Politique

Christian Annette: "Les Sainte-Mariens sont les vaches à lait de la Cise"

Dans le cadre de la révision du schéma directeur de la distribution d’eau potable à Sainte-Marie, la commune a réalisé un audit. Christian Annette, conseiller municipal de l’opposition à Sainte-Marie, a tenu une conférence de presse afin de commenter des résultats qu’il juge "accablants".


"Nous nous sommes habitués à cette galère, mais ce n’est pas une raison de continuer" commence en préambule Christian Annette. "Nous n’avons pas d’équipements dignes à Sainte-Marie, les citoyens se font gruger, c’est déplorable" ajoute-t-il.
 
L’élu de l’opposition pointe du doigt un "réseau sinistré, totalement défaillant", engendrant coupures, turbidité, eau impropre à la consommation, pesticides, parasites et un budget lourd pour les Sainte-Mariens obligés de s’approvisionner en eau en bouteille.
 
Un audit nécessaire pour mobiliser les fonds européens
 
L’audit, réalisé par Artelia, pointe du doigt l’état du réseau, avec des canalisations et des réservoirs défaillants. Le taux de rendement primaire est de 51,7% et le rapport fait état de 520 fuites identifiées. Trois réservoirs présentent une anomalie structurelle menaçant leur bon fonctionnement. Il s’agit du réservoir de Parny et de Ravine Charpentier et de celui de Piton Cailloux. Christian Annette se pose la question de l’inactivité de la commune et dénonce une "complicité historique de la commune avec le fermier".
 
Ce à quoi la municipalité répond que le dernier schéma d’eau potable remonte à 1990. "Pour relancer le programme d’investissement, nous avons dû faire une analyse qualitative. La commune est passée de 18.000 à 35.000 habitants depuis 1990. Il y a eu 30 millions d’euros d’investissements réalisés depuis, mais pour pouvoir solliciter des financements européens, il faut une étude qualitative" précise Jocelyn Trulès, Directeur Général des Services à la commune de Sainte-Marie.
 
Des traces de pesticides présentes dans l’eau
 
Deuxième point critique pour Christian Annette, l’état des forages et des captages. Les réservoirs sont en effet alimentés par les eaux souterraines et superficielles, collectées par des forages et des captages. "Le forage des Cafés, situé au milieu des champs de cannes, est impacté par les pesticides. Elle est donc impropre à la consommation mais elle est pourtant mélangée aux eaux d’autres forages. Les captages donnent tous une eau impropre à la consommation pour cause de parasites et de turbidité" ajoute-t-il, en parlant des captages de Bernica, Mère Canal et Bassin Bleu. 
 
Jocelyn Trulès reconnaît ce problème. "Nous avons constaté la présence de pesticides aux Cafés, mais un appel d’offre a été lancé il y a un mois pour la réalisation de trois usines de potabilisation et ce forage en fera partie." Mère Canal, Bassin Bleu et Plateau Cailloux font également partie du plan.
 
L’audit préconise "des aménagements d’une importance cruciale, qui devront être mis en place, notamment un traitement au charbon actif pour le forage des Cafés et des usines de potabilisation pour le captage du Bernica, Charpentier, Bras Mussart et Bassin Bleu".

8,1 millions d’euros investis au lieu de 20 millions d’euros
 
Christian Annette se pose également la question de l’investissement réalisé par la commune pour améliorer le réseau de distribution d’eau potable. "Aucun investissement n’a été effectué excepté pour réaliser le réseau de Beauséjour. Seuls 40% des fonds du plan pluriannuel ont été utilisés entre 2008 et 2012, soit 8,1 millions d’euros investis au lieu de 20 millions d’euros".
 
Sur ce point, la commune explique un changement de priorités dans l’attribution d’enveloppes. "Avant, la priorité était à l’assainissement. Maintenant, la priorité est donnée à l’eau potable mais c’est tout récent. Si nous avions obtenu des financements de l’Etat, on y serait allés, mais si nous ne fonctionnons qu’avec nos fonds propres, la facture aurait augmenté. Nous avons attendu des jours meilleurs", justifie Jocelyn Trulès.

Des factures d’eau en constante augmentation
 
Un nouveau contrat de l’eau a été signé en 2009 par la Cise et la commune. Selon Christian Annette, depuis, la facture d’eau est en constante augmentation, soit 35% d’augmentation depuis 2010.
 
Sur ce point, la municipalité répond que l’assainissement et le raccordement des foyers au tout-à-l’égout sur la commune a provoqué cette augmentation. "L’augmentation en ce qui concerne l’eau potable n’est pas plus importante que cela, mais la quote-part assainissement est arrivée sur la facture de nombreux administrés", appuie Jocelyn Trulès.
 
De plus, la Cise serait loin d’avoir un taux de rendement efficace selon l'opposant socialiste. "Si la Cise ne tient pas ses obligations de rendement, le contrat prévoit des pénalités qui devraient s’élever aujourd’hui à 3,5 millions d’euros. Pourquoi la commune fait-elle un cadeau?" s’interroge-t-il.
 
Sur ce point, la municipalité reconnaît un niveau de rendement "pas génial, mais nous nous sommes améliorés". Le taux de rendement serait passé de 51,7% en 2014 contre 58% en 2015. À cela, Jocelyn Trulès ajoute que la particularité de la commune réside dans la surface importante de champ de canne, soit 3.900 hectares. "Lorsqu’il y a des incendies, le rendement baisse forcément puisque le volume facturé à la fin n’est pas le même que le volume produit".
 
Sur la question des pénalités, Jocelyn Trulès précise que la Cise n’est tenue de payer des pénalités uniquement "sous réserve que la commune investisse dans le réseau. Or, ça n’a pas été le cas."
 
Le nouveau programme d’investissement avec des fonds européens devrait représenter une enveloppe de 28 millions d’euros d’ici à 2025. "Avec cette somme, nous devrions approcher les 70 à 75% de rendement" conclut le DGS. 




Lundi 17 Octobre 2016 - 19:14
Laurence Gilibert
Lu 1760 fois




1.Posté par Dazibao le 17/10/2016 20:01
Rien de nouveau sous le ciel gris de France.
Nous finançons l'extension d'EDF. On s'est fait totoché par France télécom. Idem pour les autoroutes.

Les français ne sont bons qu'à financer les installations qui sont ensuite privatisées.

2.Posté par Question pas bette le 17/10/2016 22:12
Commence par faire réparer le petit pont qui enjambe le parking de la Gendarmerie et la Bibliothèque
si un marmaille y chape dans fond, zot va voir baizement

3.Posté par Pamphlétaire le 18/10/2016 02:13
Et ainsi, il n'y a pas qu'à Sainte-Marie que l'eau n'est pas de bonne qualité....Et tout le monde le sait même François Hollande, l'Etat, par son représentant le préfet...
50% des Réunionnais boivent de l’eau insuffisamment traitée...

4.Posté par RIPOSTE974 le 18/10/2016 07:18
O . T christian voit out frère zilber anet à Sin Dni va donne a ou la réponse C un spécialiste depuis le naufrage judiciaire de la compagnie générale des H20 ...

La bêtise insiste toujours. (Albert Camus)

5.Posté par Bruno Bourgeon, président d''''AID le 18/10/2016 08:20
Les remarques de Christian Annette ne sont pas dénuée de bon sens. Quand Jocelyn Trulèe parle de rendement de 70-75% en 2025, cela nous fera donc un contentieux avec l'Europe : la DCE (Directive cadre sur l'eau) impose ce rendement dès 2020. Quant au captage des cafés, j'en suis l'une des victimes et le premier à avoir dénoncé la présence de pesticides, en 2012. 4 ans déjà, et rien n'a été fait.

6.Posté par ECOCIDE!!. le 18/10/2016 09:46
la population ne se rend même pas compte qu'on les empoisonne a petit feu...???

7.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 18/10/2016 10:05
*Pourquoi cet Annette-là attend maintenant pour la ramener ?

8.Posté par TICOQ le 18/10/2016 12:08
les réunionnais sont égaux devant la facture, mais inégaux devant la qualité des eaux qu'ils reçoivent. Au fait..... l'organisme chargé du traitement et de la distribution de l'eau n'a-t-il pas une obligation de résultat ?

9.Posté par koko le 18/10/2016 13:20
Annete oui? Mobiliser les fonds Zeurpoéns!
combient taxe la augmenté sur la commune out Frére? di a moin!!!!!
lz PS c est la Magouille, la Tricherie!
2017

10.Posté par Jacques le 18/10/2016 13:57
Dans l'idée si la municipalité a confié à la CISE la gestion de l'eau sur son territoire, ils auraient aussi du faire des recommandations, c'est facile pour des bougs grassement payés de se disculper aussi facilement.

11.Posté par Valère Huet le 18/10/2016 14:01
Des traces de pesticides? La faute à qui? À des agriculteurs peu soucieux de l'environnement? Ou bien à ceux qui ne font pas assez de contrôle sur les exploitations?
L'opposition à Ste Marie avance avec des œillères ma parole!

12.Posté par Sarah le 18/10/2016 14:06
On se demande bien qui se fout de la tête des Ste-Mariens . Est-ce la mairie qui manque de poigne face au prestataire? Ou est-ce la Jocelyn Trulès ? Mr Trulès semble oublié le prix de l'eau sur Ste Marie, tout comme les impôts qu'on paye!

13.Posté par GIRONDIN le 18/10/2016 14:07
... nous devrions approcher les 70 à 75% de rendement" conclut le DGS. ...

Hihihihihihihiih il en a rien à cirer, 100 litres d'eau captés 40 ou 50 ou 60 ou 75 litres de distribués il en a rien à CIRER il facture 100!!!!

14.Posté par Toto le 18/10/2016 14:10
MDR une grosse partie du territoire est constituée de champ de canne, les nappes phréatiques sont contaminées, et pourtant on assiste en ce moment à une campagne de pub pour la filière canne. Doit on y voir une façon détournée de dire "circulez, il n'y a rien à voir"?

15.Posté par admirateur974 le 18/10/2016 14:18
Oui, tout à fait raison, l'eau n'est pas potable, les Sainte-Mariens sont en droits d'avoir de l'eau potable et si ce n'est pas le cas, comme la jurisprudence à jouer en la faveur d'un habitant de Bras Panon qui était obligé d'acheter des bouteilles d'eau et de payé quand même son eau et la taxe d'assainissement il a eu raison et la Ville lui a remboursé ses factures d'eau. Donc les habitants de Sainte-Marie devraient en faire autant et se mettre en collectif avec un avocat pour demander le remboursement.

16.Posté par Ulrich le 18/10/2016 14:30
Le Ti Père Annette se base sur un audit commandé par la majorité pour bien se faire voir! Ça pu le mauvais réchauffé du clan socialiste!
Il vient dénoncer le travail que la majorité cherche à entamer pour améliorer la qualité de vie des Ste mariens. Est-ce hypocrite ou mytho?
Si elle voulait camoufler quelque chose, et ne pas fournir un service de qualité, elle n'aurait pas demandé une expertise!

17.Posté par polo974 le 19/10/2016 10:48
""" Ce à quoi la municipalité répond que le dernier schéma d’eau potable remonte à 1990. """

Purée, ils bossent fort à la mairie de Ste Marie...

La population a presque doublé et on n'a rien prévu, revu, on a juste vécu sur le passé...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales