Blog de Pierrot

Collaborateurs parlementaires: Thierry Robert cultive le mélange des genres

Vendredi 20 Octobre 2017 - 18:31

Mercredi, il y a deux jours, le siège du MoDem à Paris était perquisitionné dans le cadre de l’affaire des assistants parlementaires européens. Les enquêteurs cherchaient à savoir si le parti centriste de François Bayrou n'avait pas utilisé des fonds européens, dévolus à l’embauche d’assistants parlementaires, pour rémunérer en partie des cadres du MoDem.

Le hasard du calendrier fait que la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) a publié hier soir sur son site les déclarations d'intérêt et d'activité déposées par les députés élus au mois de juin dernier. Et le moins que l'on puisse dire, concernant Thierry Robert, c'est qu'il cultive le mélange des genres.

La plupart de ses attachés parlementaires cumulent deux, voire trois emplois. Et les employeurs sont toujours les mêmes : l'Assemblée nationale bien sûr, le LPA (le parti politique de Thierry Robert La Politique Autrement) et... la mairie de Saint-Leu.

Déjà à l'époque, son attaché parlementaire avait déclaré qu'il était un emploi fictif

Pour mémoire, pour ceux qui l'auraient oublié, Zinfos avait publié le 18 septembre 2016 un article intitulé "Thierry Robert accusé d'emploi fictif par son ancien attaché parlementaire ". Ce dernier, O. G., avait à l'époque accusé son ancien employeur de l'avoir fait embaucher fictivement par la mairie de Saint-Leu.

Pour bien comprendre le mécanisme, voici ce que nous écrivions à l'époque : Un député touche une rémunération de 7.100,15 euros par mois. Ce montant correspond à la somme de son indemnité de base (5.514,68 euros), de son indemnité de fonction (1.420,03 euros) et de son indemnité de résidence (165,44 euros). Une fois déduites les cotisations et les contributions applicables, le salaire net d'un député s'élève à 5.189,27 euros par mois. Mais à ce montant s'ajoutent des indemnités et des avantages supplémentaires.

D'abord, certains parlementaires -comme Thierry Robert- cumulent les fonctions de député avec celles d'élu local (celle de maire notamment). Les indemnités perçues au titre de ce mandat local peuvent être cumulés dans la limite d'1,5 fois le montant de l'indemnité de base d'un député (fixée à 5514,68 euros). Un député qui cumulerait plusieurs mandats peut donc toucher plus de 5.514,68 X 1,5 soit 8.272,02 euros par mois.

En plus de l'indemnité parlementaire, chaque député bénéficie d'une indemnité représentative des frais de mandat visant à prendre en charge les dépenses liées à l'exercice de ses fonctions. Son montant est de 6.412 euros bruts mensuels.

Enfin, et c'est là que cela commence à nous intéresser, un député dispose également d'un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs recrutés par lui, et dont les effectifs varient de 1 à 5. Le montant mensuel de cette enveloppe est de 9.138 euros.

A son entrée en fonction, Thierry Robert avait décidé d'embaucher deux attachés parlementaires : celle qui va l'accuser de harcèlement sexuel, et O. G.

Ce dernier est engagé en tant qu'assistant parlementaire (et donc rémunéré sur l'enveloppe versée par l'assemblée nationale) à raison de 35h hebdomadaires et pour un salaire de 2.400 € brut.

Un transfert de contrat de travail sur la mairie de St-Leu

Bizarrement, moins de 15 jours plus tard, ce temps de travail était réduit à 8h et le salaire à 535 €. Mais tout aussi étrangement, en parallèle, le même jour, O. G. était embauché cette fois par la commune de Saint-Leu, comme attaché chargé des affaires communales en métropole... auprès du député Thierry Robert. Le contrat était à temps partiel (80% de 35h) pour un salaire de 2.770 € brut.

Cette "manip" aurait pu se justifier si O. G. avait effectué un réel travail pour le compte de la mairie de Saint-Leu, mais à lire la requête en annulation qu'il a introduite en mars 2014 auprès du tribunal administratif de Saint-Denis et dont nous avons publié la copie dans notre article du 18 septembre 2016, il affirme au contraire "qu'aucune mission ne lui était confiée pour le compte de la commune qui le rémunérait". Autrement dit, il accusait Thierry Robert d'emploi fictif et demandait au tribunal de le rétablir en tant qu'assistant parlementaire... rémunéré par l'Assemblée nationale, et non pas par la mairie de Saint-Leu.

Suite à cette affaire une plainte avait été déposée et une enquête préliminaire est actuellement en cours, diligentée par le parquet de Saint-Pierre.

Un cas similaire à celui de O. G.

On aurait pu penser que cette plainte allait calmer Thierry Robert. Il semble qu'il n'en soit rien.

Quand on décortique la liste de ses collaborateurs parlementaires telle qu'elle a été publiée hier par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique, on découvre que la plupart des attachés parlementaires de Thierry Robert cumulaient au moins deux emplois, quand ce n'était pas trois, voire quatre ! A l'Assemblée nationale, au LPA, à la Région et à la mairie de Saint-Leu !

Le cas de Kévin Jean Daniel Thuillier est exemplaire car il contient exactement les mêmes ingrédients que celui de O. G. vu plus haut.

Il cumulait en effet les fonctions d'attaché parlementaire à Paris avec celles d'attaché rédacteur en charge du suivi des affaires communales en Métropole pour le compte de la mairie de Saint-Leu. Et comme par hasard, son contrat s'est achevé le 06 juillet dernier, quelques jours avant que Thierry Robert ne démissionne de son poste de maire de Saint-Leu.

Est-ce à dire que, du jour au lendemain, la mairie de Saint-Leu n'a plus eu besoin d'un attaché pour suivre ses dossiers à Paris? Pourtant, Thierry Robert venait d'être réélu député quelques semaines plus tôt...

Ou la véritable raison ne serait-elle pas plutôt à rechercher du côté du nouveau maire, Bruno Domen, qui n'aurait pas voulu cautionner une telle manoeuvre qu'il savait illégale?

Des collaborateurs parlementaires qui cumulent plusieurs emplois

Dans le même registre,  Jean-François Valadier n'est pas mal non plus puisqu'il a réussi l'exploit de cumuler pas moins de trois emplois :
   - Attaché parlementaire pour le compte du député Thierry Robert payé par l'Assemblée nationale à des dates non précisées
   - Responsable du LPA du 16 décembre 2013 au 31mai 2014 et agent administratif depuis le 1er février 2016 à ce jour,
   - Attaché et rédacteur à la mairie de Saint-Leu du 26 mai 2014 au 4 octobre 2015 puis du 04 janvier 2016 au 30 juin 2016 et référent administratif depuis le 1er juillet 2016 à ce jour.

Champion toutes catégories : 4 emplois !

Mais le titre de champion toutes catégories est remporté haut la main par Yanick David Dindjian qui a réussi à cumuler pas moins de quatre emplois :
   - Attaché parlementaire du député Thierry Robert payé par l'Assemblée nationale à des dates non précisées
   - Responsable de la communication et responsable du développement et de la coordination des sections au LPA du 1er juin 2013 au 30 septembre 2016
   - Attaché en charge du groupe LPA à la Région
1er février 201616 au 31 décembre 2016. Il s'agit d'un responsable désigné par le groupe politique LPA mais payé par la Région.
   - Attaché à la communication et responsable service archivage
à la mairie de Saint-Leu du 25 juin 2013 au 31 décembre 2016.

Pour qui travaillaient réellement ces attachés ?

Comme nous l'avons précisé, une enquête préliminaire est en cours concernant l'emploi présumé fictif de O. G. Peut-être serait-il judicieux de l'étendre à tous ces contrats cumulés, afin d'y voir plus clair... Et de déterminer pour qui travaillaient réellement ces attachés. L'Assemblée nationale ? La mairie de Saint-Leu ? La Région ? Le Modem ? Le LPA ? Sachant par exemple que le LPA à la Réunion, c'est essentiellement Thierry Robert. Il suffit pour s'en convaincre de savoir que le site internet payé par le parti a pour nom de domaine http://www.thierryrobert.re et qu'il est exclusivement consacré à l'ancien maire de Saint-Leu...

Pierrot Dupuy
Lu 15527 fois



1.Posté par Dénonce tous les députés et les sénateurs le 20/10/2017 18:59 (depuis mobile)

Ôté zinfo la logique i fo donne pour tous les parlementaires c sa i intéresse les électeurs quand on dénonce c tout le peu ou pas du tout...faite le même article sur chaque député et sénateur c sa la transparence et oublie pa lé directeur la région

2.Posté par GIRONDIN le 20/10/2017 19:20

I faisait longtemps

En matière de mélange de genre vous pourriez vous entendre au final.

3.Posté par Moi le 20/10/2017 19:41

M. Dupuy, vous n'auriez pas d'autres exclusivités svp? On s'ennuie avec les histoires de thierry robert, c'est un peu du réchauffé, entre zinfos et tillier le samedi sur thierry robert.. allez quelques efforts trouvez nous des choses plus croustillantes, car on va finir par avoir pitié de lui en fait.

IL y a 24 communes vous avez se quoi faire quand même, allez svp un effort :)

4.Posté par Yanick le 20/10/2017 21:18 (depuis mobile)

https://www.facebook.com/RogayeLaBlague974/videos/433904040108215/ 💝

5.Posté par cmoin le 20/10/2017 21:37

Et les autres politiciens qui cumulent plusieurs emplois,on en parle aussi?
Par exemple stephane fouassin et ses 8 boulots à temps plein payés (censuré par la rédaction car le chiffre avancé ne peut être prouvé)?

6.Posté par JORI le 20/10/2017 21:41

"Des collaborateurs parlementaires qui cumulent plusieurs emplois", tous nos élus le font bien alors pourquoi pas les attachés parlementaires d'autant plus quand on sait combien sont payés certains!!.

7.Posté par Lol le 20/10/2017 21:59 (depuis mobile)

Tout ce texte inutile sur cette caricature du politicien réunionnais, gras et corrompu... Qui ne sert à rien puisque le politicien réunionnais reste gras et corrompu..

8.Posté par Marc le 21/10/2017 01:56

5. Pour mon instruction personnelle, ce sont quoi les emplois à temps plein de Fouassin?

9.Posté par TAGOUN le 21/10/2017 06:21

P.......que cela devient lourd ces articles qui tournent toujours en rond !

10.Posté par Pro No Stick le 21/10/2017 06:22

rien sur la déclaration du sieur sénateur président en son temps, avec madame déclarée comme étant responsable de comm' à la Région..puis directrice du cabinet..et du fait de la loi, à la recherche d'un nouvel emploi ?

11.Posté par Cimendef le 21/10/2017 06:32 (depuis mobile)

Ah je me disais que cela faisait un moment que Dupuy n''avait pas fait une rechute !

12.Posté par Dehors les makros !! le 21/10/2017 06:39

Quand les Saint leusiens vont virer ces clowns bordel ... Réveillez-vous un peu !

13.Posté par Zeus69 ZEUS69 le 21/10/2017 06:49

En clair , soyez hors la loi et les electeurs serons contents , vive le clown , vive St Leu !!!

14.Posté par Délits d'élus le 21/10/2017 07:55

1 - Tout à fait d'accord avec les autres commentaires: ET LES AUTRES? Rien à se reprocher.

2 - Le vrai problème de fond, non abordé dans cet article anti TR (qui ne le serait pas, vu le personnage), est qu'on verse de l'ARGENT à ces "gens" sans aucun contrôle ou presque ni sanctions aucunes (genre je rembourse intégralement sur mes deniers personnels ce que j'ai détourné, délit spécial à inscrire dans le code pénal).

Exemple: l'indemnité de base: ne devrait être versée qu' au prorata de la présence réelle du parlementaire, du début à la fin de chaque séance de l'AN, et du travail effectué.

Or, c'est bidon, ils viennent 5 mn ou pas, et hop, de toute façon, ils encaissent.

Dans quel autre organisme on paye cash les absents et absentéistes et fainéants et tricheurs ??????

Pour les indemnités pour leurs frais et embauche de personnel: ils devraient en faire l'avance (vu leurs indemnités) ou bénéficier d'un crédit à leur risque, et n'être remboursés QUE sur justificatifs réels et précis. Là, ça rigolerait moins.

Au lieu de quoi, on leur vire les sommes tranquille, chaque mois, sans contrôle ou presque, et hop, ils font ce qu'ils veulent avec.

Pour ce qui est des attachés parlementaires, il me semble préférable qu'ils soient payés par l'AN, uniquement et après contrôle ou justificatifs de leur présence voire de leur travail (je parle des attaché(e)s parlementaires).

Pour rappel, en prenant les chiffres de zinfos:

6 412 €+ 9 438 € = 15 550 € x 12 mois ans x 577 députés = 107 668 200 euros (107,7 millions d'euros) chaque année versés presque sans contrôle....

Je ne dis pas qu'on économiserait cette somme, mais que tout ou partie serait alors davantage justifiée.

Avec les économies réalisées sur les fraudes actuelles, il y aurait certainement de quoi financer une armée de contrôleurs.....

Au lieu de quoi, magouilles, j'utilise mon indemnité pour frais de mission pour payer une villa ou autre, et je t'embauche au quasi smic à mi temps ou 10 % de temps, quand ce ne sont pas des embauches bidons ou familiales, et je te fais des montages juridiques bidons et frauduleux (genre: je travaille pour une mairie de la Réunion POUR SES AFFAIRES EN METROPOLE??? MDR MDR MDR). Fraude fraude fraude!

15.Posté par fab le 21/10/2017 09:46

Alors Mrs GIRONDIN ET JERI

Pas de Vomis sur cette articles, Ah là c'est normale pour vous ...........
Donc vous êtes bien payé pour envoyer votre saleté sur la toile..
C'est bon maintenant, je vous zap....car aucun intérêt de vous lire
Et pas la peine de me répondre.....inutile

16.Posté par GIRONDIN le 21/10/2017 10:04 (depuis mobile)

15. fab
Et bin, Kalma toi !

Vous avez un vocabulaire étrange. Il faut savoir s''aérer et sortir de son milieu ambiant !

On est entre gens bien sur zinfo. Je ne vous retiens donc pas !

17.Posté par GIRONDIN le 21/10/2017 10:50

JORI

Apparemment on avait un lecteur, soit une forte audience sur zinfo!

Que pouvons-nous faire pour le récupérer ? Est-il récupérable ?

Bon we

18.Posté par Le Jacobin le 21/10/2017 10:53

Pierrot il serait judicieux de publier mes écrits quand je dénonce les malversations de vos amis, telle que la Madame Présidente du CG, aussi bien que le laxisme du service des impôts en sa faveur en fermant les yeux sur l’acquisition à bas prix du terrain et sa villa. (Mme N.Dindar)

Certes Thiérry Robert est bon client mais autres ne sont mieux, un peu d’objectivité serait bienvenue dans la publication de ZINFO, à moins que???

19.Posté par JUSTICE le 21/10/2017 11:42

Trés bon travail journalistique qui éclaire un peu plus les citoyens sur les pratiques de nos élus Peut être qu'un jour le peuple finira par se réveiller et chasser ces escrocs et requins qui font beaucoup de mal à la Réunion et à son peuple

20.Posté par JORI le 21/10/2017 13:18

12.Posté par Dehors les makros !! le 21/10/2017 06:39
Pourquoi spécialement à St Leu??. Des clowns il y en a plein à la tête de toutes les collectivités!!.

21.Posté par JORI le 21/10/2017 13:20

15.Posté par crab le 21/10/2017 09:46
J'avoue ne pas avoir tout lu car trop long mais au final y a t il condamnation, enquête de justice??.

22.Posté par JORI le 21/10/2017 13:23

17.Posté par GIRONDIN le 21/10/2017 10:50
Irrécupérable, déjà pour la simple raison qu'il a de très gros problèmes ne serait ce que dans la restitution des pseudos, alors ne parlons pas d'un quelconque argumentaire.

23.Posté par PATRICK CEVENNES le 21/10/2017 13:43

fukcd473
14.Posté par Délits d'élus le 21/10/2017 07:55
C'est bien plus que les chiffres avancés. Voir les Composantes de l'indemnité d'un Député.
Et Macron veut réduire le nombre de Députés ? Nos 577 Députés ne vont quand même pas couper la branche sur laquelle ils sont. Mdr !

24.Posté par Marc le 21/10/2017 14:15

14. Il y a plusieurs erreurs dans vos propos:

- il ne suffit pas à un parlementaire de "venir cinq minutes et encaisser son argent". Ils doivent être présents à au moins deux tiers des scrutins publics, sachant que ceux-ci peuvent porter sur un amendement et être demandé quelques minutes avant par n'importe quel groupe.
- l'indemnité pour frais de mandat vient d'être changée, elle est désormais versée comme un remboursement de note de frais.
- l'enveloppe pour l'embauche de leurs collaborateurs est supérieure à leur salaire, ils ne peuvent donc pas se servir de leur salaire pour avancer celui de leurs collaborateurs
- si les collaborateurs parlementaires étaient embauchés par l'Assemblée nationale, ça voudrait dire qu'en cas de non réélection du député, l'assemblée serait forcée de les conserver dans ces salariés et de leur trouver un travail
- que les fonctionnaires de l'Assemblée contrôlent ce que font les attachés (et donc par extension les consignes données par le parlementaire) est un peu ... original sur le plan du droit. Avoir un fonctionnaire d'une administration, qui n'est élu par personne et n'a aucune légitimité publique propre, exercer un pouvoir de contrôle et de sanction autonome avec une liberté d'appréciation sur les élus et leurs représentants c'est très franchement assez peu démocratique.
- il y a une erreur de calcul dans votre calcul d'économies, vous êtes short d'environ deux millions d'euros.

25.Posté par Titangue974 le 21/10/2017 13:34

À quand un article sur Mme la présidente du CG ou Mr le président CR et sa troupe ?


26.Posté par Soulant la cabale médiatique de zinfo974 sur TR. le 21/10/2017 16:32

La cabale médiatique de zinfo974 contre TR devient soulante. Ou en est l intérêt? le sieur DR à garder sa précieuse place.
Sincèrement quel intérêt à rabâcher de la haine envers TR?

Sérieux j'aime bien zinfo974 mais vous pouvez pas trouver autre chose comme sujet que TR?

Je me demande si au fond M. Dupuy n'est pas amoureux de TR.

27.Posté par AVOCAT le 21/10/2017 18:44

Merci ZINFOS974 pour ces articles sur le Robert de St Leu et sur Tatie Nassimah le peuple doit tout connaitre
Bravo messieurs les journalistes

28.Posté par ald'eau le 21/10/2017 16:49

@Marc: Pensez-vous que la nomination de Jean-Claude Junker au poste le plus puissant d'Europe (Présidence de la Commission Européenne) en 2014, représentait un fonctionnement démocratique de l'institution ?

Comme en matière de droit, la France sait également transposer l'exemplarité...

29.Posté par MONTALBANO le 21/10/2017 22:10

L'ex-candidat de la droite à la présidentielle a gagné 20.000 euros mensuels en 2016 grâce à sa société de conseil 2F Conseil, alors qu'il battait campagne pour la primaire de la droite. L'information, révélée par La lettre A, montre que François Fillon a touché 240.788 euros sur toute l'année. Ces revenus ont même augmenté de 8% entre 2015 et 2016.

"Je suis (le candidat) qui rencontre le plus de monde". Cette somme est répartie entre ses revenus de gérant (96.788 euros) et ceux de salarié (144.000 euros), détaille Marianne. Et qui pose aujourd'hui question : comment le député de Paris a trouvé le temps d'exercer ces prestations de conseil, alors qu'il enchaînait les meetings, les interviews et les débats ? "Je suis (le candidat) qui rencontre le plus de monde", se félicitait-t-il alors, avec pas moins de 64 de mars à avril. Un don d'ubiquité qui laisse aujourd'hui songeur. D'autant que malgré cette rémunération, François Fillon n'est pas parvenu à régler ses derniers impôts seul. "Fin 2016, il a bénéficié d’un prêt de 30.000 euros de sa fille pour régler sa dette fiscale à l’État", rappelle Marianne.

30.Posté par Kaloupillé le 22/10/2017 01:54

JE JE .... JE NE CROIS PLUS JE JE ...

31.Posté par Délits d''''élus le 22/10/2017 07:59

23.Posté par PATRICK CEVENNES le 21/10/2017 13:43

Je le sais bien hélas.... qu'ils ne vont pas "S'AMENDER" dans tous les sens du terme...!

Sur les montants versés, j'ai volontairement limité mon propos à 2 indemnités...


24.Posté par Marc le 21/10/2017 14:15

fMerci pour les précisions, je n'ai pas la science infuse et ne connaît pas bien les régles et pratiques de l'AN en matière d'indemnités et frais divers.

- sur leur temps de présence, ce n'est pas évident, surtout qu'ils peuvent/veulent intervenir sur certains textes et pas d'autres mais je maintiens qu'ils devraient être "payés au temps total de présence, car ils sont sensé " y être à 100 % et au pire 90 %.

Vous faites état d'une présence à 2/3 des scrutins. Ok, mais vous êtes sûrs qu'ils ne se font pas "représenter"?

Tiens, histoire de vous faire réfléchir: lisez cet article:

Absentéisme: "Comment certains députés parviennent à échapper aux sanctions financières" (article du10 mars 2017 du site 20 minutes)

http://www.20minutes.fr/politique/2028567-20170310-absenteisme-comment-certains-deputes-parviennent-echapper-sanctions-financieres://.

Selon l'Express ("Absentéisme: députés et sénateurs, les fantômes de la République"; article du 07 février 2017 :

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/absenteisme-deputes-et-senateurs-les-fantomes-de-la-republique_1876840.html

"Quel employé pourrait s'offrir le luxe de sécher le bureau ou l'usine sans se faire virer ? Et continuer à toucher son salaire? En France, les 577 députés et 348 sénateurs échappent au sort du commun des mortels. Même quand ils sont sanctionnés pour absentéisme, ils empochent, au bas mot, les deux tiers de leurs revenus."

Donc, il y a la théorie, déjà contestable (vu la faiblesse des sanctions financières), et il y a la pratique.

Et avec ces 2 articles,je suis loin d'avoir fait le tour de leurs "combines"...

Ne parlons pas de leur travail effectif.

Exemple comme par hasard, TR (voir site: https://www.nosdeputes.fr/thierry-robert

=> aucun rapport écrit, aucune question écrite, aucune porposition de loi...)

- sur l'embauche des attachés parlementaires et leur rémunération: je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas l'AN qui les embaucherait et les rémunèrerait: soit ce serait des fonctionnaires affectés à tel ou tel député, et s'il n'est pas réélu, eh bien il est affecté à un autre, soit ils sont affectés à un élu et leur contrat cesse dès la non réélection. Je ne vois pas où est le problème, ces personnes étant sensés s'occuper de l'administratif...

- Quant au contrôle des attachés parlementaires par l'AN : contrôle de leur présence et qu'ils bossent un minimum, puisqu'il seraient fonctionnaires ou salariés de l'AN, c'est logique; ça ne se fait pas actuellement, et bien cela peut changer... Rien n'est immuable et intangible. Question de volonté politique.

- Enfin, sur les chiffres, j'ai volontairement limité à 2 indemnités. C'est sûr qu'on peut en rajouter. C'était pour avoir une idée. Et si j'ai commis une erreur de chiffre, merci de préciser laquelle, plutôt que de dire qu'il y a erreur et que je suis "short" (???).

Je vous conseille déjà d'écouter en ligne Philippe Pascot sur Délits d'élus, etc .. Moi je me demande si je ne vais pas acheter son livre... pour être un plus informé sur les magouilles et fraudes DE NOMBREUX ELUS (c'est vrai que les faits cités concernent les élus d'avant "l'ère MACRON", mais les règles de fonctionnement de cette usine à gaz qu'est l'AN n'ayant pas changé...)..

Les élu(e)sde la République sont élu(e)s pour être à l'AN, faire leur "job" : discuter les lois, en proposer, les amender.... et non pas être ici et là, papillonner, peu buller, se faire remplacer .... ce qui est déjà anormal (un salarié à leur place serait viré illico) et en plus, ils perçoivent leurs indemnités...

NON NON NON

Ce système administrativo-politique complaisant de la réprésentation nationale, stop!

Soit ils et elles font leur "job", soit sanctions! (on ne peut les virer qu'au prochain scrutin, et encore, par élections et donc au delà des magouilles électorales...).

32.Posté par Délits d''''élus le 22/10/2017 08:25

24.Posté par Marc le 21/10/2017 14:15

Autre article, avec précisions, de Fance Info, du 20 juillet 2016: "Assemblée : les absents sont-ils toujours en tort ?

http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2016/07/05/assemblee-les-absents-sont-ils-toujours-en-tort.html://:

"Sur 139 scrutins publics organisés depuis septembre, seuls 19 comptent dans le calcul des absences des députés. "Ce sont les plus importants”, nous explique t-on à l’Assemblée. Pour échapper aux sanctions, les députés doivent-ils participer à l’intégralité de ces 19 scrutins ? Pas du tout, à l’article 159 du règlement de l'Assemblée nationale, la participation minimale est fixée à 66%. En dessous, la sanction tombe.

Donc, déjà, on ne comptait que 19 scrutins, et non mlus139.... Tout à fait normal..

Et en plus, la sanction est TERRIBLE: on supprime 25 % de l'indemnité de fonction qui est de 1 400 euros.

Terrible de chez terrible! Avec ça, c'est sûr que la sanction financière est à la hauteur de l'absentéisme...

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/absenteisme-qui-sont-les-deputes-les-moins-presents_1017650.html

"Selon le nouveau règlement de l'Assemblée, adopté dans la foulée de la révision constitutionnelle de 2008, les députés absents plus de deux fois par mois en commission, le mercredi matin, se voient infliger une retenue financière égale à 25% de l'indemnité de fonction (soit 25% des 1 400 euros d'indemnité de fonction) sur un total de 7 043,69 euros d'indemnité totale."

Confirmé par l'Express dans son article du 7 février 2017 (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/absenteisme-deputes-et-senateurs-les-fantomes-de-la-republique_1876840.html[

Alors les histoires de 2/3 de présence aux scrutins.... euh......

33.Posté par Titi or not Titi le 22/10/2017 12:30

Que Fait L'Opposition À La Mairie De Saint Leuf ? 😜
Emplois Fictifs Aussi ? 😄😄

ANouLa©®

34.Posté par Marc le 23/10/2017 02:20

29. Non, ils ne sont pas censés être en séance en permanence, et ce pour plusieurs raisons:

- ils doivent aussi accessoirement être en circonscription pour rencontrer leurs électeurs et participer à des événements sur place
- il y a quantité de réunions en permanence au sein de l'Assemblée et du Sénat, y compris sur le temps de la séance publique (et y compris des réunions de commission et des auditions)
- ils doivent rencontrer aussi les cabinet ministériels et les administrations pour faire avancer leurs sujets
- ils doivent rencontrer les lobbys pour écouter leurs remarques sur les textes en cours
- ils doivent accessoirement travailler avec leurs collaborateurs... Un projet de loi, ce sont des centaines d'articles juridiques, il faut les lire, donner ses consignes à ses collaborateurs, ... Sans compter le reste du travail: préparation de discours, rédaction de courriers, ...
etc etc. Le vote des textes, c'est une toute petite partie du travail d'un parlementaire.

Rien que le début de l'article que vous citez ("Quel employé pourrait s'offrir le luxe de sécher le bureau ou l'usine sans se faire virer ? Et continuer à toucher son salaire? " ) est d'un populisme à vomir. En réalité, beaucoup de métiers non manuels amènent à passer peu de temps à son poste de travail. Dans le mien, par exemple, il m'est déjà arrivé de ne pas passer au bureau pendant deux semaines à cause d'un emploi du temps surchargé en rendez-vous extérieurs.

- sur les attachés parlementaires: parce que votre deuxième cas n'existe pas en droit (s'ils sont embauchés par la Chambre, la fin du mandat de leur parlementaire n'est pas un motif de licenciement reconnu par le droit du travail) et le premier est une mécompréhension totale de ce qu'est un collaborateur politique. Non, ils ne sont pas "censés s'occuper de l'administratif". Les collaborateurs parlementaires s'occupent de communication, de rédaction de textes juridiques, de relations politiques, de rédaction de discours, de stratégie... Toute chose que vous ne pouvez pas demander à un élu de confier à un fonctionnaire qu'il ne connaît ni d'Eve ni d'Adam.

- sur le contrôle, non, ça n'est pas possible sans mettre un contrôle de l'administration sur le député lui-même puisque c'est lui qui définit les missions et l'activité de son collaborateur. Dire qu'un collaborateur ne remplit pas ses missions, si le parlementaire n'est pas d'accord, ça revient à dire que le parlementaire fait mal ou peu son travail. Or, l'administration des Chambres n'existe pas "dans un vide": quelle légitimité, en démocratie, ont des fonctionnaires de l'Assemblée pour ordonner à un élu comment organiser ses équipes et exercer ses missions? L'administration sert le politique, pas l'inverse. Le seul contrôle légitime en la matière, c'est celui du juge.

- vous vous êtes trompé dans l'addition au tout début de votre calcul... Il manque 300 euros dans votre résultat, ce qui fait que quand vous faites vos multiplications ensuite il manque 2 millions à la fin.

Merci mais non merci. Pas envie d'enrichir quelqu'un qui verse dans le populisme pour arrondir ses fins de mois. D'autant que je connais déjà parfaitement le sujet, merci bien.

Et, encore une fois, pour conclure: voter et amender les lois en séance, c'est une toute petite partie du travail d'un parlementaire. C'est juste la partie la plus visible.

35.Posté par Dazibao le 23/10/2017 14:49

32.Posté par Marc le 23/10/2017 02:20

29. Non, ils ne sont pas censés être en séance en permanence, et ce pour plusieurs raisons:

- ils doivent aussi accessoirement être en circonscription pour rencontrer leurs électeurs et participer à des événements sur place
- il y a quantité de réunions en permanence au sein de l'Assemblée et du Sénat, y compris sur le temps de la séance publique (et y compris des réunions de commission et des auditions)
- ils doivent rencontrer aussi les cabinet ministériels et les administrations pour faire avancer leurs sujets
- ils doivent rencontrer les lobbys pour écouter leurs remarques sur les textes en cours
- ils doivent accessoirement travailler avec leurs collaborateurs... Un projet de loi, ce sont des centaines d'articles juridiques, il faut les lire, donner ses consignes à ses collaborateurs, ... Sans compter le reste du travail: préparation de discours, rédaction de courriers, ...
etc etc. Le vote des textes, c'est une toute petite partie du travail d'un parlementaire.
.........................................

Sur ce point, celui d'un emploi d'élu à temps plein et au service de l'intérêt général, le post 27 apporte juste contradiction: pendant de nombreux mois François FILLON a totalement délaissé ses missions de parlementaire -rémunéré par la Nation- pour s'occuper uniquement de sa candidature d'abord au sein du parti LR en le structurant pour en faire une machine électorale à son service ( dés 2014, il dirigeait le parti LR avec Raffarin et Juppé. Rappel. Je cite: "Le 9 mai 2013, François Fillon a annoncé, lors d'un voyage officiel au Japon, qu'il serait candidat aux primaires UMP de 2017 en vue de l'élection présidentielle. Pour rassembler ses soutiens et ses partisans, il met en place l'association Force républicaine, avec une antenne dans chaque département) puis en étant candidat à la primaire et ensuite aux présidentielles.

De ces occupations, il se déduit que FILLON a été un parlementaire particulièrement absent des débats parlementaires intéressant le devenir du pays, ce qui est paradoxal, quand dans le même temps il promettait de vouloir réformer la France.

En tout état de cause ses absences n'ont pas été sanctionnées. Et ce n'est pas normal. Il n'est pas le seul: Melanchon. Dupont-Aignan, Hamon, Le Pen ...
.........................................................................................................................

"Selon des données fournies au Monde par le collectif RegardCitoyens, qui gère NosDeputes.fr, l’ancien premier ministre ne compte que 97 semaines d’activité parlementaire depuis sa réélection en 2012 – soit 21 semaines par an en moyenne. Même constat pour la présence en commission : 21,5 réunions de moyenne par année. Il appartient au quart des députés les moins assidus à l’Assemblée.
François Fillon parmi les députés les moins présents à l'Assemblée nationale depuis 2012
Hémicycle et commissions comprises, François Fillon n'a été relevé que 28 fois présent sur l'année législative 2012-2013. La moitié des députés ont été relevés présents plus de 128 fois. Le différentiel de présence est à peu près le même chaque année.

● Présences médianes des députés: 128
Source : Données fournies par NosDéputés.fr
Une assiduité réduite ces douze derniers mois

Au cours des douze derniers mois, le bilan est encore plus négatif. La situation peut s’expliquer en partie par la campagne à l’investiture de la droite et du centre qu’il a menée. Celle-ci l’a logiquement éloigné de l’Hémicycle.

Ainsi, le Sarthois n’a siégé que seize fois au sein de la commission des affaires étrangères dont il est membre, très loin des 183 réunions auxquelles Lionel Tardy (Haute-Savoie, LR), député le plus assidu, a été constaté présent.

Toujours sur les douze derniers mois, François Fillon ne compte par ailleurs que 16 semaines d’activité, très loin des bons élèves, comme Eric Straumann (Haut-Rhin, LR) et Régis Juanico (Loire, PS), tous deux à 41 semaines. Dans les deux cas, le candidat à la présidentielle figure parmi les 70 députés les plus absentéistes, sur 564 élus.
......................................
Conclusion: Voilà un député, candidat à la présidentielle, rémunérée pour faire sa promotion.

36.Posté par Dazibao le 23/10/2017 15:09

@35

sur les attachés parlementaires: parce que votre deuxième cas n'existe pas en droit (s'ils sont embauchés par la Chambre, la fin du mandat de leur parlementaire n'est pas un motif de licenciement reconnu par le droit du travail) et le premier est une mécompréhension totale de ce qu'est un collaborateur politique. Non, ils ne sont pas "censés s'occuper de l'administratif". Les collaborateurs parlementaires s'occupent de communication, de rédaction de textes juridiques, de relations politiques, de rédaction de discours, de stratégie... Toute chose que vous ne pouvez pas demander à un élu de confier à un fonctionnaire qu'il ne connaît ni d'Eve ni d'Adam."
..........................

Les collaborateurs sont de deux types: certains sont totalement administratifs et d'autres "spécialistes"

Je cite l'Assemblée nationale:

"Les tâches confiées dépendent des besoins du député et des compétences de la personne recrutée :

- la plupart des collaborateurs se voient confier des tâches d’assistance et de secrétariat comme la tenue de l’agenda, la prise de rendez-vous, la permanence téléphonique et l’assistance à diverses tâches matérielles ;

- les collaborateurs les plus qualifiés, disposant par exemple de diplômes de second cycle universitaire, apportent une contribution à l’exercice du mandat parlementaire : rédaction de discours, préparation de propositions de lois et d’amendements, représentation au sein du groupe politique, etc."


Pour ce dernier type de collaborateurs, il est compréhensible que le parlementaire dispose de personnes de confiance (cela peut-être quelqu'un de sa circonscription mais aussi un fonctionnaire détaché. Je cite: "les collaborateurs sont recrutés sur la base d’un contrat de travail de droit privé. En règle générale, il s’agit de contrats de travail à durée indéterminée, mais le député peut recruter des collaborateurs sur la base de contrats à durée déterminée (dans les conditions fixées par le code du travail) ou conclure des contrats spécifiques lorsqu’un fonctionnaire est détaché auprès de lui en application des lois portant statut des fonctionnaires. ".

Il y a eu de nombreux de fonx détachés. Dès lors, où serait le problème, s'ils étaient issus de l'AN ?

Il serait donc possible (il suffit d'une loi) que l'AN embauche les assistants parlementaires et les répartisse. Il demeure la question de confiance. Mais qu'est-ce qui permet de dire que les fonctionnaires actuellement détachés -comme le permet la loi-, présenteraient un profil plus confiant que celui d'un autre agent embauché par l'AN ?

Le recrutement d'assistants par l'AN ne présenterait t-il pas plus d'avantages que l'embauche actuelle source d'abus et de scandale ?


S'agissant de leur rémunération l'AN possède déja le choix de les rémunérer directement mais suivant le voeu du parlementaire:

"Depuis 2002, il appartient au député d’effectuer un choix entre un mandat de gestion « déléguée » donné à l’Assemblée ou une gestion directe de ce crédit.

En cas de gestion déléguée, le service de la gestion financière et sociale impute, sur les instructions de chaque député, les rémunérations des collaborateurs et effectue, pour le compte du député, les actes de gestion tels que l’établissement des bulletins de paye, le paiement des salaires et des charges y afférant, l’élaboration et la transmission aux organismes compétents des déclarations sociales et fiscales. Il n’exerce, à ce titre, qu’une fonction de prestataire de services.

En cas de gestion directe, le député reçoit, à ce titre, l’équivalent d’une fois et demie le crédit de base pour couvrir les charges patronales."

Pour éviter les contentieux, l'AN devrait payer directement les assistants (il convient donc de supprimer la possibilité donnée aux parlementaires de choisir).

37.Posté par Il n''y a de pire sourd que celui qui ne veut entendre le 23/10/2017 20:15

32.Posté par Marc le 23/10/2017 02:20

29. Non, ils ne sont pas censés être en séance en permanence, et ce pour plusieurs raisons

C'est n'importe quoi: il y a des séances parlementaires qui durent quelques semaines, et le reste du temps, ils peuvent parfaitement faire ce que vous énoncez: rencontrer les ministères, aller dans leurs circonscriptions, travailler avec leurs collaborateurs etc Donc ça ne tient pas du tout ce que vous dites.

Si ils ne faisaient qu'avoir un seul mandat, ils pourraient être présents vraiment aux séances de l'AN et faire ce que vous dites. Or, entre ceux qui ont un ou d'autres mandats, et les tricheurs, tintin

Quant à parler de populisme à propos des articles de l'Express, "chapeau"! Qu'est ce qui vous permet de dire cela? Dites aussi que les journalistes de cet organe de presse sont des menteurs, tant qu'à faire?

Ou bien, à partir du moment où on ne partage pas votre avis, on est populiste, voire inférieur, et même débile (allez, disons-le) ?

Enfin, sur mes calculs, 9 138 €+ 6412 €= 15 550 €

Où il manque 300 €?

Mon calcul n'est qu'indicatif en se basant sur 2 montants donnés par zinfos (9 138 € et 6214 €), mais n'a pas la prétention d'être exhaustif. Je l'ai déjà précisé.

De façon générale, arrêtez de sortir des arguments théoriques disant que ce qui set proposé ne peut se faire et que des règles existent encadrant suffisamment les parlementaires!

Informez vous sur la réalité, et regardez les choses autrement, au lieu de rester dans le carcan du règlement de l'AN..

Pour ma part, je ne fais pas de populisme ou autre faribole de ce genre, mais je n'ai pas envie de me leurrer sur la représentation nationale . Il y a "à boire et à manger" parmi les députés en général, mais franchement, vu le nombre de cas "patibulaires" à la Réunion, ça ne donne pas envie d'y croire.

Vos arguments ne sont en tous cas pas convaincants, et ce n'est pas en taxant les articles cités de "populistes" que ça va améliorer votre tentative de démonstration; à part montrer du mépris pour des journalistes!

Vous êtes le seul à être convainc par ce que vous dites, c'est déjà ça... Mdr

Maintenant, désolé, je bosse en semaine et je n'ai pas le temps de tenter de convaincre quelqu'un qui manifestement encense les députés!

Alors la suite du débat, ce sera sans moi!


33.Posté par Dazibao le 23/10/2017 14:49

+ 1

38.Posté par Dazibao le 24/10/2017 14:03

@35

Contra negantem principea non est disputandum (on ne saurait discuter avec quelqu’un qui nie les pri
ncipes) -Schopenhauer-

Moi, je pense qu'il faut que certains cessent d'exalter ceux qui officient en tant que représentants du peuple. Issus du peuple, ils se doivent de garder les us et coutumes du peuple. Leur élection ne leur a pas fait sortir de cette condition et ils accompliraient parfaitement leurs fonctions en ne l'occultant pas.

En quoi un député en chemise, pantalon (sans cravate), serait moins efficace qu'un autre député en costard ? Je prône le retour du sans-culottisme pour rappeler aux députés qu'ils n'ont pas été élus pour se comporter en aristocrates.

"L’épithète « sans-culottes », qui est antérieure à la Révolution, s'impose avec le journal de Marat, L'Ami du peuple : il désignait familièrement tout homme qui ne porte pas la culotte courte avec des bas, ce qui était au XVIIIe siècle le costume ordinaire des nobles et des bourgeois".

39.Posté par LE BON MICROBE le 02/11/2017 10:16

3.Posté par Moi le 20/10/2017 19:41
Je suis d'accord avec vous , çà devient nul , l'édito euh.... ouf zinfos les vaches à lait de la région , les ptit créole 974 LES PU COUILLON .
Je suis employé dans une collectivité , je suis administratif , j'ouvre mon bureau , je reçois des administrés et le soir je vide les poubelles et je suis fière de le faire et je suis fière de venir travailler........................ A BON ENTENDEUR

40.Posté par OASIS le 02/11/2017 10:20

33.Posté par Titi or not Titi le 22/10/2017 12:30
L'opposition lui même , il est concerné c'est un employé de la région .

41.Posté par OASIS le 02/11/2017 10:49

20.Posté par JORI le 21/10/2017 13:18

Je suis d'accord
Pourquoi spécialement à St Leu??. Des clowns il y en a plein à la tête de toutes les collectivités!!.
Et même dans le privé , dans l'emplois vert de la région , à la SPL - MA , sur le site de stella , dans la presse ,
EDITO OU ZINFOS
Je deviens IMPUISSANT OU DEGOUTER

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter