Economie

Comité de suivi NRL: Les débats se focalisent sur l'entrée Ouest de St-Denis et les carrières

Deuxième réunion du Comité de suivi de la nouvelle route du littoral (NRL). Tous les acteurs gravitant autour du projet se sont réunis ce matin au Moca à Saint-Denis. Dans un choix de "transparence", souligne la Région, la collectivité a présenté les avancées du chantier de la nouvelle route du littoral. Les questions sur l'entrée Ouest et les carrières ont animé les débats.


Comité de suivi NRL: Les débats se focalisent sur l'entrée Ouest de St-Denis et les carrières
La première pierre de la nouvelle route du littoral doit être posée avant le 20 décembre - date des congés du BTP - en présence d'un membre du gouvernement (voir ici). En attendant le début du chantier, la Région et l'État ont convié acteurs économiques et associations au Moca pour présenter les avancées sur le projet de nouvelle route du littoral. C'est la deuxième réunion de ce comité de suivi. La dernière avait eu lieu en septembre 2012. "C'est un temps important dans un projet d'une telle dimension, avoir ce moment d'échange avec tous les acteurs. C'est une bonne chose que ce comité se tienne au moins une fois par an", explique François Bellouard des affaires régionales à la Préfecture.

Passée la présentation des avancements du projet, la Région a donné la parole à la salle. Immanquablement les débats se sont orientés vers l'entrée Ouest de Saint-Denis et l'exploitation des carrières. Sur le premier point, Didier Robert, président de la Région, avait critiqué cette semaine l'inaction de la mairie de Saint-Denis dans l'avancée du projet d'entrée Ouest. Une critique qui ne passe pas du côté de la mairie de Saint-Denis. Dans la salle, Joël Périgaud, membre du cabinet de Gilbert Annette, a interpellé Dominique Fournel, conseiller régional en charge du projet NRL.

"Je ne suis pas là pour faire de la polémique. Vous dites que la mairie de Saint-Denis a pris beaucoup de retard, mais la question de la RN1 est une problématique régionale (…). Je voudrais rappeler que nous sommes d'accord sur un tracé et nous sommes en attente d'une commission expertise pour faire le lien entre les deux projets. Mais chacun a pris du retard. Je regrette que l'entrée Ouest ne soit pas prise en compte dans la présentation alors qu'elle est primordiale pour ce chantier d'importance", explique Joël Périgaud. Ce dernier nous a confirmé qu'il y avait eu 11 réunions cette année entre les services de la Région et de la mairie de Saint-Denis.

"La volonté de la Région d'accompagner Saint-Denis est totale"

Ce à quoi va répondre Dominique Fournel : "On est bien en phase sur la nécessité de régler le problème de l'entrée ouest de Saint-Denis (…). Il y a lieu de mettre les bouchées doubles à Saint-Denis. On vient simplement d'arrêter un scénario, il n'y a pas de maitre d'œuvre (…). La mairie n'a pas franchi les étapes administratives et techniques. La ville a pris du retard (…), et je ne polémique pas non plus. Le maire de Saint-Denis souhaite un projet qui va au-delà de ce qui sera possible de financer pour la Région (…). Faut-il encore avancer sur des chiffres plus précis car pour le moment il n'y a uniquement que des estimations à la louche. Il faut être plus précis (…). Mais la volonté de la Région d'accompagner Saint-Denis est totale".

Autre point d'achoppement, la question du choix des carrières. Toujours pas arrêtée aujourd'hui, elle nécessite une révision du schéma départemental des carrières. Que se soit la mairie du Port ou le représentant d'Initiatives dionysiennes, Bruno Bourgeon, tous s'inquiètent sur le choix, les autorisations et l'impact environnemental. "Vous souhaitez poser la première pierre avant le 20 décembre. Mais pour le moment vous n'avez pas l'autorisation de l'État sur les espèces protégées et sur l'exploitation des carrières", s'inquiète Bruno Bourgeon.

"Nous sommes dans l'attente de l'arrêté ministériel sur les espèces protégées, il devrait intervenir rapidement sur la base des déclarations du ministre des Outre-mer, Victorin Lurel. Oui, après on verra ce qu'il y a dans les arrêtés. Pour les carrières, la potentialité en besoin de matériaux existe. Il y a cinq sites répertoriés, mais il ne sont pas inscrit au schéma départemental des carrières. Ces sites vont au-delà des besoins nécessaires en matériaux (9 millions de tonnes de roche ndlr)", précise Dominique Fournel.

La Région a un an pour trouver la solution avant le lancement des grands travaux fin 2014.
Vendredi 6 Décembre 2013 - 11:48
Lu 767 fois




1.Posté par kersauson de (P.) le 06/12/2013 12:47
la Route du Littoral Nouvelle, dites « en mer » , cout 1,5 a 2 milliard d’euros, qui détruirA une partie de la barrière de corail, qui reposerA sur des fonds sableux : un vrai « Nouveau Pont de la Rivière St Etienne (cyclone Gamède) »
OR, la Route Littoral actuelle est quasi sécurisée, après pause des filets il ne tombe plus qu’une tonne par an, et derrière les filets ; les basculements ont été réduits par 2. Elle n’a fait QUE (mais c’est trop bien sûr) 50 morts en 50 ans , la Tamarine en est a une moyenne de 4 par an (vitesse oblige (je connais une 4 voies en métropole (Vannes Lorient 40kms) qui fait 10 morts/an malgré des radars fixes et mobiles ))
Cette route est opérationnelle (et a tant couté déjà) : il faut juste la consolider : - en coupant encore le haut des falaises a pic (**) (même si de « grosses huiles » ont des terrains (on expulse bien des pauvres pour la Tamarine ou le Tram))
- en la recouvrant, vers 20 mètres de haut, d’un toit en Super Béton, penché ; les (quelques) roches tomberaient et rouleraient dessus, et tomberaient en mer, ET protègerait des pluies et cyclones (plus de basculement !)
Coût de ce toit : environ 500 million (cimentage etc.. ) qui fera travailler des Réunionnais (ouvriers ET industriels du BTP), sur 4 , 5 ans.
(**) et (*) Couplons cela à un élargissement de 2 mini voies coté mer, par les déblais du haut des falaises (quitte a couper la route Un, 2 mois !! (ce n’est rien)), pour préparer un éventuel TRAM, ou Train (****), et dans un 1er temps des voies Bus propres et Poids Lourds !
Coût total : environ 800 millions : 1,2 milliard d’économies !

Cette route, on peut la désengorger (1/3 minimum) et donc ne plus investir dans une route nouvelle: COMMENT ?

Par la mise en œuvre IMMEDIATE de la route des Goyaviers, des plaines, INDISPENSABLE, qui permettrait aux sudistes du Tampon St Louis St Pierre de rejoindre, sans plus de kilomètres St Denis et surtout les communes à l’Est de St Denis (***) (Ste Marie Ste Clotilde et Ste Suzanne aux activités industrielles et tertiaires fortes), et donc St André.

Par la création d’un passage souterrain au Barachois, INDISPENSABLE, qui permettra à l’Ouest d’éviter l’entrée de St Denis, en accédant aux communes de l’Est de St Denis (***).

Les économies sur cette Route en Mer pourront être utilisées à des projets (faisant travailler les réunionnais), et INDISPENSABLES et OBLIGATOIRES dans le cadre de UE.

Refonte du Réseau Eaux Propres ( des milliers de litres partent dans la nature chaque jour)
Refonte du Réseau Eaux usées (trop tombent encore en mer)
Réseau Electricité (Oui GERRI certes mais ce sera plus long que prévu), pourquoi pas par une centrale nucléaire (en métropole 1 pour environ 1 million d’habitants, donc ici idem), avec possibilité de vendre à Maurice, Madagascar ..
Destruction des ordures et stockages, et Récupération du Méthanole : vous savez qu’une population de 800.000 habitants produit en excréments, de quoi alimenter 280 bus (4 fois plus de bus que les cars jaunes, 15% du futur parc !!)

Voila : des projets simples, nécessaires, qui seront adoptés de suite par les contribuables !
comme de faire des ponts solides (le nouveau de la Riviere St Etienne ainsi, ou encore cette Tamarine qu’il fallait faire depuis longtemps ; et qui n’est pas un projet VERGES ) au-dessus de certains raviers (Ouaki..),
sécuriser ENFIN l’accès a Cilaos, à Salazie, Langevin, cap Laoussé;
ce fameux pont de la rivière des Galets à Cambaie, enfin acté, mais 2 ans d’études.., puis 2 ans de réalisation, pour un projet de 250 mètres, sans expropriation, en pleine ligne droite et plate !!
améliorer les approvisionnements des hauts (ilets entre autres) !

2.Posté par Alé dir partoo pour la NRL le 06/12/2013 13:21
Savez-vous que si l'écotaxe est toujours en question au 30 mars 2014, ou trop longtemps (2015) ou carrément abandonnée (peu probable) ?

les conséquences immédiates seront sur les délais de livraison donc aussi sur la facture finale de la Nouvelle route du Littoral. Donc M. Didier Robert n'est pas à l'abri d'une ardoise salée et après 2017, qu'il faudra régler, quel que soit le président du Conseil régional en 2015.. Ajoutez-y les 170 millions de dédommagements de la société Tram-Tiss, ce n'est que le début du nouveau roman "Pourquoi les sardines préfèrent rester en boîte ? " Imaginez le retour de l'Alliance (pas souhaitable). Et les Réunionnais dans tout ça, le vrai payeur de la facture. Enfin presque, car à peine 1 tiers d'eux forme les contributeurs effectifs.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales