Economie

Commerce extérieur: Une balance commerciale déficitaire de 4,5 milliards d'euros

Ce matin, à la préfecture de la Réunion, les douanes, l'Insee et la DIECCTE (Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) ont présenté le bilan des échanges commerciaux extérieurs à la Réunion pour l'année 2011. Des chiffres en progression de 12% pour les importations et de 11% pour les exportations. Pourtant la balance commerciale de la Réunion continue de se creuser passant de 4 milliards à 4,5 milliards d'euros.


Commerce extérieur: Une balance commerciale déficitaire de 4,5 milliards d'euros
Les chiffres de l'importation et de l'exportation sont établis à partir des "déclarations en douane", précise d'emblée Alexis Lopes, directeur régional des douanes. Premier constat sur les chiffres présentés, malgré une progression des importations (+12,57%) et des exportations (+11,08%), le déficit commercial à la Réunion continue de se creuser un peu plus chaque année. Il passe d'un peu moins de 4 milliards (2010) à 4,48 milliards d'euros (2011), un record qui s'explique par l'augmentation de la facture énergétique.

Une facture énergétique en progression, passant de 199 millions d'euros pour 2009 à 355 millions d'euros pour l'année 2011, alors que la quantité de produits (gazole, gazole non routier et essence) a baissé de 10.000 tonnes. "Nous sommes dans un contexte de crise économique au niveau des échanges commerciaux. La croissance mondiale a ralenti (…). Concernant l'évolution du pétrole , les prix ont augmenté en 2011 au premier semestre, avant de se stabiliser au second semestre. Une stabilisation suivie d'une nouvelle envolée en début d'année. Depuis, il y a une fluctuation des prix aux alentours de 100 dollars le baril de brent", explique Hervé Legrand, chef de service à l'Insee. Et il faudra sans doute s'attendre à une nouvelle dégradation du déficit de la balance commerciale à la Réunion pour l'année 2012 au regard du contexte international.

Exportation en hausse de 57% sur les dernières années

Malgré cet accroissement du déficit, les exportations réunionnaises continuent d'augmenter. En deux ans, le nombre d'entreprises pratiquant l'exportation est passé de 593 à 869. "L'exportation est en hausse de 57% sur les dernières années", précise Francis Widmer, conseiller international au pôle entreprises, économie et emploi de la DIEECTE. Les chiffres de l'exportation en témoignent, la Réunion a exporté pour 284 millions d'euros en 2010 contre 315 millions en 2011. Mais le nombre d'entreprises exportatrices de produits ou de services ne représente que 2,5% du nombre total d'entreprises à la Réunion (environ 38.0000). "La majorité des exportateurs sont des entreprises de petites tailles, avec moins de 20 salariés. Moins de cinq entreprises font un chiffre d'affaires supérieur à 10 millions d'euros, ce qui représente en cumulé 40% du chiffre export à la Réunion", ajoute-t-il. Des entreprises oeuvrant principalement dans le domaine de la pêche et du sucre qui représentent respectivement 52 millions d'euros et 70 millions d'euros du chiffre export de la Réunion. L'Asie est désormais le deuxième continent (22,71%) pour les exportations réunionnaises, derrière la métropole (33,71%).

50,66% des produits importés viennent de métropole

Concernant les importations, les produits de type huiles ou carburant arrivent toujours en tête à la Réunion avec 11,87% des parts de produits importés, soit 569 millions d'euros (forte progression de 32,07% par rapport à 2010). Deuxième secteur de produits importés, les voitures, qui représente 287 millions d'euros, là aussi en progression de 9,48% par rapport à l'année 2010. Le 4ème poste de dépense en matière d'importation par produits est le secteur des véhicules aériens. "Une évolution de 272,34% qui s'explique par l'achat en 2011 d'un avion par Air Austral", explique tout simplement Alexis Lopes.

Parmi les principaux pays importateurs de produits à la Réunion, la France arrive toujours en tête avec 50,66%, devant Singapour 10,49%. "Singapour est le pays d'achat du pétrole, il y a une forte évolution en raison de l'augmentation du prix des carburants", souligne-t-il. En troisième place on retrouve la Chine avec 6,36% et 305 millions d'euros de produits importés à la Réunion.

Les auteurs du bilan des importations et exportations à la Réunion souhaitent se pencher sur l'activité de service, peu représentée et difficilement quantifiable mais que la Réunion exporte à "équivalence" aux produits manufacturés vers la métropole ou encore l'international.
Jeudi 28 Juin 2012 - 16:05
Lu 1490 fois




1.Posté par ndldlp le 28/06/2012 16:35
ah qu'il aurait été amusant de lire la valeur CAF des produits alimentaires à la Réunion...(un peu moins de 800 millions ?)
ah qu'il aurait été amusant de lire la valeur CAF des produits destinés à l'industrie alimentaire à la Réunion ..(un peu en deça de 700 millions d'euros).

Ah qu'il aurait été poilant de lire la valeur de la sur rémunération (600 millions)..

Ah qu'il serait mais vraiment digne d'un casseur lé cui, de se dire ...."et si au lieu de filer à une soixantaine de milliers de fonx la surrém, celle ci serait utiliser pour diminuer la valeur des entrants alimentaires et destinés à l'industrie alimentaire... 600 millions rapporté à 1,3 milliards... 50% .... soit une belle réduction du prix facial pour le consommateur..Sans perturbation de taux de rentabilité pour les producteurs et distributeurs...et avec un contrôle un peu plus sérieux des services de l'Etat..

non franchement, qui aurait l'idée parmi les récents pieds nickelés élus, de procéder à ce type de proposition..?

quant aux fonx concernés par cette réduction de leur salaire, pour ceux qui ont investi, il suffit, un peu comme la dette grecque, de réduire à dû concurrence du taux max d'emprunt, la valeur des capitaux restant dus, et de demander aux banques de supporter la note dans leurs comptes...

une bonne modélisation... rien de bien complexe...encore faut il le vouloir !

2.Posté par Caton2 le 28/06/2012 18:34
Je te trouve bien révolutionnaire... mais pertinent, Nicolas!

3.Posté par Tonton le 28/06/2012 23:41
on fait pire que la Grece, et ça depuis des décennies !
Et ça s'aggrave de l"année à l"'année, et personne ne reagie.

Failite promis !

4.Posté par noe le 29/06/2012 05:33
Dépensons moins !
Serrons la ceinture !
Achetons "réunionnais" !

5.Posté par ndldlp le 29/06/2012 09:35
2.
il est temps de mettre en place un "think tank" péi .. ne penses tu pas ?

révolutionnaire ? disons que certains se sont engouffrés dans la dialectique liée au mot "changement".. mais soyons clair, les députés récemment élus sont à l'exception de thierry robert, fonctionnaires..

Bareight, Orphée, Bello, Vlody, Lebreton, Fruteau : fonx d'état ou territorial...

Tu notes Caton, par ailleurs, que ce sujet intéresse très peu de personnes si l'on en juge les commentaires... faut il dès lors consacrer ses neurones à autre chose que l'analyse de la situation et la mise en évidence de certains chiffres ..?
ce ne sont pas eux, qui vont changer quoi que ce soit à la situation moribonde de la Réunion..

au passage, 650 millions de FEDER non employés... soit l'équivalent d'à peu près + ou - 25 000 emplois..

6.Posté par sgeg le 29/06/2012 11:32
parler de balance commerciale dans cette situation est comique car si le déficit est de 4,5 miliards et les exportations de 300 millions , les importations sont donc de 4,8 milliards =16 fois les exportations !
c'est un flux à sens unique alimenté par les transferts financiers massifs venus de métropole.
une situation de dépendance tragique , une économie 100% artificielle dont l'aspect le plus caricatural
reste la sur-rèm dénoncée par delaunay qui , curieusement , était plus réticent à le maudire à l'époque lointaine où , soutenu par le seul caton , je dénonçais ce système colonial absurde fabriqué par et pour des fonctionnaires avec comme résultat principal l'envol des prix du foncier grâce à ces acheteurs solvables , ce qui a permis d'accroître un peu plus la fortune des gros propriétaires foncier.
C'est un détournement de fonds publics très organisé , et sachant que tous nos députés et la plupart des politiques péï font partie de la fonction publique et sont pour certains de gros propriétaires , ce n'est pas près de bouger, sauf si le bateau venait à sombrer pour de bon , ce qui reste une éventualité à ne pas exclure car on voit mal comment échapper à des coupes drastiques vu notre niveau de dette
publique et des perspectives de croissance ( plutot de quasi-récession ) qui nous amènent droit au mur.

7.Posté par ndldlp le 29/06/2012 12:12
6.
j'énonce simplement une possible meilleure utilisation de la sur rém.. à financer donc, pour ceux qui l'ont compris, mais tous l'ont compris, la continuité économique.
vaut il mieux donner du pouvoir d'achat à quelques uns, ou en faire profiter le plus grand nombre..?
cela n'enlève en rien la capacité du fonx sur rémunéré à bien utiliser ce potentiel (investissement local, dépenses locales), et d'autres à mal l'utiliser (investissement hors Réunion ou dépenses hors Réunion)

sgeg..je vais être chiant... particule quand tu nous tiens !
si la sur rém ne fait pas les prix des étiquettes (et l'absence de concurrence que d'autres martèlent ?), sa meilleure utilisation permettrait d'avoir une conséquence directe à la baisse sur les étiquettes.


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales