Politique

Conseil général : Passe d'armes entre la majorité et l'opposition

Si le compte de gestion 2009 a été voté à l'unanimité, le compte administratif 2009 a déclenché des échanges acerbes entre les élus de la majorité et de l'opposition. Nassimah Dindar, dans son intervention, a tenté de s'élever au-dessus de la polémique.


Conseil général : Passe d'armes entre la majorité et l'opposition
Cyrille Melchior l'a dit en conclusion de sa prise de parole : “nous ne voterons pas ce compte administratif 2009”. Comme un seul homme, l'opposition départementale a donc dénoncé “un compte administratif pas du tout volontariste”. Le conseiller général de Saint-Paul a regretté “le manque de soutien du Conseil général à l'activité économique et la lenteur dans la mise en place du schéma départemental de la gestion et du traitement des déchets". C'est Eric Fruteau pour la majorité qui a tenu à lui répondre.

Entre irritation, ironie et répliques acerbes, le conseiller général de Saint-André a détaillé les réalisations de l'équipe en place, et “les propos incohérents de Cyrille Melchoir. Vous nous demandez d'aller au-delà de nos compétences pour aider l'économie et le social, alors que le gouvernement que vous soutenez, ne cesse de couper dans les enveloppes allouées au Département". Alain Zanéguy a renchéri en défendant “un bon compte administratif 2009".

Daniel Gonthier, conseiller général de Bras-Panon, lui a répondu : “Vous n'avez pas ajouté l'ARAST à cette liste de succès. Et s'il y avait de l'argent pourquoi ne pas en avoir donné pour sauver l'ARAST ?" Cette intervention a fait sortir Ibrahim Dindar de son fauteuil.

“Pourquoi encore parler de l'ARAST ? Nous avons déjà dit que les responsabilités sont partagées entre tous ceux qui ont été et qui sont aux responsabilités au Conseil général. Revenir sur ce sujet relève de la psychiatrie”, a précisé Ibrahim Dindar.

L'opposition n'a pas répondu et a voté contre le compte administratif 2009 qui a tout de même été voté à la majorité.
Mercredi 23 Juin 2010 - 11:26
Jismy Ramoudou
Lu 1974 fois




1.Posté par effectivement le 23/06/2010 16:57
Mr DINDAR Ibrahim ne veut plus parler de l'ARAST pourtant rien n'est encore régler ni les indemnités, ni les promesses d'embauches de son EX femme Combien encore aujourd'hui d'ex salariés au chomage en interdit bancaire, en surendettement, huissier au trousse qui risque de perdre le seul bien qui leur reste leur maison.

OUI VOUS AVEZ RAISON NE PARLONS PLUS DE L ARAST DE VOTRE INCOMPETENCE DE LA NULLITE DE CETTE SOI DISANTE PRESIDENTE VOUS ETES BIEN LOTI TS LES DEUX BIEN AU CHAUD; EN 2011 NS VOTERONS POUR LE PARTI QUI SOUHAITE VIRER CETTE PRETENTIEUSE PRESIDENTE

2.Posté par Tati le 23/06/2010 21:30
La politique est une grande psychanalyste, ses patients les hommes et femmes politiques, ce serait curieux d’avoir leur avis à cette affirmation: ceux qui se lancent en politique sont des personnes qui ont eu un rapport au père difficile (pas assez ou trop, le plus souvent d'ailleurs, autoritaire, absence, une certaine carence affective de ce côté...).
De la psychanalyse à la psychiatrie il n'y a qu'un pas que certains ont franchi ce jour mais qui relève réellement de la psychiatrie dans cet hémicycle?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales