue locale ou le français et parfaitement

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales