Social

Clean Auto: Les prétentions d'un salarié licencié font capoter la fin de la grève


Clean Auto: Les prétentions d'un salarié licencié font capoter la fin de la grève
C'est le statu quo qui prévaut au sein de l'entreprise Clean Auto. 80% des salariés y sont en grève depuis mercredi matin. L'ensemble des employés dispatchés aux quatre coins de l'île maintiennent leur sit-in dans la zone industrielle n°2 de Saint-Pierre.

Les motifs de protestation des grévistes sont multiples. "Nous demandons une augmentation de salaire, la remise en place de la prime Cospar, d'ancienneté et d'intéressement que le patron a enlevé il y a un an, depuis le redressement de la société", revendique Teddy Maillot, porte-parole CGTR des grévistes.

"Depuis le redressement, il a tout supprimé, ce qui fait qu'on est passé d'un peu plus de 1.200 euros par mois à 1.000 euros", explique-t-il. Au passage, Teddy Maillot met dans la balance "la pression du gérant de Clean Auto et de sa compagne".

Une version que réfute l'intéressé. "Quand ils parlent de pression, ils ont tout à fait raison mais le problème c'est que je n'arrive pas à cerner ce qu'ils considèrent comme de la pression. Parce qu'à chaque fois que j'ai des clients, que mon salarié est assis les pieds sur une table et que je lui demande s'il n'a pas de travail, il me répond : "ma journée est finie", est-ce que je lui mets la pression là ?", demande Shendy Georget, le gérant de Clean Auto.

"Je pense que je suis un chef d'entreprise, il y a un minimum de respect à avoir. J'ai l'impression que je n'ai rien le droit de dire : c'est traduit comme de la pression", ajoute-t-il. Sur l'ensemble des autres revendications, elles ont toutes abouti dans la soirée d'hier mais les nouvelles demandes d'indemnités de licenciement d'un salarié licencié il y a quelques jours ont fait capoter la signature de l'accord de reprise du travail. "Cet employé licencié est venu réclamer une indemnité de 3.000 euros avant de revenir pour 5.000. Ca aurait pu continuer longtemps comme ça", affirme Shendy Georget, qui estime avoir déjà beaucoup concédé.

"A bout de force physique et morale", il considère avoir fait tous les efforts nécessaires pour "renouer le dialogue". "Je subie depuis hier mon premier mouvement de grève après 16 ans d'activité", tient-il à faire savoir. "Je comprends les attentes des salariés mais j'ai aussi de mon côté un plan de continuation à respecter avec des contraintes existantes avec nos créanciers".

Grévistes et direction s'accordent sur un point : tout devrait rentrer dans l'ordre d'ici la fin d'après-midi. Le temps presse : "la concurrence est déjà en train de solliciter nos clients", conclut le chef d'entreprise.


Jeudi 24 Octobre 2013 - 15:28
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1751 fois




1.Posté par David Asmodee le 24/10/2013 16:13
Pour être un bon syndicaliste, on ne dit pas "effectuer son travail" mais "être mis sous pression".

Pauvre patron qui a encore autant d'employés en 2013. Il faut écrémer mon gars. Pas d'employés, pas d'emmerdes.

Je ne veux pas le décourager davantage, mais avec la pénurie d'eau et les restrictions qui vont avec, le chômage technique attend au tournant.

2.Posté par gioyezir le 24/10/2013 16:47
Twitter
qui seme le vent recolte la tempete maintenant faut assumer. "A bout de force physique et morale", il considère avoir fait tous les efforts nécessaires pour "renouer le dialogue". "Je subie depuis hier mon premier mouvement de grève après 16 ans d'activité", tient-il à faire savoir. "Je comprends les attentes des salariés mais j'ai aussi de mon côté un plan de continuation à respecter avec des contraintes existantes avec nos créanciers" huuuuuuuuuum je crois pas trop celle la pour se faire construire une villa et rouler en belle voiture voila c créancier et c les employées qui en font les frais travail pour 1000e c inhumain. Il a pas l'air à bout de force c pas lui qui se tape des grosses journees sous un soleil de plomb a lustrer des bagnoles. mr faut arreter de jouer les victimes.............

3.Posté par ALEXANDRE le 24/10/2013 22:18
gioyezir, c est sur que de voir son salaire descendre de 20% c est enorme, on est bien d accord. Mais si lustrer les voitures en plein soleil te deplait je te conseille de reprendre le chemin des etudes. Si ce boss, que je trouve par contre au bout du rouleau, se paie des caisses et une villa c est son droit. Tu ne sais pas sur combien de temps il doit payer son credit, ni combien il touche par mois si ca se peut.
Tout le monde peut se payer une voiture, occase ou pas, ou une case quand on a un salaire correct bien sur. Mais sur combien de temps on rembourse tout ca? 25 ans pour la case ? 5 ans pour la voiture? Bref il fait bien ce qu il veut avec son argent. Moi j'aurai plutot mis de coté en attendant la fin du redressement.
Par contre le fait qu il vous donne tout ce que vous demandez et plus...ca sent l'abattoir ! Style le gars qui en a marre et qui va couler sa boite en ne respectant pas le protocole d'accord avec le mandataire...
Mais ne t'affoles pas l'AGS prendra le relai, le temps de liquider le z'affaire.

4.Posté par Tonton le 25/10/2013 04:56
Le préfét à interdit le lavage des voitures !
c'est la secheresse.

5.Posté par Oua compris le 25/10/2013 08:39 (depuis mobile)
Il faut arrêter de faire comme si aujourd''hui c un patron décourager car c une société bien productive depuis pas mal d année et aujourd''hui si les salariés ce sont réunis enfin pour ce revolter c parce que ces salariés ont ete jamais valoriser

6.Posté par juriste-sud le 26/10/2013 08:03
Mr Le directeur,

vous annoncez dans cette vidéo que dors et déjà vous compter licencier pour motif économique, mais monsieur vous affichez clairement une volonté manifeste d'épurer votre masse salarial par tout moyen,

est la vous prétendez dialogué socialement :: on a pas la même définition du SOCIALE je crois

ce n'est pas à vous de déterminé si il y aura licenciement économique ou pas!!!! a moins de tout manigancer pour y arrivé !!!!!!! ont vas surveiller.........

il y à des lois qui régissent de sa, ne sache!!! engager déja un tel dialogue sans connaitre réellement l'évolution de votre activité montre bien que vous n'êtes pas du tout pour le dialogue social, mais bien pour la casse sociale.

vous seriez près à faire couler l'entreprise pour éliminer des salariés syndicaliste!!! bravos quelle être humain vous faites!!!

mais ne vous en fête pas des bienveillants sont là pour veillez au droits des salariés que vous sous payés........n'est ce pas monsieur R-CZ payer cash

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales