Société

Cantines scolaires: Les communes rusent pour juguler le gaspillage alimentaire


Cantines scolaires: Les communes rusent pour juguler le gaspillage alimentaire
Plus d’une tonne de déchets alimentaires générés par les cantines scolaires chaque année… C’est la problématique que rencontrent les communes et un phénomène contre lequel l’ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), soutenue par la DAAF (Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt), lutte depuis 2014.
 
Cela fait deux ans qu’un appel à candidatures auprès de 10 communes et écoles primaires volontaires est lancé pour tester des actions de lutte contre le gaspillage. La troisième date de la semaine dernière et prépare la rentrée de septembre.
 
En début d’année scolaire, une pesée des aliments jetés est effectuée. Une deuxième pesée a également lieu en fin d’année, afin de pouvoir quantifier l’impact des actions menées tout au long de l’année. Les actions sont au nombre de cinq, auxquelles s'ajoutent deux actions de sensibilisation.
 
Le gaspillage est engendré tout au long de la chaîne, de la production jusqu’au moment où l’enfant est face à son assiette. A la Possession, il a été question de diminuer les quantités distribuées par la cuisine centrale, au gramme près pour chaque produit. "Une action qui a permis des économies de 200 à 300 euros par jour", précise Yannick Royer, rédacteur territorial restauration de la mairie de la Possession.
 
À Saint-Denis, il est question d’une production à 80% le matin pour pouvoir ensuite l’adapter, au lieu de l’ancienne habitude d’une production automatique à 100% dès le matin.
 
De nouvelles habitudes doivent aussi être prises par les enfants. À Saint-Benoît, des plateaux compartimentés ont été introduits pour remplacer des assiettes qui mélangent entrée et plat principal, ce qui a baissé le taux de gaspillage de 25% à 19%.
 
D’autres techniques existent : positionner le pain à la fin du self service plutôt qu’au début et apprendre aux enfants à manger du pain seulement avec certains aliments, comme la salade. Ou encore ne proposer le dessert qu'après le plat, pour que l’enfant puisse le prendre ou le refuser, selon son appétit.
 
Des ateliers ont aussi été mis en place afin d’éveiller les sens et le goût à la fois des petits ainsi que des adultes.
 
Des économies pour une meilleure alimentation
 
En deux ans, le taux moyen de nourriture gaspillée est ainsi passé de 34% à 25% (1409 kilos à 961 kilos) dans les écoles test des communes volontaires. Par repas, le coût a donc baissé de 1,48 euro à 95 centimes, soit une baisse non négligeable de 53 centimes.
 
"Avec ce genre d’économies, on aura les moyens d’acheter du bio et de la meilleure qualité, affirme Olivier Degenmann, directeur adjoint de la DAAF. Le but est toujours de veiller à une meilleure alimentation".
 
À Saint-Denis, on parle aussi de gratuité de la cantine scolaire. Environ 2 millions d’euros de nourriture se retrouvent à la poubelle chaque année, or le budget cantine de la mairie est d'1,5 million d’euros.
 
L’appel à candidature lancé la semaine dernière prend fin le 18 juillet.

Cantines scolaires: Les communes rusent pour juguler le gaspillage alimentaire
Jeudi 30 Juin 2016 - 17:29
SH
Lu 1007 fois




1.Posté par JACQUES AFER le 30/06/2016 22:00
proposer un menu végétarien dans les cantines scolaires permets à ceux qui ne veulent pas consommer
de viande ou de poisson quelle qu'en soit la raison pas forcément religieuse de se nourrir de façon équilibrée

2.Posté par GIRONDIN le 30/06/2016 23:22
trucs cons pour éviter le gaspillage:
- Faire des repas mangeables.
- Quand il y a du boucané, quand le morceau fait 10cm de long éviter d'avoir 8cm de gras et la peau qui fait 1cm.
- éviter que les marmailles fassent 1 heure de queue dans le soleil.
- et ensuite ne pas leur laisser que 15 mn pour manger.

Etc....

3.Posté par Res cote toa le 01/07/2016 07:39 (depuis mobile)
Ouh la reun fait attention au gaspillage Champagne .....

4.Posté par verolia le 01/07/2016 10:30
Exactement Girondin !

Et apprendre au personnel (je ne généralise pas ) que le respect n'est pas à sens unique !
Mon gamin, à présent un ado, restait la plupart du temps le ventre vide pour 2 raisons :
- Le tintamarre dans la cantine (mais on n'avait pas le choix personne à la case à midi)

mais surtout, oui surtout, la méchanceté d'un personnel (une femme)
Sur la fiche à remplir au moment de l'inscription, on pouvait préciser si l'enfant ne mangeait pas
quelque chose. Durant 2 ans, j'avais noté "mange de tout sauf les grains secs)

Les assiettes de riz prêtes, les marmailles faisaient la queue devant les cantinières
qui rajoutaient le carry etc

- S'il vous plaît madame, je veux pas des grains ! Et vlan une belle louche de haricots pour ta peine
surtout bien noyer le riz dessous... et après on te crie dessus si tu laisses ton assiette mais on recommence encore, encore et encore !

Pas la peine de voir qui que ce soit pour dire votre mécontentement, tout le monde a fait zoreil cochon.

C'était il y a 9 ans. J'espère que les méthodes ont -un peu- changé !

5.Posté par GIRONDIN le 01/07/2016 11:56 (depuis mobile)
4. verolia
Cette dame est toujours en service
Les enfants ont droit aussi à ou n''a intérêt mange toute,i gaspille pas ici alors que mon marmaille a demandé à ne pas être servi de la cochonnerie en question !
Pour presque 350€/an et par marmaille

6.Posté par Veridik le 01/07/2016 17:59 (depuis mobile)
C'est un vrai problème.
Je suis moi même créole mais pas adepte du "riz grain carri" tous les jours. Comment faire pour que nos enfants aient des menus variés et équilibrés ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales