Economie

Commande publique : Le BTP demande des résultats

Le Haut conseil de la commande publique s'est réuni pour la quatrième fois depuis sa création cet après-midi au sein des murs de la Chambre des métiers et de l'artisanat. Un point d'étape qui a, une nouvelle fois, été marqué par le rappel à accélérer la commande publique par le monde du BTP.



Nouvelle réunion du Haut conseil à la commande publique cet après-midi autour de Bernard Picardo, qui accueillait cette cession plénière de la HCCP. Margie Sudre, sa présidente, accompagné du représentant de la Préfecture Xavier Brunetière, a tenté de répondre aux différentes attentes des acteurs économiques. Une énergie qui n'aura pas suffi pour calmer les inquiétudes du bâtiment.

"Tout ce qui est fait est utile mais si je reprends les sommes prévues pour l'année 2010, soit 1,180 milliards, nous n'en sommes qu'à 651 millions utilisés", n'en démord pas Jean-Marie le Bourvellec, président de la FRBTP. "Monsieur le Préfet avait lui-même considéré que le taux des sommes engagées était trop bas. Aujourd'hui, nous n'en sommes qu'à environ 55% des sommes engagées".

Les banques ne jouent pas le jeu selon le BTP

Jean-Marie le Bourvellec, pour appuyer ses propos, a décompté de cette somme les 80 millions d'euros provenant du fonds de compensation de la TVA (FCTVA) qui crée forcément un décalage dans les engagements. Inquiet, le président de la FRBTP conclut : "On se prépare à nouveau à une année critique", dit-il avant de renouveler son souhait de voir un nouveau plan de mesures exceptionnelles.

La réponse préfectorale n'a semble-t-il pas calmé les virulences. "Nous veillerons à être vigilants sur les restes à réaliser ainsi que sur une accélération du processus de FCTVA", a expliqué Xavier Brunetière.

La CAPEB, elle, demande la transparence dans les SEM. "Seule la SHLMR a joué le jeu jusqu'à présent", précise son président, Franck Legros. Elle a présenté cet après-midi une motion à l'adresse de la présidente qui a promis de prendre en compte ses inquiétudes concernant les allotissements et les difficultés d'engager des prêts auprès des banques.

Le HCCP n'est pas le donneur d'ordre

Malgré les vives critiques exposées par les professionnels, les groupes de travail du Haut conseil avaient présenté, plus tôt dans la réunion, l'état d'avancement des "facilitateurs" de la commande publique. Parmi ces avancées, notons des pistes de réflexion dans l'accès à la commande publique, notamment à l'égard des TPE. Ainsi, la délivrance des certifications fiscales et sociales, qui prend beaucoup de temps, pourrait être automatisée, dégageant du temps aux chefs d'entreprises.

Le haut conseil s'est clos sur un air de scepticisme ambiant du côté des acteurs du BTP qui réclamaient plus d'impact dans leurs entreprises de ces mesures. Pour Franck Legros "on nous parle de millions, mais moi je souhaite savoir ce que je pourrais bien dire aux gens avec qui je travaille. On ne voit pas de projets". Devant ce mécontentement, Margie Sudre a tenu à rappeler que le HCCP n'était "pas un donneur d'ordre" mais simplement un facilitateur de la commande publique. "Messieurs du BTP, je tiens à vous rappeler tout de même, car je pense que cela n'a pas bien été compris de votre part, nous sommes là dans une démarche d'accompagnement", a-t-elle expliqué. La prochaine cession se tiendra à la mi-mars.
Jeudi 17 Février 2011 - 17:49
Ludovic Grondin
Lu 2030 fois




1.Posté par macadam cowboy le 17/02/2011 21:22
encore un " machin " qui ne sert à rien...une cellule " diplomatique " pour faire avaler au secteur BtP qu'il n'y a rien à voir....circulez !....ça coûte combien ce furoncle ?

2.Posté par Cambronne le 18/02/2011 06:22
1.Posté par macadam cowboy le 17/02/2011 21:22

Quand je dis que ce pays est foutu , il faut bien que nos élus et vertueux technocrates incompétents sauf à produire des lois et taxes supplémentaires s'activent à faire semblant qu'ils sont présent à répondre aux attentes de l'économie, voilà l'exemple même avec ce théodule inutile , tout comme ces commissions de gestions de l'argent public lorsque nos élus voyagent pour remplir les sièges en première classe , ensuite ils osent venir nous parler d'économie budgétaire, avec ou sans ce machin de régulation d'une commande public ou les illusions ne sont que des chimères pour crétins de croire que l'état nounou ou maman va venir les sauver

3.Posté par anonymous le 18/02/2011 08:03
Vive les fonctionnaire du Btp réunion statut spéciale reconnaissont le. Pas de commande pas d'emploi. Bientot la demande de revalorisation a 53%. Et ne plus payer d'essence car eux utilise leurs gros camions pour travailler moi j'utilise ma voiture pour aller au trvail ou la la nuance quand tu nous tiens

4.Posté par Facilitateur de la foutance publique le 18/02/2011 08:56
On s'appelle, on se réunit et on déjeune...

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/02/2011 17:19
"facilitateur"..? quelle mascarade ! c'est pas sarko qui voulait mettre fin à tous les "machins" (commissions et organismes publics) qui ne servent à rien..? tout ça pour en créer un bien beau, avec une incompétente en la matière (souvenons nous des tuyaux eco pipe...!)

6.Posté par Darius le 20/02/2011 10:26
Le souci premier est le manque de motivation de nombre de fonctionnaires, pilote de projet, qui ne sentent pas trop la pression. Leur salaire majoré est payé tous les mois... Que fait la hirarchie? Que font les politiques? Qui contrôle quoi? ON VEUT DES RESULTATS....

7.Posté par Cambronne le 20/02/2011 17:59
5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/02/2011 17:19

Ben vous voyez Nicolas vous dites la même chose que moi

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:12 Le RSI assigné en référé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales