Economie

Carburant : 30 cts pour la Guyane, combien pour La Réunion ?

Soyons réalistes, Pierre-Henry Maccioni, n’a pas beaucoup de marge de manœuvre pour accorder ne serait-ce que cinq centimes d’euro de baisse, par litre de carburant. Les pétroliers ont dit non, il y a trois semaines. Et depuis, samedi les gérants de stations service menacent de faire grève, si le préfet touche à leur marge de 10 cts…


Carburant : 30 cts pour la Guyane, combien pour La Réunion ?
Si Pierre-Henry Maccioni a passé un week-end moins agité que son confrère de Guyane, il se trouve malgré tout dans une situation délicate. Où trouver quelques centimes à donner aux Réunionnais, à moins de quatre semaines de Noël ?
Les pétroliers ont déjà annoncé qu’ils ne feront plus d’effort. Les gérants de stations service n’ont encore rien dit. Ils attendent sans doute la décision du préfet avant de se prononcer ce soir lors de leur assemblée générale.
De leur côté, certaines professions continuent à mobiliser. C’est le cas des artisans, des terrassiers, de quelques agriculteurs et des associations qui luttent contre la vie chère et la précarité. “Je crois qu’il n’y aura pas de nouvelle baisse du prix du carburant s’il n’y a pas de mobilisation de la population”, avance Jean-Hugues Ratenon, porte-parole du collectif contre la vie chère.
Alors quelle issue pour le préfet ? La baisse de 30 cts obtenue par les Guyanais avec le soutien de l’Etat, fragilise la position de la préfecture.
C’est tout de même cinq millions d’euros qui ont été proposés par l'Etat aux collectivités locales de Guyane, pour une diminution de 10 cts de leur taxe spéciale sur la consommation du carburant (TSCC).
Il est clair que du haut de sa pyramide inversée, Paul Vergès, attend son heure. Quelle que soit la décision de Pierre-Henry Maccioni, le président de la Région Réunion “tirera les enseignements” de l'évolution du coût du carburant dans les DOM.
Lundi 1 Décembre 2008 - 06:42
Jismy Ramoudou
Lu 1335 fois




1.Posté par boyer le 01/12/2008 07:46
Mediapart raconte que Jeudi 27, en Guyane se tenait un debat débat télévisé regardé par tout le pays avec 2 absents: les dirigeants de la SARA (Société anonyme de raffinerie des Antilles) et le prefet. ca rappelle qq chose non?


2.Posté par darkalliance le 01/12/2008 08:08
L'exemple de la GUYANE est à suivre ! : laisser le prix du carburant à l'identique alors que jamais le baril n'a été aussi bas est révélateur d'une situation ubuesque. Que la population ne reste pas dupe des manœuvres des pétroliers ou de la Région ou de l'Etat : ils s'engraisseront tant que le peuple ne criera pas sa colère.

3.Posté par boyer le 01/12/2008 09:11
un rapport payépe par le conseil régional et la préfecture de Guyane, sur la SARA, (Société anonyme de raffinage des Antilles), annonçait un bénéfice de 14 millions d'euros quand elle ne servait que la Martinique et la Guadeloupe,

Elle a le monopole de la Guyane depuis fevrier 2007 et 50 millions de benefices depuis.
=> 36 millions d'augmentation du bénéfice en un an grâce à l'apport du seul marché guyanais.

Dommage de la Region Reunion et la prefecture974, preferent financer des forages à la con à la plaine des sables plutot qu'une étude comparable.


4.Posté par GRENADE 974 le 01/12/2008 10:10
Peut-on me dire à combien étaient les prix du super et du diésel, quand le baril de pétrole il y a quelques années était au même niveau que maintenant (environ 50€)....c'est le seul élément crédible pour fixer un juste prix (sachant que la marge de raffinage a augmenté de 0,06€ par litre)...
Les compagnies pétrolières dégageant des bénéfices colossaux chaque année, on a du mal à croire en leurs arguments...

5.Posté par floc'h patrick le 01/12/2008 10:47
Voilà le résultat d'un système d'état Jacobin qui ne connait que les taxes préconisant toujours plus le centralisme d’Etat et c'est ce qui règne dans les sphères dirigeantes de Bercy avec des technocrates depuis le premier choc pétrolier de 1974 des gens qui sont payé pour fabriquer la prochaine taxe, afin de maintenir de train de vie par des méthodes outrancières d'un autre temps , d'un état en faillite, remarquez il suffit de comprendre un peu mieux le système jacobin actuel qui voudrait que tout dialogue au niveau européen passe par les seuls ministères parisiens, faisant que la chancelière allemande Angela Merkel refuse de financer le plan de relance européen version Sarkozy , un peu comme mes amis Irlandais à la suite du "Non" irlandais à la version du "traité" simplifié de l'Union proposée par le Président Nicolas Sarkozy qui voulait passer en force comme quoi l"adage et révélateur "Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît. ... "un grand philosophe ce Audiard . . La France, con substantiellement, serait-elle devenu la grande malade de l'Europe, elle dont l'hymne "national" appelle avec autant d'insistance, deux ents ans après la période révolutionnaire, à répandre dans on ne sait quels sillons le "sang impur" pour nos partenaires européens?

Preuve évidente encore que le "NON" Libéral irlandais qui ne cesse de faire des vagues et qui conduit la Présidence française à s'agiter comme des puces sur le dos d'un chameau , me conduit à jeter un regard rétrospectif sur l'origine de la construction européenne et à évoquer quelques souvenirs de jeunesse qui m'avaient profondément marqués.

Je me souviens de mémoire avoir compris une chose sur les déroulements historique du débat portant sur la ratification de la CED, débat qui n'avait franchement plus rien à voir avec le projet originel.
Ceux-ci voulaient réaliser une Europe politique voulaient créer véritablement la Communauté européenne, en imposant l'idée d'un intérêt commun supérieur aux intérêts de chaque pays.
Vous pourrez parcourir et lire à ce sujet le discours de Robert Schumann du 9 Mai 1950, lorsque, dans le salon de l'Horloge du ministères des affaires étrangères, il tendait la main aux Allemands en leur proposant de mettre en commun la gestion des ressources minières de pays en guerre quelques années plus tôt. Ce qui aboutira d'une souris , comme on le sait, à la ratification de la CECA.

Tout cela pour comprendre un peu mieux le véritable problème et la nature de l'État français qui n'est autre que le nationalisme larvé qui lui est consubstantiel allaient apparaître au moment de la ratification du traité de la CED.
D'autant que le fumeux texte fut rejeter le 30 Août 1954.
Faisant que la France donneuse de leçons, sera le dernier pays à ratifier la CED, le faisait capoter. Le grand rêve d'une Europe politique rencontrait dès l'origine du bal des maudits l'opposition radicale de la France: les cinq autres pays de l'Union ratifiaient le traité; la France seule le rejetait.
Je reste sur l'histoire intimement persuadé que cette opposition radicale française a pesé lourdement sur le destin de la construction européenne et a déterminé par la suite le cours des choses.
La question pourrait donc évidement se poser alors rien que de savoir pour quelle raison on est confronté constamment à cette "exception française".
Pourquoi dès l'origine la France a bloqué le processus de l'intégration européenne?
Une explication s'impose sur deux facteurs explicatifs: un facteur idéologique et un facteur historique.

Je pense en bon libéral, et contrairement à la plupart des moutons moutonnants, qu'il n'existe pas de Peuple français à partir du moment ou il n'y a pas unité franche, et un pays qui revendique être démocrate sans y mettre les moyens .
La France n'est pas un Peuple mais une construction administrative basé sur un principe d'une dictature de l'impôt, une réalisation politique purement artificielle.
La France est l' œuvre de l'État central.
C'est une des raisons pour laquelle elle est en permanence hantée par le spectre de sa désagrégation et de son déclin depuis 1789. Comme s'il fallait conjurer je ne sais quelles forces maléfiques mettant sans cesse en danger la "cohésion nationale".
Que l'on ne s'étonne pas que sa visée, à l'intérieur de ses frontières, est de laminer les cultures et les langues dites régionales et, concernant le processus européen, d'entraver tout ce qui pourrait porter atteinte à la souveraineté de l'État. I est clair à mes yeux que l'Italie ou l'Allemagne n'ont pas le même rapport à leurs communautés intérieures ni à l'Europe.
Pourquoi? Tout simplement parce que la Nation a préexisté à l'émergence de l'État.

6.Posté par Ulysse le 01/12/2008 12:55
combien pour la Réunion ?

30 centî î î î î îîîmes ! ! !

... au moins car nous lé pas plus nous lé pas moins !

7.Posté par Guyane-Réunion, même combat le 01/12/2008 13:22
S'il n'y a pas de baisse, ou, pire, si la baisse est ridicule du genre 'On se fout de votre gueule !", craignons la colère du peuple...

8.Posté par Papangue le 01/12/2008 14:34
Le prix des carburants ne devait pas être revu aujourd'hui ?
Le préfet fait-il le mort ?
Ce silence volontaire serait signe que malgré un prix du baril au plancher, nous allons continuer le prix fort à la pompe et l'écart de prix du SP95 par rapport à la métropole est indécent...

9.Posté par Aéro Freins le 01/12/2008 15:45
Tu te souviens de mémoire avoir compris dis-tu ??!

Et ces mots pour le dire (!!!!), qui te reviennent, trop aisément..!!

moi, myself et d'autres, on se remémorait le souvenir d'avoir écrit à propos des nationalistes européens, et clairement, on se demandait s'il ne fallait pas y voir, une forme de réponse, de sa majesté... des mouches ??! bah...une histoire toute bête... autour d'une tête de cochon..

Car, au vu de ta remarquable analyse, c'est subrepticement je te l'avoue, ce que l'on soupçonne...

Oui, en effet, ça se ressemble... on pourrait s'y méprendre !!!

Ben quoi !? Ya pas de mal: entre "bons libéraux", débonnaires et bonhommes, vous devez certainement vous comprendre...!

10.Posté par DeSpE le 01/12/2008 17:57
STOP !

Le préfet fixe un prix MAXIMUM !

Rien n'empêche les pompistes et pétroliers de vendre moins chers !!!

Alors, qui c'est qui ne veut pas baisser les prix ????

11.Posté par floc'h patrick le 01/12/2008 18:20
9. Posté par Aéro Freins le 01/12/2008 15:45
Non... Il ne s’agit en aucun cas de réécrire l’histoire ! Et cela s’appelle aussi faire diversion pour éviter d’affronter les brûlants problèmes du présent... Certainement votre rituel dans l'aveuglement avec votre bonne conscience d’écolo-bobo-altermondialo irresponsable sur le réchauffement climatique Bordel de foutre dieu mais quel formatage avez vous subit ? Alors toujours fidèle au poste, en bon Kagébiste sans frontière ! Vous êtes heureux d'avoir réussi à placer votre petit post haineux au milieu de cette discussion entre gens sensés.
Pour sur mon pauvre Max le Rouge Al Carbone en chute libre un peu comme lorsque l’histoire officielle occulte volontairement les noms des responsables de la collaboration de l’Etat français avec le régime nazi et oui mon gars c’est comme si on voulait dissimuler à jamais les noms des Nationales gauchistes du plus grand responsable de cette trahison comme le sieur socialiste Pierre Laval au prétexte qu’il fut deux fois président du Conseil et plusieurs fois ministre sous la IIIe République avant de passer définitivement dans le camp d'en face ...
Vous oubliez que bon nombres des lois et taxes actuelles furent promulguées souvent de façon les plus perverses et scélérates par un gouvernement jugé légitime par beaucoup de nations voisines...

12.Posté par FRANCO le 01/12/2008 19:57
Il me semble avoir entendu ce soir que l' Etat qui n'a plus d'argent donnerait 10 millions € en Guyane. Combien a-t-il donné à la Réunion 0 ! Comme quoi quand le combat est explosif comme en corse, ou dur et mené par tous ensemble comme en Guyane, il est craint et donc efficace. Si les Réunionnais comprenaient cela, seul le combat paie, nous n'aurions pas les "prix des billets d'avion invraisemblables" que nous imposent les 2 compagnies privées mais aussi la compagnie de la région et du conseil général !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales