Faits-divers

"Cet homme, c’est Obélix. Il est tombé dans la boisson depuis tout petit"


Ousseni Abdallah, né en 1981 à Dzaoudzi, Mayotte, petit, effacé (en apparence), s’inquiète auprès de son avocat, Me Normane Omarjee, en désignant le banc de la presse, bien fourni : « Ils sont là pour moi ? »
« Non ! Pour moi », rétorque le ténor sudiste.

A peine de quoi rassurer le délinquant qui croyait détenir une manière de record, ce en quoi il se trompe lourdement. Le record mondial d’alcoolémie, enregistré au Guiness book of records, revient à un Polonais gaulé avec 14 grammes !!! Comment dit-on déjà, « saoul comme un… » ?

Le 5 juin dernier au Tampon, à 9h40 (du matin bien sûr), les gendarmes avisent une voiture sagement garée sur le parking d’une grande surface. Endormi au volant, rond comme une queue de pelle, notre ami Ousseni. Qui prétendra plus tard, et c’est sans doute vrai, qu’il a jugé plus sage de se ranger et cuver son mal-être. Il n’a commis qu’une erreur, de taille : que la voiture soit en marche ou à l’arrêt moteur éteint, quand on est saoul, on est saoul… au volant. L’infraction est on ne peut plus caractérisée.

Mais comment en est-il arrivé là ?

« Juste quelques petites bières ! »

C’est pas faute d’avoir essayé : la présidente Corinne Peinaud aura toutes les peines du monde à recadrer ce prévenu qui ne répond qu’à côté de sa plaque.

Déjà pour lui faire admettre sa qualité de récidiviste. Oui, il reconnaît s’être fait taxer pour des faits analogues au tribunal de Mamoudzou en 2010. Mais pas à Clermont-Ferrand en 2012 : « Je n’y étais pas à ce moment qu’ils disent, là ! »

« Ils »… comprendre les forces de l’ordre, de justice, les relevés du tribunal de Clermont et son casier judiciaire.

Incompréhension aussi quant à ce qu’il a ingurgité. Lui n’avoue que « quelques bières la veille et quelques petites bières le matin où il a été victime d’une brimade des gendarmes alors qu’il roupillait paisiblement à son volant ». Non mais !

La présidente Peinaud, qui ne laisse rien au hasard, pose la question muette émanant de l’assistance : « Mais comment donc avez-vous pensé à prendre le volant avec tout ça dans votre corps ? »

« J’ai jamais été condamné à Clermont », répond logiquement le prévenu.

Tout le reste est de la même farine et la Présidente, décidément bonne pâte ce matin, n’a levé qu’un sourcil condescendant devant les ricanements émanant d’un peu partout.

Morceaux choisis

« Je conduisais et j’ai eu un malaise. Je me suis arrêté et quelqu’un a appelé les pompiers qui, je ne sais pourquoi, ont appelé les gendarmes… » Sont-ils mutins, ces pompiers, tout de même !

« Mais vous n’êtes pas arrivé là tout seul ? – Ben… oui, j’ai un problème, j’aime trop l’alcool… - Vous aviez bu quoi ? – Quelques bières… - Vous êtes en train de me dire que vous avez bu un petit peu la veille et recommencé le matin ? – 2/3 bières la veille et 3/4 le matin »
Trois plus quatre, ça fait sept. On n’atteint quand même pas 6,19 gr avec 7 bières mais sur ce point philosophique très existentiel, on n’en saura jamais plus.

Le substitut Saunier, toujours incisif, s’est dit « réjoui qu’il n’y ait pas eu de blessés dans cette affaire » en précisant « qu’il faut du temps et de la consommation pour atteindre un tel taux ! Il faut 2 jours pour éliminer cet alcool ». Et de réclamer 6 mois de prison dont 3 avec sursis.

Me Omarjee, jamais démonté devant une adversité incontournable, a donné le meilleur de lui-même :
« Cet homme, c’est Obélix. Il est tombé dans la boisson depuis tout petit. Il y a même un gendarme qui a affirmé qu’en 32 ans de carrière, il n’avait jamais vu ça ! »

Il y a de quoi : convoqué quelques jours après dé/saoûlaison pour sa déposition, Ousséni s’est présenté à la gendarmerie avec 1,20 gr ! Ce que d’aucuns nomment une innocente inconscience.

Me Omarjee a apporté une savoureuse précision au réquisitoire du substitut : « Il ne faut pas 48 heures…mais 60 pour que l’organisme évacue tout ça ! » Et, citant moult jugements et jurisprudences, le jeune avocat a sollicité la relaxe pure et simple.
La Cour ne l’a pas suivi : ça sera 6 mois, dont 3 avec sursis. Mais comme le sursis antérieur est révoqué aussi sec, Ousséni passera quand même 6 mois au gnouf. Plus interdiction de fréquenter les débits de boisson, obligation de soins, annulation de son permis avec interdiction de le repasser avant un an.

Pas cher payé, lui qui pensait en prendre pour 1 an ferme !
 
Jeudi 13 Août 2015 - 16:06
Jules Bénard
Lu 2592 fois




1.Posté par noe le 13/08/2015 16:40
Obélix n'aime que la potion magique dont il est tombé dedans dès bébé à sa naissance ... quelques minutes a dit sa mère adorée !

2.Posté par mazenbron le 13/08/2015 22:23
Pour lui,l'alcool était son Idèfix .

3.Posté par lambat le 13/08/2015 23:54
post2 : totoche ou la bien trouvé ! haha

4.Posté par En Gaule, tout finit par un banquet! le 14/08/2015 07:26
Est-ce qu'il conduisait sans assurancetourix?

5.Posté par Jules Bénard le 14/08/2015 10:55
aux postés 1, 2, 3 et 4 : n'oubliez pas les lauriers de César dans la marmite sangliers ! Au risque de semer la zizanie ou de creuser un grand fossé chez vos convives ! Ouaf ! Je vois que mes commentateurs connaissent leurs classiques.

6.Posté par Interlude le 14/08/2015 14:14
Par toutatis !... encore un disciple de Bacchus !

7.Posté par béhachelle le 14/08/2015 17:50
" Il n’a commis qu’une erreur, de taille : que la voiture soit en marche ou à l’arrêt moteur éteint"
la po compris....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales