Faits-divers

Colonel Loubry : "Je veux ramener la sérénité au SDIS de la Réunion"

Le colonel Jean-Marc Loubry a pris officiellement son poste de colonel du SDIS de la Réunion ce vendredi. L'occasion pour lui de nous expliquer les grands chantiers qu'il compte mettre en place. Mais avant tout, le colonel Loubry souhaite rétablir la "sérénité" au sein du SDIS. Il revient également sur le bilan de son prédécesseur, le colonel Jacques Vandebeulque. Interview.


Colonel Loubry : "Je veux ramener la sérénité au SDIS de la Réunion"
Zinfos974: Comment vivez-vous cette nomination, c'est un retour au source pour vous ?

Colonel Jean-Marc Loubry: C'est un retour à la fonction que j'ai exercée de 2000 à 2007 à la Réunion, mais qui était ma troisième fonction de directeur. Ça fait aujourd'hui près de 25 ans que je suis directeur dont 18 ans d'exercice effectif, soit quatre ans à Belfort, sept ans en Vendée et sept ans à la Réunion une première fois.

Quels seront vos grands chantiers à la tête du SDIS de la Réunion ?

D'abord, la condition préalable, sera de ramener la sérénité au SDIS, entre les personnels, les syndicats et les catégories (volontaires et professionnels). Il faut mettre tout ça en musique. A partir de cette action, on pourra mettre en place un travail d'équipe. Sur les dossiers structurants, quelques dossiers sont déjà identifiés comme le centre 15-18 d'appels pour une bien meilleure coordination des secours. Deuxième dossier, celui des casernements, car il est très clair qu'il y a un retard dans les structures à la Réunion. Troisième axe, le volontariat. Le SDIS de la Réunion se différencie par rapport à la métropole par le manque de pompiers volontaires (…). Etre volontaire ce n'est pas un emploi. Il faut arriver à développer ce volontariat avec des personnes qui ont un emploi et qui le font en plus de leur emploi (...). Ce sera un dossier important qui ne se traitera pas en un an, un gros chantier. On a évidement la mission feu de forêt. On est sur une dynamique au plan départemental qui se décline au sein des différents services (ONF, Parc National…).

Sur l'aspect mission feu de forêt, on parle Dash 8 et moyens aériens, allez-vous accentuer vos demandes là-dessus ?

Le Dash 8 n'est qu'un outil. Le dispositif feu de forêt est déjà mis en place depuis le mois de juin. Nous avons deux détachements en place et renforcés. A partir du 15 septembre nous aurons trois détachements. Il n'y a pas que le Dash. (…) On mène une réflexion sur ces détachements pour mettre à temps complet un détachement au Maïdo durant la saison feu de forêt. Le Dash dépend de la volonté ministériel. Normalement il vient à la fin de l'année et il devrait être basé sur Saint-Pierre à Pierrefonds (…). Chaque année nous améliorons le dispositif.

Parmi les dossiers en cours, il y a celui des primes, c'est un dossier sensible. Où en est justement ce dossier ?

Je n'ai pas participé dans le détail aux différentes réunions. Ce que je sais concrètement, c'est qu'une demande a été adressée au préfet sur la validité de l'indexation et de la majoration d'un certain nombre de primes. Le préfet a saisi le tribunal administratif. On est dans l'attente de l'avis du tribunal. En fonction de cet avis, on prendra les décisions qui s'imposent. Une chose est certaine, aujourd'hui l'indexation a été supprimée, reste l'inconnue de la majoration de la prime de feu (…). Deux réponses sont possibles, soit la prime de feu est majorable ou soit elle ne l'est pas. Aujourd'hui la prime n'est pas majorée. Tout dépendra de la réponse du tribunal administratif.

Comment jugez-vous le travail de votre prédécesseur, le colonel Vandebeulque ?

(long silence sic) La fonction de directeur est passionnante mais elle est difficile. Il s'agit d'un équilibre permanent entre le préfet qui commande et les élus qui paient. Entre les pompiers et les PATS. Un équilibre entre les professionnels, les volontaires, les syndicats. C'est un équilibre permanent qui n'est pas propre à ici (la Réunion ndlr). Ce que l'on attend à ce poste, c'est quelqu'un qui sache composer. C'est un chef d'orchestre et pas un homme orchestre (…). C'est un peu comme les préfets. Un préfet en territorial, c'est pareil, c'est un contorsionniste. Vous avez des préfets très bons en territorial et d'autres qui sont très bons en administration centrale, car ce n'est pas forcément le bon casting pour aller en territorial. Ce qui est dommage dans tout ça, c'est que quelque part on l'a envoyé au casse-pipe. Moi mon premier poste a été un petit SDIS à Belfort. Après un plus important en Vendée avec a chaque fois des personnalités fortes (Chevènement et De Villiers ndlr) (…). Il est arrivé d'un seul coup sur un poste de directeur d'un SDIS de 2ème voire 1ère catégorie après 10 ans d'absence au sein d'un SDIS. On l'a envoyé au casse-pipe.
Vendredi 16 Août 2013 - 18:01
Lu 1965 fois




1.Posté par timagnol le 16/08/2013 18:49
Le mieux qu'il est à faire...c'est de rien faire...et ça, il sait bien le faire. Amener la sérénité dans une pétaudière, c'est avoir des ballonnements gastriques avant l'explosion finale qui éclabousse tous les faux-culs, salariés gradés et politiques. ne rions pas, c'est notre sécurité qui est confiée à ces bras cassés !

2.Posté par nrj2013 le 17/08/2013 06:54
Il aura du pain sur la planche avec ces feux qui perdurent dans le cœur des pompiers !

Bon courage à lui !

3.Posté par Jacky le 17/08/2013 18:16
Avec un cheval de traie , on ne fera pas un Ourazy
Il le dit lui même son appartenant politique quand il parle de la Vendée, alors , a t il vraiment gagné pour humilier l'autre
Ses amis , comme ses ennemis , verront bientôt qui est le vrai LOUBRY

4.Posté par Herren le 18/08/2013 19:15
Peut-on savoir ce que le colonel LOUBRY a fait de 2007 à 2013 ?
Il était affecté où ?

5.Posté par bibi le 19/08/2013 12:42
post 4
Comme le célèbre avocat récemment DCD sans que le C.G avait son adresse bancaire

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales