Société

"Chez Paul" s'engage à donner ses invendus aux plus démunis

Une convention a été signée entre les boulangeries Paul, la Croix-Rouge Réunion et l’association Clef, pour permettre à ces associations caritatives de bénéficier d’une partie des invendus de l’enseigne. Cet engagement permet d’affirmer la solidarité des équipes de Paul et s’inscrit dans une démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire.


"Chez Paul" s'engage à donner ses invendus aux plus démunis
Donner aux plus démunis ses pains et viennoiseries. C’est l’idée développée par les boulangeries Paul du Portail, à Saint-Leu et du Barachois, à Saint-Denis. Pour la concrétiser, celles-ci ont signé une convention avec la Croix-Rouge Réunion et l’association locale Clef.
 
Ce partenariat, une première pour l’enseigne depuis son installation à la Réunion, est destiné à mettre à disposition des associations caritatives une partie des invendus du jour des deux points de vente. Ces produits, pains et viennoiseries collectés quasi-quotidiennement, seront ensuite redistribués aux plus démunis par la Croix-Rouge et l’association Clef. Ces conventions permettent de réunir une enseigne de renom et des organismes humanitaires sur des valeurs communes de solidarité et de responsabilité sociétale.
 
Après discussions, il a été décidé que les associations se répartiraient le calendrier des collectes de la façon suivante :
  • Au Portail, la Croix Rouge récupère les invendus du lundi, mercredi et dimanche. L’Association Clef récupère les invendus du mardi, jeudi, vendredi et samedi.
  • Au Barachois, seule la Croix Rouge, via son antenne de Saint-Denis, récupèrera les invendus du lundi et du jeudi pour les maraudes du mardi et vendredi soir, ainsi que deux samedis par mois.
Lutter contre le gaspillage alimentaire

Chez Paul, le pain et les différents produits sont fabriqués tout au long de la journée, de façon traditionnelle, dans les laboratoires du Portail et du Barachois par une équipe de boulangers. Jusqu’alors, les produits invendus des deux boutiques n’étaient pas récupérés et étaient perdus : tout produit non vendu le jour même est obligatoirement retiré des rayons. 
 
C’est pour trouver à la fois un moyen de valoriser ces denrées alimentaires invendues encore consommables, mais également lutter contre le gaspillage, que les équipes de Paul Réunion se sont lancées dans ce projet. Leur action s’inscrit dans une démarche entièrement bénévole et volontaire.
 
Avec ce partenariat, les pains et les viennoiseries de la veille seront ainsi collectés grâce aux moyens mis en place par les associations et redistribués aux plus démunis lors des maraudes ou les jours de distribution de colis alimentaires par la Croix Rouge ; l’association Clef redistribue dans sa maison de l’amitié à Saint-Paul, une structure fixe où une trentaine de personnes sans domicile fixe viennent quotidiennement bénéficier d’un petit déjeuner et d’un repas du midi.
 
Alors que Paul entend renforcer sa présence sur le territoire local, les collectes pourront elles aussi s’étendre à d’autres points de vente, à l’avenir.
Vendredi 9 Septembre 2016 - 14:21
Lu 3272 fois




1.Posté par sabouk zaboutan le 09/09/2016 15:13 (depuis mobile)
Un grand bravo
Pour ce genre d action l État devrait prévoir un régime fiscal permettant à un opérateur économique qui s engage dans ce type d action de bénéficier une certaine exonération de charges
C ca l égalité reelle

2.Posté par Julot le 09/09/2016 15:51 (depuis mobile)
Si Paul vendait moins cher ses produits, il n'y aurait aucun reste ni gaspillage...En procédant comme ils le font, l'acheteur est censé payer également le "donné" aux associations....

3.Posté par noe le 09/09/2016 16:11
Les invendus non contaminés par les mains ; et les postillons , bien sûr !

4.Posté par Veridik le 09/09/2016 16:20 (depuis mobile)
Quand on sait que les dons donnent droits à une réduction d'impôts à hauteur de 60% je pense qu'il s'agit là de l'argument premier....

5.Posté par Kersaucisson de (Pain bouchon) le 09/09/2016 16:40 (depuis mobile)
Ca y est ils paient les salaires maintenant?
http://m.zinfos974.com/Retard-de-salaire-et-menace-de-greve-a-la-boulangerie-Chez-Paul_a80225.html

Baisser les prix pemettraient aussi aux plus ou moins démunis d'acheter du bon pain et des croissants

6.Posté par Fidol Castré le 09/09/2016 18:31
Un grand bravo
Pour ce genre d action l État devrait prévoir un régime fiscal permettant à un opérateur économique qui s engage dans ce type d action de bénéficier une certaine exonération de charges
C ca l égalité reelle


Dans ce cas ce n'est plus du don. C'est le contribuable qui paie...encore.

7.Posté par yabos le 09/09/2016 18:32
Payez mieux vos employés et baisser vos prix . Pour les restes , il n'y en aura plus beaucoup. Tout cela relève d'un coup de pub et non pas pas d'un vrai choix altruiste. J'ai dit.

8.Posté par L''''oiseau du paradis le 09/09/2016 19:03
Voilà une boulangerie qui veut aider celles et ceux qui sont vraiment dans le besoin, et des maloki sur ce forum ne sont pas contents, parce que Paul ne pensent pas à eux en vendant ses produit trop chers. Ils ne peuvent pas se goinfrer comme des porcs.. Vous pensez que les boulangeries vont travailler gratuit pour vous ? C'est vous qui payez les charges et les impôts de Paul ?

9.Posté par Hugues le 09/09/2016 19:19
Bah Voilà! On y arrive au recyclage. En effet post 4, ça fait baisser les impôts.
Etonnant qu'ils n'aient pas demandé à exploiter un peu plus le parking qui n'appartient à personne d'autre qu'à eux, puisque le matin, il est tout à fait impossible de s'y garer et encore moins de circuler avec toutes les voitures en double files.
Un pain à trois euros, en effet, ça fait mal, en espérant ne pas en recevoir un gratuit. fa far mal auffi.

10.Posté par GIRONDIN le 09/09/2016 19:34
Bravo.

En même temps, gros coup de pub et exonération

...... "... Quels avantages du don pour l’entreprise ?
Les dons auprès des associations (ou le mécénat) peuvent offrir plusieurs avantages :
Avantage fiscal : une réduction d’impôt de 60 % du montant du don, quel que soit le régime fiscal (IS ou IR), dans la limite d'un plafond de 5 ‰ du CA annuel. Lorsque cette limite est dépassée, l'excédent peut encore donner lieu à réduction d'impôt pendant les 5 exercices suivants.

Avantage en terme de management : c’est un moyen de faire participer les salariés dans un projet d’entreprise à travers l’aide aux associations. Cette implication commune des salariés peut vous aider à développer une culture d’entreprise.

Avantage commercial : certains considèrent que le mécénat peut faire partie de la stratégie de communication de l'entreprise et donc, à ce titre, avoir un impact sur son développement commercial..... "... Expert-comptable. Fr

11.Posté par Veridik le 09/09/2016 19:42 (depuis mobile)
Le petit tec tec du 8 va pouvoir aller picorer les miettes en tout cas :-)

12.Posté par Albert le 09/09/2016 21:59
Il y en a d'autres qui le font déjà sans signer des conventions et se faire mentionner dans les médias...

13.Posté par Grangaga le 10/09/2016 00:46
Lé bon mèmm'........konm' sa lé zot' va swiv'.......
Mwin té y sarr' razoutt'....... l'odèrr'.....vo mié pa non....y fé tro, nana y konpran pa.

14.Posté par La vérité vraie... le 10/09/2016 08:58
Rien que le fait de communiquer la-dessus montre la recherche d'un intérêt certain. "Regardez ce que je fais, j'aide les pauvres. Donc venez chez moi !" Une forme de Green Washing de l'humanitaire.
Ca ne passe plus, il suffit de lire les commentaires...

15.Posté par L''''oiseau du paradis le 10/09/2016 12:14
@ post 14 :

"Ca ne passe plus, il suffit de lire les commentaires... "

14 commentaires, MDR !!! Moi quand je suis dans l'ouest et que je vais dans cette boulangerie, c'est toujours pleine à craquer. Alors je ne vois pas de quelle recherche d'intérêt vous parlez !!!

Une boulangerie veut aider les plus démunis, et ça vous fait c.. parce vous trouvez que c'est trop cher pour vous. Toujours vouloir tout ramener à vos petites personnes. Pathétique !

16.Posté par pipo le 10/09/2016 13:06
quel vigueur le popaul!

17.Posté par redoutable le 10/09/2016 13:06
Ils faisaient quoi avec les invendus auparavant??
Cette action relève plus d'un geste symbolique que du mécénat .

18.Posté par GIRONDIN le 10/09/2016 18:41
sachant bien évidemment que le photographe passait là par hasard un geste symbolique:
Qui n'est pas réel, qui n'a pas de valeur en soi, mais qui est significatif d'une intention : Un geste symbolique qui ne coûte rien.

Dans mon post 10 je rappele les règles de ce genre d'opération.
L'article ne fait pas mention de la partie fiscale mais rappele bien le côté projet d'entreprise ( que les équipes de Paul Réunion se sont lancées dans ce projet.) et pour le dernier point (..... les collectes pourront elles aussi s’étendre à d’autres points de vente, à l’avenir...... )

Bravo à eux

19.Posté par kld le 11/09/2016 00:03
oui ,bravo à eux .certains , au moins , ont de bonnes intentions , après ...........

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales