Municipales 2014

Céline Lucilly: "La campagne est beaucoup plus calme aujourd'hui"

Tous les jeudis, jusqu'aux élections municipales de mars 2014, la rédaction de Zinfos974 vous propose de voyager dans les méandres d'anciennes municipales, de vous replonger dans les campagnes électorales d'antan et de revivre quelques anecdotes grâce aux interviews d'ancien élus ou maires de la politique réunionnaise.


Céline Lucilly: "La campagne est beaucoup plus calme aujourd'hui"
Notre rubrique "Hier en campagne" s'arrête aujourd'hui sur Céline Lucilly. Présidente de l'UDAF jusqu'en 2012, Céline Lucilly a été conseillère municipale au Tampon pendant près de 20 ans. Aujourd'hui, elle revient pour nous sur son passé d'élue, les campagnes électorales difficiles au Tampon, mais également sur sa vision de la politique en 2014.

Zinfos974: Racontez-nous votre parcours professionnel.

Céline Lucilly : J'ai d'abord été enseignante dans un collège (celui de Terrain Fleury) puis représente du syndicat SNC lorsque j'étais au conseil d'administration. Parallèlement je siégeais au sein d'association catholique. Nous habitions avec mon mari au village du 14e, au Tampon. Lorsque en 1989 Firinga (le cyclone ndlr) a frappé la Réunion, le village du 14e a été défiguré. C'est à cette époque, alors que j'étais sur le terrain pour aider les gens, que TAK (André Thien Ah-Koon ndlr) m'a abordé. Il a insisté pour que je le rejoigne. J'ai refusé dans un premier temps avant d'accepter. J'ai été adjointe pour le quartier de Pont d'Yves. Pendant un an tout s'est très bien passé, j'ai été bien acceptée par la population.

En 1992, le sous-préfet travaille à la mise en place de la mission locale Sud et souhaite que j'en prenne la présidence. Mais de son côté TAK le voit d'un mauvais oeil. Il me voit uniquement présidente déléguée. Le sous-préfet n'accepte pas. Le vote a lieu et je suis élue présidente de la mission.

Après, les relations ont été tumultueuses. Je me suis présentée par la suite aux élections cantonales de 1994 sous mon propre nom (Céline Lucilly réalisera près de 20% de voix ndlr). Puis je me représente aux municipales en 1995. Je suis restée conseillère municipale d'opposition jusqu'en 2006.

A cette époque, la campagne électorale était-elle différente à vos yeux ?

C'était très difficile, il y avait des menaces, des nervis dans tous les coins. Il y avait un sentiment de peur sur le Tampon. Quand je me suis présentée, nous étions mal vue et il y a eu plusieurs incidents graves pendant la campagne.

Céline Lucilly: "La campagne est beaucoup plus calme aujourd'hui"
Vous parlez "d'incidents" durant la campagne, il y en a un qui vous a marqué particulièrement ?

Pendant les municipales de 95, mes affiches avaient été malmenées. J'ai demandé au maire (TAK ndlr) de nous recevoir pour que les employés communaux soient responsables du collage des affiches. Comme ça il n'y aurait plus de problème à mes yeux. C'était un 23 mars, nous avions rendez-vous. Mais devant la mairie il y avait plus de 400 personnes, fortement alcoolisées et droguées. A notre arrivée, on m'a protégé et mis dans les toilettes d'un restaurant pendant près de trois heures. Il y a eu des menaces de mort, des bagarres entre colistiers et plusieurs personnes hospitalisées. Il a fallu qu'un représentant de la Préfecture vienne pour me faire sortir de là.

Comment est-ce que vous trouvez la campagne électorale aujourd'hui ?

Heureusement que la campagne électorale n'est pas redevenue comme avant, les gens sont honnêtes et moins malveillants. On ne s'insulte plus. On a mis au coeur des débats la gestion de la cité. Cette question est l'affaire de toute la population. La campagne est beaucoup plus calme aujourd'hui.

Vous voyez-vous revenir en politique un jour ?

Je suis bien là où je suis pour défendre les droits de la famille. En tant qu'ancienne présidente de l'UDAF (Union départementale des associations familiales), et aujourd'hui administrative, je n'ai aucune envie de la quitter. Nous avons notre place dans toutes les institutions et je ne peux pas m'afficher en tant que candidate. Même si l'on m'a demandé de revenir sur une liste au Tampon. J'ai donné pendant 20 ans de combat sur le Tampon. Je suis allée partout mais aujourd'hui je suis sage.
Jeudi 20 Mars 2014 - 12:07
Lu 750 fois




1.Posté par Eric le 20/03/2014 11:12
TAK n'a vraiment pas changé toujours des méthodes violentes !

2.Posté par Le Corbeau le 20/03/2014 14:42
Il semble que les élections à 2 tours, c'est une savante manipulation des électeurs.
En effet, le 2° tour permet toute sorte de manipulation des électeurs qui fausse tout.
A quand des élections à un seul tour ???

3.Posté par Karine le 20/03/2014 15:26
Quand les Tamponnais comprendront que TAK agit comme en Chine Communiste: dictature, pression, voilence, harcèlement. Ils auront tout compris.Nous devons dire stop au retour du climat d'insécurité au Tampon et au climat de peur. Si vous ne voulez plus que cela revienne, il faut faire front à TAK.

4.Posté par bernadette le 20/03/2014 17:14
"Aujourd'hui, je suis devenue sage" .... ah la revoilà celle-là ! toujours à foutre la zizanie là où il n'y en a pas. Mme Lucilly a toujours été une arrogante. Pourquoi ne pas raconter la vérité et dire que vous vouliez devenir conseillère générale et conseillère régionale. La population ne voulant pas de vous, le conseil municipal du Tampon a désigné d'autres personnes. Rappelez-vous Mme Luclilly, c'est bien depuis ça que vous êtes d' une violence inouïe envers TAK et que vous cherchez encore et toujours les moindres occasions pour le dénigrer. A 3 jours des élections, c'est bien l'occasion rêvée pour cracher encore votre venin... Vous ! vous avez refusé d'être sur une liste ? Peine à croire... En tant que Présidente de l'Union Départementale des Associations Familiales prenez un peu de hauteur et montrez vous digne de défendre les familles. Mme Lucilly, savez -vous qu'il y a eu hier des échauffourées entre "un ti shir Vlody" et les "ti shirt Bassire" devant la permanence de cette même dame ? Si vous étiez au courant vous l'auriez sûrement dénoncées.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales