Société

Calendrier scolaire : Le Sgen-Cfdt souhaite un vaste débat public


Calendrier scolaire : Le Sgen-Cfdt souhaite un vaste débat public
Le Conseil régional doit rendre son avis, en Commission permanente le 25 février prochain, sur les modifications du calendrier scolaire décidées par le recteur Thierry Terret.

Dans cette optique, la Région a lancé des consultations avec les parents d'élèves et les organisations syndicales. Vendredi, le syndicat Sgen-Cfdt était reçu par la Conseillère régionale Huguette Vidot. A l'instar d'autres syndicats, au-delà des modifications des dates décidées par le recteur, le syndicat souhaiterait qu'une véritable réflexion autour du calendrier climatique soit menée.

"On se félicite qu'une telle consultation ait lieu", indique d'emblée Maryvonne Quentel, la secrétaire générale du Sgen-Cfdt.

Pour la représentante du syndicat, les nouvelles dates décidées par le recteur ne règlent pas "les problèmes de fond". Pour rappel, Thierry Terret a annoncé un prolongement de quelques jours des vacances d'été austral pour les trois prochaines rentrées. En 2015, celle-ci se fera le 29 janvier (au lieu du 19 comme c'était initialement prévu), puis la rentrée aura lieu le 28 janvier en 2016 et le 30 janvier en 2017.

"La décision du recteur est un moindre mal mais cela ne règle pas tout. Il a satisfait une urgence et seulement parce que les lycéens sont descendus dans la rue", rappelle Maryvonne Quentel.  "Nous sommes dans l'hémisphère sud. Il nous paraît normal que le calendrier scolaire soit en accord avec les rythmes des saisons".

"Ce qui nous importe, c'est la réussite des élèves"

Le Sgen-Cfdt a donc fait par à Huguette Vidot de sa préférence pour un calendrier correspondant à un découpage du type "année civile climatique". Avec une rentrée  qui aurait lieu fin février ou début mars et une année scolaire qui se terminerait en décembre.

"Ce qui nous importe, c'est la réussite des élèves. Or, avec le calendrier actuel, la longue coupure pendant les vacances d'été  provoque une rupture dans l'apprentissage des élèves", poursuit-elle. Une rupture pédagogique "très néfaste" pour les élèves, d'après elle, et particulièrement pour les plus jeunes, ceux du premier degré.

Maryvonne Quentel rappelle que les directives nationales préconisent une alternance régulière tout au long de l'année scolaire en périodes adaptées en travail et repos (7 semaines de travail, 2 semaines de repos). Le calendrier climatique avec une rentrée scolaire qui aurait lieu fin février/début mars permettrait d'appliquer ces rythmes.

Aussi, l'argument de la poursuite des études des néo-bacheliers vers la métropole ne suffit pas selon le syndicat pour être un frein à l'application du calendrier climatique. "Seuls 2.000 étudiants choisissent de poursuivre leurs études en dehors du département mais la majorité restent à la Réunion, où l'offre de formation s'est développée", constate la secrétaire générale du Sgen-Cfdt. Elle rappelle que le calendrier scolaire est appliqué de la maternelle au lycée et concerne quelque 238.000 élèves.

Le Sgen-Cfdt milite donc pour qu'un vaste débat public soit mis en place sur cette épineuse question du calendrier scolaire. Un débat avec tous les acteurs concernés, politiques, économiques, la société civile, ou encore les spécialiste de l'enfance et des rythmes scolaires... "C'est un débat de société qui engage l'avenir de la Réunion", conclut Maryvonne Quentel.
Samedi 15 Février 2014 - 12:31
Lu 1102 fois




1.Posté par noe le 15/02/2014 12:57
Cette affaire fait couler les énergies non renouvelables de beaucoup !

Il faut des rythmes plus équilibrés pour la réussite de tous... Un certain nombre de constats actuels imposent de redoubler de vigilance et de mettre effectivement tous les atouts au service de la réussite des élèves , de tous les élèves .
Enseignants et parents le savent : le chemin est long de l’enseignement dispensé – et reçu - à la maîtrise de ce qui a été enseigné, autrement dit à l’appropriation des connaissances. Ce processus actif de la part de l’élève s’appuie sur sa motivation, sa curiosité, son appétence au savoir et son envie d’enrichissement personnel. Il s’agit de former sa personnalité ....
Mais tout cela ne peut se faire qu'au respect des rythmes de chaque enfant !
Aménager les rythmes scolaires, c’est donc adopter un angle d’approche global, tenir compte de la nécessaire continuité du rythme de l’enfant - ou de l’adolescent - de la veille au sommeil ...

Que c'est compliqué tout cela !
Les profs ne pensent qu'à leur confort en premier lieu !
Les parents couvent trop leurs garnements !
L'institution impose son point de vue au regard des rapports d'experts !

2.Posté par creol le 15/02/2014 15:48 (depuis mobile)
Ça se plaint tout le temps !!!venez bosser dans le privée et on ricolera moins

3.Posté par 2014 le 15/02/2014 16:33
Pour rappel:dans tous les établissements scolaires de métropole de la maternelle à l'université il y a le chauffage pour lutter contre le froid...Certains établissements des Hauts de l'île par exemple ceux de La Plaine des Cafres ont depuis plusieurs années un chauffage d'appoint pour les mois les plus froids.
Alors pourquoi les classes de l'île (les bureaux de l'administration sont la plupart du temps climatisés) ne pourraient-elles pas bénéficier de la climatisation à utiliser uniquement pour les 3 ou 4 mois les plus chauds de l'année?
C'est aux collectivités-qui elles ont toutes des bureaux climatisés- qu'il faut s'adresser: mairies pour les écoles, Conseil Général pour les collèges, Conseil Régional pour les Lycées et universités. Elèves, parents, enseignants c'est vers les collectivités qu'il faut se tourner. Ne penser que calendrier climatique est une erreur!

4.Posté par le bon calendrier le 15/02/2014 19:42 (depuis mobile)
Le bon calendrier pour la Reunion : rentree scolaire debut juillet, 3 periodes de 7 semaines de cours separees de 2 semaines de vacances. 19 decembre debut des vacances d ete pour 7 semaines. Reprise en fevrier. Fin de l annee fin mai.

5.Posté par le bon calendrier le 15/02/2014 19:45 (depuis mobile)
Les examens restent aligner sur le national et se font hors temps scolaire en juin, les eleves etant en vacances dans ce projet. Les eleves auront alors reellement 36 semaines de cours. Voila comment on pourrait lutter contre l echec scolaire.

6.Posté par Candide le 15/02/2014 22:50
@ le bon calendrier : l'idée est bonne mais les examens se terminent actuellement vers le 10 juillet (oraux de rattrapage du baccalauréat) et le Rectorat et les établissements sont ils capables de gérer simultanément l'organisation des épreuves des examens et de la nouvelle rentrée scolaire qui commencerait dès la fin des examens ? Cela aurait au moins le mérite de motiver les élèves car un échec au bac serait synonyme de rentrée immédiate en redoublement.

7.Posté par Lastic le 16/02/2014 08:07 (depuis mobile)
La seule logique possible reste le calendrier climatique. Un autre choix irait à l''encontre de notre positionnement géographique. La force de coriolis ne s''applique pas dans le même sens ici. Faut il la changer aussi pour faire comme les métros ?

8.Posté par ndldlp le 16/02/2014 09:53
la solution intelligente est un calendrier de mars à décembre déconnecté sauf pour le bac (et encore..) du calendrier métropolitain.

les arguments avancés par le recteur n'en sont pas. des mutations existent bien entre nouvelle calédonie et Réunion sans perturber le mouvement des mutations ou le rythme des élèves.

la solution des fonctionnaires est de ne rien changer. il est temps que le mammouth se fasse un peu dégraisser dans sa mentalité.



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales