Social

Chaque Dom pourrait demander la réglementation des prix d’une liste illimitée de produits

La Commission des lois du Sénat a renforcé l’article ajouté au projet de loi sur le développement économique pour l’Outremer, par la Commission des finances. Cet amendement reprend l’esprit d’une proposition de loi déposée récemment par Jean-Paul Virapoullé.


Chaque Dom pourrait demander la réglementation des prix d’une liste illimitée de produits
Le sénateur réunionnais a défendu son article lors de son intervention du lundi 10 mars en tant que rapporteur pour avis de la Commission des lois. “La commission des lois a donné un avis favorable à l’intégration de cet article à la Lodéom parce que ce projet marque un tournant. La partie que nous jouons ne tend pas à résoudre des difficultés sporadiques, même graves. Nous visons le gagnant-gagnant”, a déclaré Jean-Paul Virapoullé.
Puis, le parlementaire s’est exprimé en son nom personnel. “Il faut tirer les leçons de la crise aux Antilles. Là, plus qu'à la Réunion, les questions liées à  l'histoire du peuplement n'ont pas été résolues, assimilées, acceptées. L'esclavage a été reconnu comme un crime contre l'humanité en métropole, mais on chercherait en vain en outre-mer un mémorial qui lui soit consacré, une volonté de dépasser les sentiments de victimisation”.  
L’ancien député-maire de Saint-André est également revenu sur “la nécessité de décoloniser l’économie de l’Outre-mer. Ainsi, à la Réunion, trois centrales d'achat détiennent 80 % des parts de marché. J'espère que Leclerc, arrivé récemment, ne succombera pas aux ententes illicites et se comportera plus en rival qu'en requin”.
C’est pour répondre à tous ces héritages d’un passé colonial toujours présent que Jean-Paul Virapoullé se félicite que “le Sénat a décidé de marquer un coup d’arrêt à cette dérive d’appropriation du travail du plus grand nombre au profit de quelques uns”.
“Ainsi, mon amendement adopté par la Commissions des finances qui prévoyait de réglementer les prix dans les DOM pour 100 produits de première nécessité, a été amélioré par le Sénat, puisque désormais chaque département ou collectivité pourra faire des propositions de réglementation de prix pour des produits ou des familles de produits adaptés à leurs besoins et à leurs particularités. Le nombre de ces produits, 100 au départ, est désormais illimité”, a conclu Jean-Paul Virapoullé, sénateur de La Réunion.

Jeudi 12 Mars 2009 - 12:00
Jismy Ramoudou
Lu 986 fois




1.Posté par fonker le 12/03/2009 12:45
L'Etat paye le voyage de ses fonctionnaires et leur indexation, faudrait qu'il paye aussi le transport des produits et l'octroi de mer et tout sera réglé... logique !

2.Posté par etjosedire le 12/03/2009 13:02
Toujours aussi démago. Voilà un qui s’imagine sortir La Réunion de l’Europe. Cette dernière a posé comme principe de base « La Liberté de Prix et la Libre circulation des personnes et des Biens ». Je me demande comment concilier l’ordonnance du 1° décembre 1986 sur la liberté des prix et de la concurrence avec la proposition du démago en chef qui avait promis à lépoque un taux de chômage à zéro si les réunionnais acceptaient une augmentation de un point de la TVA . Nous sommes passés de 7,50 % à 8,50 % de TVA grâce à lui (merci pour le pouvoir d’achat). A ma connaissance il y a encore des chômeurs à la Réunion. La CSG et le cortège qui va avec, c’est grâce à lui et à son copain TAK que nous les payons. Est ce que la sécu est bénéficiaire ? NON. Dans le domaine du médicament il avait dit qu’en faisant baisser leurs prix, le pouvoir d’achat du réunionnais allait augmenter. Pourquoi des gens descendent-ils encore dans la rue aujourd’hui ? Faudrait que quelqu’un lui dise que depuis la baisse du médicament, un ami du milieu pharmacien m’a annoncé une perte de 80 emplois et bientôt rien que dans Saint Pierre une agence va fermer : 45 emplois supprimés. Voilà notre faiseur d’avenir. Pauvre Réunion. Pourquoi se préoccupe t’il des comportements des antillais alors qu’il devrait commencer par balayer devant sa porte. Pourquoi pas une statue de VIRA comme symbole de la revanche de l’esclave qui trahit et maltraite son électorat ? Tout le monde n’est pas OBAMA !

3.Posté par andremctp le 12/03/2009 13:02
Je n'ai aucune action chez Leclerc, mais ce que j'ai remarqué ce matin en allant faire les courses à St André, c'est que les prix des produits Leclerc étaient à peu près identiques à ceux de métropole.
Il est vrai que Leclerc a pour l'instant ses propres approvisionnements et qu'il continuera, j'espère, à la faire.
L'une des solutions à la cherté des prix à La Réunion est sûrement le fait des centrales de distribution au nombre trop limité. J'ai même entendu que certains hypermarché de même marque ici avaient des centrales de distribution différentes.
Il faut donc casser le quasi-monopole de certains pour faire baisser les prix des denrées de première nécessité.
Je ne veux pas trop étendre mon article, mais je pense qu'engager ici une réflexion sur les circuits de distribution pourrait amener certains à baisser leurs charges tout en payant au juste prix les producteurs locaux, car ce que peut faire Leclerc à la Réunion peut être fait par les autres.
Bien sûr il existe aussi le risque que pour l'instant Leclerc cherche à attirer les clients par une politique de bas prix, mais il est du rôle des consommateurs de suivre l'évolution des prix en dénonçant les dérives éventuelles.

4.Posté par Trouillomètre au maximum le 12/03/2009 14:56
Même les plus pauvres achètent-ils seulement des produits de première nécessité ?
Non !!!
Je suis toujours très surpris de voir des bien plus pauvres que moi ne jamais regarder les prix au kg sur les étiquettes et se précipiter par exemple sur les briques de lait les plus chères alors qu'elles sont strictement identiques ou avec des différences indécelables.

Concrètement, que se passera t-il ?
Les commerçants se rattraperont sur les "deuxièmes nécessités" dont les prix seront fortement augmentés.
Le couillon de consommateur retrouvera la même facture arrivé à la caisse pour peu qu'il aura confondu le paquet de pâtes Lustucru avec le paquet de pâtes Luxtucru.

Pendant ce temps, rien mais rien de rien n'est fait pour apporter une meilleure concurrence et casser les monopoles ...
Comment peut-on espérer voir des politiciens casser des monopoles alors que eux mêmes sont des fervents adeptes du monopole et des oligopoles ? Tenez, par exemple Virapoisson serait-il prêt à accepter dans son petit cercle de pêcheur de légines un autre larron ?

5.Posté par Laurent le 12/03/2009 15:45
Enfin un outil législatif qui permettra de réglementer certains prix, seule manière de réduire durablement le coût de la vie dans un environnement insulaire.

Cette mesure qui ne coûtera rien au contribuable permettra au consommateur d'augmenter son pouvoir d'achat.

A et josedire. Juridiquement l'amendement tient. Il renforce une disposition du code de commerce qui autorise la réglementation des prix du carburants. Par ailleurs, n'oublions que la Réunion bénéficie grâce à JPV (et à d'autres) du statut de RUP qui permet d'obtenir des régimes dérogatoires.

Bravo M. le Sénateur

6.Posté par nicolas de launay de la perriere le 13/03/2009 01:20
quoi ? la Réunion peut bénéficier de régimes dérogatoires ..grâce à JPV.. le chantre du coup' pa nou.. celui qui a ancré la Réunion dans le droit commun...? belle pirouette non ? c'est quoi au final le droit commun, si l'on déroge pour tenir compte de la spécificité locale..? une notion vague...?

7.Posté par bibi le 13/03/2009 07:31
Par principe, je suis contre la fixation des prix de ventes par l'Etat ou tout autre collectivité.
Comme le précise "etjosedire" ( le 12/03/2009 13:02), cela va à l'encontre de l'ordonnance sur la liberté des prix et, pour aller plus loin, cela va à l'encotnre dela liberté du commerce.

Ceci dit, quand on retrouve des produits estampillés Carrefour dans les rayons des supermarchés Champion alors qu'ils sont sensés être concurrents, on ne peut que se poser des questions non seulement sur l'approvisionnement mais aussi sur une possibilité d'une entente anticoncurrentielle.

Une association de consommateur a-t'elle déposé une plainte à la DGCCRF pour entente sur les prix?

Pour en revenir à Leclerc, comme vous j'ai quelques espoirs.
Toutefois, un premier tour dans le Leclerc près de chez moi me montre certes des prix plus bas sur quelques produits mais aussi des prix identiques qu'au Jumbo du Port sur pas mal d'autres...
La concurrence n'est pas encore là !

Le soucis des centrales d'achat à La Réunion tient d'abord au fait qu'elles ne sont que 3 à détenir 80% du marché mais encore qu'elles appartiennent aux mêmes propriétaires que les grandes surfaces.
Quand on sait que certains détiennent en plus l'entreprise de transport que déssert les centrales et les grandes surfaces: on dit "Bravo les gars, vous avez tout vérouillé".

8.Posté par Laurent le 13/03/2009 10:36
Bonjour Nicolas,
je ne sais pas bien quel âge tu as mais je t'invite à revoir l'histoire institutionnelle de la Réunion.

L'article 292-2 du traité d'amsterdam fut introduit par JPV, qui à la tête d'une délégation d'élus de l'outre-mer, a convaincu François Mitterrand d'introduire la notion de RUP dans le droit communautaire. (a l'époque il s'agissait du traité de Maastricht).

Je pourrai t'en dire davantage si tu le souhaites. Je crois qu'il est important que tu comprennes bien l'histoire institutionnelle de ton pays.

Bien à toi

Laurent

9.Posté par Tamarin des Hauts le 13/03/2009 12:37
Il paraitrait, à en croire certains avis autorisés que la concurrence pourrait répondre à un mal récurrent de la société réunionnaise, en l'occurrence la cherté de la vie. J'en prends acte. Néanmoins, avec le mauvais esprit qui me caractérise, je répondrai: quelle concurrence? La vraie concurrence, qui amène tel acteur à proposer un meilleur rapport qualité-prix que son voisin qui oeuvre dans le même secteur que lui? Je signe des deux mains. Ou la vraie-fausse concurrence qui consiste à changer l'emballage, mais à conserver le même produit, pour mieux embobiner le con-sommateur? S'il faudrait une véritable étude sur la question, commençons par le commencement, et chaque con-sommateur peut apporter sa pierre à l'édifice. Par exemple, que chacun examine de manière attentive les prospectus dont sa boîte aux lettres est régulièrement gorgée. Qu'il s'agisse de produit alimentaires, ou du bricolage, pour prendre deux exemples précis, les surprises sont au rendez-vous. Comment peut-on parler de concurrence lorsque l'on sait que trois centrales d'achat se partagent le marché de la grande distribution? Il a bon dos l'argument selon lequel la Réunion ne serait qu'un marché restreint avec ses quelques petites centaines de milliers de con-sommateurs! Un exemple parmi d'autres sur vos chers prospectus: les différentes enseignes de bricolage, comme dans l'alimentaire, jonglent avec les étiquettes et les produits. En y regardant de plus près, l'on s'aperçoit que lorsqu'une "promotion" est proposée sur telle appareil électro-portatif (perceuse, ponceuse, scie, visseuse etc) par telle enseigne, le même produit peut être proposé lors de la promotion suivante...par une enseigne "concurrente". En gros, je "promotionne" tel produit ce mois-ci et tu "promotionne" le même produit le mois prochain. On n'est pas loin de l'entente illicite!
Et puis, quelle concurrence, quand la même centrale d'achat alimente trois, quatre, voire cinq enseignes différentes qui appartiennent au même groupe?
Autre exemple: la téléphonie mobile. SFR fut le premier opérateur dans l'île. A l'époque, il ne pouvait y en avoir d'autre, que voulez-vous: le marché est restreint mon bon monsieur! Tellement restreint que deux autres opérateurs s'y sont installés et, aux dernières nouvelles, font partie des entreprises florissantes ne connaissant pas la crise!
C'est en s'intéressant à ce qui se passe autour de soi, en essayant de comprendre comment ça marche que l'on mettra le doigt sur les contradictions...et les rentes de situation. Autrement, on se retrouve dans la situation de l'automobiliste qui tombe en panne à cause d'une petite pièce défaillante d'une v aleur de quelques euros auquel un mécanicien sans vergogne proposera une réparation de quelques milliers d'euros, en profitant de l'ignorance de l'automobiliste.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales