Communiqué

COP23: Didier Robert défend une plus grande "justice climatique"

Mardi 14 Novembre 2017 - 17:24

Didier Robert était invité à la COP23, organisée à Bonn sous la présidence des Fidji. À cette occasion, le président de Région s'est exprimé sur la situation des îles. Voici le communiqué de la Région faisant suite à cette intervention :


Lors du 23ème Sommet des leaders de l’ONU sur le Climat, organisé à Bonn sous la présidence des Fidji, le président Didier Robert a été invité, en tant que Président de la Région et Vice-Président Afrique et océan Indien pour nrg4SD, à intervenir sur la situation des îles.

Une présence qui s’inscrit dans la continuité de la Conférence internationale sur l’adaptation au changement climatique co-organisée à La Réunion en octobre dernier avec nrg4SD.

À cette occasion, une déclaration « Position Paper, les îles, clés du succès pour le climat », a été élaborée et signée avec différents acteurs internationaux : nrg4SD, The Climate Group, Oru Fogar, R20. Un document stratégique pour les îles qui engage les parties autour d’actions concrètes pour réduire l’impact du changement climatique : transports, développement des énergies renouvelables, protection de la biodiversité… Cette déclaration-contribution aux travaux de la COp23 a donc été présentée aux représentants des États et des organisations internationales.


Position Paper : un document stratégique pour les îles

Au nom de l’ensemble des signataires de la "Position Paper", le Président Didier Robert a tenu à souligner la force symbolique d’une présidence de cette COP 23 portée pour la première fois par un petit État insulaire en développement : les îles Fidji. "La présidence des Fidji met l’accent sur les îles et les populations plus vulnérables, ce qui implique la nécessité d'agir d'urgence en matière d'atténuation, d'adaptation et de résilience. Les îles constituent un miroir prospectif des problèmes auxquels sont confrontés tous les territoires qui devront faire face aux changements climatiques. D'autre part, ils peuvent servir de territoires pilotes pour mettre à profit l'innovation et élaborer des stratégies efficaces que d'autres administrations pourront adopter pour accroître la résilience". 

C’est tout le sens du contenu de cette déclaration élaborée à La Réunion que le Président Didier Robert a souhaité partager à Bonn avec les différentes parties. "Nous appuyons fermement les objectifs de créer une grande coalition entre la société civile, la communauté scientifique, le secteur privé et financier et tous les niveaux de gouvernement, y compris les régions, pour accélérer l'action climatique" .


Under2 coalition : agir ensemble

La même dynamique est engagée à travers la convention Under2 portée par The Climate Group à laquelle adhèrent plus de 200 États/régions/villes (Californie, New York, Washington, Mexique, îles Marshall, Allemagne, Espagne, Québec, Kwazulu Natal…). Le programme Under2 vise à créer une force public – privé pour réduire les émissions de gaz à effets de serre ; partager les solutions et les actions positives, lutter contre la pauvreté ; créer, développer des opportunités d’emplois.

Plus de cinquante représentants ont participé à la table ronde parmi lesquels le Gouverneur de Californie Edmong G Brown qui a souligné lors de son intervention très attendue l’importance d’une action de terrain quand les États ne sont pas engagés. "Nous devons nous lever, l’Amérique, l’Europe et réaliser que nous avons un destin commun. Nous sommes tous des humains d’une même planète".

En conclusion Didier Robert, en tant que Vice-président Afrique et Océan Indien de nrg4SD et Président d’une Région française européenne (RUP) a lancé un appel à plus de justice climatique, à la prise en compte de la situation des îles tant sur la mobilisation des fonds pour la transition écologique que sur les règlements souvent inadaptés au contexte insulaire.

Il a enfin réaffirmé son objectif de fédérer autour de ces questions majeures du climat et de l’adaptation au changement. Une démarche qui sera renforcée, notamment à travers la future agence pour le Climat et la Biodiversité dans l’Océan Indien. Didier Robert en est convaincu, "plus nombreux nous serons à partager les alertes, les solutions, et plus impactants et efficaces nous serons naturellement dans l’action et nos engagements auprès de nos populations."

N.P
Lu 601 fois



1.Posté par je donne mon avis le 14/11/2017 19:10

Bonjour cher président de région de la réunion.
Beaucoup de projet que vous faite est très intéressants pour la réunion. vous serez comme vos prédécesseurs pas plus pas moins. Je pense que vous avez fait une grosse erreur la route dans la mer. La nature va prendre le dessus comme à son habitude. Tout pour l'automobile et seulement treize kilomètres de route. L'arrivé chaque année des voitures par milliers sur nôtre ile, le cancer va pas baissé, les allergies respiratoires non plus, les tensions de la route, gaspillage d'argent, une dette future plusieurs générations.
Treize kilomètres de route, le sud, l'est, le nord, nous ont fait quoi ? Les autres compétences de vôtre collectivités ont fait quoi ? Là les copains automobiles est très content, les copains de la santé également, les métiers de secours, pompiers, gendarmeries, polices, cliniques, tant c'est les enfants des autres. Moi ma famille est à l'abri. l'intérêt collectif et le transport collectif, la santé public ne serait pas gagnant, le crédit pour les autres.

DOMMAGE ONT VA PAYER CET ERREUR POUR LONGTEMPS EN PRIVANT LES AUTRES CHANTIERS

2.Posté par margouillat974 le 14/11/2017 19:34

Nous fédérons autour de plus de justice climatique, la mobilisation des fonds ( lesquels: pas du père Noël?) pour la transition écologique....Mais combien de temps ça va durer encore? On nous prend pour des cons, on paye le traitement des eaux usées ( et pas qu'un peu!), nous, usagers, pendant qu'un industriel peî, s'excuse de rejeter ses eaux sales à la baille? Nous avons un volcan, qu'à part pour éblouir les touristes, nous n'utilisons pas, nous vivons sur une île, et nous manquons d'eau, nos routes sont engorgées, et nous ne disposons pas de "navette", ni de pontons pour faire le tour de l'île, l'agriculture fait "un grand pas en avant" avec tout ses produits chimique et nous avons un taux de chômage record. Nos avons la possibilité de faire une agriculture bio, mais vous préférez acheter vos fruits et légumes dans les grandes enseignes. ( importés, ou élevés aux pesticides, calibrés selon un cahier des charges imposés aux agriculteurs d'ici qui deviennent les " employés" des grandes enseignes. Vous n'en n'avez pas par-dessus la tête des discours creux qui n'apportent comme conclusion à des décennies de rencontres "au sommet" que la date du prochain sommet, sans qu'aucune mesure tangible autre que de vous taxer un peu plus , ne soit prise?

3.Posté par margouillat974 le 14/11/2017 19:45

Tiens, je ne savais pas que Mr Robert faisait partie des leaders de l'' O.N.U....?!?

4.Posté par Gerome le 15/11/2017 07:52 (depuis mobile)

Très bien que la réunion soit représentée et porte la parole des îles ! Malgres les esprits chagrins qui ne font que de la politique demagos le changement climatique nous touchera tous sur cailloux ! Faut bouger maintenant pour l’éviter !

5.Posté par Sarah le 15/11/2017 08:31

Le charbon , le pétrole , le gaz propres ne peuvent ils pas exister ? la récupération du CO2 est ce un mythe ? Des progrès ne sont ils pas possibles ?

6.Posté par Pascal le 15/11/2017 08:46

Si nous voulons survivre et protéger notre planète, nous devons radicalement changer notre système de production.

7.Posté par Caroline le 15/11/2017 08:55

L'accord de Paris :
Cet accord climat stipule de limiter le réchauffement à 2°C voire 1,5°C par rapport aux niveaux pré industriels. Pour y arriver, il faut baisser les émissions des gaz à effets de serre qui sont responsables du dérèglement climatique. Mais le climat change déjà et ce sont surtout les pays pauvres qui en souffrent. D'où la nécessité pour ces pays de s'adapter, entre autres, aux sécheresses ou à la hausse du niveau de la mer.

8.Posté par Action le 15/11/2017 09:02

M. Robert a raison, il faut une plus grande justice climatique et que les gouvernements s'engagent. Les financements, c’est une manière de réparer cette injustice. C’est pour cela qu’il est important que les Etats fassent des annonces notamment pour le financement de l’adaptation : il faut aider ces populations à faire face à des épisodes de sécheresse de plus en plus longs et qui conduisent à des épisodes d’insécurité alimentaire chronique

9.Posté par BRAVO le 15/11/2017 09:33

Encore une fois La Réunion avance et se place réellement dans le combat contre le réchauffement climatique, bravo aux Réunionnais qui bougent !

10.Posté par Eco citoyenne le 15/11/2017 09:34

La Réunion exemple mondial du vivre ensemble, exemple mondial en matière d'énergie et d'environnement. Nous devons comprendre que nous Réunionnais, nous ne sommes pas comme les autres ! Nous sommes tout simplement des exemples à suivre pour le reste du monde. Levons la tête et redressons-nous, nous n'avons pas à rougir !

11.Posté par politique mafieuse... le 15/11/2017 10:57

ce mec fait du voyeurisme en politique s'il reste encore quelques années on est foutu!!!.

12.Posté par margouillat974 le 15/11/2017 11:05

Sauf que le financement, c'est l'état (contribuables) et le plus gros pollueur, c'est l'industrie. Pour qui la facture?

13.Posté par zamal le 15/11/2017 14:05

Monsieur Robert parle comme Paul Vergès maintenant.

14.Posté par JORI le 15/11/2017 14:27

Super cumulard didix robertix prônant la nécessité de tenir compte des spécificités réunionnaises, quelles seraient nos spécificités à défendre dans ce domaine selon lui???.

15.Posté par JORI le 15/11/2017 14:33

Pour rappel, les bateaux et avions polluent beaucoup plus que les véhicules à moteurs que l'on veut sortir des villes, mais oups, nous sommes une île qui ne peut être pourtant alimentée par voie aérienne et maritime. Les touristes étant par la même occasion et du coup les grands pourvoyeurs d'émission de CO². Question: comment fait on??.

16.Posté par margouillat974 le 15/11/2017 16:30

c'est simple : on fait comme d'ab et on habille ça avec de la compassion pour les générations futures qui , elles payeront une très lourdes factures (et là, je ne parle pas seulement d'argent, mais de la mort de l' agriculture , des océans et de l'air ) . ça fait plus de 50 ans qu'on nous prévient , rien n'a été fait : pourquoi ça changerait aujourd'hui? L'industrie pollue : c'est pas en triant nos déchets , ni en augmentant le prix du carburant qu'on inversera le processus!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter