Faits-divers

Catamaran volé : Les malfaiteurs auraient pris la route du Sud malgache


Photo d'illustration
Photo d'illustration
On est toujours sans nouvelles du Catleya, ce catamaran de 14 mètres par 7 mètres, volé samedi dernier au port de la Pointe des Galets. Deux marins sud-africains sont soupçonnés d'avoir dérobé le voilier. Pour tenter de retrouver son catamaran, le propriétaire a fait appel à Réunion Fly Services (RFS), une société spécialisée dans les vols de recherches, de surveillance et d'observations aériennes.

Comme nous explique le co-gérant de RFS, Mathieu Vargas, un bimoteur de sa société, d'une autonomie de 1.000 nautiques (de quoi rallier facilement Mayotte), a effectué lundi un vol de cinq heures pour tenter de localiser le Catleya. "Le propriétaire nous a appelé pour effectuer des recherches dans un rectangle compris entre Saint-Denis, l'île malgache de Sainte Marie, Tamatave et Pierrefonds. Toute la zone a été ratissée au peigne fin, mais aucune trace du catamaran", indique-t-il.

Pourtant, comme nous l'affirme Mathieu Vargas, le Catleya ne disposait que 90 nautiques de carburant selon les informations qu'il a pu obtenir du propriétaire. "Les malfaiteurs n'avaient plus assez d'essence pour continuer leur périple et ont dû continuer à la voile", poursuit-il, non pas du côté de l'île Sainte-Marie, comme le pensait dans un premier temps le propriétaire du voilier, mais plus vers le Sud malgache, vers Fort-Dauphin.

Si tel est le cas, il n'y aurait quasiment plus d'espoir de revoir le Catelya estime le co-gérant de RFS. "Sur le territoire malgache, tout est facile, même cacher un catamaran d'une dizaine de mètres. Néanmoins, un catamaran de cette taille est visible et si les affaires maritimes malgaches jouent le jeu, ils devraient renvoyer l'information aux autorités françaises", indique Mathieu Vargas, qui ajoute que son entreprise n'a pas été appelée depuis mardi pour d'autres recherches.

D'ici là, son entreprise continuera à former des pilotes privés et professionnels et à proposer la location d'avion pour la réalisation de vols privés dans les Mascareignes. "On souhaite ouvrir notre société à d'autres perspectives privées ou publiques", conclut-il.
Mercredi 19 Août 2015 - 17:52
.
Lu 3112 fois




1.Posté par Ca c''''est bon! le 19/08/2015 21:20
Je ne connaissais pas, mais belle initiative, et super service!
Dommage que le bateau se soit volatilisé.
La région devrait soutenir ces entrepreuneurs, dynamiques et réactifs qui permettent d'offrir des solutions de secours plutôt que d'engloutir des milions dans des pseudo rénovation d'aéroports.
L'ile manque cruellement d'offre touristique aérienne, de vols comme on peut trouver aux antilles ou en nouvelle Calédonie pour aller visiter les iles soeur!
Pourquoi ne pas surveiller également les zones de pêche en soutien des bateaux, faire de la prévention de feux de foret, des évacuations sanitaires etc...? Désenclavons notre ile!
Bravo et longue vie à RFS.

2.Posté par pipo le 20/08/2015 07:45
je crois que les gars vont le rebaptiser "le manuréva" juste pour rire!

3.Posté par Peter le 14/10/2015 00:17
they have been arrested according to this:

http://www.midi-madagasikara.mg/faits-divers/2015/08/31/antsiranana-halatra-sambo-afrikana-tatsimo-mianaka-voasambotra/

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales