Société

Connaître les bons gestes en cas d'échouages de cétacés


La formation se poursuit jusqu'à demain
La formation se poursuit jusqu'à demain
Dans le cadre du Réseau National d’Echouages (RNE), l’association Globice organise un stage qui a débuté ce mardi 13 au siège de la Réserve Naturelle Marine de la Réunion et qui se terminera demain à Kélonia.

Le Réseau National d’Echouages (RNE) couvre l’ensemble des côtes de France métropolitaine depuis 1972 et se développe dans les DOM TOM depuis 2004. Ce réseau de sciences participatives est animé par l’observatoire PELAGIS à l’université de La Rochelle. Pour la Réunion, c'est Globice qui a la charge de coordonner le Réseau Echouages Réunion.

Pour cela, l’association travaille en collaboration avec les nombreux partenaires locaux du Réseau : Aquarium de La Réunion, Réserve Naturelle Marine, Muséum d’Histoire Naturelle, Brigade Nature Océan Indien, Office National De la Chasse et de la Faune Sauvage, Kélonia, ONF et vétérinaires libéraux.

Le Réseau compte en son sein des titulaires de la Carte Verte. Cette autorisation ministérielle est la preuve officielle, délivrée par le Ministère du développement durable, de l’habilitation de son titulaire à l’examen, la manipulation ou la capture de cétacés échoués morts ou vivants. Les données collectées localement sont adressées au RNE et centralisées par l’observatoire. Toute intervention en dehors de la présence d’un titulaire de la Carte Verte ou de son mandataire est illégale du fait du statut totalement protégé de ces espèces.

Ce stage de formation, dispensé entre autres par un scientifique du Centre de Recherche sur les Mammifères Marins de l'Université de La Rochelle, permet aux membres du réseau de voir ou de revoir les procédures d’intervention et les protocoles de prise de données. Des données qui seront plus tard des sources précieuses d’informations pour ces animaux qui recèlent encore bien des mystères.

Le cachalot gardera le mystère de sa mort
Le cachalot gardera le mystère de sa mort
Même si tous espèrent éviter d'en arriver à récupérer un dauphin ou un cachalot échoué par exemple, les bons numéros doivent être connus du plus grand nombre (voir plus bas). La Réunion compte 1 à 3 échouages par an sur ses côtes.

Parfois, comme ce 11 janvier 2010, la surprise est de taille, mais difficile d'approche. Suite au signalement d'un habitant du sud sauvage, intrigué de voir une masse imposante dériver au large, un hélicoptère de la gendarmerie est dépêché au-dessus de la zone. L’étrange masse, qui flotte au large de Saint-Philippe, n’est autre qu’un cadavre d’une espèce de cétacé. Les photos (voir ci-contre) prises par la gendarmerie permettront plus tard d’identifier la macabre découverte : c’est bien un cachalot qui dérive lentement en direction du Nord. Une heure après le survol de l’infortuné odontocète, celui-ci est observé entre Le Baril et Petite Vallée, dérivant à environ 500m au large. Les mauvaises conditions en mer n’avaient pas permis d’approcher le cachalot.

-----------
En cas d’échouage, contactez le numéro suivant : 06 92 65 14 71
Jeudi 15 Novembre 2012 - 11:59
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 683 fois




1.Posté par Budgétivores le 15/11/2012 12:39
Globice et consor sont des petits rigolos qui se font plaisir sur le compte du contribuable ...

2.Posté par profiteurs le 15/11/2012 21:39
toujours la meme bande qui absorbe les subventions, du business

3.Posté par iliade974 le 16/11/2012 07:28
On se demande pour nous le commun des mortels et a priori peu concernés par l'échouage des cétacés, l'interet d'un tel stage !!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:03 Saint-Leu : L’opération 10.000 arbres lancée

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales