Société

Chrétiens, musulmans, juifs, tamouls... Qui fête Noël à La Réunion ?


Chrétiens, musulmans, juifs, tamouls... Qui fête Noël à La Réunion ?
Noël est une fête de tradition chrétienne qui célèbre la naissance de Jésus. Elle est également devenue, au cours du 20e siècle une fête non religieuse et commerciale, symbolisée par le Père Noël, où de nombreuses familles se regroupent, partagent un bon moment et s'échangent des cadeaux.

Comment se passe Noël dans les différentes communautés religieuses de l'île ? C'est ce que nous avons tenté de savoir.

Pour les chrétiens, la tradition de la messe de minuit

Pour les chrétiens, la fête de Noël (du latin natalis, "naissance", "nativité") célèbre la naissance de Jésus, fils de Dieu, le Sauveur attendu, annoncé par les prophètes. Quoiqu'on ignore le jour et l'heure précis de la naissance de Jésus-Christ, Noël est célébré depuis des siècles dans la nuit du 24 au 25 décembre. Les chrétiens donnant à cet événement le sens de ce qui est pour eux la venue de la vraie lumière - celle du Christ -, le choix de cette date est à mettre en lien avec le solstice d'hiver, moment où le jour prend peu à peu le pas sur l'obscurité.

L'heure de minuit est tout aussi symbolique : elle marque l'arrivée d'un jour nouveau. C'est donc l'une des plus importantes fêtes religieuses dans la Chrétienté. La "messe de minuit", celle du 24 décembre au soir, rassemble traditionnellement plus de fidèles que celle du 25 au matin. Aujourd'hui, elle est souvent célébrée plus tôt dans la soirée, notamment pour permettre aux enfants d'y participer.

"Une fête civile, sociétale"

"Noël est devenue une fête civile, sociétale, un moment de partage", constate Houssen Hamode, président du Conseil régional du culte mulsulman de La Réunion. A l'école, dans les entreprises, dans les familles, les enfants et les adultes sont en quelque sorte conditionnés pour fêter Noël. "Mais ce n'est pas un fête de tradition musulmane. Sur le plan strictement religieux, il n'y a aucune signification pour les musulmans", ajoute Houssen Amode

Cela n'empêche pas certaines familles de confession musulmane de fêter Noël. "Cela dépend des habitudes et du poids des traditions familiales. Certaines familles préparent un arbre de Noël et offrent des jouets à leurs enfants", signale-t-il. S'il n'y a pas, d'après Houssen Amode, dans la religion musulmane de fête comparable Noël, celle qui s'en rapproche un peu, si on ose faire la comparaison, est l'Aïd el Fitr, qui clôt le mois du jeûne du ramadan, où "les enfants reçoivent un petit pécule, des présents, des cadeaux", explique Houssen Amode.

Dans la communauté chinoise, on fête Noël "comme tout le monde", mais pas pour des raisons religieuses. "Noël, c'est l'occasion de faire un bon gueuleton en famille et d'offrir des cadeaux aux enfants", explique Daniel Thiaw Wing Kai, président de l'ACCR (Association Culturelle Chinoise de la Réunion). C'est donc dans l'intimité de la famille que se déroule cette fête. La fête la plus importante de l'année est toutefois le nouvel an chinois, qui se déroulera le 31 janvier 2014. C'est toute une communauté qui est déjà en plein préparatifs.

Les Tamouls en plein carême

"Dans la majorité des foyers hindous à la Réunion, les gens ne célèbrent pas de manière festive Noël", souligne pour sa part Daniel Minienpoullé, président de la Fédération Tamoule de la Réunion. Et pour cause, la fin de l'année est une période de carême pour les Tamouls, où l'on remercie les divinités. "Symboliquement, les familles offrent des cadeaux aux enfants car Noël est devenu un fait de société, mais il n'y a aucune connotation religieuse". Dans la plupart des foyers hindous, il n'y a donc pas de repas fastueux organisé. Les repas familiaux tamouls auront lieu début janvier, notamment lors de la fête du Pongal.

Les familles juives, quant à elles, ne célèbrent pas Noël, mais elles ont également une fête à célébrer en décembre, c’est Hanouka, la fête des Lumières. Pendant Hanouka, on s’échange des cadeaux généralement le premier jour pour fêter aussi l'importante victoire militaire des Maccabees. Cette victoire symbolise la résistance spirituelle du judaïsme à l'assimilation grecque.
Mercredi 25 Décembre 2013 - 07:46
Lu 4566 fois




1.Posté par noe le 25/12/2013 11:16
Pour fêter Noël , on ne parle pas "religions" mais des hommes et des femmes de bonne volonté !
C'est un temps de fête où on oublie ses soucis quotidiens ...on s'occupe des enfants , des connaissances , des démunis ....
Bonne continuation de Fête !

Joyeux Noël à toutes et à tous !

2.Posté par matahahrit le 25/12/2013 11:54
Petite rectification : Noël est une fête païenne à la base, devenue chrétienne par la suite, et enfin commerciale.

Joyeux Noël quand même :)

3.Posté par véridik le 25/12/2013 12:08
Selon certaines sources, le mot Noël serait issu de deux mots gaulois "noio" (nouveau) et "hel" (soleil).

Cette origine fait référence au caractère profane de la fête et notamment à celle du solstice d'hiver fêtée par les Gaulois pour honorer la renaissancedu soleil.

Le 25 décembre marquait depuis l’empereur Aurélien l'anniversaire du "Sol Invictus". C’est
seulement à partir du IIIe siècle que certaines communautés chrétiennes cherchent à fixer dans l’année la date de naissance de Jésus.

Au commencement, les premières fêtes de Noël se déroulaient sur plusieurs jours dans une période comprise entre novembre et janvier. En instituant les célébrations de la Nativité au 25 décembre, l'Église prenait ainsi l’ascendance sur les coutumes et traditions païennes.


La fête de la nativité le 25 décembre, ne correspond aucune logique historique. Selon les historiens, la fête de Noël aurait été ignorée des chrétiens des premiers siècles. Des écrits anciens relatent une célébration de Noël en l’église Sainte Marie Majeure ˆ Rome, pendant la nuit du 25 décembre au VIe siècle, autour des reliques de la crèche rapportées de Bethléem.

4.Posté par Pat 974 le 25/12/2013 22:00
pat974
a post3
tres tres juste c'est la fête paienne du solstice d'hivers. les chrestiens se la sont approprié comme d'autre croyance paienne ,parcequ'il voulait imposer leurs croyance. par le sang, en invoquant depuis la naissance du christ. mais il y a un bug dans cette histoire.C'est que le christ ne peut pas etre né le 25 decembre mais au mois d' avril. et que les rois mages ont airé pendant trois année pour découvrir un enfant d'un couple de fermier dans une grotte agé de 6 ans ou 8 ans.....Cest devenu le coté glamour de la bible.

5.Posté par kafir le 25/12/2013 22:37
L'île continent reste un exemple pour le monde entier par sa tolérance , et viva !

joyeux noël.

kafir

6.Posté par hervet le 26/12/2013 08:57
Voici ce qu'écrit l' historien Philippe Conrad (1)
« L'importance accordée aux anciennes fêtes du solstice d'hiver, le souvenir des saturnales romaines (célébrées du 17 au 25 décembre) et la place considérable qu'avait acquise dans l'empire le culte de Mithra – dieu solaire et sauveur d'origine iranienne – expliquent pour une bonne part ce choix. Correspondant à la nuit la plus longue de l'année,(dans l'hémisphere nod-NLDR) qui précède immédiatement la « remontée » du soleil dans le ciel, le solstice d'hiver était un moment chargé d'une forte sacralité pour les anciennes sociétés européennes, et l'assimilation du Christ sauveur au Soleil victorieux des ténèbres devait fatalement rapprocher les deux traditions. La célébration de la renaissance annuelle de Mithra et la fête du Sol invictus, dont Aurélien avait tenté d'imposer le culte dans l'ensemble de l'empire, intervenaient toutes deux le 25 décembre, et Macrobe nous rapporte que, ce jour-là, on sortait d'un sanctuaire une divinité solaire figurée comme un enfant nouveau-né. »

Quant aux cadeaux appelés étrennes , ils sont à associer aux voeux de « bonne santé » qu'on n'oublie pas de formuler ,, à l'orée de la nouvelle année, et qui ont leur origine dans ces mêmes fêtes des Saturnales. Le mot « étrennes » n'est rien d'autre que l'évolution du mot latin « Strenae » signifiant bonne santé.

Il en est ainsi de toutes les traditions , leur signification originale ayant souvent été transformée ,exploitée, syncrétisée, , à des fins sociologiques d'éducation populaire , ou religieuse, destinée à maintenir une stabilité sociale ou les caractères identitaires d'un groupe . La tradition est sacralisée par la durée quels qu'en soient les vrais fondements . Une tradition rassure. Une tradition exclut.
Gare aux hérétiques!!!!
Si les Iraniens vénéraient le retour de la Lumière ,propice à la renaissance de la végétation et des cultures, dans un hémisphère et une latitude aux hivers longs, si les religions envoient un message d'espérance d'un au -delà problématique, ou d'un futur meilleur, si cette fête du solstice peut être l'occasion de générer un unanimisme plus que la discorde,tant mieux . Mais l'avenir sera ce que les citoyens en feront, avec leurs mains, leur cerveau et leur coeur.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales