Blog de Pierrot

Comment les syndicats ont torpillé le combat pour le maintien du RSTA...

Samedi 27 Juillet 2013 - 16:17

Photo d'archives
Photo d'archives
Le courrier que nous publions en exclusivité ci-dessous n'est pas vieux. Il date du 25 juin dernier, soit il y a un mois presque jour pour jour. Il est officiellement envoyé au nom de l'intersyndicale CFDT, CGC, CFTC, CGTR, FO, UNSA, FSU et Solidaires, mais c'est en fait Ivan Hoareau de la CGTR qui l'a rédigé et signé au nom de ses collègues.

Ce qu'on y lit est assez ahurissant et démontre bien comment fonctionnent les syndicats à la Réunion.

Remettons les événements dans leur contexte. Fin mai, l'intersyndicale organise une conférence de presse pour demander le maintien du RSTA et l'organisation d'une table ronde. Dans la foulée, 14 associations qui se battent depuis des mois pour le maintien de ces 99 euros mensuels versés aux salariés les plus défavorisés et dont la pétition a recueilli plus de 10.000 signatures, se disent que le combat aurait plus de chances d'aboutir si associations et syndicats faisaient front commun, comme à l'époque du COSPAR. Gilles Leperlier, au nom des associations, écrit donc à chaque syndicat pour proposer une action commune.

La réponse tombe le 25 juin (voir lettre ci-dessous) et elle laisse pantois.

D'abord, alors que Gilles Leperlier avait écrit séparément à chaque syndicat, le courrier de réponse est signé de l'interdyndicale, et plus particulièrement d'Ivan Hoareau. Son argumentation se décline en plusieurs points que nous allons nous efforcer de résumer et de regrouper, pour en faciliter la compréhension :

1) Le RSTA est une allocation versée aux salariés et les défenseurs des salariés, ce sont les syndicats et personne d'autre.

2) Si un syndicat se trompe, la sanction lui est donnée au moment des élections professionnelles, élections qui permettent de déterminer la représentativité de chacun. "La notion de représentativité est pour nous un élément essentiel"...

3) "Tous les témoignages de solidarité apportés aux travailleurs ou à leurs représentants" "sont les bienvenus"...

4) Nous vous remercions pour les soutiens ou "témoignages de solidarité" que vous pourriez nous apporter, mais la faible représentativité de certaines associations demandeuses nous empêche d'envisager toute action commune avec votre collectif de 14 associations. Pas un mot sur les 10.000 signatures recueillies au travers de la pétition, seule compte "la représentativité" des élections professionnelles...

Une remarque en passant : Puisque les syndicats sont aussi à cheval sur la notion de "représentativité", ils devraient prendre quelques remèdes pour faire dégonfler leurs chevilles, eux qui n'ont été élus aux dernières élections professionnelles qu'avec une participation de 42,78%... Et ce n'est pas leur faire injure que de leur rappeler que seuls 8% des salariés en France ont adhéré à un syndicat...

Tout cela serait pardonnable si les mêmes syndicats s'étaient fortement mobilisés en faveur du maintien du RSTA. Mais loin s'en faut. On pourrait même dire, pour une raison que nous ignorons, qu'ils ont tout fait pour le torpiller.

Avez-vous vu une grande manifestation des syndicats dans la rue pour exiger le report de la date de fin du dispositif? Non, rien... Tout juste s'est-on contenté de faire une conférence de presse pour demander une table ronde, en sachant très bien que ça n'aurait plus d'effets que de pisser dans un violon ! Un peu comme ces élus qui se sont contentés de faire voter des motions...

Pour preuve, où sont les syndicats aujourd'hui? Alors que tout le monde entoure Samuel Mouen sur le Barachois, alors que la Réunion se mobilise pour la grande manifestation de demain, les syndicats organisaient ce matin une réunion à la mairie de Saint-Denis pour discuter des "problématiques de l'emploi et des salaires"...

C'en serait risible si ce n'était aussi grave !

Comment les syndicats ont torpillé le combat pour le maintien du RSTA...

Pierrot Dupuy
Lu 2276 fois



1.Posté par WQS le 27/07/2013 17:49

Je ne suis absolument pas surpris , je l'écris depuis longtemps :

Les syndicats à la Réunion ne bataillent QUE pour les fonctionnaires et le maintien de la liste hallucinante des avantages dont ils bénéficient en général et à la Réunion en particulier....

Sur-rémunération , bonifications de retraite ( 3 ans cotisés = 4 ans validés ) ; congés bonifiés , primes diverses à la mobilité , à ajouter à ceux dont bénéficient tous les fonk's
à savoir , emploi à vie , salaire moyen et retraite moyenne supérieurs au privé , aucun jour de carence en cas de maladie , 90 jours de maladie payés à 100% chaque année...etc...

La liste et longue comme le bras !

Alors se mobiliser pour que les pauvres crétins de salariés du privé que ce gouvernement
pressure à fond pour continuer à bien gaver ses fonctionnaires et à qui il vient de sucrer RSTA + prime Cospar ? MAIS QUE VOULEZ-VOUS QU'ILS EN AIENT A FAIRE !

2.Posté par SOLEIL le 27/07/2013 18:16

Et puis les Syndicats dont en première ligne la CGTR de Mr Ivan HOAREAU n'a t'il pas en 2012 appeler à voter HOLLANDE et faire barrage à la casse sociale de Mr SARKOZY, avec comme allié : le PCR, Mr Thierry ROBERT, Mme DINDAR, ect............
Et maintenant ils font les hypocrite à l'approche des élections
Et qu'attendent les syndicats d'agir pour La Titularisation des employés communaux

3.Posté par Un Citoyen couillon le 27/07/2013 18:36

Voilà comment des responsables de certains syndicats comme la C.G.T.R. d' Ivan Hoarau,défendent avec détermination les intérêts de leurs adhérents qui , plus souvent qu'on ne le croit, ont été " roulés dans la farine" ! C'est l'intérêt du parti qui prime avant tout . En effet, le P.C.R a , dés sa création, fondé autour de lui de nombreuses succursales qui étaient, TOUTES, ses courroies de transmission (C.G.T.R. ,UF.R., le F.J.A.R. . ....) . Depuis ses échecs cuisants , d'autres organisations ont été créées par J-H. RATENON ,GILLES LEPERLIER... ! D'autres formations naîtront certainement encore ...la tactique des communistes ne varie guère ! Il faut donner l'impression que beaucoup d'associations approuvent les propositions ,les positions de leur parti ,quitte parfois à e mêler aux manifestions de ceux qu'on peut supposer être leurs pires adversaires : les dirigeants de" la droite la plus réactionnaire" (expression qui fut trés souvent employée par eux !). IL NE FAUT PAS OUBLIER QUE LES COMMUNISTES RÉUNIONNAIS SONT DES MARXISTES-LÉNINISTES -STALINIENS !!!

4.Posté par mon colis le 27/07/2013 19:06

à mort les syndicats... inutile a mort... aujourd'hui.

5.Posté par William le 27/07/2013 19:13

Les syndicats ne représentent qu'eux même...

6.Posté par chikun le 27/07/2013 19:32

1.Posté par WQS le 27/07/2013 17:49 | Alerter
Je ne suis absolument pas surpris , je l'écris depuis longtemps :

Les syndicats à la Réunion ne bataillent QUE pour les fonctionnaires et le maintien de la liste hallucinante des avantages dont ils bénéficient en général et à la Réunion en particulier....



Peux pas mieux dire , la moitié de la réunion se goberge tandis que l'autre moitié crève la faim.

7.Posté par darky le 27/07/2013 17:36

le combat de mouen est.devenu politique. le politique n est pas la.place du syndicalisme. sa place est dans linteraction avec le chef d entreprise et.la.defense du salarie. la loi a promulgue la fin du rsta au profit du rsa... la messe est dite depuis longtemps.

les syndicats doivent se battre pour que ce.soit la.creation de richesse et le partage des gains de productivite qui financent laugmentation des salaires...ou des decisions d ordre legislatives qui permettent de mieux orienter ou reorienter les aides directes aux salaires ( cospar ou rsta). cela revient aussi a rendre dynamique les aides publiques que sont les exonerations de.charges..

8.Posté par Paul JUNOT le 27/07/2013 20:31

Mon cher Pierrot, Il est important de rétablir la vérité. Le RSTA et le bonus Cospar résultent des luttes sociales où les syndicats étaient première ligne du mouvement suivi des associations et des partis politiques. Partant de cette expérience ou certaines associations tentaient de prendre le pouvoir au sein du collectif COPSAR , les dissensions entre les associations elles même, et entre certaines associations et les partis politiques, rendaient difficile le travail. C'est dans un climat où certains voulaient s'affirmer au détriment des autres et qui faisait que les réunions de travail COSPAR duraient jusqu'à 22h parfois encore plus tard, en rendant difficile les avancées.
Par ailleurs une invitation que nous recevons par la presse, n'attire pas spécialement notre attention. C'est seulement dans un deuxième temps que les syndicats reçoivent par mail cette invitation, alors que nous étions déjà depuis un certain temps dans nos démarches et travail intersyndical. Avec l'expérience de mai 2009 en tête, et à l'approche des élections municipales en 2014, l'intersyndicale ne voulait pas offrir un tremplin politique à certaines associations en mal d'existence qui chercherait à tirer un profit politique en visant à instrumentaliser par une médiatisation outrancière leur participation. Rien qu'à voir comment l'invitation a été lancée par la presse pour comprendre la finalité de cette démarche. Il est bizarre que Pierrot n'ait pas perçu et décodé au delà des apparences.
Par ailleurs comment concilier les valeurs de nos mandants (représentativité oblige) quand dans ces associations certains prônent des valeurs proches de la xénophobie, opposées aux valeurs fraternelles que nous défendons ?
S'il est vrai que seuls 8% des salariés adhèrent à un syndicat, il est vrai aussi que les 92% des salariés restants savent que quand par le travail des 8% la pluie arrosera, ils seront aussi arrosés. Alors pourquoi prendre une assurance, quand même sans assurance on est aussi assuré par le travail des autres ?
S'il est vrai que seuls 8% des salariés adhérent , mais que peut on penser de ces 14 associations qui rassemblent 13 personnes devant la préfecture?
De cette expérience commune où la valeur ajoutée n'était pas visible , l'intersyndicale dans une période de campagne préélectorale préfère prendre ses distances pour ne pas rajouter de la confusion à un moment où règne suffisamment dèjà de confusion et d'agitation. Les travailleurs ne veulent pas servir de tremplin politique à des candidats potentiels, déclarés ou pas. En période de pré compagne électorale, le discernement doit être de mise plus que jamais ! Bien à toi

9.Posté par Paul JUNOT le 27/07/2013 20:47

Post 3 Citoyen couillon: C'est parce que l'intersyndicale ne veut plus être soupçonné de favoriser certaines associations politisées que l'intersyndicale n'a pas voulu donner suite à leur invitation. Les responsables syndicaux savent décoder derrière l'agitation actuelle, les intentions de certaines associations qui sont déjà en préparation de la campagne électorale des municipales de 2014. Nous sommes étonnés que Pierrot pertinent par ailleurs s'est laissé prendre dans cet écran de fumée. On ne peut pas en même temps, accuser les syndicats de tous les maux de la société et vouloir en même temps qu'ils travaillent avec les associations , sans toutefois travailler avec eux . Quand les syndicats travaillent avec ces associations on les accuse de favoriser les copains politiques, et quand ils refusent de travailler avec les mêmes associations on les accuse de torpiller le combat. Le combat de ces associations c'est de faire élire leur chef, et le combat syndical de défendre les intérêts de leur mandants.

10.Posté par R I P O S T E le 27/07/2013 20:49

Il y a eu depuis l'élection de HOLLANDE tant de comiques nous voilà avec un comique local de plus en la personne du sieur syndicaliste Ivan Hoareau . Nu va faire une p'tite prière !

11.Posté par boubou974 le 27/07/2013 23:54

avant tout Pierrot DUPUY ce n'est pas avoir ou pas la prime COSPAR ou le RSTA c'est la revalorisation des salaires syndicaliste moi-même je ne cautionne plus cette prime que était TEMPORAIRE et il faut arrêter de amer contre le gouvernement car se sont les PATRONS qui sont concerner si vous aller jusqu'au bout de la réflexion la cote part de la prime versé par l'état c'est bien avec nos impôts donc c'est nous qui les finançons ces primes non? et je crois qu'il y a une Assemblé général de l'intersyndicale ce samedi a la Mairie de Saint Denis pour causer de cela je m'aperçois que vous n'en faite pas échos

12.Posté par RSTA le 28/07/2013 08:18

comment la droite peut elle légitimer que l'etat paye une partie des salaires, alors qu'elle braille sur le nb de fonctionnaire?

Il faut ameliorer le RSTA en embauchant plus de cadre C dans la fonction publique et en augmentant l'impot sur les societés qui ruisellent de benefices et subventions.

13.Posté par Tanbi le 28/07/2013 09:29

ça c'est du journalisme grodwa.

Vaut-il mieux avoir 8% de syndicalisation et savoir mobiliser les travailleurs que 70 % et n'avoir jamais pu mobiliser les salariés quand ils sont dans la m...?

Si les syndicats en France étaient chargés comme dans certains pays nordiques de verser les prestations chômage et d'autres prestations sociales, la donne serait différente.

Tapes un coup "taux de syndicalisation" sur un moteur de recherche avant de faire ce genre d'article à charge et surtout complètement brouillon.

14.Posté par syndicaliste de la vraie gauche le 28/07/2013 10:22

13.Posté par Tanbi

Si les syndicats en France étaient chargés comme dans certains pays nordiques de verser les prestations chômage et d'autres prestations sociales, la donne serait différente.


C'est le modele de la sociale democratie qui fait vomir: des syndicats obligatoires pour remplacer les droits collectifs ecrits dans la loi par des accords de branche au rabais puisque negociés par petits groupes.

15.Posté par nicolas de launay de la perrière le 28/07/2013 10:30

pierrot ne masque pas sa sensibilité de droite, et son syndrome "goyaviste" de l'entrepreneur ou du bien pensant de droite, qui se plaît à faire des raccourcis grodwa en raillant le syndicalisme.

faut il rappeler au "journaliste" pierrot dupuy, le rapport 2010 de René Paul Victoria sur le passage du RSTA au RSA ?

comme il semble que certains voire beaucoup de journalistes médiatiques, sont en manque de connaissance des sujets qu'ils osent commenter librement, je rappelle le lien pour ceux là :
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/104000262/0000.pdf

extrait :
Mais c’est surtout le nombre important de perdants induit par la suppression
du RSTA dès la mise en place du RSA qui me conduit à proposer des mesures
d’accompagnement.

3.2.1. 92 000 gagnants
Les 92 000 ménages qui gagneront au remplacement du RSTA par le RSA sont des
ménages d'une taille moyenne disposant d'un revenu annuel brut de 18 166 €. Ce sont les
employés qui sont essentiellement concernés.

Le gain annuel est en moyenne de 1 984 €.

3.2.2. 118 000 perdants
Les 118 000 ménages qui perdront au remplacement du
RSTA par le RSA sont des ménages d'une taille plus petite que celle des gagn
ants. Le montant de leur revenu brut disponible est de 26 715 € (2 226 € mensuels).
La perte annuelle est en moyenne de 1 237 €.

----------------------------------------------------------

j'invite ensuite le lecteur, journaliste ou non, à se diriger vers la page 42 du dit document, à l'annexe III.

qu'y lit on ? le gain ou la perte avec le passage au RSA, en fonction de la composition du ménage, de la quotité d'heure travaillée. les chiffres sont clairement posés. si le journaliste voulait bien avoir l'obligeance de faire son boulot... il comprendrait un peu mieux ce qu'est le champ de compétence du monde syndical, et de celui des associations de défense des multiples causes qui nécessitent qu'elles soient défendues.

16.Posté par francette le 28/07/2013 12:12

Moi je partage à 100% la lettre d'Ivan Hoarau au nom de l'intersyndicale.
Il serait temps que les patrons mettent la main à la poche et augmenter les salaires de leurs employés et en particulier des plus faibles.
Comme par hasard, on retrouve des associations qui sont soutenues voire manipulées par une partie de la droite et qui a peur qu'on demande aux entreprises de payer, de prendre le relais de l'Etat. On voit bien que les élections arrivent...

17.Posté par Vienne Charles Henri le 28/07/2013 12:17

Ivan Hoareau et Paul Junot ont dit ce qu’il fallait dire sur ce sujet. Je suis salarié de la fonction publique, syndiqué au SAIPER, je les approuve , eux et les organisations syndicales qui refusent de suivre les prophètes autoproclamés, les associations et autres mouvements , les coquilles vides et qui sonnent, et qui sonnent et qui sonnent creux. Le temps remettra tout ça à sa juste place et apportera la lumière sur certaines finalités de cette agitation.

Bon dimanche, mi sa mange z’oie, mais mi dort pas avec !

Charles Henri Vienne
Saint-Denis

18.Posté par Merdali le 28/07/2013 14:02

Des syndicalistes qui ne savent même pas écrire correctement ? Je me demande comment de tels idiots ont pu être élus pour représenter les salariés.. De nos jours, être syndicaliste s'apparente plus à de la politique !

19.Posté par Tanbi le 28/07/2013 14:16

14- Attention, je n'ai jamais dit que je défendais ce modèle...

20.Posté par David Asmodee le 28/07/2013 17:49

S'il est vrai que seuls 8% des salariés adhèrent à un syndicat, il est vrai aussi que les 92% des salariés restants savent que quand par le travail des 8% la pluie arrosera, ils seront aussi arrosés.


Ils sont bien arrosés en ce moment. 1500 chômeurs supplémentaires par jour en France. Ils sont bien mouillés même. Mais ce n'est pas de l'eau, c'est du syndicalisme. Mais il parait que quand on marche dedans, ça porte chance.

21.Posté par Paul JUNOT le 28/07/2013 18:29

M ASMODEE prolonger votre raisonnement et comparer avec les pays à périmètre comparable où les syndicats n'existent pas, et faites moi part de vos conclusions sur des bases sérieuses et pas seulement péremptoires. Bien à vous

22.Posté par Pat 974 le 28/07/2013 19:00

pat974
Les syndicalistes peu soient ils, sont la pour défendre les intérêt des salariés (es) et des employés (es) au sein même des entreprises pour lesquels ils bataillent et actif en travail de font tous les jours afin des maintenir les divers accords existant et Gospar ainsi que la réintégration de cet RSTA. Qui aurait du être supprimé au 31 décembre.
Le gouvernement l'ayant prolongé, pour l'un jusque décembre 2014 et pour l'autre jusque Mai dernier.
Les assos politiques du centre et de droite et et divers politiques eux même crient au scandale de cette suppression.
Mais alors, qu'ont ils fait depuis depuis 2009 année de création alors qu'il savait cette aboutissement? RIEN d'intelligent..... fallait pas critiquer le gouvernement Fillon a l'époque.
Alors que pendant ce temps, les syndicats ont obtenus pour certains des accords en entreprises afin de l’intégrer aux salaire.
Je rappelle au passage: que nos politiques locales de droites et du centre des Robert aux Dindar et consorts sont plus proches de nos entreprises et des investisseurs que ceux de gauches. Et que politiquement,c'est leurs rôles de se tourner vers leurs réseaux entrepreneuriales,afin qu'ils mettent la main a la poche et si celle-ci sont cousu, nous pouvons leurs fournir un ciseaux.
Et non de faire comme ils le font derrière vous Mr MOUENS en demandant au gouvernement de larguer encore plus d'argent public. Par la pression de ses même entreprises avare de leurs deniers et gloutonne de celle de l’État
Mr MOUENS, ils se sont bien foutu de vous à midi le milliers sans est allé avec Mr Plus de chez Ben et Nuts pour se sont retrouvés devant un bon ti carri.
Votre campement et gréve de la faim aurait du se faire en collaboration avec les assos devant chaque cases de ces députés ou maires ou Président du CG ou Région.........L'impact aurait été plus mobilisateur. A méditer.
Quand il arrêtera, les organisations syndicat seront toujours en train de travailler dans l'obscurité et pour le bien de chaque salariés et ouvriers.
Demain, pour le combats dans un proche avenir pour les conditions de retraite et du maintiens de nos pouvoir d'achat nous verrons ou les politiques locales seront. Je les invites déjà a faire le nécessaire auprès du gouvernement et des patrons afin de ne plus subir la pression de l'Europe.
Nous devons tirer vers le haut et non vers le font.......

23.Posté par francette le 29/07/2013 12:28

A Merdali,
Vous vous prenez pour qui?
Prôneriez-vous un retour à l'esclavage?
A vous lire, un syndicaliste doit parler et écrire un français parfait. Et cela même si ses parents n'ont pas eu les moyens, car vous le savez comme moi, arrivé à un certain stade, si vous n'avez pas les moyens, votre enfant ne prolongera pas ses études et ira se faire exploiter par un patron qui saura l'exploiter, faire du fric sur son dos.
Pour autant, n'aurait-il pas le droit de se faire respecter, faire respecter ses droits et ceux de ses camarades?

Pour ce qui est de la défense collective, je fais confiance au syndicalisme, même si il peut y avoir des dérives. Après tout, ce sont bien les salariés et non pas les syndiqués qui choisissent leurs délégués, leurs représentants. C'est ce qu'on appelle la démocratie ouvrière.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter