Faits-divers

Chauffeur-chauffard alcoolique récidiviste, il s’en contrefout, mais alors là…

Correctionnelle Sud – Mardi 02 février 2016 :


Il s’en balance avec une aisance qui vous donnerait une idée de l’infini, le Didier Gastrin, 44 ans, crâne plus luisant que Barthez. Il comparaissait entre deux gendarmes car déjà détenu pour violences et menaces envers sa mère. Son CV est chargé comme une mule pour quelques bricoles telles que violences avec arme, violences en réunion, violences aggravées, ce qui lui a déjà valu quelques séjours à l’ombre. Bref, un tendre, un sentimental.

Autant dire qu’avec cette ancienneté dans la délinquance, les deux menus soucis qui l’amenaient devant le tribunal aujourd’hui ne le concernaient que modérément.

Le 12 octobre dernier au Tampon, au lieu de profiter peinardement d’une courte période hors les geôles de la République, notre homme s’en va baguenauder en voiture, sans permis, sans assurance mais avec quelques degrés de trop derrière la cravate. Il se met en tête de voir son fils, lequel ne veut pas entendre parler de lui.

Furibard, il s’en prend à la voiture de son beau-frère, voiture qui ne lui avait rien fait mais dont le seul tort était d’être garée près de la sienne. Marche arrière rageuse, calandre emboutie. Procédure.

Vous, moi, bref n’importe qui d’à peu près normal (si ça existe !) se le tiendrait pour dit. Pas Le Didier.

Trois jours plus tard à peine, le 15, sur les coups de 19h30, toujours au Tampon, plus imbibé que « Double-Rhum » (1,65 g par litre d’air expiré, tout de même), il reprend le volant. Et encalbarde un véhicule à l’arrêt.
 
"Ça vous arrive souvent de conduire en état d’ébriété ?" s’enquiert poliment la présidente Tomasini. Réponse vague comme toutes ses autres répliques au demeurant. "Vous aviez bu quoi ?"
 
On comprend qu’il a commencé au rhum charrette depuis le matin "pour faire plaisir à des copains". Ah ! Trois, quatre, il ne se souvient plus trop. Toujours pas de permis ni d’assurance. Cette fois, les gendarmes s’emparent du véhicule qu’il avait "oublié" de leur remettre la première fois.

C’était le premier réquisitoire saint-pierrois du substitut Pierre Bernard, qui n’y est pas allé avec le dos de la cuillère :

"Cet homme a un rapport particulier avec la vérité… Il n’est au courant ne rien, il récidive mais ce n’est pas sa faute et, comme beaucoup, ne respecte pas les règles de sécurité censées assurer l’intégrité de tous. Son casier judiciaire est éloquent".

Et de réclamer 6 mois de prison supplémentaires, avec à la clef 300 + 150 euros d’amendes et la confiscation du véhicule. Réquisitoire suivi à la lettre par le tribunal.
Quand on demande son avis au prévenu…

"J’avais dit aux gendarmes de faire ce qu’ils voulaient de la voiture quand ils ont voulu me rendre les clefs". Si on pensait le chagriner avec ces broutilles, un mec chevronné comme lui !
Mardi 2 Février 2016 - 12:48
Jules Bénard
Lu 2537 fois




1.Posté par L'Ardéchoise le 02/02/2016 14:32
Au milieu de plein d'âneries, plaisir sans cesse renouvelé de lire Jules et sa prose.
Jules qui serait noe selon un posteur qui doit avoir un problème avec notre si riche langue................
J'en ris encore !

2.Posté par Pamphlétaire le 02/02/2016 15:24
Il a un bon ratio de méfaits et poursuites judiciaires...Il devrait être inscrit au livre des records pour toutes les procédures judiciaires qu'il a engendrées en tant qu'auteur.

3.Posté par Simandèf le 02/02/2016 15:41
Ici à la Réunion, le schéma est le même depuis plus de 350 ans.

4.Posté par JANUS le 02/02/2016 16:25
Qui se souvient encore de "Double-Rhum" et du Capitaine "Miki" ...

5.Posté par polo974 le 02/02/2016 17:08
Ahhh, le rhum, la canne, "notre kiltir..."

Pitoyable.

6.Posté par Jules Bénard le 02/02/2016 17:25
à JANUS : bravo pour la mémoire ! et pour une culture "Buck John" que je partage avec plaisir.

à Pamphlétaire : t'es jaloux ou quoi, pauv' ... ?

7.Posté par Pamphlétaire le 02/02/2016 18:08
4.Posté par JANUS
Il manque le docteur Saignée de mémoire...

8.Posté par Oscar DUDULE le 02/02/2016 20:39
A JANUS post 4
Exact Miki, Docteur saignée, double rhum. leur principal ennemi était : " Magic face". il avait l'art de se déguiser en n'importe qui.
A la m^me époque il y avait une autre série avec Blek Le roc comme héros principal avec Roddy et le professeur Occulti. Les épisodes se passaient durant la guerre d'indépendance ed l'Amérique.

9.Posté par patrick le 02/02/2016 22:24
Un mad dog.
Personne ne peut plus rien pour lui.
Les condamnations ne font que l'enfermer dans sa psychose.
Il faut l'euthanasier, on lui rendrait service ( et à la société par ricochet).

10.Posté par Fichtre ! le 03/02/2016 07:50 (depuis mobile)
La très prestigieuse société charrette devrait lui fournir un bon travail et le payer en nature...

11.Posté par Jules Bénard le 03/02/2016 08:38
à Posté 8 Oscar Dudule :

Bien avant eux, il y eut Buck John, Kit Carson, Tex Tone, Jim Ouragan, Bob Tempest, Oliver, Red Canyon...
Nos vieux instituteurs de La Rivière ne nous les interdisaient pas, bien au contraire, car ces publications de la série "Mon Journal" étaient écrites en bon français. C'était toujours ça de pris.
Ah oui ! Il y avait aussi Biribu, Cassidy (un shérif à qui les dessinateurs avaient donné le faciès d'Alan Ladd)...
Comme quoi on peut aimer les BD en adorant Victor Hugo. Bien cordialement...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales