Faits-divers

Conflit de voisinage à St-André: Me Creissen écope de 4 mois avec sursis


Conflit de voisinage à St-André: Me Creissen écope de 4 mois avec sursis
Le tribunal correctionnel de Saint-Denis a rendu ce matin son délibéré dans le conflit opposant l'avocat Philippe Creissen à ses voisins de Saint-André.

Le médiatique avocat de Thierry Robert écope de quatre mois de prison avec sursis et doit s'acquitter de 3.720 euros de dommages et intérêts. Quelques minutes après le jugement, l'avocat a décidé de faire appel auprès du greffe.

En 2008, un différend pour un droit de passage entre voisins éclate chemin Couturier, à Bras des Chevrettes. Alors que certains riverains s'accordent pour que la mairie goudronne le chemin utilisé depuis plus de 30 ans, l'avocat en revendique la propriété. S'en suivra des montées de tension entre les protagonistes qui déboucheront sur des gardes à vue.

"La décision de ce matin confirme bien ce que je pense de la justice à Saint-Denis", se désole Me Creissen, qui soutient qu'un élément apporté par ses soins il y a un an n'a toujours pas été instruit par le parquet. Il s'agit d'un faux en écriture que l'avocat impute aux policiers de Saint-André. "Ils prétendent que j'étais entendu dans leurs locaux où j'aurais proféré des propos racistes, alors que dans le même temps j'étais entendu à Malartic, il y a quelque chose qui coince", explique l'avocat qui ne possède pas encore le don d'ubiquité. "Il s'agit d'un faux évident. Pourquoi depuis un an, un juge d'instruction n'est pas désigné ?", demande-t-il.

La décision de ce matin ne "lui fait ni chaud ni froid", affirme Me Creissen qui maintient "la légitime défense" face aux jets de galets de ses voisins auxquels il avait répliqué par des tirs avec une petite carabine à plomb. "Si j'avais été condamné dans une affaire de fraude, là j'aurais été touché, mais dans un cas de légitime défense, et connaissant mon caractère...", témoigne-t-il, indifférent, mais toujours aussi remonté contre les méthodes du tribunal.

L'avocat doit maintenant attendre le rendu des motivations du juge pour comprendre: "comment a-t-il pu écarter la thèse de la légitime défense alors que mon voisin a reconnu avoir jeté des galets ?", poursuit l'avocat qui prend appui sur des cas d'actualité qui ont montré que tant que la dernière juridiction n'est pas saisie, sa version des faits peut être reconsidérée.
Vendredi 22 Novembre 2013 - 11:44
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1915 fois




1.Posté par noe le 22/11/2013 12:13
Ce sieur l'a bien cherchée sa condamnation !
Parce qu'il est un beau-causeur (métier avocat) , il se croit tout permis pour pouvoir passer en "martyr" sur les ondes ....
C'est lamentable !
Et dire que Thierry Robert l'a pris comme avocat !

2.Posté par tijean le 22/11/2013 13:11
encore une histoire de terrain. il y a de cela quelques mois sur ce même site, il y a eu une excellente interview d'un monsieur qui travaille sur les constructions illégales à la réunion. Il disait qu'en gros pas mal de monde faisait construire leur maison sur des terrains accidentés ou qui ne leur appartenait pas.

J'aimerai bien qu'il y ai un grand nettoyage de toutes ces histoires de terrain qui soit disant vous appartiennent mais qui légalement ne sont pas à vous. Il y aurait de grosses surprises et ca calmerait pas mal de monde je pense...

3.Posté par paul le 22/11/2013 13:20
"La décision de ce matin confirme bien ce que je pense de la justice à Saint-Denis",



4.Posté par lex le 22/11/2013 13:35
Enfin il a été condamné;........................................LUI QUI CROIT QUE LE FAIT DE MAÎTRISER LE DROIT IMPLIQUE QU IL EST AU DESSUS DES LOIS;

DURA LEX SED LEX;

5.Posté par Mwa la pa di le 22/11/2013 14:11
Comme tout procédurier, il fait appel. Et estime que le fusil est dans la légitime défense....Très inquiétant un avocat qui règle ses comptes en dehors de la loi. C'est vrai, pour lui les fonctionnaire du tribunal sont tous mauvais et lui en veulent à sa petite personne. Comment peut on parler de légitime défense quand on sait qu'il faut aller chercher la carabine, les plombs.... Bref cela se prépare....

6.Posté par vrpv974 le 22/11/2013 14:26
Comment ce fait il qu'on lui interdise pas de pratiquer sa profession pendant un certain temps? Cela se fait bien avec les médecins ou autres! Quel guignol!!!!!

7.Posté par Pfffvouzètnul le 22/11/2013 14:28
Moi je dis BRAVO et qu'il endure sa peine et puis c'est tout!!!!

A trop vouloir se prendre pour le plus fort on finit toujours par le regretter.

Merci aux habitants d'avoir été tenaces!!!

8.Posté par darky le 22/11/2013 17:15
bof..pour qu'on en arrive à se faire jeter des galets...c'est qu'il y a un problème quelque part... Thierry et Philippe chez le psy bientôt ?

9.Posté par dionysien le 22/11/2013 18:32
Moi je retient la phrase :" connaissant mon caractère ." ! cela dénote un certain état d'esprit et de la personnalité de la personne .

10.Posté par whylliams le 22/11/2013 21:16
Ahh!si vous saviez qu'a LA REUNION il ya plein de familles qui sont heritiers du vent! Y'en a qui savent que les terres les appartiennent mais pas moyen de le prouver!!!Comme dit le dicton:les paroles s'en volent les ecrits restent!

11.Posté par Pauvre juriste..... le 23/11/2013 13:32
BIEN FAIT POUR SA GUEULE !!!!!!

12.Posté par Fabiho le 23/11/2013 15:31
Ce monsieur ferait mieux de déménager. "Connaissant son caractère", cette histoire risque de finir dans un bain de sang et ça n'en vaut pas la peine

13.Posté par LA VERITE le 27/11/2013 11:27
Avocat s'est défendu avec un fusil a plomb qu'on retrouve dan,s les fête foraine , mais non a feu , ce monsieur l'a menacé avec des galets , celui ci riposte et fait appel et l'autre pareil .
Des élus qui détournent des fonds publics et des avocats qui défends ces personnes et pour certains ont gain causes.
Des femmes qui sont battu à mort et moral il n'y a pas de loi (UFR) .
Des hommes battus qui restent dans le silence (zot la honte)
.................A bientôt

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales