Société

Commission permanente/Région: Education et coopération régionale au menu

La Commission Permanente de la Région s’est réunie ce mardi 29 avril 2014 à l’Hôtel de Région Pierre Lagourgue sous la présidence de Didier Robert. Les conseillers régionaux ont examiné une trentaine de rapports relatifs à l’éducation, la mobilité, la culture, à l’économie…


Commission permanente/Région: Education et coopération régionale au menu
ÉDUCATION

Les conseillers régionaux ont voté une enveloppe globale de 104.475 euros afin de :
– soutenir la troisième édition de la diagonale des juristes
– financer des voyages pédagogiques à finalités culturelles et linguistiques
– dans le cadre de la coopération régionale, soutenir la formation continue de professeurs de français botswanais
– financer un programme d’actions dans le secteur agricole avec des partenaires d’Afrique du sud et de Madagascar
– financer l’extension d’un lycée à Madagascar

ÉGALITÉ DES CHANCES

Une politique de mobilité soutenue
La commission permanente a voté une subvention globale de 89 200 euros afin de :
– financer la mobilité d’étudiants dans le secteur sanitaire et social
– soutenir un programme de formation avec la Tanzanie

Une enveloppe complémentaire de 2 900 000 euros a été votée par les élus afin de clôturer la session 2013/2014 de la Bourse de la Réussite. Objectif : faciliter l’installation matérielle des étudiants et diminuer les charges liées aux frais d’inscription, de vie…

La formation professionnelle au cœur des priorités régionales
120 000 euros ont été engagés dans le cadre de la mise en œuvre du dispositif Prépa-concours, du secteur Sanitaire et Social (PCSS) pour l’année 2014. Objectif : soutenir le porteur de projet de mobilité qui souhaite suivre une formation dans le secteur sanitaire et social nécessitant une mise à niveau préalable dans un cycle préparatoire en Métropole.

Les conseillers régionaux ont accordé une enveloppe globale de 683 342 euros au Campus Professionnel de l’Océan Indien (CPOI) au titre de son fonctionnement pour l’année 2014. Plate-forme unique dans la zone océan Indien dédiée à la formation professionnelle, le CPOI est un espace à la fois d’accueil et d’information pour les demandeurs d’emploi.
Mardi 29 Avril 2014 - 17:08
Lu 782 fois




1.Posté par Olive le 30/04/2014 10:32
Au final , cette structure est un gouffre inutile car elle n'assure aucune mission de formation ( c'est d'autre organismes qui le font, AFPAR ,CCIR,CM ,...).
700000 euros pour payer quelques personnes qui ne font rien.

2.Posté par Jean-Marc L. le 30/04/2014 13:31
Ce qui pose problème dans ce milieu de l'orientation et d'accueil, est le fait qu'il insère ceux qui y travaillent surtout !
En effet pour insérer les chômeurs, il faut d'abord insérer les "inséreurs" !
Ce qui explique une telle structure !
Là où le bas blesse, c'est l'évaluation du dispositif, qui tout flambant neuf, jure par tous les saints, de sa pertinence dans le parcours d'insertion du chômeur, d'où son existence (CQFD!). Pour moi ce n'est pas tant le chômeur qu'il faut accompagner mais les accompagnateurs eux mêmes ! Comment effet pourraient susciter la motivation des demandeurs pour l'emploi, entrepreneuriat et autres ? Comment envisager qu'ils soient de vrais relais médians à l'économie locale. Il ne s'agit pas uniquement de poser de la réflexion sur de la réflexion, mais de s'inscrire sur une base concrète du potentiel travail à la Réunion et d'ailleurs. Les médiateurs ont beaucoup à faire là dessus et c'est à eux d'inventer aussi et de créer les conditions pour propulser ou susciter des talents !
Si le travail était réellement possible sur le petit caillou, croyez-vous qu'il y aurait eu autant de chômeurs ? Alors cette super structure aura elle-aussi à gérer la paix sociale ?

Ce que je regrette dans cette histoire, c'est qu'on reprenne les mêmes acteurs, qui ont opérés ici et là dans diverses structures, et qui trouvent là, une opportunité de sortir, de leur routine professionnelle.

Il devient alors problématique en tant que chômeur d'être accueilli par une personne, qui n'a que d'intérêt dans la plupart des cas, que sa petite personne !

Lorsque l'on sait que l'environnement du demandeur d'emploi joue sur sa recherche d'activité professionnelle, et le temps entre la fin de sa dernière activité professionnelle et de sa réinsertion compte, il aurait fallu à mon sens moins cloisonner l'action d'aide aux chômeurs, le sortir en quelque sorte de ce carcan psychologique où l'on veut l'enfermer et l'escorter.

Sans le prendre non plus par la main, mais en l'accompagnant, qu'il conviendrait à mon sens, pour donner à cette super infrastructure financée par notre argent, une réelle articulation avec son milieu, et celui de l'environnement du demandeur notamment.

Il faut davantage aider les petites entreprises en allant à leur rencontre pour voir comment impacter un développement d'emploi dans leur secteur d'activités ou autres.
Cette ressource mise à profit pour les demandeurs d'emploi, pourrait aussi s’intéresser à la création d'activités sur des niches expertisées et dont il faut engager l'accompagnement immédiat des porteurs.

Car continuer à reproduire un modèle d'insertion professionnelle qui participe à accroître plus encore, les inégalités, je trouve qu'effectivement il y a du gaspillage, dans l'air !

Cette mastodonte a donc pour être efficient à élargir et à assouplir, ce qui la ronge par ailleurs : la bureaucratie, la moralisation et l'infantilisation de l'adulte !

Encore une fois, la stigmatisation de ceux qui sont victimes de la crise, et à qui on propose les mêmes remèdes aux maux incurables, me semblent d'une inutilité déconcertante !

Tentons pour une fois de sortir de ce mécanisme bureaucrate en proposant et en osant des pistes innovantes et originales pour la Réunion !

Là franchement on en est loin, même très loin !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales