Société

Cmac : "Le parc national ne doit pas être le nouvel épouvantail électoraliste"

Le Cmac réagit au communiqué envoyé par le député-maire Patrick Lebreton, qui va rencontrer le ministre de l'Ecologie Philippe Martin dans le but d'évoquer la situation du Parc national. Le député estime que le Parc "doit changer ses pratiques". Le Cmac s'étonne de la prise de position de l'élu. Pour le Cmac, "le parc national ne doit pas être le nouvel épouvantail électoraliste". "Nous tenons à rappeler à M. Lebreton, ainsi qu’à tous les politiques (...) qu’ils se sont mépris sur ce qu’est un parc national, dont la création, est intimement liée à l’affirmation d’un État centralisé et à sa participation au processus de globalisation", assure le Cmac, dans un communiqué que nous publions intégralement.


Photo d'archives
Photo d'archives
"Suite au communiqué publié par le Député Maire PS-Le Progrès, M. Patrick Lebreton, relatif à son prochain entretien avec le Ministre de l’Ecologie sur le parc national, notre collectif pour le maintien des activités au cœur de La Réunion tenait à apporter un certain nombre de précisions. Nous souhaitions d’abord indiquer que nous avons tenté de rencontrer l’élu avant l’adoption définitive de la charte pour comprendre l’avis favorable délivré par la commune de Saint-Joseph sur le projet de charte, mais sans aucun succès. M. Lebreton, alors que nous tentions à nouveau de l’interpeller à l’occasion de l’université rurale en décembre 2012, nous avait accueilli de manière singulière pour un élu de La République et nous avait qualifié d’opposant politique.

Nous tentons depuis deux ans d’alerter tous les élus sur les aberrations que constitue le projet au regard des activités agricoles traditionnelles dans le cœur du parc et leur maintien, de la nécessité de préserver notre patrimoine culturel tout autant que naturel, et enfin pour la réussite du projet, de l’impératif d’y associer la population de La Réunion, sans qui rien ne pourra se faire.

En septembre 2013, la Charte a été définitivement validée par le conseil d’administration du parc auquel participe la commune de Saint-Joseph. Le projet est actuellement en cours d’examen devant le Conseil d’État pour faire l’objet d’un décret, qui devrait être pris dans les prochaines semaines. Par ailleurs, le Conseil général de l’environnement et du développement durable vient de publier un rapport relatif à la loi de 2006 sur les parcs nationaux, réalisé à la demande du Ministère de l’écologie, dans lequel il est effectivement demander des clarifications sur la politique des parcs nationaux, sans pour autant que la loi éponyme soit modifiée.

M. Lebreton ne peut être sans méconnaître l’ensemble de ces éléments. La portée concrète de sa démarche d’aujourd’hui sera sans effet sur cette procédure qui est arrivée à son terme. Il est plus que dommage qu’il n’ait pas saisi l’opportunité de faire part de ce point de vue, lorsque sa collectivité était légalement invitée à le faire.

Par ailleurs en sa qualité de Député, il lui appartient de se saisir de ce sujet en déposant, comme la Constitution le lui permet, une proposition de loi visant à modifier la législation. Nous ne pouvons que nous interroger sur la démarche du Député PS- Le Progrès, en cette veille d’élection municipale. Même si nous pensons que la question du parc national est éminemment Politique et que nous avons toujours milité pour qu’elle soit largement débattue, nous ne pouvons que regretter que le sujet soit devenu un « épouvantail » que les politiques agitent à la veille de chaque élection, tout en ne mettant pas en œuvre leur propre compétence et ne faisant absolument rien aux moments opportuns. Cette méthode, sur un sujet aussi essentiel, ne les honore pas, ni le mandat qu’ils ont reçu du Peuple.

Nous tenons à rappeler à M. Lebreton, ainsi qu’à tous les politiques, avec tout le respect dû à leur fonction et à leur personne, qu’ils se sont mépris sur ce qu’est un parc NATIONAL, dont la création, est intimement liée à l’affirmation d’un État centralisé et à sa participation au processus de globalisation. D’une part, l’État central affirme son autorité sur de nouveaux espaces avec une force légale dans un nouveau domaine qui est l’environnement et, d’autre part, le modèle français, puis les grandes conférences internationales, établissent une nouvelle légitimité à l’action, en faisant de la conservation de la biodiversité un devoir de l’humanité.

La mise en place d’un parc national délie légalement et légitimement une portion de l’espace de sa dimension locale, au nom du bien de l’humanité qui est supérieur à celui de la collectivité. Les revendications locales à un juste et plein droit de propriété traditionnel, apparaissent comme illégitimes et deviennent, brutalement, illégales. Or, dans un contexte de grande pauvreté et de croissance démographique comme celui de La Réunion, est-il possible de mettre en place des configurations spatiales de mise en défens qui se sont imposées sur le territoire métropolitain en pleine industrialisation et urbanisation ?

Le territoire couvert par le parc national de La Réunion doit devenir l’outil du patrimoine culturel autant que naturel et cesser d’opposer la protection et le développement. Le modèle administratif doit également intégrer que la voie la plus efficiente pour protéger le patrimoine passe certes par la construction d’une vision commune de l’avenir du territoire entre les acteurs institutionnels locaux, mais aussi et surtout avec une participation accrue de la population (aucune réunion publique sur la charte du parc national de La Réunion) et non par la seule application d’une réglementation autoritaire incomprise.

La patrimonialisation des éléments naturels et culturels, parce qu’elle est vecteur de valorisation économique et de renforcement de l’identité du territoire, constitue un outil de protection plus efficace. Mais cette patrimonialisation doit avant tout passer par la gestion du territoire en bien commun telle que la théorisait Mme Elinor Ostrom, prix Nobel d’économie en 2009.

Cependant, décréter la protection de l’environnement dans une société basée sur la seule consommation, dont la mise en œuvre à La Réunion est flagrante, est un vœu pieux et démagogique. L’urbanisation affolante liée aux effets d’aubaine de la défiscalisation dans de nombreux secteurs répondant uniquement à une logique financière, et ne permettant même pas de satisfaire aux besoins réels de la population en terme d’emplois ou de logement ; la prédominance de l’agriculture intensive aux mains de l’agrobussiness, telle qu’elle existe à La Réunion et détruisant la fertilité des sols mais aussi impactant fortement sur les récifs coralliens ; sont notamment deux causes de destruction de notre environnement qu’il conviendrait de corriger.

A ce jour, aucun élu, ni le parc national, ni la réserve marine, et donc l’État ne s’attaquent à ces questions préalables. La création du parc national, du fait de sa mise en oeuvre autoritaire de la part de la direction du parc, et de la vision purement électoraliste et court-termiste de nos élus, n’est pour le moment qu’une couche supplémentaire ajouté au mille feuille administratif réunionnais, un frein à la protection de l’environnement autant qu’au développement de l’île."

Le Cmac
Dimanche 10 Novembre 2013 - 08:13
Lu 918 fois




1.Posté par Tonton le 10/11/2013 13:38
C'est QUOI le cmac ???

Encore un " xxx

2.Posté par Tuit -tuit le 10/11/2013 15:35
On ne peut mieux dire...en cette période électorale tout est bon pour les élus. Il ne faut pas que les électeurs soit dupes.

3.Posté par ecolo bobo pasteque le 10/11/2013 20:15
bof, quand on voit les projet démagogiques, les gabegies de nos elus (tramtrain, MCUR, telepheriques, forages, hotels dans le coeur du parc, stade en eau vive, parc des palmiers, croc parc ) on se dit que le centralisme etatique qui a protegé nos espaces naturels depuis les années 60 reste la meilleure solution surtout lorsque l'on regarde ce qui s'est passé à Maurice, Rodrigue et Madagascar.

4.Posté par martinebonbois le 10/11/2013 22:59
3.Posté par ecolo bobo pasteque le 10/11/2013 20:15 |

Selon vous donc il ne faut rien changer ? En relisant la tribune, il semble pas que ce collectif propose une gestion de l'environnement en bien commun et cite les travaux de Elinor Ostrom qui est une référence mondial sur le sujet, et ou c'est surtout la population qui est directement concernée.

5.Posté par ecolo bobo pasteque le 11/11/2013 15:07
4.Posté par martinebonbois

Bien sur qu'il faut changer quelque chose car ce qui est certain ce que les menaces sur nos espaces naturels n'ont jamais été aussi nombreuses et brulantes que depuis la création du parc national dit de "nouvelle génération". Ce qui est certain aussi c'est que le prétexte de la décentralisation a toujours été le cheval de troy du démantèlement des services publics.

Depuis quelques mois on voit un commerçant squatter le site du point de vue du nez de boeuf. On est en dehors du coeur du parc donc on dira rien même si ca fait tache car on connait par coeur le cheminement du mitage des terres:

- aujourd'hui un etal avec tente
- demain des feuilles de tole pour la pluie ou un camion bar
- apres demain un "rondavelle" pour "une meilleur hygiène et des toilettes"

Defendre les pratiques qui existaient avant 2007 en clamant que "le parc met la réunion sous une coupe" que vous le vouliez ou non, est la meilleur caution qu'il attend car elle lui permet de justifier ce qui lui serait autrement indéfendable: "la valorisation économique" du bien public ou autrement dit "la privatisation des forets publiques, des montagnes, du volcan" avec des projets qui vont transformer la reunion en disneyland.

D'ailleur on remarque que lorsque le camion bar de l'enclos est repoussé de qq kilomètres, aux limites du cœur, dans le même temps le parc affute ses plans pour installer les commerçants qui prendront sa place (les accompagnateurs en montagne, les marchands de produits dérivés etc...). Pour être crédible il aurait ete bon de le dénoncer aussi.

6.Posté par martinebonbois le 11/11/2013 22:44
5.Posté par ecolo bobo pasteque le 11/11/2013 15:07

Je suis un peu les pérégrinations du parc national, il me semble que ce collectif n'a de cesse de dénoncer l'imposture du parc national et ses objectifs mercantilistes.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales