Economie

Carburants: "Les décisions nationales devront trouver leur traduction au niveau local"

S'il est un sujet ô combien sensible pour les Réunionnais, c'est bien la question des carburants. Avec une hausse annoncée de 12 centimes sur le sans-plomb et de 5 centimes sur le gasoil, les prix vont atteindre des records le 1er septembre prochain dans notre île… à moins que l'Etat n'intervienne, comme l'a laissé présager le nouveau préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx.


L'augmentation de carburant prévue ce 1er septembre va faire très mal aux portefeuilles des Réunionnais. Avec une hausse de 12 centimes pour le sans-plomb et de 5 centimes pour le gasoil, les prix à la pompe vont atteindre des records jamais égalés avec 1,73 euro le litre de sans-plomb et 1,31 euro pour le gasoil. Le nouveau préfet de la Réunion va devoir se saisir rapidement de cette problématique d'autant que depuis le décret de 2010, la Préfecture de la Réunion fixe le prix des hydrocarbures par arrêté préfectoral chaque mois.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a annoncé une baisse des taxes perçues par l'Etat sur les produits pétroliers. Or, le mécanisme est différend dans notre l'île, l'Etat ne touchant qu'un infime pourcentage (0,2 centimes par litre), c'est uniquement la Région qui peut agir sur ce levier à la Réunion.

"C'est un problème national (…). Il est clair que le gouvernement veut maintenir le pouvoir d'achat et le prix de l'essence représente une dépense importante. Des décisions vont être prises dans les heures et jours qui viennent. Ce sont des décisions nationales et il faudra que ces décisions trouvent leur traduction au niveau local", explique Jean-Luc Marx.

Dans cette optique, le nouveau préfet de la Réunion s'est immédiatement saisi de ce dossier et s'est entretenu dans la matinée avec Didier Robert, président du Conseil régional. "Je suis à disposition du gouvernement et j'attends les instructions pour faire en sorte qu'ici comme ailleurs des mesures de limitation de la croissance ou de baisse des prix puissent s'appliquer de façon intelligente. J'ai rencontré le président du Conseil régional avec lequel nous nous sommes entretenus sur ce sujet", souligne Jean-Luc Marx.

Pour l'instant les contours d'une décision locale reste floue sur la baisse du carburant, mais belle et bien dans les tuyaux. Reste qu'elle dépendra de la Région, principale collecteur de la taxe sur les hydrocarbures à la Réunion. Jean-Luc Marx n'a pas souhaité s'exprimer sur la teneur de sa rencontre avec Didier Robert, laissant le soin à ce dernier d'en faire le compte rendu.
Lundi 27 Août 2012 - 18:20
Lu 1328 fois




1.Posté par Tonton le 27/08/2012 18:34
On se laissera pas cracher dans notre soupe par celui la !

Il connais strictement RIEN sur les mechanisme des prix petroliers à la Réunion, il ne connait pas, que ce n'est pas l'Etat qui taxe ici, mais la Region - mais il veut jouer le' je sais tous' le premier jour de son arrivé?

Retour à la case depart, svp - on a déjà eu des representant de l'Etat de ce genre - ils ont fait de la b(r)onzette, c'est tous.

2.Posté par Monsieur le Préfet, s''il vous plait ... le 27/08/2012 19:03
Tout d'abord, bienvenue et bon séjour à La Réunion !
Nous sommes ni plus, ni moins que nos compatriotes de métropole.
Ou bien la France est juste et la loi est la loi,
Ou bien il arrivera un moment où il faudra dire ça suffit !
Pas plus, pas moins

3.Posté par Madinina le 27/08/2012 19:12
@1.Posté par Tonton :

Vous a-t'on déjà dit que vous étiez un gros beauf ? Apprenez plutôt à rédiger sans fautes d'orthographe cela vaudra mille fois mieux que vos élucubrations débiles !

4.Posté par noe le 27/08/2012 19:27
Selon la théorie du complot , les carburants n'existent pas !
Rien n'existe ! Il est facile de lancer des affirmations, il est un peu plus dur de les prouver. Je ne parle pas de version officielle en preuve, je parle de version « tout court » avec un certain formalisme scientifique étayé par des faits/observations menant éventuellement à une thèse. Vous apportez cela, vous gagnez en crédibilité, vous l’oubliez, votre discours restera au stade de commérage de comptoir.

5.Posté par ndldlp le 27/08/2012 21:23
à croire que l'info est passée localement sous silence ...

http://www.lexpress.mu/story/41218-la-reunion-pas-d-indemnisation-pour-les-petroliers.html

Les importateurs pétroliers (Total Réunion, SRPP, Engen Réunion et LibyaOil Réunion) réclamaient 33 millions d’euros à l’Etat pour compenser la baisse des prix du carburant à partir de 2008. Le juge a rejeté les trois demandes d’indemnisation qui s’élevaient à 16,7 millions d’euros pour la SRPP, 10,4 millions d’euros pour Total et 5,8 millions d’euros pour Engen.

L’initiative de ce recours remonte à 2008. Excédés par les hausses du prix de l’essence, les professionnels de la route manifestent et bloquent l’île. Pour ramener le calme, le préfet de l’époque, Pierre-Henri Maccioni, décide de baisser les prix du gazole et du sans-plomb. Dans les mois qui suivent, les carburants subissent pas moins de neuf baisses successives. Au grand dam des pétroliers qui s’estiment fortement lésés. Leurs marges auraient été amputées "de 30%" selon l’avocat d’Engen Réunion, Me Charles Haggai.

Un recours gracieux est alors déposé en juillet 2009 devant la préfecture. En vain : les pétroliers sont déboutés. Ils se tournent donc vers le tribunal administratif et intentent une procédure en requête indemnitaire. L’affaire a été finalement plaidée en juin dernier. Face aux arguments présentés par les avocats des importateurs pétroliers, Sabine Encontre, le rapporteur public, avait alors estimé que compte tenu du contexte social agité de l’époque "une augmentation des prix des carburants en adéquation avec la hausse du prix de revient de ces produits n’était pas envisageable et, compte tenu de la surévaluation de la marge de gros des distributeurs de produits pétroliers à la Réunion et des résultats nets, loin d’être négligeables, qu’ils retirent de leur activité, le décrochage temporaire des prix à la pompe par rapport à l’évolution du prix de revient des carburants ne nous paraît pas entaché d’une erreur manifeste d’appréciation."

Dans cette affaire, LibyaOil Réunion a choisi une stratégie un peu différente de ses concurrents. Représentée par Me Tania Lazzarotto, la société n’a pas demandé d’indemnisation, mais l’annulation de l’arrêté préfectoral du 3 octobre 2008 fixant le prix des hydrocarbures. Une petite victoire sur ce point puisque le tribunal a prononcé une annulation partielle du texte : "L’arrêté litigieux est annulé en tant qu’il ne fixe pas les prix de gros des hydrocarbures liquides dont il fixe le prix de détail". Le juge a aussi condamné l’Etat à verser 1 200 euros à LibyaOil pour frais de justice. Contacté, Bertrand D’abbadie, directeur général de Libya Oil, n’a pas souhaité commenter la décision, estimant tout de même que ce jugement était "décevant".

Jeudi, les importateurs n’avaient pas encore décidé officiellement s’ils allaient porter l’affaire devant la cour administrative d’appel de Bordeaux

(Source : Le Journal de l’île de la Réunion).

alors..lalande..on savait qu'il était pas capable de grand chose sauf au moment de son départ...fut il dès lors à sa place? marx sera t il aussi couillu que maccioni ..?


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales