Société

Carrière de Piton Defaud: "L'étude d'impact va dans notre sens"


Le gisement se situe sur 427.000 m2 de parcelles agricoles (canne, palmistes, maraîchage)
Le gisement se situe sur 427.000 m2 de parcelles agricoles (canne, palmistes, maraîchage)
Alors que les conclusions de l'enquête publique devraient être rendues dans quelques jours, les riverains et professionnels du quartier Piton Defaud à Saint-Paul continuent de trouver des raisons de croire en l'abandon de l'exploitation du gisement de 6,091 millions de m3 de remblais et d'alluvions.

Hormis le soutien appuyé du maire Joseph Sinimalé le week-end dernier, ils mettent aussi leurs espoirs dans les documents officiels fournis lors de l'enquête publique.

Leur pièce maîtresse : l'étude d'impact du projet de carrière présenté par la société Holcim. Jean-Paul Pineau, le directeur territorial de l'Alefpa*, ne manque pas de l'évoquer dès que l'occasion se présente. "Ce document va dans notre sens. Holcim nous donne tous les arguments nécessaires contre son propre projet", apprécie le directeur dont l'un des établissements jouxte le site d'extraction.

Le document liste l'ensemble des établissements dits "sensibles" recevant du public et qui se situent dans un rayon à portée des nuisances.

A 530 mètres à l'est se trouve le lycée technique agricole. A 360 m au sud-sud-ouest, le centre hospitalier psychiatrique, mais aussi "notre centre d'aide par le travail qui comporte un verger", ajoute le responsable de l'ALEFPA.

Piton Defaud et le Grand Pourpier ne sont pas les deux seuls quartiers concernés
Piton Defaud et le Grand Pourpier ne sont pas les deux seuls quartiers concernés
Et puisque l'ouverture de cette carrière est programmée pour durer 15 ans, le directeur y intègre déjà le futur pôle sanitaire ouest, dont les travaux doivent commencer en fin d'année. Résultat de ces chantiers gigantesques dans la zone, c'est "un balai de camions qui attend l'ensemble des professionnels et des riverains" sur la route départementale CD2.

L'Urcoopa, une nuisance intégrée dans le décor

Un peu plus éloignés mais tout aussi impactés par les vents dominants, le plateau sportif de la Rivière des Galets et le stade Mandela sont également listés dans le document d'impact environnemental. Sur Piton Defaud même, les habitations concernées par les nuisances sont localisées jusqu'à un pourtour de 360 mètres. L'habitation la plus proche de la carrière est quant à elle située à 30 mètres seulement à l'est du site. Il s'agit d'une exploitation agricole.

L'étude d'impact a le mérite de soulever la réalité d'une nuisance qui fait désormais partie du décor. Il s'agit des installations de production d'aliments de la société Urcoopa, de l'autre côté de la quatre voies. L'étude d'impact parle "d'effets cumulés" des polluants si la carrière devenait réalité. L'étude met le doigt sur "des poussières émises d'une part par l'unité de concassage et les opérations de dépotage de matériaux de la société Holcim et les poussières émises d'autre part par les stockages de matières premières et de produits finis de l'usine de production d'aliments pour bétail".

Le projet de carrière, relate le document, s'inscrit donc "dans un environnement déjà impacté par les émissions de poussières et de gaz à effet de serre" avant de promettre que "des mesures seront prises pour en limiter les effets cumulés". Les riverains comptent bien ne pas en arriver jusque-là.

*l'Association laïque pour l'éducation, la formation, la prévention et l'autonomie
Mardi 8 Juillet 2014 - 11:53
LG
Lu 1216 fois




1.Posté par Harry le 08/07/2014 14:35
Foutaise !

Pensez aux usagers de la route qui doivent être plus en sécurité.
Il faut voir loin, pensez à nos enfants !

Arrêtez d'être égoïste et prendre un ridicule argument comme la poussière pour contrecarrer la NRL.

2.Posté par noe le 08/07/2014 15:16
La NRL est vitale pour le développement de notre île ...
Ceux qui sont contre sa construction doivent faire "pénitence" car ils entrent dans la liberté des autres avec leurs arguments (...) ...
Quelques égoïstes ne changeront rien du tout ... Il est vrai qu'il vaut mieux extraire la roche dans le Grand Brûlé ou sur le Piton des Neiges !

3.Posté par pipoteur le 08/07/2014 17:04
des égoistes qui devront subir les délires mégalomaniaques de notre Président de région!
Sa NRL est une ineptie, une gabegie!
La poussière générée par les carrières n'est pas une lubie mais une réalité!
Noé et harry ne sont pas impactés c'est pour ça qu'ils défendent ce projet stupide!

4.Posté par kalou le 08/07/2014 18:40 (depuis mobile)
Le meilleur projet aurait été "la rte en corniche" sur la montagne...il est trop tard maintenant. Il aurai été plus facile de virer des vieilles cases en tôle que des villas avec piscine...maintenant !

5.Posté par LOUISE le 08/07/2014 21:45
Cette carrière n'a aucun lien avec la nouvelle route du littoral, pas de gros blocs à extraire de là. Non, juste du tuft pour du ciment. Renseignez vous bien, vous saurez enfin que le but de cette carrière n'a rien à voir avec le projet dont vous parlez.

6.Posté par Alexandre Lorion le 08/07/2014 21:48
Enfin quelqu'un qui a lu le dossier.

Je rappelle que le carrier est un groupe international, pas un carrier au noir dans le bas de la rivière...
La DEAL et le BRGM suivent des dossiers, demandent sans cessent au dépositaire de revoir sa copie pour constituer un dossier "blindé", les enjeux sont considérables.

Les services de l' ÉTAT ne se donnent pas de bâtons pour se faire taper dessus.

La futur "plaine defaud" ( le terrain est valonné aujourd'hui) permet de limiter l'utilisation des matières nobles... et reculer le déficit en alluvions de quelques années...

Les oppossants sont pour certains tromper, pour d'autres dans la non connaissance du dossier et enfin une minorité "d'agriculteurs " qui fantasment depuis des années sur l'exploitation d'une famille, propriétaire depuis 25 ans, et agriculteurs depuis 4 générations...

Le plus fantasque c'est le président d'une des associations, qui veut rencontrer le préfet, le mec n'est pas le vrai propriétaire de son terrain, il est agriculteur par "chance" , en terme d agriculture, c cacahuète , rien , je ne demande même pas si économiquement l'entreprise est viable, comment on peut se croire légitime interlocuteur , hors que la carrière ne borne même pas ces parcelles...
Le pépiniériste est légitime, économiquement ça fonctionne, + 20 ans dans le domaine... mais il peut pas s' exprimer lui même a une carrière de valorisation d'agrégats = poussière et camion en plein dans la pépinière.

Seuls les habitants du Grand Pourpier doivent ,en se rapprochant du carrier concerné ,demander les mesures mise en place.
Pour les autres manipulations & spéculations.

7.Posté par Alexandre Lorion le 08/07/2014 23:07
A post 5 :

Mensonge ... manipuler aussi ?

Une fois la roche massive dans la mer, on mets le bitume direct ? Et entre les roches rien ?

Quand tu fais un mur de soutènement, derriere le mur tu mets quoi ? Rien ? Des roches ou du remblais ?

Le remblais permet de reduire la couche de gravier sable entre la roche massive ...

Propagande ou ignorance ?
Allez non connaissances du dossier.

8.Posté par Petit électeur le 09/07/2014 10:47
Voilà un projet qui révèle bien l’état d'esprit de certains mal intentionnés, qui veulent aujourd’hui entraîner des personnes de bonne foi dans une démarche que je qualifie d'ignominie intellectuelle !
Ce projet a été mené conformément aux procédures. Aujourd’hui personne ne peut contester ce fait, sauf bien entendu les malhonnêtes ou les déficients. De l’idée du projet, de ses préalables, en passant par toutes les étapes, jusqu’à sa mise en chantier, aucune étape n’a été négligée. C’est un fait ! Les enquêtes publiques et expressions en tout genre, tout a été exploré et exploité conformément à la législation ! La faisabilité du projet, aussi bien par ses aspects techniques, financières ou encore environnementaux ; tout a fait l’objet d’analyse détaillées. Ces analyses ont été communiquées en temps et en heure. Où étions-nous à ces moments là ? Chacun d’entre-nous, soit directement, soit indirectement par le biais de nos représentants politiques ou associatifs, tous nous avons eut l’occasion de nous exprimer ! Alors pourquoi aujourd’hui chercher encore et encore à faire de la politique politicienne alors que la réalité de nos besoins exige de nous dextérité et responsabilité. Certes, les contraintes sont importantes, elles sont à la hauteur du projet. Il n’y a pas de projet sans contraintes...
Pour revenir aux contraintes imposées par cette carrière, alors oui il faudrait peut-être la réguler. Les seuls concernés sont effectivement les habitants de ce quartier à qui des nuisances vont être imposées. Ces habitants, dans leur immense majorité ne sont pas contre le principe de la NRL, sinon, connaissant leur à-propos, ils auraient réagit en temps et en heure. Alors, quelles solutions pour atténuer les nuisances dénoncées ? C’est là que nous sommes attendus !
Plusieurs aspects doivent être étudiés. Outre les solutions techniques pour contenir les pollutions, quelles soient sonores, visuelles, olfactives ou autre ; outre les solutions pour réguler et fluidifier la circulation des engins ; il serait bon que la commune étudie (avec le soutien de la Région) un dédommagement des habitants de ce quartier, à qui la Réunion tout entière demande un effort important. Ce dédommagement pourrait prendre la forme d’une révision de leur taxe d’habitation, voire foncière. Nous ne pouvons pas, bien évidemment, faire comme si ce quartier n’allait pas subir des désagréments. Ces désagréments sont difficiles à associer à la notion de quartier résidentiel, c’est un principe de réalité ! C’est pour cela que des solutions multiples doivent être trouvées. Ces solutions doivent être techniques (pour contenir les nuisances) , mais elles doivent aussi être financières (par le biais des taxes aménagées) pour les riverains. C’est aussi cela la solidarité Républicaine...

9.Posté par Harry le 09/07/2014 10:49
Oui à la Nouvelle Route du Littoral !


10.Posté par Jacqueline le 09/07/2014 10:53
Cette nouvelle route ferait un plus grand bien à l'ile de la Réunion.

Nous serons tous rassurés, même les détracteurs, à circuler sur la côte de manière sécurisée sans craindre un potentiel éboulis.
Je serai rassurée lorsque mes enfants passeront sur cette Nouvelle Route pour aller faire leurs études.
Je pense que l'heure n'est plus au débat.
Didier ROBERT a été élu en 2010 avec un programme. La nouvelle route du littoral en faisait partie. Cela veut bien dire que la majorité des Réunionnais ont un avis positif sur ce chantier.
Les détracteurs sont minimes et cet élu travaille pour l'intérêt général et non pas pour une minorité qui passe leur temps à rentrer en confrontation, à s'opposer.

11.Posté par Antipode le 09/07/2014 12:01
C'est bien parti pour qu'elle ne se fasse pas cette balafre écologique :D
Accrochez Ou !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales