Economie

Christian Noyer: "La crise financière la plus grave depuis 1929"


Christian Noyer: "La crise financière la plus grave depuis 1929"
Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, est actuellement en visite à la Réunion pour le conseil d'administration annuel de l'Iedom (Institut d'émission de l'Outre-mer) qui se réunit cette année dans notre île. L'occasion également, en tant que gouverneur de la banque de France, de tenir une conférence de presse sur la crise que traversent les Etats, "la plus grave depuis 1929", selon lui.

Cette conférence de presse s'est tenue dans l'ancien salon de l'Hôtel de Ville de Saint-Denis et accueillait, pour cette occasion, tout ce que la Réunion compte de grands entrepreneurs ou chefs d'entreprise venus entendre "la sainte-parole" sur la crise qui touche les Etats.

"La crise d'aujourd'hui est partie en 2006 avec l'immobilier aux Etats-Unis. Une crise des Subprimes qui a fragilisé les ménages américains, poussés avant cette crise à prendre des hypothèques sur leur maison, et dans l'impossibilité de les rembourser", explique Christian Noyer en introduction. Une crise que l'on continue de "payer" car les Subprimes, produits mélangés à d'autres produits financiers, n'ont pas disparu mais au contraire se sont "dilués". Résultats, les créanciers et investisseurs sont méfiants vis à vis de produits opaques.

Le triple A pas menacé si la France maintient ses objectifs budgétaires

Une crise qui a directement affecté la dette publique et qui met aujourd'hui les pays de la zone Euro en grandes difficultés. "Comment passer de cette crise de 2006 à celle d'aujourd'hui ? En un mot: la dette publique. Les recettes fiscales ont diminué, les dépenses sociales ont augmenté", souligne-t-il. Une situation aggravée par le fait que les Etats n'avaient pas une situations financières saines avant 2007. Une crise qui s'est traduit par une faillite de la Grèce et de grosses inquiétudes sur l'Italie, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande et plus récemment la France, qui a dû adopter un plan de rigueur pour faire face à la menace des marchés.

Pour Christian Noyer, le triple A ne sera pas menacé si la France respecte ses engagements en matière de rigueur budgétaire. Un équilibre budgétaire qui pourrait être atteint à l'horizon 2016. Mais Bruxelles a récemment "tiré" les oreilles de la France qui avait basé son plan de rigueur sur une croissance à 1%, croissance revue à la baisse à 0,6%. Pour Christian Noyer, il faudra trouver d'autres "mesures" pour le maintient des objectifs de réduction de la dette publique.

Dans cette crise, la Banque centrale a joué un rôle "décisif" en baissant fortement son taux directeur. "Elle a évité que l'inflation ne soit trop importante, mais elle a surtout évité la déflation. Des décisions pour stimuler le crédit et l'activité", conclut Christian Noyer.
Mardi 15 Novembre 2011 - 06:30
Lu 1693 fois




1.Posté par Cambronne le 15/11/2011 07:22
il avait quel age en 1929 ce Christian Noyer. pour faire des comparaisons à endormir madame michu , car qui sont les véritables responsables ,les États keynésiens ne seraient ils pas eux même les pompiers pyromanes .ils auraient une autre solution c'est qu'ils pourraient réquisitionner l'épargne des français…tout ces crétins d'avares d'improductifs

2.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 15/11/2011 07:44
"le triple A ne sera pas menacé si la France respecte ses engagements en matière de rigueur budgétaire".................
en clair, si vous travaillez bien pour rembourser les dettes Américaines (mais cet argent n'a pas disparu, il est entre les mains des investisseurs), on ne vous prendra peut être pas vos maisons en sanctionnant vos Enfants et en vous sucrant le reste de vos biens...

C'est délirant, comme pour la Justice locale,
ce sont les Victimes qui doivent payer pour les Ripoux qui s'engraissent...
A moins qu'on accepte enfin de se révolter, de saisir les ripoux et de moraliser nos représentants...

Stop aux spéculations boursières, stop au fric qui fabrique du fric au dépend du travail.....

3.Posté par falcucci pascal le 15/11/2011 08:40
BRAVO

PASCAL FALCUCCI

4.Posté par midiazot le 15/11/2011 08:52
comprendre la crise c'est simple
http://voila-le-travail.fr/2011/11/07/dette-video/

5.Posté par Cambronne le 15/11/2011 09:42
La France est en faillite, sans aucun doute possible

Pourquoi avec le même euro, qu'il puisse être allemand, hollandais n'a pas le moindre problème et continuent d'exporter avec énorme succés, et l'on ne trouve que les pays du sud de l'europe, dont la France soviétoïde , auquels l'euro pose un pose problème.
Le problème n'est donc pas l'euro, mais la culture de ces élites Jacobins de ce pays, le mode de fonctionnement d'une oligarchie de ce pays, autrement dit le problème est sociétalement culturel et non monétaire.
Les agences, les prêteurs et les Français n'attendent qu'une seule chose : une réduction drastique des dépenses publiques avec une armada de fonctionnaires souvent aussi inutiles qu'incompétents .Pour l'heure , la Sarkomania nous "amuse" avec des impôts supplémentaires, lesquels ces taxations ne changeront rien ni à la situation ni au comportement car nous savons tous de quoi sont capables nos élus pour ne pas montrer l'exemple .

Hier soir encore Luc Chatel voudrait nous faire croire que tout le monde est responsable, alors que ce gouvernement de gauchistes n'a fait qu'aggraver la dette de près de 500 milliards en quatre ans.

5 % de réduction de la dépense publique par an pendant 4 ans. Objectif 20 %. Pas pour les agences de notation, pour les Français ! Un seul exemple tenez lors l'empereur Sarkozy s'autorise des frais d'Hotel journalier à 37 000 euros durant le G20 alors que David Cameron s'est contenté de trouver un hotel à 1750 euros ! finalement l’empereur Sarkozy porte autant de responsabilité de la situation d'un Berlusconi en Italie. Cela fait plus de 30 ans que les esprits avisés dénoncent la dérive de nos dépenses publiques soviétoïde .
Dans les Etats démocratiques , ce sont les électeurs qui décident, il faut croire que les moutons de français anti libéraux aiment l'état providence ....
Les politiques font de la sur-enchère pour préserver la paix sociale et se faire élire.
La population , les assos, les pro-immigration, les syndicats, les politiques, la droite, la gauche , alors oui les français anti libéraux sont autant de responsables.

6.Posté par La France banque le 15/11/2011 10:11
La Banque de France, ça existe encore, ce "machin" ? Ça fait belle lurette que Sarkozy et ses prédécesseurs ont vendu la France aux financiers internationaux voyous réfugiés dans la paradis fiscaux.

7.Posté par Gouverneur de 2012 ,preuve de l'esprit impérialiste de la France le 15/11/2011 11:15
Avec un tel titre, je ne peux lui dire que : " bon retour et bon voyage Misisié Gouvernèr ".
Dan mon têt, mi di " pourvi boug là i artourn pi "

8.Posté par sgeg le 15/11/2011 12:27
le problème de la france est relativement simple à expliquer et très compliqué à régler...
nous détenons le record européen de la dépense publique qui représente 56% du pib. d'autres pays en europe du nord ont le même niveau de dépense mais ce qui nous différencie est que nos recettes ne représentent plus que 49% du pib. le cumul de ces déficits récurrents depuis 30 a conduit à fabriquer une dette cumulée de 1600 milliards d'euros.
ce niveau d'endettement associé à un fort ralentissement de l'activité effraie les marchés au point de faire monter les taux d'intérêts à des niveaux où cela n'est simplement plus tenable par le renchérissement que cela induit sur nos remboursements , du fait de la masse de notre dette , c'est une spirale mortelle.
la seule solution est donc d'équilibrer les recettes et les dépenses en ramenant nos dépenses publiques à environ 49% de notre pib , en attendant un retour de la croissance...
les réductions de dépenses publiques pourraient viser quatre domaines ,la défense, les retraites, la santé et la fonction publique...
-la défense nationale est un vrai gouffre , notre participation aux guerres , l'échec du rafale sont autant de
dépenses dont on aurait pu se passer , on pourrait y réaliser de belles économies.
-les retraites , il es inéluctable d'allonger l'âge de départ , la durée de vie augmente c'est un fait, il faut par contre tenir compte de la pénibilité car elle influe sur l'espérance de vie après-travail.
-la santé , nous avons un système de santé que le monde nous envie quoiqu'en disent les grincheux.
tout le monde sait que ce système est l'objet de gaspillages énormes , arrêts-maladie de convenance , sur-consommation médicamenteuse , et absence d'une vraie politique d'éducation et de prévention.
-la fonction publique si elle a accompli un certain nombre d'efforts au plan national et si beaucoup reste à faire, reste totalement en sur-nombre au plan de collectivités locales , mairies , cr , cg , etc...
le copinage et le clientélisme ont créé des dépenses dont l'utilité est plus que contestable.
mais les ajustements d'effectifs dans la fonction publique restent à manier avec des pincettes en raison de la capacité de nuisance et de bloquage qu'on lui connait , mais ce n'est pas le seul inconvénient:
à court-terme , si vous baissez brutalement les effectifs du public , vous réduisez dans le même temps la consommation , et donc la croissance , le temps que les créations d'emplois privés viennent prendre le relais , ce qui peut prendre plusieurs mois . c'est une autre spirale in fernale que l'on observe en grèce où les plans successifs ne font qu'accentuer la recession...
en période de campagne présidentielle , on voit mal qui aura le courage de dire la vérité et de proposer cette révolution des mentalités sans laquelle se pays finira par sombrer....
cette révolution pourrait s'accomplir de force si la crise s'aggrave , en particulier si l'italie et la grèce ne parviennent pas à régler leurs problèmes , car les marchés ont compris que dans ce cas , il faudrait faire appel au fameux fond de soutien européen en cours de création et que la france serait encore affaiblie si elle devait amener sa participation financière à ce fameux fonds...
on est pas sortis de l'auberge !

9.Posté par jeff le 15/11/2011 12:59
Tu l'as dit sgeg, on, est mal barré. Pour donner une image, nous en sommes à la situation ou nous devrons bientôt emprunter pour acheter notre kilo de carottes, beaucoup d'Etats en sont déjà là depuis que les gouvernements ont laissés la main aux banques, qui n'ont pas hésités, elles à spéculer avec l'argent des Etats.

On est mal barré.

10.Posté par Gajik le 16/11/2011 00:25
arrêtez de raisonner en termes de "la France" en général qui serait "en crise" ! Cà fait des siècles qu'on agite ces mots creux pour tromper le monde.

basta avec les niaiseries !

posez vous d'abord la question de ce que recouvre cette "France" dont vous évoquez qu'elle serait "en crise" .
Est-ce que vous parlez du budget de cet Etat ? de l'état des entreprises géantes qui ne payent aucun impôt ? ou bien de la masse des habitants de ce pays en voie de paupérisation ?

Ce langage bidon sur "la crise" en général qui toucherait également et indistinctement "tous les français" est indécent et mensonger. et le "sgeg" qui joue le connaisseur en économie et qui ressort l'argumentaire totalement phantasmatique de Sarkozy sur la fraude des petites gens qui ne représente pas le millième de la richesse publique ! lamentable !

11.Posté par sgeg le 16/11/2011 08:39
le pov' gaga-jik sait à peine lire... où ais-je parlé de la "fraude des petites gens" dans mon post ?
et se faire donner des leçons de morale par un crétin probable profiteur- planqué-sur-rémunéré...pffffff...
on le voit dans la vidéo en lien débattre des grands problèmes du monde avec ses amis , le chon !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales