Politique

Chambre Régionale des Comptes : Le Conseil général a versé de 2004 à 2008, 1,922 milliard d'€ d'allocations sociales

Le rapport d'observations définitives de la Chambre régionale des comptes de La Réunion (CRC), concernant le RMI et la gestion qui en est fait par le Département, est à l'ordre du jour de l'assemblée plénière ce matin. L'examen porte sur les exercices 2005 et suivants. Voici des extraits du rapport.


Chambre Régionale des Comptes : Le Conseil général a versé de 2004 à 2008, 1,922 milliard d'€ d'allocations sociales
“A l'issue de son contrôle, la Chambre a souhaité mettre en évidence cinq aspects principaux”. Le premier point est “l'enjeu social et financier majeur” du RMI pour La Réunion.

“En 2007, les allocataires du RMI à La Réunion, représentaient 6 % de la masse nationale, et près de la moitié des effectifs des départements d'Outre-mer. En 2008, 66.828 personnes étaient rmistes. En prenant compte de l'ensemble des bénéficiaires et de leur ayant-droit, 20 % de la population réunionnaise, par rapport à 3,6 % dans l'ensemble de la France”.

"Les dépenses d'insertion constituent le premier poste de dépenses de fonctionnement du Département : 497 millions d'euros en 2008, soit 46,31 % des dépenses réelles de fonctionnement”.

"Sur l'ensemble de la période 2004 - 2008, le Département a versé 1,922 milliard d'euros d'allocations (RMI, revenu de solidarité et prime forfaitaire) tandis que les recettes totales de compensation par l'Etat, se montent à 1,749 milliard d'euros. L'écart est de 140 millions d'euros à la charge du Conseil général".
Mercredi 23 Juin 2010 - 09:31
Jismy Ramoudou
Lu 1406 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 23/06/2010 09:56
cet écart doit il ou non être compensé?

2.Posté par hurracan le 24/06/2010 19:51
L'état s"était engagé à compenser les dépenses du rmi à l'euro près, belle déclaration de principe, sauf que le texte fondateur dans toute sa subtilité fixait cette compensation sur la base des effectifs érémistes de 2003.
L'augmentation des effectifs du rmi s'est bien évidemment traduite par des dépenses réelles supérieures aux dépenses compensées, années après années et à la charge exclusive du Conseil Général.
La fronde de certains départements a été virulente, mais désorganisée, l'état n'est jamais revenu sur cette position. Il est à noter que des contentieux indemnitaires viennent d'être ouverts par certains département sur cette compensation inexacte de l'action sociale.
En Guadeloupe ou je vis, c'est bien pire que chez vous, sans récation notable du conseil général ou ne vit aucune opposition politique.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales